Still Few Hours Before Ze Branlée - TFH AAR Grec

Aller en bas

Still Few Hours Before Ze Branlée - TFH AAR Grec

Message par Momow le Sam 12 Déc 2015 - 20:59


L'AAR commence en janvier 1939. N'hésitez pas à me conseiller des stratégies car je suis un débutant gros noob. J'ai deux objectifs : la Grèce devra rester indépendante aussi longtemps que possible et la Grèce devra péter le fion aux ritals quand ils arriveront. J'attends vos retours. :hap:

Chapitre 1 : Le grand pays du Salakis


Après une guerre rapide contre l'Albanie et une autre très coûteuse contre les bulgares, la Grèce, à l'aube de l'année 1939, déploie ses forces aux frontières yougoslaves qui redoute une hypothétique attaque grecque. Georgios II, bien qu'ayant des ambitions expansionnistes, décide pour le moment d'industrialiser le sud grec et moderniser l'armée. La bataille de Sofia hante encore ses rêves : une demie dizaine de milliers de soldats a péri dans ce combat décisif lors de la campagne de Bulgarie, l'État-Major rejete la faute sur les fusils de moindre qualité et l'absence totale de chars dans les divisions.


Les groupes de recherche grecs travaillent sur le perfection des armes, des capacités industrielles et la radio tandis que les tacticiens étudient les ratés de la guerre de Bulgarie afin de peaufiner les tactiques d'infanterie. Bientôt l'armée grecque sera plus nombreuse, mieux équipée et utilisera des tactiques de combat moderne.


En Europe, la guerre est inévitable, la France mobilise déjà ses hommes, les Allemands se massent aux frontières de la Pologne. Le 5 avril 1939, vers un peu moins d'une heure du matin, un incident éclate entre Roumains et Grecs. A deux heures, la guerre est déclarée, les premiers engagements ont lieu à 6 heures. Le 7 avril, 27 000 Grecs passent les frontières roumains à l'ouest et plusieurs divisions percent à l'est.


Presque la totalité de l'armée grecque se trouve en territoire roumain. Plusieurs batailles pour Bucarest se soldent par des échecs des deux camps, mais sur le front ouest, la Grèce enchaîne les victoires, bientôt, elle attaquera Bucarest conjointement avec les 2., 13. et 15. Stratiotis. Sur le front est, les effectifs grecs et roumains sont moindres mais les soldats grecs sont des vétérans de la guerre de Bulgarie : repousser l'ennemi et sécuriser l'aérodrome au nord de la ligne ne devrait pas poser de problèmes.


Le 3 mai, les Grecs entrent à Bucarest, éliminant les quelques poches de résistance restantes. La victoire incompréhensible pour l'État-Major ne peut signifier qu'une chose : les Roumains se replient afin de rejoindre leurs troupes se trouvant à la frontière soviétique. Des espions hellènes répandent également des rumeurs sur les forces armées et falsifient les journaux roumains.


Les Roumains ont tenté un assaut sur Bucarest depuis l'est mais un détachement grec est arrivé à temps depuis Constanta pour repousser l'attaque qui a faillit réussir, dès lors le 13. et le 18. Stratiotis poursuivent la Divizie 14 Infanterie qui est arrivé en renfort pour appuyer l'assaut roumain. Simultanément, le 4. Stratiotis annihile la faible garnison de Brasov.


Depuis Brasov, le 4. Stratiotis foncent sur les brigades du haut-commandement roumain restées isolées, appuyé par toutes les divisions de la ligne centre. Le combat se termine rapidement, plusieurs divisions roumaines déposent les armes. Affaibli, sans aucun moyen de combattre l'invincible armée grecque, le gouvernement ennemi demande la paix. La Roumanie n'a pas d'autres choix : elle doit se soumettre à la Grèce.

Momow
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 391
Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: Still Few Hours Before Ze Branlée - TFH AAR Grec

Message par GeorgeV le Dim 13 Déc 2015 - 5:26

Ma stratégie avec la Grèce reste de fortifier mes provinces montagneuses. L'armée grec tiens biens face aux italiens surtout dans ces provinces. Sinon, il faut aussi prendre en compte que la Crête est le dernier bastion grec avec un core dessus. C'est donc bien d'envoyé quelques divisions de marines surplace et de fortifier les côtes. Les britanniques enverront éventuellement des hommes si tu réussi à tenir longtemps.

La deuxième stratégie est de rejoindre l'axe, ce qui est relativement facile. Toutefois, il faut bien aidé l'Italien car tôt ou tard les britanniques envoi une contre offensive majeur au Maroc ou en Libye. La Grèce est aussi un front de premier plan pour les britanniques qui tentront par le fait même de crée une troisième front contre les allemands et soulagé les soviétiques.
avatar
GeorgeV
Grand Consul
Grand Consul

Messages : 2215
Date d'inscription : 30/09/2011
Localisation : Québec, Québec, Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Still Few Hours Before Ze Branlée - TFH AAR Grec

Message par Shikkoku le Dim 13 Déc 2015 - 8:24

Conseil sur ta partie en cours, très intéressante d'ailleurs, tun 'as plus de manpower.
Ca veut dire que chaque homme qui tombe au combat ne sera pas remplacé pour le moment et que tes armées sont de plus en plus faibles. Je te déconseille de continuer à attaquer dans l'immédiat sinon tu vas pas pouvoir résister à l'Italie, pas avec un front aussi grand et si peu d'hommes.


+ Il manque la base pour la Grèce, Remove Kebab :hap:
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 6000
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Still Few Hours Before Ze Branlée - TFH AAR Grec

Message par Momow le Dim 13 Déc 2015 - 9:08

GeorgeV a écrit:Ma stratégie avec la Grèce reste de fortifier mes provinces montagneuses. L'armée grec tiens biens face aux italiens surtout dans ces provinces. Sinon, il faut aussi prendre en compte que la Crête est le dernier bastion grec avec un core dessus. C'est donc bien d'envoyé quelques divisions de marines surplace et de fortifier les côtes. Les britanniques enverront éventuellement des hommes si tu réussi à tenir longtemps.

La deuxième stratégie est de rejoindre l'axe, ce qui est relativement facile. Toutefois, il faut bien aidé l'Italien car tôt ou tard les britanniques envoi une contre offensive majeur au Maroc ou en Libye. La Grèce est aussi un front de premier plan pour les britanniques qui tentront par le fait même de crée une troisième front contre les allemands et soulagé les soviétiques.

Chaud, moi faudrait que je fortifie toutes les Carpates même si en cas d'attaque de l'axe, ça sera un bon moyen d'endiguer les hongrois et les slovaques. Après la Crête, ça me servira sûrement de base navale et d'aérodrome, une ou deux devraient suffire. Je rejoindrais l'Axe en dernier recours, d'une car j'ai un large front avec les soviétiques et d'autre seulement si l'armée italienne est 2 x plus nombreuse que moi. Ce qui doit sûrement être le cas. :hap:

Shikkoku a écrit:Conseil sur ta partie en cours, très intéressante d'ailleurs, tun 'as plus de manpower.
Ca veut dire que chaque homme qui tombe au combat ne sera pas remplacé pour le moment et que tes armées sont de plus en plus faibles. Je te déconseille de continuer à attaquer dans l'immédiat sinon tu vas pas pouvoir résister à l'Italie, pas avec un front aussi grand et si peu d'hommes.


+ Il manque la base pour la Grèce, Remove Kebab :hap:

Je torche la tech de l'agriculture depuis le début du jeu pour que mes réserves soient potables et pour l'instant, je regagne 3.8 par mois, c'est pas mal mais c'est un peu bcp nul quand même, mais tu verras ce qu'on arrive à faire sans renforts et une tactique de fourbe. :hap:

Momow
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 391
Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: Still Few Hours Before Ze Branlée - TFH AAR Grec

Message par Momow le Dim 13 Déc 2015 - 10:13


Chapitre 2 : La bataille de Croatie ou comment torcher une guerre sans manpower


La Grèce a besoin de protéger le moins de fronts possibles, son expansion rapide a grandement augmenté son nombre de voisins qui pourraient potentiellement être des ennemis ou des alliés. L'URSS peut être une aide précieuse ou du moins, elle servira à sécuriser la frontière nord. Afin de renforcer les relations russo-grecques, un accord commercial a été signé. La prochaine étape sera pour la Grèce de signer un pacte de non-agression pour assurer ses arrières.


Les nouveaux fusils grecs sont enfin sortis des usines, ils devront équipés tous les soldats d'ici trois mois. Un meilleur entraînement a également été délégué aux recrues.


Après le règlement de l'incident de Vidin ayant coûté la liberté aux Roumains, la Grèce redéploie ses divisions aux frontières yougoslaves. La Grèce a un avantage tactique considérable, Beograd se trouve à quelques centaines de kilomètres de la frontière. Un assaut rapide pour capturer la capitale permettra sûrement de conquérir le pays aussi rapidement que la Roumanie l'a été. A 6 heures, le 20 Octobre 1939, les hostilités commencent.


L'avancé se fait rapidement, aucun ennemi n'est rencontré. L'armée est aux portes de Beograd. Le 30 Octobre, l'assaut sur la capitale yougoslave est lancé. Le 6. et le 17. Stratiotis sont envoyés au sud intercepter la division alpine slave.


Le 5 Novembre, Beograd tombe aux mains des Grecs, dans le même temps, les yougoslaves réussissent à capturer Timisoara. Malgré cet échec, l'opération est pour l'instant un succès : les principales villes du sud-est de la Yougoslavie sont occupées, il n'y a presque aucune résistance sur le territoire, quelques poches insignifiantes parsèment le territoire mais ne représentent pas de menaces concrètes.


Les yougoslaves déploient enfin leurs forces armées mais c'est bien trop tard, les divisions sont éparpillés sur un grand front. Un seul assaut général grec mettra à terre l'armée yougoslave.


L'ordre Kamino est lancé par le Colonel Papagos. Toutes les divisions grecques (exceptées celles de Beograd) attaqueront simultanément les lignes yougoslaves. ''Il faut mettre un terme cette guerre maintenant, faites-moi confiance, mon roi.'' disait-il.


Si les Yougoslaves perdent du terrain dans leur propre pays, ils en prennent à l'extérieur. Alors que l'ordre Kamino est en cours d'exécution, un débarquement de 7 000 hommes a lieu en Crête. La garnison défend ardemment l'ouest de l'île. Les yougoslaves n'auront pas la Crête qui pourra s'avérer vitale pour la Grèce en cas d'opération dans la méditerranée et qui pourrait s'avérer vitale pour la Yougoslavie pour débarquer à Athènes.


La Grèce est à court de recrues, il faut coûte au coûte finir la guerre et accélérer le mouvement des troupes. L'ordre Kamino est plus qu'efficace, le front avance sûrement vers Zagreb. Les divisions yougoslaves fatiguent face aux attaques grecques mais elles tiennent bon. Les principales forces ennemies étant regroupées au sud, le nord est dénué de soldats facilitant ainsi le mouvement des divisions grecques vers le sud. Si les grecs arrivent à encercler les combattants yougoslaves, la guerre sera gagnée.


La guerre tourne en faveur de la Grèce. L'encerclement des forces yougoslaves est la première étape de leur extermination. La Général-Major Markou et son 4. Stratiotis attaquent la ville de Split pendant que les autres divisions grecques contiennent les soldats yougoslaves. Les attaques répétées les mettent à mal, les grecs sont en supériorité numérique à peu près partout. Ce n'est qu'une question de temps pour la Yougoslavie.


Le 6 février, Split est prise. La Yougoslavie rend les armes. L'instauration de l'état-fantoche de Yougoslavie permet d'avoir une zone-tampon entre les deux potentiels ennemis principaux de la Grèce, l'Allemagne et l'Italie. Bien que des centaines de soldats sont morts, des héros de la guerre ont été promus comme le Général-Major Markou, après ses combats à travers les montages et à Split avec le 4. Stratiotis. qui devient Lieutenant-Général et affecté au commandement du 1. Stratos Ellenas.

L'hégémonie grecque s'installe petit à petit dans les Balkans et dans l'Europe et l'armée grecque semble devenir une des meilleures de l'ancien continent.

Momow
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 391
Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: Still Few Hours Before Ze Branlée - TFH AAR Grec

Message par Utyi le Dim 13 Déc 2015 - 10:18

mais tu verras ce qu'on arrive à faire sans renforts et une tactique de fourbe. :hap:
Camper sur les détroits et avoir un ratio 50:2000 ? :hap:
avatar
Utyi
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1487
Date d'inscription : 29/08/2011
Localisation : entre 180 O et 180 E , 90 S , 90 N

https://www.youtube.com/channel/UCQmNOW8QFnyWdcar_uEwOJw

Revenir en haut Aller en bas

Re: Still Few Hours Before Ze Branlée - TFH AAR Grec

Message par Momow le Dim 13 Déc 2015 - 17:50


Chapitre 3 : Le dernier mur avant la fin


Après la victorieuse bataille de Croatie où beaucoup de soldats ont été blessés, la médecine de guerre grecque n'a cessé de s'améliorer. La Grèce a également grandement  investi dans la modernisation de l'armement et dans un système de communication à distance perfectionné, si ces deux choses avaient été présentes lors de la bataille de Croatie, les pertes grecques auraient été moindres. La "mécanisation" des champs progresse encore.

"Nous ne pouvons plus avancer à l'ouest sans affronter des géants." déclara Théodor Pangalos le 22 juin 1940. Si l'ouest n'était plus perméable, il fallait aller toctoquer à l'est. L'État-Major l'envisageait fortement. Non seulement, cela ouvrirait une porte sur l'Asie mais la Grèce écraserait les descendants des Ottomans, leurs rivaux historiques. Le Commandement Grec a convaincu Georgios II d'établir l'Opération Tamerlan : un plan consistant à foncer sur Istanbul puis de sécuriser la côte avant de descendre sur Ankara. Malgré l'expérience des soldats hellènes, l'État-Major hésite encore à lancer l'assaut pour l'instant, les forces ont beau être expérimentées, les vagues humaines sans aucun soutien d'artillerie ou soutien mécanisé sont très coûteuses. La production d'artillerie a donc été relancée tandis que les premiers chars grecs devraient sortir des usines dans quelques mois. Si les cotas sont respectés, l'invasion de la Turquie.


Enfin de bonnes nouvelles pour la Grèce : ses ennemis potentiels pourraient bien se révéler comme partenaires commerciaux majeurs ou même alliés. Plusieurs licences de productions ont été achetées auprès des Italiens et des Allemands ainsi des redoutables Stuka et de terrifiants Königtiger rejoindront l'armée grecque. Même s'il y a pour l'instant la priorité sur la production d'artillerie.


En août, la France s'écroule sous les chars allemands, l'empire britannique perd son proche allié, l'Angleterre est seule, les membres du Commonwealth doivent se presser s'ils veulent sauver l'Empire sur le déclin. Le régime de Vichy est instauré dans la France en cendres. Dans le même temps, Staline a un mauvais pressentiment, il organise l’assassinat de Trotsky devenu trop encombrant. L'URSS mobilise ses hommes, tous ses hommes. Si les tensions exacerbent d'avantage, une marée humaine déferlera sur l'Europe. Les USA déclare l'État d'urgence.



"Heuh, mon Roi, je dirais que nous avons un problème, je... j'ai... l'Allemagne nous a déclaré la guerre." Telle est la phrase prononcée par le Premier Ministre le 26 Septembre 1940 à 20 h 01. L'Allemagne arrive. L'Italie également. La Grèce n'est pas prête. La frontière yougoslave est très peu protégée. Le déploiement grec est long. C'est le commencement de la fin.

Quelques heures plus tard, les premiers coups de feu retentissent à travers les vallées. Zara, ville italienne dans les Balkans, est prise et 6 000 italiens y sont capturés. 352 italiens sont tués à Capodistria contre 143 grecs. Les Panzers allemands dans les montagnes se montrent moins efficaces qu'en plaines. Les premiers engagements de la guerre sont remportés par l'alliance slavo-grecque. Mais ça ne dure pas, l'infanterie allemande traverse les montagnes, les italiens reprennent le contrôle. Le repli général est sonné.

Le front recule inexorablement. Les troupes slavo-grecques n'ont pas l'équipement adapté pour lutter contre les Panzers allemands. L'alliance enchaîne les défaites au sud mais au nord, le front se maintient.

La situation est critique, la Grèce a perdu près de 70 000 hommes en trois mois. Les 30 000 soldats grecs de Zagreb ont capitulé. Les derniers espoirs grecs reposent sur les divisions encore opérationnelles mais elles ne sont pas nombreuses.

Le 29 novembre, la Yougoslavie se rend à l'Allemagne : la Grèce est seule. Plusieurs débarquements italiens ont échoué à Athènes mais le prochain achèvera sûrement la garnison.

Le 1 janvier 1941, la Grèce se rend. Son armée a été totalement détruite. Le roi Georgios II a été fait prisonnier, le gouvernement est en exil en Angleterre. C'est la fin de la Grèce qui s'était bâti en 5 années. Ce n'est plus qu'un nuage de poussière.


---
J'ai tellement le seum, j'ai cru que ma partie allait durer plus longtemps, en plus elle avait bien commencé. Chaud d'affronter l'Axe avec 120 000 hommes. Ce fut un très court AAR. :hap:

Momow
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 391
Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: Still Few Hours Before Ze Branlée - TFH AAR Grec

Message par Shikkoku le Lun 14 Déc 2015 - 6:47

Ah dommage. Après la Yougo j'avais espoir.

Mais oui, c'était plutôt certain qu'après la Bataille de France tu allais te prendre l'Allemagne dans les dents entre la France et l'URSS :hap:

Bien joué cependant.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 6000
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Still Few Hours Before Ze Branlée - TFH AAR Grec

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum