[✓] République d'Argentine

Aller en bas

[✓] République d'Argentine

Message par Skorm123 le Lun 5 Mar 2018 - 22:58

République d'Argentine



Informations générales

Président : Domingo Faustino Sarmiento
Statut : République constitutionnelle présidentielle.
Capitale : Buenos Aires
Religion : Catholique
Monnaie : Peso fuerte
PIB : 2.2 milliards
Croissance : /
Population : 1.7/8 million d'habitants.

Forces armées



Armée Argentine

9 000 soldats
1 000 cavalier
20 canons

Marine Argentine

Pas d'information, juste qu'une politique de modernisation commence en 1870.


Dernière édition par Skorm123 le Jeu 8 Mar 2018 - 17:02, édité 1 fois
avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1337
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] République d'Argentine

Message par Sancho le Mer 7 Mar 2018 - 23:22

PIB: 2,2 milliards.

Armée:
9000 soldats 1000 cavaliers et 20 canons
avatar
Sancho
Modérateur
Modérateur

Messages : 144
Date d'inscription : 03/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] République d'Argentine

Message par Shikkoku le Jeu 8 Mar 2018 - 21:06

Validé.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 6028
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] République d'Argentine

Message par Skorm123 le Jeu 8 Mar 2018 - 22:56




República Argentina


République Argentine
 



Etat des lieux




L’année 1971 était plutôt mauvaise pour le président Domingo Faustino Sarmiento. Le pays n’est pas stable, la guerre avec le Paraguay s’est certes terminée en 1970 mais la révolte jordanienne qui suivit a causé de nombreux troubles dans le pays. En effet le dernier des caudillos, mots désignant un général leader d’un pays, province ou ville, souvent prenant le pouvoir avec violence, Ricardo Lopez Jordan a décidé de lutter face à l’Etat. Celui-ci est un Federales, prônant la mise en place d’une fédération en Argentine permettant de diminuer le poids et les pouvoirs de la capitale Buenos Aires. Les Federales luttaient contre les Unitarios voulant un certain centraliste, une guerre civile qui a déjà duré plus de 40 ans. Le président Sarmiento n’était dans aucun des deux camps, il était chez les libéraux, mais cela n’empêchait pas qu’il représentait l’Etat centraliste de Buenos Aires pour Ricardo Lopez. Celui-ci entra en conflit avec l’Etat l’année précédente, en avril 1870. Il y assassina Justo José de Urquiza, un autre caudillo des Federales, longtemps leader de ce parti mais qui pris sa retraite et accepta la défaite et la dissolution de la Confédération en 1961. Celui-ci pris désormais parti du gouvernement central de Buenos Aires, notamment soutenant la guerre contre le Paraguay dont il en tira de grandes richesses, notamment 600 000 vaches, 500 000 moutons, 20 000 chevaux et plus de 800 000 hectares, une richesse immense. Ricardo Lopez Jordan ne pardonna jamais à Urquiza une telle traitrise envers les Federales. A partir de 1971, 12 000 Federales, notamment des montonera, sortes de milices équipés de lances et d’épées et montés à cheval, prirent le contrôle de la province d’Entre Rios et de Corrientes. Ils furent battus et les survivants partirent en exil en Uruguay, ou, d’après certains, au Brésil.

Pour le président, ce conflit n’est pas fini, le caudillo reviendra avec, on le pense, bien plus de soldats, bien mieux équipés et entrainés que maintenant. Il est important pour lui de s’y préparer, et de retrouver Lopez Jordan pour le juger. Cependant, il est important de sécuriser les provinces frontalières au Brésil et à l’Uruguay, c’est-à-dire Entre Rios et Corrientes, une force de 3 000 hommes au minimum devra y stationner. Des gardes nationaux y seront aussi installés dans les principales villes pour les maintenir en cas d’invasion. Le nombre importe peu, l’infanterie est gagnante faces aux montonera qui sont mal organisés et qui ont très peu d’armes à feu. Des renforts seront bien évidement rapide à arriver depuis le reste du pays.
Avec l’expulsion des Federales d’Entre Rios, un Emilio Duportal fut élu (les fédéralistes ne purent se présenter, interdit), très peu de citoyens ayant voté. Duportal pris plusieurs mesures afin d’éviter une nouvelle révolution : les fédéralistes furent licenciés des emplois gouvernementaux, même les prêtres et professeurs des écoles. Les territoires publics vendus aux enchères (mais qui se retrouvèrent dans les mains d’amis), certains colons expulsés, et la police commirent de nombreux actes envers la population, causant la démission du gouvernement, rapidement remplacé par Pascual Echagüe, qui géra bien mieux la province que Duportal.

Mais, l’Argentine est un pays qui est plein d’espoir, au-delà des nombreuses tensions. Le président a mis en place de nombreuses mesures, notamment autour des communications et de l’éducation. De plus, le président a longtemps visité les Etats-Unis, et veut prendre modèle sur ce pays. De nombreuses lois permirent la création des libertés basiques, et permis de renforcer la sécurité civile ainsi que le progrès pour tous. Niveau éducation, Sarmiento a de nombreux projets afin de moderniser le pays, et il ne sera pas étonnant de le voir préparer des projets de lois et plans afin de parvenir à accomplir ses projets.  Pareil pour la modernisation des infrastructures, notamment l’utilisation du télégraphe dont déjà de nombreuses lignes sont en services. Ou bien de moderniser le système postal et le système de train, permettant un développement continu des régions argentine et permettre la communication plus facile entre celles-ci (oui oui ce sont mes deux prochains messages).



avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1337
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] République d'Argentine

Message par Skorm123 le Ven 9 Mar 2018 - 21:56




República Argentina


République Argentine
 



De l’immigration en Argentine



« Les commerces sont fermés, les rues sont désertes, il y a une pénurie de médecins, les cadavres sans assistance s'entassent dans la rue, tout le monde s’enfuit s’ils peuvent »
Mardequeo Navarro, 13 Avril 1871, sur l’épidémie de fièvre jaune


Pour le président Sarmiento, l’immigration est essentielle pour l’Argentine. Le pays s’est créé sur l’immigration avec les premiers colons espagnols, puis c’est aujourd’hui l’immigration qui permet à l’Argentine de se construire réellement. Pourtant, l’immigration est fortement critiquée à Buenos Aires depuis le début de l’année, et pour cause, celle-ci est accusé d’avoir favorisé une épidémie de fièvre jaune. Pourtant, la maladie fut ramenée par les soldats revenu de la guerre avec le Paraguay, les régions sur leurs chemins furent en effet dévastées par la même épidémie. Concernant Buenos Aires, cette épidémie fut désastreuse pour la population, elle tua environ 8% des Portenos, nom qu’on utilise pour désigner les habitants des villes côtières. Par jour, le nombre de morts normal était de 20 personne, le pic, début avril, fut de 500 morts, pour un total de, d’après le Revista Médico Quirúrgica du Bonaerense Medical Association, de 13 000 personnes, dont 6 000 italiens et 3 000 argentins, prouvant à nouveau que la maladie a touché particulièrement la population pauvre immigrante. Au pire de l’épidémie, Buenos Aires subit un exode massif, diminuant la population de deux tiers.

Pourtant, pour Sarmiento, cette immigration reste essentielle pour le pays qui ne peut pas coloniser son espace efficacement avec si peu de population. Attirer cette population est essentielle, et pour cela il faut faciliter leur intégration dans le pays, même si le gouvernement essaie d’attirer ces immigrants depuis les années 1860 déjà, notamment avec la création du Comision Central de Inmagracion il y a deux ans. Le gouvernement veut faire en sorte que des « recruteurs » aillent directement sur le Vieux continent pour y recruter des volontaires à l’émigration vers l’Argentine. L’Etat veut que ce système soit pleinement opérationnel d’ici à 1875. De plus, l’Argentine mettra en place des facilité pour les immigrants, déjà l’autorisation de rester plusieurs jours dans le port de Buenos Aires afin d’enregistrer ces nouveaux arrivants, et qu’ils puissant s’habituer à l’air local, et ceci gratuitement. Leurs affaires seront prises en charge aussi gratuitement.

De plus, afin de développer l’agriculture suite la Conquista del desierto, qui permet à l’Argentine de mettre en culture ou élevage de nouvelles terres prises des Mapuches, les travailleurs fermiers auront droit au voyage vers leurs zones de colonisation gratuitement par le train. Mais ceci sont des détails, le plus important reste l’économie du pays, que celle-ci soit capable d’intégrer ces nouveaux arrivants, qu’ils soient agriculteurs, artisans ou encore ouvriers, même s’ils sont encore rare en Argentine qui n’a pas commencé sa révolution industrielle. Le rêve des immigrants de devenir propriétaire de leurs terres, ou de leurs biens concernant la ville, est encore rare. En effet, suffit de voir l’influence qu’avait le caudillo Urquiza, celui-ci était par exemple propriétaire d’un Estancia de 800 000 hectares, occupés par de nombreux agriculteurs qui devaient payer un loyer au caudillo, empêchant d’être indépendant et d’investir dans des infrastructures par exemple, diminuant à terme la productivité agricole de l’Argentine.

Pour attirer des migrants, il faut que ceux-ci soient indépendants, et pour les nouvelles terres le gouvernement veut s’y prendre différemment des pampas qui auront droit à sa réforme agraire prochainement pour éviter des problèmes à long terme. Bref, pour éviter la situation des pampas, les agriculteurs immigrants auront droit à leurs terres, puisque l’Etat sera propriétaire de pratiquement toutes les terres dans le sud, celui-ci sera en charge de redistribuer équitablement les terres et d’éviter les conflits, des terres productives recevront plus d’agriculteurs que des terres peu productives qui seront utilisés pour l’élevages, car l’Argentine est aujourd’hui fortement dépendant de l’élevage, mais l’agriculture de céréale sera la prochaine étape pour permettre à l’Argentine d’être exportatrice dans l’avenir. Les migrants seront orientés par la Comision Central de Agricultura, nouvellement créé à cet effet. Ce bureau sera chargé d’orienté les nouveaux migrants vers de nouvelles terre, de créer un partage équilibré sur les nouvelles terres, d’aider ces colons pour les premières années à la mise en place de leurs fermes indépendantes, de créer un cadastre dès le début sur ces terres, puis nationalement dans l’avenir. La commission centrale de l’agriculture sera beaucoup liée avec celui de l’immigration pour permettre une certaine cohérence. Une banque agricole publique sera créée afin de faciliter l’endettement des agriculteurs pour qu’ils puissent acheter leurs terres et pouvoir investir dans leurs productions.

L’Argentine veut attirer aussi les immigrants dans ses villes, des ouvriers, artisans, ou bien d’investisseurs qui permettront à terme à l’Argentine de dévernir une puissance. Pour cela, des locaux publics seront créés afin que les habitants puissent vivre dans des conditions décentes les premières années de leurs arrivés, éviter la création de zones pauvres ou les maladies sont communes et problématiques. Ces bâtiments pourraient accueillir plusieurs familles, avec des loyers avantageux pendants quelques années. Ce seront des immeubles plus grands que la normale pour permettre un certain optimum entre le prix de construction et le nombre de population qui s’y installent. Pour ceux souhaitant devenir propriétaire d’une entreprise, des facilités seront mis en place pour pouvoir s’endetter par les banques privés ou publics. Mais finalement, pas grand-chose est mis en place, contrairement aux zones agricoles, l’Argentine voulant attirer des paysans plutôt que des urbains, afin de coloniser l’Argentine dans son ensemble, de Buenos Aires à la terre de feu.



avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1337
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] République d'Argentine

Message par Skorm123 le Sam 10 Mar 2018 - 16:43




República Argentina


République Argentine
 



L’Agriculture dans les campagnes Argentine



Estancia typique de la Pampa Argentine.


La région de Buenos Aires et sa pampa et historiquement la première région colonisé par les espagnols dès le XVIIème siècle. Les espagnols y ont alors établis dans ces vastes prairies des grandes exploitations d’élevages avec notamment les Gauchos, peuple de gardiens de troupeaux qui peuplent désormais la région. Les estancias sont le nom de ces grandes propriétés créées afin de rationaliser les grands troupeaux. Des parcelles de 2 500 hectares ont été cédées par le gouvernement du Vice-Royaume. Avec le temps et les achats, ces estancias se sont transformées en immenses domaines. Avec la Conquista del desierto entrepris depuis quelques années vers le sud mais aussi vers le Grand Chaco du sud et central, le gouvernement a à sa disposition d’immenses territoires qu’il a commencé à redistribuer : aux soldats ayant fait leurs preuves au Paraguay et dans les batailles de la conquête du désert, mais aussi aux nombreux dizaines de milliers de migrants paysans venu du Vieux monde. Tous ont droit à leurs terres, et cela peut créer déjà des injustices, suffit de voir le nombre de terre qu’avait à sa disposition le caudillo Urquiza, 800 000 hectares avec des milliers d’agriculteurs locataires, obligés de payer des impôts pour les terres qu’ils travaillent eux-mêmes. Ceci est intolérable puisque créateur de pauvreté, et la pauvreté est lui-même créateur de violence, les montonera en sont la preuve puisqu’ils sont en majorité des agriculteurs.

Il faut changer cela, malgré le libéralisme du président Domingo Faustino Sarmiento, l’Etat devra y prendre une part importante dans cette réforme de l’agriculture puisque la situation actuelle est le résultat de l’action de l’Etat, un Etat lointain dans le temps et différent, mais Argentin quand même. Pourtant, il faut réussir à redistribuer les terres sans tensions avec les différents propriétaires terriens gigantesques du pays, et réussir à faire de ces nouvelles exploitations des exploitations rentables que l’Etat ne devra plus intervenir.

Afin d’aider à financer les projets des petits agriculteurs et immigrants voulant se lancer, l’Etat argentin annonce la création d’une banque étatique du nom de Banco Agricola. Le but de celle-ci sera en priorité de permettre aux agriculteurs de sortir de leur marasme économique et de pouvoir voir l’avenir avec de meilleurs espoirs que de rester sous la domination de grands propriétaires terriens. De plus, selon la terre, le gouvernement mettra comme condition d’obtention de crédit de mettre ces terres en culture céréalière plutôt qu’en élevage, très peu profitable pour les paysans et pour l’Etat, tandis que les cultures céréalières ont des débouchés bien plus importants. L’idée est aussi de faciliter, concernant les nouveaux migrants, la possibilité d’obtenir de nouvelles terres, et donc de réussir leurs rêves, et donc de faire de l’Argentine un pays attirant pour les migrants. Finalement, on sait que le pays Argentin sera bientôt capable d’exporter sa viande, avec notamment les nouvelles techniques de conservations de nourriture et de peaux. On estime qu’en 1875, l’Argentine sera capable de nourrir sa population en viande, tandis que le pays est loin d’avoir son indépendance dans les céréales, et pourtant le gouvernement est bien conscient des capacités qu’a le pays concernant ces cultures. De plus, l’Etat veut arriver dès 1875 à exporter ces grains intacts vers l’Angleterre, on estime qu’une partie importante de la production part en fumée avec le transport, notamment depuis l’Argentine vers le Royaume-Uni. Une telle situation ne permet pas d’attirer les investisseurs européens qui seraient prêt à investir dans les infrastructures et finance, et ne permet pas aux locaux d’investir chez les agriculteurs. Pour cela, les emprunts faits par les agriculteurs argentins ont aussi pour but de réduire cette problématique, notamment en construction d’infrastructures, tel que des silos ou des techniques de culture qui permettraient aux paysans d’augmenter leur productivité et donc de devenir de plus en plus riche.

Enfin, le dernier grand projet concernant l’agriculture est la création d’un cadastre, modifiable pour les futurs changements, afin de faciliter la résolution des conflits entre agriculteurs, et aussi avoir des impôts bien plus efficace et justes. Le cadastre devra couvrir les zones rurales mais aussi les villes, au vu de la différence de difficulté et du nombre de propriétés, différentes échelles cartographiques seront disponibles : il sera de 1/1000e (1cm égal 1000cm) sur les zones urbaines et 1/2500e ou 1/5000e sur les zones rurales. Au vu de la difficulté de créer un cadastre dans les zones urbaine, celui-ci sera terminé dans un avenir bien plus lointain aux zones rurales. Ainsi on estime que le cadastre sera terminé en 1885 pour les zones rurale et qu’il sera terminé en 1895 ou 1900 pour les zones urbaines.


avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1337
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] République d'Argentine

Message par Skorm123 le Dim 11 Mar 2018 - 0:39




República Argentina


République Argentine
 



Réforme de l’éducation



Le président Domingo Faustino Sarmiento, père du système éducatif argentin.


Domingo Faustino Sarmiento est un intellectuel, il est surtout un auteur et membre de Génération de 1837, un groupe d’intellectuel qui a déjà fortement influencé ce siècle en Argentine. Il veut laisser sa trace dans l’histoire de son pays, et ce sera sur l’éducation. Depuis 2 ans, Sarmiento mets tout en œuvre pour mettre en place un plan pour le système éducatif, et aujourd’hui sort la loi pour l’éducation visant à se mettre au niveau des pratiques des pays développés. En premier lieu, l’Argentine devrait augmenter fortement le budget de l’éducation des provinces, 4 fois plus par rapport à 1868, permettant à ceux-ci de pouvoir construire plus d’infrastructure d’éducation, tel que des écoles, des instituts ou encore des librairies. Le but pour 1874, la fin de son mandat, est la construction de 800 institutions publiques d’éducation mais aussi militaire. De plus, le but est de construire assez d’écoles pour permettre à 100 000 enfants supplémentaires de profiter de l’école. Le nombre de professeurs sera donc aussi augmenté afin de pouvoir permettre d’accueillir ces 100 000 enfants.

L’idée aussi est de permettre à l’éducation d’être plus proche au possible vers le milieu du travail, un enfant doit certes apprendre à écrire, lire ou compter, mais faut aussi qu’il soit capable de reprendre la ferme de la famille, ou bien les aider à trouver de nouvelles techniques agricoles qu’ils ne connaitraient pas, et ainsi augmenter potentiellement la productivité des terres. Ces écoles agricoles seront installées dans les campagnes, mais les enfants pourront y suivre des programmes normaux, étant donné que chaque enfant dans ces écoles n’est pas forcement d’une famille paysanne. Mais ceci donne l’idée d’hautes études vers l’agriculture, permettant la création d’ingénieurs agricoles, capable de permettre d’aider non pas une famille, mais une région ou le pays dans le domaine agricole, domaine que l’Argentine considère comme essentiel à son économie. Pour cela, l’Insitituto Nacional de Agronomia sera créée à cet effet, visant à perfectionner les techniques agricoles dans le pays mais aussi prévoir un plan national agricole tous les 10 ans, ainsi que d’étudier la situation agricole du pays, analyser les problèmes et trouver les solutions pour les régler.
L’école restera cependant non obligatoire.


avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1337
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] République d'Argentine

Message par Skorm123 le Mar 13 Mar 2018 - 17:38




República Argentina


République Argentine
 



Modernisation de l’Argentine



Le président Domingo Faustino Sarmiento


Domingo Faustino Sarmiento est un président populaire en Argentine, ses différentes politiques de laissez-faire mais aussi la modernisation de l’Etat argentin a permis ce qu’on appelle aujourd’hui comme le petit âge d’or argentin, permettant au pays d’être de plus en plus attractifs pour les investisseurs mais aussi la population souhaitant quitter leurs pays. Pourtant, pour Sarmiento, il ne faut pas se reposer sur ses lauriers, ce serait une grave erreur, finissant ce petit âge d’or. Selon lui, il faut constamment moderniser l’Argentine, pour que celle-ci puisse arriver à rattraper les européens, puis se maintenir à leurs niveaux. Sarmiento, a passé quelques années aux Etats-Unis, lui donnant de nouvelles idées à propos de la politique, de la démocratie ainsi que la structure de la société. Selon lui, moderniser l’Etat, c’est donc la démocratie, un système capable de comprendre les problématiques puis de les régler, les libertés fondamentales tel que l’expression, de rassemblement, que ce soit en tant que syndicats, ou de manifestations. De plus, il donne une garantit d’égalité entre les hommes et les femmes, notamment pour l’accès à l’éducation argentine, dont Sarmiento est aujourd’hui l’architecte. Sarmiento veut inscrire dans la constitution ces différents droits pour les citoyens Argentins, ainsi que, dans la mesure du possible, diminuer les conditions pour l’accès aux votes, mais cette question est plus qu’épineuse dans l’assemblée.
Pour le président, la modernisation du pays passe aussi par ses infrastructures, certes le privé tiens une part importante dans ce domaine, mais le président veut aussi donner un cap à ses infrastructures, il l’a déjà fait durant les 3 précédentes années, et veut continuer vers la modernisation, le développement des différentes infrastructures. A la fin de son mandat, Domigo Faustino Sarmiento veut que le pays soit doté de 5 000 km de lignes de télégraphes, permettant une communication bien plus facile entre Buenos Aires et ses différentes provinces. De plus, le réseau ferré argentin n’est que peu développé encore pour la superficie du territoire, Sarmiento a déjà œuvré pour développer ce secteur essentiel dans l’économie d’un pays moderne. De quelques kilomètres en 1865, il est déjà de plus de 700 km en 1870, et le président souhaite développer ce secteur, couplé aux services de postes lui-même subissant une vague de modernisation, à environ 1300 km d’ici la fin de son mandat. Le principal but étant d’apporter les ressources des campagnes permettant ensuite de faciliter l’export des biens vers le Royaume-Uni particulièrement. En plus de développer l’économie des provinces, le chemin de fer permet véritablement à l’Argentine de  s’approprier son territoire et de le légitimer. Le chemin de fer est l’avenir de l’Argentine.


avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1337
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] République d'Argentine

Message par Skorm123 le Jeu 15 Mar 2018 - 22:21




República Argentina


République Argentine
 



Conquista del Desierto



Le général Julio Argentino Roca


Début 1872, une armée estimée de 6 000 combattants, ayant pour chef un certain Calfucura a envahi la province de Buenos Aires. Plusieurs villes de la province, General Alvera, Veinticinco de Mayo, et Nueve de Julio furent touchées par cette attaque perfide menée par différents peuples indigènes. 300 créoles, ainsi que 500 blancs furent tués ainsi que 200 000 têtes de bétail. Les Mapuches attaquaient fréquemment les campements à la frontière, prenant chevaux et bétails, tandis que les femmes et enfants étaient capturés, offert aux guerriers, mais la limite était dépassée. Le président Sarmiento avait pourtant, dès le début de son mandat, commencé à moderniser l’équipement de base de l’armée nationale, de plus en plus présente dans le sud du pays, en remplaçant les vieux fusils et carabines par l’achat de nouveaux fusils Remington et revolvers, améliorant énormément l’efficacité de leurs armement. De plus, il avait consolidé la frontière sud de l’Argentine, permettant d’empêcher les attaques Mapuches. Des dizaines de casemates furent en effet installés sur la rivière Rio Quinto. Ceux-ci servaient de point stratégiques dans la conquête du désert, les frontières étant assez mobiles, plusieurs lignes étaient installés, permettant de conquérir puis de fortifier ces frontières et de faire reculer les territoires indiens sans risque. Les forts étaient séparés d’environ 10km chacun, environ. Mais ceci n’était pas suffisant au vu de l’attaque de Calfucura. Le gouvernement chargea Julio Argentino Roca à la protection du territoire, et à terme à « Conquérir, ainsi qu’annihiler les éléments problématiques indiens dans le sud du pays. », une campagne qui devrait être prévu vers le milieu de la décennie, et cela sans consulter Adolfo Alsina, ancien gouverneur de Buenos Aires et actuel vice-président Argentin, celui-ci ne fut pas forcement content de n’être pas consulté sur la question et a exprimé plusieurs fois à la présidence son désaccord sur la stratégie utilisée, ayant une idée fortement défensive de la question indienne.  


avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1337
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] République d'Argentine

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum