[CK2] AAR Empire Romain Oriental - 867

Aller en bas

[CK2] AAR Empire Romain Oriental - 867

Message par Prishayev le Ven 13 Mai 2016 - 16:42

Empire Romain Oriental





Dynastie : La dynastie macédonienne
Objectif : Restaurer l'empire des romains orientaux dans ses limites historiques maximales.
Difficulté : Normale
Date : 867 Après J.C à 1453 Après J.C
Mod : CK2+ de même qu'un mod pour simuler la taille du domaine impérial ainsi qu'un mod pour suspendre les coalitions irréalistes (l'alliance des indiens et des Hongrois et des Arabes contre l'empire romain n'est pas réaliste pour un sous).

Introduction :

Depuis fort longtemps sous la coupe de Bardas, Michel III se lassa de ce dernier et se prit d'amitié pour Basile, un paysan d'origine arménienne venu en macédoine, fort et vigoureux il était apte à dresser les plus rudes chevaux, une passion commune unissait l'ancien paysan et l'empereur. Bardas prit les devants mais fut massacré avant d'avoir pu mettre fin à l'influence croissante de Basile sur l'empereur. L'influence de Basile s'accru au point que l'empereur lui confia en mariage sa maitresse Eudocie Ingérina et en fit un coempereur, titre plus qu'honorifique dans le cas de Michel dit l'ivrogne qui va littéralement accepter un temps la domination de son coempereur Basile puis, souhaitant se débarrasser de Basile l'empereur est assassiné par ce dernier en 866. La dynastie Macédonienne entrait en scène par le plus horrible crime de l'époque : l'atteinte à la pourpre et à son porteur, il fallait donc laver ce crime en confirmant le choix de Dieu via une démonstration de virilité et de génie que seul Basile semblait en mesure de réaliser.

Lors de sa prise de pouvoir, Basile le Macédonien, contesté par quelques stratèges, sut emporter l'adhésion par une habille distribution des postes et des dignités qui conforta la puissante faction qu'il avait constituée antérieurement, s'appuyant surs ses proches parents et un réseau d'étrangers, dont des Arméniens. Son pouvoir ne fut guère menacé, sinon par des complots palatins attestés jusqu'à la fin du règne. Dès 867 il contraignit Photius, trop lié à ses yeux à l'Ancien Régime, à démissionner et il rétablit Ignace.


Dernière édition par Prishayev le Sam 14 Mai 2016 - 13:05, édité 4 fois
avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 507
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [CK2] AAR Empire Romain Oriental - 867

Message par Prishayev le Ven 13 Mai 2016 - 16:57

Partie 1 : La refondation Macédonienne





L'avènement de Basile 1er ne change en rien le rapport de forces en orient, les commandants sont identiques et seront heureux, Basile n'est pas un stratège mais bien un soldat et s'est comme tel qu'il va mener ses troupes au combat aux côtés d'hommes plus expérimentés et gagner ses propres galons dans la bataille. Un évènement lui permet de se distinguer : la Sicile est dans sa plus grande partie aux mains des envahisseurs musulmans, il convient de mener une campagne énergique pour contrer leur avancée.





En 868 s'achève le conflit par une série de victoires clefs de Constantinople sur les Aghlabid, cette victoire décisive permet de contrecarrer les plans de l'envahisseur et de saigner son armée, elle ne représentera plus jamais une menace pour les possessions romaines de Syracuse. Sous les applaudissements des verts, l'empereur se distingue à son retour par une victoire éclatante dans l'hippodrome.





L'année suivante, face aux raids croissants des nordiques sur les possessions byzantines de Sicile, Dalmatie et de la République de Raguse, l'empereur Basile décide de recruter des guerriers débarqués sur les terres orientales et de les incorporer dans une nouvelle unité d'élite, la Garde Varègue. Cette force de choc va être une terreur pour tous les adversaires de l'empire, redoutable sur tous les champs de bataille elle va également s'illustrer contre les séditions et les complots palatins.








Fin 869 un nouveau danger apparait, les Pauliens ont été massacrés et refoulés mais une nouvelle hérésie embrase les Balkans, le bogomilisme inspiré par Bogomile et répandue jusqu'à la cour du tsar des bulgares, à en croire les ambassadeurs et religieux présents au pays des slaves la personne royale serait elle même complice de la croissante popularité des écrits de Bogomile.





L'armée Constantinopolitaine ne perd pas de temps, elle marche sur l'armée Bulgare afin de circoncire le danger et endiguer la poussée des hérétiques, elle s'empare (à la suite de la victoire de Skopje) les terres de Dyrrachion, redistribuées aux nobles grecs pour former un nouveau thème.








Outre la reconquête de la Cilicie menée par le glorieux général Isidore de la dynastie des Chlorokokis, l'empereur marche en personne sur la Théodosie et libère les populations sous le joug des nomades, restaurant les comptoirs impériaux administrant les ressources circulant sur le Pont Euxin. Ces deux victoires, suivie par l'occupation de l'intégralité de la Crimée et d'Alexandrette puis l'affaiblissement interne du Califat Abbasside, permettent d'espérer des jours meilleurs pour Byzance.









La Sicile reste l'objectif central de Basile qui entend restaurer la présence impériale sur la botte toute entière, il mène une audacieuse campagne qui au bout de neuf ans va permettre de restaurer la frontière avancée de l'empire en Italie.








En 878 la frontière des royaumes carolingiens unifiés est atteinte par l'empire des romains, la situation de l'empire exige de nouveaux alliés car une nouvelle donne stratégique apparait : l'orient s'ouvre et permet aux armées byzantines de guerroyer à leur aise tandis qu'au nord la seule menace encore concevable pour l'empire n'est autre que l'Etat des francs. Basile franchit le pas deux ans plus tard et accepte qu'un mariage et une alliance soit officiellement ratifiée par les deux puissances chrétiennes.





En 885 la crise paulienne resurgit, le patriarche paulien déclare la guerre sainte à l'encontre de Constantinople et exige la restitution aux arméniens des provinces du Taurus, c'est à dire toute la Cilicie des hellènes ! Devant le refus de Byzance, l'armée arménienne s'engouffre dans les provinces grecques mais se voit rapidement mise en déroute par l'armée rassemblée par les thèmes anatoliens, refoulée en terre arménienne et obligée d'observer le long de sa retraite la terre des hérétique être soulevée, retournée, incendiée et sa population massacrée, soumise à la volonté du Basileus.








L'année suivante, Basile doit choisir son héritier. Il démet Léon de son titre de Despote et d'héritier de la couronne et ce malgré son rang de porphyrogénète au profit de son fils George fait à l'image de son père, soldat forgé au front, physiquement fort, travailleur acharné, despote cruel, brutal et sans scrupules. Léon ne l'entend pas de cette oreille et décide de lever une armée pour conquérir le pouvoir qui lui revient de droit, capturé lors d'une bataille à Nicomédie il est exécuté, certains diront plus tard qu'il le fut de la main même de son père.





Marchant sur l'Arménie paulienne, Basile s'avance plus loin qu'aucun empereur depuis Héraclius, il se saisit de l'intégralité des provinces de l'antique royaume d'Arménie et y fonde deux forteresses, symbole de la présence Constantinopolitaine sur ces nouvelles provinces. Sur le front sud, Edesse mais également Antioche tombent fin 899, un nouveau siècle s'annonce et déjà un nouveau levé de soleil s'élève dont la portée ne saurait se réduire, dont la flamme ne saurait s'éteindre et dont les rayons ne sauraient se coucher sur le nouvel empire des grecs que s'empresse de forger Basile. L'empereur, dans un dernier souffle, envahi la Géorgie aux mains des turcs et y fonde deux thèmes en 910, date de sa douce mort, emporté par Dieu vers le repos éternel.


Dernière édition par Prishayev le Jeu 19 Mai 2016 - 9:27, édité 1 fois
avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 507
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [CK2] AAR Empire Romain Oriental - 867

Message par Prishayev le Ven 13 Mai 2016 - 17:28

Partie 2 : La Reconquête





George, fils cadet d'un père fondateur d'une nouvelle race de monarques, tend à imiter son paternel comme deux goutes d'eau, c'est un ambitieux guerrier, féroce au combat et sans scrupules. Lorsqu'il déclenche une campagne pour Tripoli il n'imagine pas encore que son combat lui permettra de rétablir une partie non négligeable de l'antique empire perdu sous Héraclius. Son accession à la pourpre ne présente guère d'opposition, il est né porphyrogénète mais assiste à la montée en puissance du stratège de l'Epire et de celui de Cilicie, Basile avait veiller à stabilité des rapports de force entre puissants et grands, mais désormais l'empire sur l'offensive n'a plus les moyens de faire régner l'ordre social des Isauriens partout sur le vaste empire des grecs, il ne le peut que dans les provinces nouvellement conquises, malléables à souhait.








Georges proclame que deux ans après avoir porté le noir le peuple peut désormais cesser de pleurer de toutes ses larmes Basile, le temps des réjouissances peut débuter. L'empereur revient de campagne en Syrie qui depuis quatre ans est le théâtre de terribles affrontements entre les troupes arméno-grecs de l'empire romain et les armées des vassaux du califat de Bagdad. Il revient en triomphe après avoir atteint Tripoli et la Galilée, véritable épopée militaire ou 40 000 soldats thémo-tagmatiques se sont rués à travers la Syrie et ont rasé l'intégralité des forteresses frontalières, pillé les richesses accumulées dans les riches cités arabes et emporté le butin loin d'Alep, longeant la côte les troupes byzantines implantent des garnisons et réimplantent l'étendard du Chi-Rho à Tyr. L'empereur fait fêter ses victoires militaires par une exposition de virilité venue tout droit d'occident : la joute. Il décrète la première joute grecque ou ses cataphractaires s'illustres dans le maniement de la lance, il s'y distingue personnellement en remportant le tournoi, gloire à notre glorieux Basileus ! Hurlèrent les cavaliers lourds et le peuple réunis devant les murailles théodosiennes. Célébré dans tout le monde chrétien, l'empereur devient Galahad, un guerrier sans peur ni reproche, un homme charitable et patient, doté d'une foi profonde et d'une volonté inébranlable notamment vis à vis de la justice, un grand guerrier chrétien.








Aspirant à restaurer la paix et l'ordre à l'intérieur des frontières, le Basileus travaille d'arrache pieds à mater les séditions locales, les révoltes religieuses ... fatigué, il se tourne vers Dieu ... et celui ci finit par lui répondre. Ayant basculé en 922 dans une sorte de folie mystique il se renomme "Dosithéos" (choisi par Dieu) et prend une série de mesures radicales pour militariser la société byzantine. Il impose à l'église orientale (qui provoque un demi-schisme avec Rome en passant) que les héros tombés au combat contre les musulmans deviendront des saints célébrés dans les églises par les hommes de Dieu. Il réduit peu à peu la place du système thématique stratiotique dans l'organisation militaire romaine au profit des tagmata régulières et régionales, réorganise une armée centrale en plus des unités de Varègues, engage des mercenaires orientaux et occidentaux, bref il réforme l'armée et engage de nouvelles campagnes en Syrie et n'aura de cesse de démontrer d'Amida à Jérusalem les prouesses de l'armée romaine mais également de planter l'étendard chrétien sur chaque ville historique du monde romain oriental.





Le contexte est plus que favorable, les arabes, décadents, ne peuvent opposer qu'une opposition de pure forme aux conquêtes romaines tandis qu'au nord les Bulgares, divisés, sont refoulés sur le Danube. En occident le monde carolingien s'effondre tandis qu'en Russie de grandes puissances se forment.




















Sur le plan politique, l'empereur renforce les prérogatives impériales, proclamé autocrate par ses vassaux thématiques, il nomme sa fille Margarita héritière de l'empire, froissant les conventions populaires et aristocratiques de l'empire, il tient à lui inspirer les valeurs qui ont fait des macédoniens la plus grande famille depuis Héraclides, la tempérance, le courage, le sens de la justice. Pour elle, pour son règne, il va verser le sang de dizaines de milliers de soldat dans l'héroïque défense de Constantinople face aux vagues déferlantes des thèmes arméniens, ciliciens et siciliens, victorieux il fait égorger les meneurs de la rébellion et libère certains, notamment les Phokas, qu'il faudra choyer pour l'avènement de Margarita.








En 944, il entre à la tête de 11 000 survivants sur 18 000 hommes engagés dans la cité fortifiée de Jérusalem, trois-cent ans après la chute de la ville face aux vagues arabes le passé romain réapparait, des tissus de pourpre sont accrochés aux balcons, les sujets portent le blanc et offrent leur contribution exceptionnelle à cette campagne. Rétablissant le pentarque de Jérusalem, l'empereur peut considérer son œuvre comme achevée, il doit néanmoins encore repousser les frontières de l'empire en Syrie-Palestine pour en assurer sa pérenne défense.








Trouvant la mort lors d'une partie de chasse, l'élu de Dieu rejoint son créateur aux cieux, laissant la place en 946 à sa jeune fille de 17 ans, Margarita, sacrée par le patriarche Basilissa des romains. Gloire à notre nouveau Basileus, héritière de Basile et Dosithée, elle n'aura pas d'autre but que la restauration de la civilisation romaine sur toute la frange orientale de la méditerranée.




Dernière édition par Prishayev le Jeu 19 Mai 2016 - 6:56, édité 1 fois
avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 507
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [CK2] AAR Empire Romain Oriental - 867

Message par Baptiste le Lun 16 Mai 2016 - 10:55

T'es déter toi à mettre une femme comme héritier, les malus sont plutôt chauds à gérer dans certains cas :sarkozy:
avatar
Baptiste
Modérateur
Modérateur

Messages : 189
Date d'inscription : 22/03/2014
Age : 21
Localisation : Essonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [CK2] AAR Empire Romain Oriental - 867

Message par Prishayev le Jeu 19 Mai 2016 - 6:48

Hehe, certes il y a des malus à gérer, pour ainsi dire il n'y a que cela ! Mais c'était soit ça soit prendre un héritier médiocre, j'ai donc préféré choisir cette princesse qui a de nombreuses qualités pour régner sur CK2. Et puis entre nous, ça rajoute un peu de difficulté car je n'ais déjà plus vraiment d'adversaire pour s'opposer à ma marche en avant, la PLS des musulmans compte pour beaucoup xD
avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 507
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [CK2] AAR Empire Romain Oriental - 867

Message par Shikkoku le Jeu 19 Mai 2016 - 8:14

Putain j'avoue sur la map y'a aucun pays musulman qui pourrait représenter un quelconque danger.

Au Moyen-Orient c'est éclaté, en Espagne aussi, en Afrique aussi.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5942
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [CK2] AAR Empire Romain Oriental - 867

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum