¤ V1519 ¤ Habemus papam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

¤ V1519 ¤ Habemus papam

Message par Sirda le Ven 1 Déc 2017 - 18:38

ETATS PONTIFICAUX


Les Etats Pontificaux, malgré une taille modeste et une force militaire relativement faible, sont l’un des acteurs majeurs du Moyen-Age et de la Renaissance, grâce à leur influence religieuse de premier plan puisqu’ils abritent le Saint Siège, domaine des papes, représentants du Christ cosmique. Alors que le schisme d’Occident a enfin pris fin, une nouvelle crise religieuse apparaît dans le monde chrétien avec les débuts du protestantisme luthérien, et c’est dans ce contexte que la Papauté s’insère dans le jeu.

Il a été choisi de rendre non-jouable les Etats Pontificaux pour permettre à chaque joueur de pays chrétien d’avoir une véritable politique d’influence vis-à-vis de Rome, et notamment la curie romaine, en essayant de placer un maximum de ses concitoyens comme cardinaux, et peut-être espérer de voir l’un d’eux être élu pape. Avoir Rome à ses côtés peut être un atout majeur grâce aux richesses et à l’influence dont jouit la cité millénaire dans le monde occidental, tout comme pour lancer des croisades, excommunier des ennemis, etc.

Ainsi, chaque joueur dispose de plusieurs moyens d’interactions avec la Papauté pour accroître son influence dessus. Les lister serait fastidieux et inutile pour tous ces moyens se résument en un objectif : se faire bien voir de Rome. Cela passe par soutenir les ordres saints, faire quelques dons réguliers à l’Eglise, ne pas faire preuve de trop de gallicanisme, participer à d’éventuelles croisades, combattre les hérésies. La simonie étant pratique courante, malgré son interdiction, il est également possible d’acheter des charges pour ses sujets.

Lors du décès du pape, une nouvelle élection est automatiquement lancée. Tous les joueurs possédant au moins un cardinal à la curie peuvent présenter un candidat à la Papauté sous un délai de quarante-huit heures IRL après le décès du précédent pape. Une fois tous les candidats connus, chaque joueur dispose de vingt-quatre heures pour envoyer le vote de son ou de ses cardinaux. L’administration simule les votes des cardinaux non-joués. Autant de tours que nécessaires peuvent être organisés jusqu’à la désignation du pape.

La gestion des Etats Pontificaux va être confiée à l’administrateur Sirda, qui se chargera de traiter et de répondre aux différentes demandes qui pourront être formulées, tant via la modération des secrets que sur le topic officiel. En attendant des évolutions sur la composition de la curie romaine, voici sa composition au 1er janvier 1519, par ordre d’ancienneté de création du titre cardinalice :

  • Bernardino López de Carvajal (Castille)
  • Domenico Grimani (Venise)
  • Alexandre Farnèse (Rome)
  • Hippolyte Ier d'Este (Ferrare)
  • Louis d’Aragon (Naples)
  • Philippe de Luxembourg (France)
  • Amanieu d'Albret (France)
  • Tamás Bakócz (Hongrie)
  • Marco Corner (Venise)
  • Francesco Soderini (Florence)
  • Nicolas Fieschi (Gênes)
  • Adriano di Castello (Rome)
  • François Guillaume de Castelnau de Clermont-Lodève (France)
  • Leonardo Grosso della Rovere (Rome)
  • Sigismondo Gonzaga (Mantoue)
  • René de Prie (France)
  • Antonio Maria Ciocchi del Monte (Florence)
  • Pietro Accolti (Florence)
  • Achille Grassi (Rome)
  • Matthieu Schiner (Sion)
  • Matthäus Lang von Wellenburg (Autriche)
  • Lorenzo Pucci (Florence)
  • Jules de Médicis (Florence)
  • Bernardo Dovizi da Bibbiena (Florence)
  • Innocent Cybo (France)
  • Thomas Wolsey (Angleterre)
  • Adrien Gouffier de Boisy (France)
  • Antoine Bohier (France)
  • Guillaume III de Croÿ (France)
  • Francesco Conti (Rome)
  • Giovanni Piccolomini (Florence)
  • Giovanni Domenico De Cupis (Rome)
  • Niccolò Pandolfini (Florence)
  • Raffaele Petrucci (Florence)
  • Andrea Della Valle (Rome)
  • Bonifacio Ferrero (Savoie)
  • Giovanni Battista Pallavicino (Gênes)
  • Scaramuccia Trivulzio (Milan)
  • Pompeo Colonna (Rome)
  • Domenico Giacobazzi (Rome)
  • Louis de Bourbon-Vendôme (France)
  • Lorenzo Campeggio (Milan)
  • Ferdinando Ponzetti (Florence)
  • Luigi de' Rossi (Florence)
  • Silvio Passerini (Florence)
  • Francesco Armellini de' Medici (Florence)
  • Adriaan Floriszoon (Pays-Bas)
  • Thomas de Vio (Rome)
  • Gilles de Viterbe (Rome)
  • Cristoforo Numai (Rome)
  • Guillén-Ramón de Vich y de Vallterra (Aragon)
  • Franciotto Orsini (Rome)
  • Paolo Emilio Cesi (Rome)
  • Alessandro Cesarini (Rome)
  • Giovanni Salviati (Florence)
  • Niccolò Ridolfi (Florence)
  • Ercole Rangoni (Rome)
  • Agostino Trivulzio (Milan)
  • Francesco Pisani (Venise)
  • Alphonse de Portugal (Portugal)
  • Albert de Brandebourg (Brandebourg)
  • Jean III de Lorraine (France)

Soit, sur 62 cardinaux, 16 romains, 15 florentins, 10 français, 3 milanais, 3 vénitiens, 2 génois, 1 anglais, 1 aragonais, 1 autrichien, 1 brandebourgeois, 1 castillan, 1 ferrarais, 1 hongrois, 1 mantouan, 1 napolitain, 1 néerlandais, 1 portugais, 1 savoyard, 1 sédunois. Le nombre de sièges cardinalices peut être augmenté sans limite.
avatar
Sirda
Administrateur
Administrateur

Messages : 1243
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum