Guerre Civile Russe

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Guerre Civile Russe

Message par Shikkoku le Sam 14 Avr 2018 - 10:39

Guerre Civile Russe

Date de début des hostilités : 7 novembre 1917
Théâtre : Russie Européenne, Sibérie, Mongolie, Caucase, Europe de l'Est, Finlande, Pays Baltes, Ukraine
Raison de la guerre : Implosion de l'Etat russe suite à la révolution d'octobre et à la Grande Guerre
Contexte :

La guerre civile russe est l'ensemble des événements qui déchirent l'ancien Empire russe durant plus de cinq années, de la fin 1917 à 1923, le gros des combats étant terminé en 1921. Elle se situe dans le prolongement de la révolution russe d'octobre 1917 ; l'essentiel des campagnes militaires se poursuit jusqu'à la proclamation de la NEP.

La guerre civile russe n'oppose pas simplement les révolutionnaires bolcheviks aux « Blancs » monarchistes partisans du retour à l'ancien régime tsariste. La violence ruineuse du conflit n'est pas due au seul choc des terreurs « blanche » et « rouge » décidées d'en-haut. Cette guerre civile est d'abord un chaos indescriptible et très violent, où l'État et la société russes se sont désintégrés sous la poussée de multiples forces centrifuges, jusqu'à leur reconstruction et leur reprise en main par les bolcheviks victorieux.

La guerre a vu en effet les autres formations révolutionnaires (mencheviks, SR, anarchistes, députés de l'ex-Constituante) se battre également contre les bolcheviks, parfois de façon autonome, parfois au prix d'une collusion avec les généraux blancs. Les tentatives d'émancipation de minorités nationales, l'action des « armées vertes » paysannes (hostiles à la fois aux bolcheviks et aux Blancs), la défense de projets de société concurrents (Makhnovchtchina anarchiste en Ukraine), l'intervention étrangère, les multiples règlements de compte et les déchaînements de violence spontanés n'ont pu qu'ajouter aux troubles. Enfin, les retournements d'alliance et les divisions internes n'ont pas manqué, ni les retournements de situation : Kiev change ainsi 14 fois de main pendant la guerre.

Les bolcheviks ont bénéficié de leur organisation supérieure et de leur discipline. Bien qu'ils aient rencontré (et réprimé) des résistances populaires virulentes, leur programme a été finalement mieux reçu des masses que celui des Blancs, lequel tendait au retour pur et simple à l'état des choses antérieur. Le camp des opposants à la révolution d'Octobre a pâti de son hétérogénéité et de ses désunions.

Certains généraux « blancs » tels Lavr Kornilov se soucient en fait fort peu de rétablir la monarchie, et se voient très bien à la tête d'une république dictatoriale. Leurs projets préfigurent en partie les fascismes européens.

Selon Serge Wolikow, « la guerre civile forme le Parti et fabrique une politique identifiée à la révolution sans être celle qui avait été rêvée. A partir de 1918, se met en place un État révolutionnaire : la guerre civile est en même temps perçue comme la poursuite de la révolution. »

Belligérants :
-Bolchéviks et Armée Rouge (et républiques socialistes révolutionnaires alliées, comme la République d'Extrême-Orient ou la République soviétique de Donetsk-Krivoï-Rog (~1 800 000 hommes dans l'Armée Rouge)
- Armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne (~ 100 000 hommes)
- Armées Blanches et Alliés (~ 2 400 000 russes blancs, + contingents étrangers alliés)
- Armées "vertes"(~ 50 000 hommes, dont 30 000 hommes sous le commandement de Makhno. Le reste est constitué de petits corps indépendants de quelques centaines d'hommes dispersés sur le théâtre)
- République populaire ukrainienne (~ 65 000 hommes)
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5864
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Shikkoku le Sam 14 Avr 2018 - 12:00


Le lieutenant-général Anton Dénikine, commandant suprême des Forces Armées de Russie Méridionale, rappelle l'unité totale du peuple russe face à la menace bolchévique et condamne fermement les exactions, pillages, assassinats et massacres perpétrés par le brigand Vladimir Lénine, son acolyte criminel Léon Trotsky et l'Armée Rouge.


Anton Dénikine dégustant une soupe

Les opérations militaires suivantes sont ordonnées :

TOUR 1 - ATTAQUE - Siège de Tsarytsin


Nature de l'action : La ville de Tsarytsin est centrale. Centre démographique et industriel du nord du Caucase, elle doit retomber dans les mains de la Sainte Russie. Anton Dénikine en personne dirigera une manoeuvre d'encerclement visant à renforcer le siège de la ville.

Effectifs, équipements, organisations :

Forces terrestres :

- I. 6 500 soldats d'infanterie et 2 000 cavaliers
- II. 6 500 soldats d'infanterie et 2 000 cavaliers
- III. 4 000 soldats d'infanterie et 4 000 cavaliers

Forces maritimes :

/

Forces aériennes :

/

Carte :

Spoiler:
Détails de l'action :
- I. La première action aura pour mission d'encercler la ville par le Nord. L'objectif n'est pas de chercher le conflit mais d'étendre la zone de contrôle des armées du Sud sur le territoire du nord de Tsarytsin.
- II. La deuxième action, simultanée à la première, aura pour mission d'encercler Tsarytsin par le Sud. Un corps de la même taille que le premier sera chargé de cette mission, avec les même modalités : encercler avant tout, détruire les milices bolchéviques seulement si nécessaire pour la survie des hommes.
- III. Après la manoeuvre en pince, pour assurer la sécurité des troupes l'effectuant et tenter de commencer un assaut vers les troupes de Koltchak afin de réunir le front, les Cossaques du Don devront saisir Kalmyk et sa province et la placer sous contrôle des forces blanches. Les massacres des troupes bolchéviques sont autorisés et encouragés.


TOUR 1 - ATTAQUE - Assaut contre l'Ukraine anarchiste, capture de Mariopol


Nature de l'action : La ville côtière de Mariopol est un objectif central pour Dénikine. Centre logistique régional et une des plus grandes villes contrôlées par Makhno et sa bande, elle doit tomber. Pyotr Wranglev sera chargé de commander l'assaut.

Effectifs, équipements, organisations :

Forces terrestres :

- 10 500 soldats d'infanterie et 2 000 cavaliers
- 2 trains blindés


Forces maritimes :

/

Forces aériennes :

/

Carte :

Spoiler:
Détails de l'action :
- I. Mariopol devra être pilonnée par l'artillerie des trains blindés et les chemins de fer qui y conduisent devront être le point central de l'offensive afin de bénéficier d'une couverture d'artillerie. Pyotr Wranglev devra saisir la ville, la sécuriser et s'assurer de la sécurité des rails entre les territoires plus au sud-est fermement contrôlés par les loyalistes, et la ville de Mariopol. Une fois sécurisée, la ville devra être purgée de ses criminels anarchistes et devra se tenir prête à subir un assaut de contre-attaque de la part de Makhno.


Modération - Etant donné l'absence de fiche pour le Gouvernement de Koltchak, il m'a été donné l'autorisation de faire figurer dans le même post un assaut historique des armées blanches que je ne contrôle pas, par soucis de confort de modération.

Gouvernement de Koltchak

TOUR 1 - ATTAQUE


Nature de l'action : En rose sur la carte, une offensive des armées révolutionnaires indépendantistes baltes appuyées par leurs alliés loyalistes à la couronne est lancée en direction de Petrovgrad. En violet, une offensive des armées biélorusses loyalistes en direction du coeur du territoire bolchévique est lancée.

Effectifs, équipements, organisations :

Forces terrestres :

- Baltique : 32 000 soldats d'infanterie, 12 000 cavaliers, artillerie légère
- Biélorussie : 21 000 soldats d'infanterie, 4 000 cavaliers, artillerie légère


Forces maritimes :

/

Forces aériennes :

- Baltique : 12 bombardiers Airco DH.9, 4 bombardiers Breguet 14
- Biélorussie : /

Carte :

Spoiler:

Détails de l'action :
- Baltique : L'offensive sera appuyé de nombreux miliciens baltes, qui sont très motivés à défendre leur patrie, mais relativement mal entraînés.  L'objectif est de repousser le front le plus loin possible des terres baltes, en s'approchant de Petrovgrad.
- Biélorussie : L'offensive est une offensive mieux équipée mais en plus petit nombre, comprenant de nombreuses troupes loyalistes au Star, contrairement à la Baltique. Capturer et sécuriser Smolensk est est un objectif primordial.


Dernière édition par Shikkoku le Lun 16 Avr 2018 - 20:51, édité 1 fois
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5864
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Sancho le Cubain le Sam 14 Avr 2018 - 23:01

Modération de guerre

Siège de Tsarytsin:

Succès sur 55%: 45 ou plus = succès, moins de 45 = échec.
Dès:82

Les deux premiers groupes, chargés d'encercler la ville y arrivent sans opposition, évitant ainsi des pertes humaines et matérielles. En effet les Bolchéviks présents ont hésité à faire une sortie, cette hésitation permit à l'armée loyaliste de mettre en oeuvre son encerclement.

Le dernier groupe quant à lui rencontre une faible opposition avec des escarmouches qui s'avéreront peu sanglantes.

Pertes:

Loyalistes:
environ 200 morts et blessés

Bolchéviks:
environ 350 morts et blessés

Mariopol
Succès sur 60%: 40 ou plus = succès, moins de 40 = échec.
Dès:46

La résistance à mesure que les loyalistes s'approchent de la ville de Mariopole est de plus en plus importante, mais ces derniers réussissent quand même à gagner du terrain et à atteindre la ville.
Après 9 jours de combats, la ville est prise dans sa quasi intégralité, mais la mission de sécurisation sera difficile, des résistants effectuant des embuscades un peu partout.

pertes:

Loyalistes:
520 morts et blessés

Ukrainiens de Mariopol:
750 mots et blessés

Koltchak

Succès sur 45%: 55 ou plus = succès, moins de 55 = échec.
Dès:83

L'offensive menée par les loyalistes et les indépendantistes est un franc succès, les bolchéviks reculent sur tous les fronts bien qu'ils arrivent à économiser leurs hommes et à réduire leurs pertes.

Pertes:

Loyalistes et indépendantistes:

1600 morts et blessés

Bolchéviks:
2150 morts et blessés
avatar
Sancho le Cubain
Modérateur
Modérateur

Messages : 140
Date d'inscription : 03/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Jhe le Dim 15 Avr 2018 - 0:14

:globe: République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie :globe:




Face aux offensive contre révolutionnaires lancées par les forces Blanches aux ordres de l’étranger et des adversaires des ouvriers et paysans russes Lénine et Trotski ont décrété la mobilisation générale des forces prolétariennes pour faire face à la menace dans le cadre de la politique du « communisme de guerre ».


Les opérations militaires suivantes sont ordonnées :

TOUR 1 – Défense - Tsarytsin


Nature de l'action : La ville clé de Tsarytsin ne doit pas tomber ! Ville clé du nord du Caucase, sa chute serait un grave revers, d’autant plus qu’au sud de Tsarytsine les forces blanches tentent de rejoindre le front de Koltchak et progressent dangereusement. A Moscou décision est donc prise de lancer une importante contre offensive dans la région et Trotski est envoyé en personne diriger ce front depuis son train blindé. Des troupes sont mobilisées dans toutes les zones tenues par les bolcheviques pour mener à bien cette grande attaque présentée comme indispensable à la réussite de la Révolution !

Effectifs, équipements, organisations :

Forces terrestres :

- I. 40,000 hommes appuyés par de l’artillerie.
- II. 30,000 hommes appuyés par de l’artillerie. 150 automobiles blindées.

Forces maritimes :

/

Forces aériennes :

- I. 5 Nieuport 10 (reconnaissance) ; 5 Voisin III (avion d’attaque au sol)
-II. 5 Nieuport 10 (reconnaissance) ; 5 Voisin III (avion d’attaque au sol)

Carte :

Spoiler:

Détails de l'action :
- I. La première opération aura pour but de briser le siège de Tsaritsyn et d’opérer la jonction avec les bolcheviques encerclés dans la ville. En cas de succès et de reprise de la ville devront sécuriser et se rendre maîtres de la zone afin d’en faire un possible point d’appui à des opérations plus étendues en territoire blanc.
- II. Cette opération aura pour but de reprendre le contrôle Kalmyk et sa province aux Blancs afin de sauver les zones rouges maintenant enclavés et empêcher la jonction des fronts anti bolcheviques au sud. L’appui des bolcheviques encore en lutte dans la province ainsi que d’éventuels paysans rejetant le régime blanc est espérée.
Les Bolcheviques désormais enclavés au sud de la province de Kalmyk reçoivent l’ordre de lutter jusqu’au bout en cas d’attaques blanches. Dans toutes les opérations ordre est donné de ne pas faire de prisonniers.
 


TOUR 1 – Défense face à l’offensive occidentale du gouvernement de Koltchak


Nature de l'action : L’objectif est de faire face à l’offensive occidentale lancée par les Baltes et les Biélorusses du gouvernement de Koltchak. Face aux Baltes ordre est donné de tenir le front après les revers initiaux et de renforcer les positions en vue d’une éventuelle contre attaque. La perte de Smolensk et l’offensive biélorusse représentant une menace plus importante une contre attaque est par contre ordonnée immédiatement sur ce front.

Effectifs, équipements, organisations :

Forces terrestres :

- I. 100,000 hommes appuyés par de l’artillerie répartis sur tout le front face aux Baltes.
- II. 40,000 hommes appuyés par de l’artillerie. 150 automobiles blindés

Forces maritimes :

/

Forces aériennes :

- I. 10 Nieuport IV pour la reconnaissance.
-II. 5 Voisin III. 5 Nieuport 17 (reconnaissance).

Carte :

Spoiler:

Détails de l'action :
- I. Les hommes reçoivent pour l’instant l’ordre de stabiliser le front face aux offensives baltes et de défendre coûte que coûte le sol de la Révolution. Ces forces baltes mal entraînés peuvent en effet être contenues pour l’instant en attendant une plus ample contre attaque.
- II. Cette force reçoit l’ordre de lancer une contre offensive visant à reprendre Smolensk et sa région. Comme pour la province de Kalmyk l’objectif fixé et de reprendre le contrôle de la province et d’en faire une solide position défensive en vue d’une future contre offensive plus large.

 

avatar
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 903
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Baptiste le Dim 15 Avr 2018 - 14:33

Modération de guerre




Tsarytsin:

Succès sur 65%: 65 ou moins = succès, plus de 65 = échec. Dé: 26

Les bolchéviques, après avoir subit plusieurs revers dans le secteur, restent tout de même supérieurs aux troupes de Dénikine. La contre attaque pour briser le siège de Tsarytsin est un succès, la jonction est faite avec les troupes dans la ville pendant que les blancs se regroupent au Sud de la ville.
La contre offensive de Kalmyk est elle aussi un succès bolchevique, la province est reprise aux trois quarts, et la jonction est refaite avec l'enclave du Sud. Plusieurs exactions ont été constatées dans le secteur, ou les troupes bolcheviques y ont exécuté environ 300 soldats blancs qui venaient de se rendre.

Pertes:
Bolcheviques:
2100 morts et blessés
8 automobiles blindées détruites

Blancs:
1260 morts et blessés


Koltchak:

Succès sur 60%: 60 ou moins = succès, plus de 60 = échec. Dé: 56

Après avoir reculé pendant de nombreux jours, les rouges réussissent enfin à stabiliser le front face aux troupes indépendantistes et biélorusses mal équipées. La contre offensive sur Smolensk sera elle un échec, les forces bolcheviques, ralenties par les intempéries devront reculer sur leurs positions initiales après avoir subit plusieurs embuscades par des irréguliers baltes.

Pertes:
Bolcheviques:
3200 morts et blessés

Loyalistes et indépendantistes:
1100 morts et blessés

carte:


Baptiste
Modérateur
Modérateur

Messages : 183
Date d'inscription : 22/03/2014
Age : 21
Localisation : Essonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Nous york le Dim 15 Avr 2018 - 16:51



Armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne/Революційна Повстанська Армія України, Revolioutsiïna Povstans'ka Armia Oukraïny



TOUR 1-ATTAQUE- Reprise de la ville de Marioupol


Nature de l'action : Perdu suite a l'attaque de l'armée des volontaires, l'armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne compte bien reprendre la ville.

Effectifs, équipements, organisations :
Forces terrestres :
10 000 hommes
3000 cavaliers
30 mitrailleuses
Spoiler:



Plan d'action de l'armée

Détails de l'action :

Action 1: Les hommes de l'armée seront divisés en trois groupes, chacun composés de 3 500 hommes,de 750 cavaliers ( les cavaliers seront placés sur les flancs ), de 10 mitrailleuse et d’artillerie. Le premier groupe arrivera par l'ouest et essayera de détruire les chemins de fer afin de rendre les trains blindés inutilisables. Le deuxième groupe arrivera par le nord et fera la même chose que le groupe 1. Le troisième et dernier groupe quant à lui arrivera aussi par le nord mais essayera de se diriger vers l'est afin d'encercler la ville. De plus, le troisième groupe détruira aussi les voies de chemin de fer pour rendre inutilisables, les trains blindés.

Action 2 : Après celle -ci, un contingent de 850 cavaliers se dirigera vers un village de la région. De là-bas, il mènera des missions de reconnaissance et des raids contre les unités et les ravitaillements de l'arme blanche. L'objectif de ceci est de prévenir les troupes qui assiègent la ville si des renforts ennemis arrivent et de couper les troupes blanches de leur base.

Action 3 : Les hommes qui encerclent la ville la bombarderont, grâce notamment à leur artillerie puis une fois que la majorité des défenses de la ville seront détruites, ils se lanceront à l'assaut. La tactique de cet assaut est simple, les hommes essayeront de pousser les hommes à la mer en réduisant le cercle de l'encerclement.

Action bonus si les troupes blanches envoient des renforts : Si des renforts des troupes blanches sont repérées par le contingent de cavalerie, celui -ci devra les harceler et attaqué ses ravitaillements. L'armée noire qui a été préalablement prévenu par l'arrivée de ces renforts devra attaquer le plus rapidement possible les positions blanches en appliquant la stratégie mise en place lors de l'action trois.


avatar
Nous york
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 398
Date d'inscription : 26/06/2017
Localisation : La douce France , pays de mon enfance

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Shikkoku le Lun 16 Avr 2018 - 17:16

Modération de Guerre

Armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne
TOUR 1-ATTAQUE- Reprise de la ville de Marioupol


Forces en présence à Mariopol :

Armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne
10 000 hommes
3000 cavaliers
30 mitrailleuses

Armée de Wrangel
3 750 soldats d'infanterie et 3 800 cavaliers

Action 1: Les hommes de l'armée seront divisés en trois groupes, chacun composés de 3 500 hommes,de 750 cavaliers ( les cavaliers seront placés sur les flancs ), de 10 mitrailleuse et d’artillerie. Le premier groupe arrivera par l'ouest et essayera de détruire les chemins de fer afin de rendre les trains blindés inutilisables. Le deuxième groupe arrivera par le nord et fera la même chose que le groupe 1. Le troisième et dernier groupe quant à lui arrivera aussi par le nord mais essayera de se diriger vers l'est afin d'encercler la ville. De plus, le troisième groupe détruira aussi les voies de chemin de fer pour rendre inutilisables, les trains blindés.

Chances de succès : 70%, jet de dé = 93

-> Les manoeuvres de contournement destinées à encercler fermement la ville mais aussi à détruire les chemins de fer sont un échec partiel pour les troupes de Makhno. Si la ville a été encerclée avec succès, les blancs ne pouvant pas l'empêcher, les chemins de fer ont été vaillamment défendus par quelques noyaux loyalistes, qui ont repoussé des troupes supérieures en nombre. Les pertes sont cependant assez lourdes pour les troupes de Dénikine, même si les objectifs de défense sont atteints.

Pertes révolutionnaires :
- 340 hommes tués, 85 cavaliers tués

Pertes loyalistes :
- 410 hommes tués, 15 cavaliers tués

Action 2 : Après celle -ci, un contingent de 850 cavaliers se dirigera vers un village de la région. De là-bas, il mènera des missions de reconnaissance et des raids contre les unités et les ravitaillements de l'arme blanche. L'objectif de ceci est de prévenir les troupes qui assiègent la ville si des renforts ennemis arrivent et de couper les troupes blanches de leur base.

Chances de succès : 90%, jet de dé = 52

-> Si la destruction des chemins de fer à proximité de Mariopol n'a pas été possible, le contingent de cavalerie destiné à couper les lignes de ravitaillement des blancs, les assiégeant définitivement dans la ville côtière de Mariopol, est un franc succès. Plus aucun transport de vivre ou d'armes n'est possible entre les troupes de Wrangel, à Mariopol, et les garnisons blanches qui se trouvent plus à l'Est.

Pertes révolutionnaires :
- /

Pertes loyalistes :
- 12 cavaliers capturés

Action 3 : Les hommes qui encerclent la ville la bombarderont, grâce notamment à leur artillerie puis une fois que la majorité des défenses de la ville seront détruites, ils se lanceront à l'assaut. La tactique de cet assaut est simple, les hommes essayeront de pousser les hommes à la mer en réduisant le cercle de l'encerclement.

Chances de succès : 45%, jet de dé = 94

-> L'assaut sur Mariopol a été brutal. Les troupes loyalistes, retranchées dans la ville encore fumante après leur conquête, ont réussi à monter des fortifications légères, constituées de tranchées creusées à la va-vite dans les banlieues aux rues de terre de la ville, et de sacs de sable pour les rues plus au centre.
La rivière du Kal'mius, se jettant dans la mer au niveau de l'est de la ville, a permis de maintenir une défense extrêmement solide à l'est de la ville. Les rives ont été défendues avec acharnement par les troupes de Wrangel.

Carte de la ville de Mariopol en état de siège:

Wrangel a appelé le premier assaut anarchiste et la fructueuse défense de ses armées, un "miracle venu du Ciel, prouvant que Dieu n'a pas encore abandonné la Russie et ses soldats". La ville reste cependant toujours assiégée, incapable de se ravitailler et coupée du reste du front.

Pertes révolutionnaires :
- 400 hommes tués, 500 blessés

Pertes loyalistes :
- 420 hommes tués, 410 blessés
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5864
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Shikkoku le Lun 16 Avr 2018 - 21:26



Mariopol, mai 1919, ville sous siège par les milices anarchistes

Les pluies du moi de Mai avaient nettoyé une partie de la ville. Assiégée depuis maintenant plusieurs semaines par les troupes de Makhno, Mariopol tenait bon. Le futur s'annonçait cependant sombre pour les troupes de Wrangel, l'officier loyaliste en charge de l'opération de capture et de défense de la ville.

Dans les rues du centre-ville de Mariopol, le bruit claquant des sabots d'un cheval résonnait contre les façades des bâtiments. Le sol était mouillé. Le cavalier, un cosaque, était fier dans son habit militaire. Volontaire, comme la majorité des soldats loyalistes, il s'était présenté il y a maintenant une année à Anton Dénikine pour rejoindre la lutte. Il se dirigeait vers Wrangel pour lui apporter de bonnes nouvelles concernant la défense de Mariopol.


Wrangel n'avait plus que 5 400 hommes sous son commandement. Beaucoup étaient morts, et encore plus blessés. Les combats étaient rudes. Une offensive pour briser le siège était peine perdue. L'objectif était de tenir jusqu'à ce que la cavalerie arrive. Pour se faire, le périmètre de défense serait réduit. Utilisant au maximum la côte et les rives de la rivière Kal'mius pour défendre la ville, les troupes loyalistes abandonneront les faubourgs pour se concentrer dans le centre-ville.

Le drapeau impérial continuera à flotter aussi longtemps que des Russes tiendront Mariopol.


TOUR 2 - DÉFENSE


Nature de l'action : Les troupes de Dénikine ne peuvent plus attaquer. Les échecs à Tsarytsin et la victoire pyrrhique en Ukraine ont vidé les rangs des armées engagées. L'arrivée imminente de nouvelles recrues sur le front changera la donne, mais le mois de mai doit être consacré à consolider les fortifications russes.

Effectifs, équipements, organisations :

Forces terrestres :

Front bolchévique
- 40 000 soldats d'infanterie
- 30 000 hommes de cavalerie
- 204 canons de campagne
- 682 mitrailleuses

Front Makhnoïste
- 3 400 soldats d'infanterie
- 2 000 hommes de cavalerie

Forces maritimes :

- /

Forces aériennes :

- /

Carte :

Spoiler:

Détails de l'action :
- Action 1 - Défense de Mariopol - Wrangel et ses hommes devront tenir le centre-ville. Ne disposant pas d'artillerie ou de mitrailleuses, ils aménageront des défenses de fortune en utilisant les bâtiments du centre-ville, des sacs de sable, et des tranchées. L'objectif est de repousser les hordes de brigands hors de Mariopol. Un message officiel de Wrangel appelera les citoyens de Mariopol à venir participer à la défense. Les civils qui le souhaiteront et qui n'ont pas pu évacuer la ville seront placés au sein des fortifications loyalistes.
- Action 2 - Défense de la ligne de front Orientale - Dénikine et la majorité des troupes de la CCFARM devront user de l'artillerie et des mitrailleuses pour stabiliser la ligne de front, maintenant que le siège de Tsarytsin est perdu. Aucune offensive ne doit être donnée, mais aucune retraite ne sera tolérée de la part des soldats. La ligne doit tenir coûte que coûte, notamment dans les environs proches de Tsarytsin.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5864
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Sancho le Cubain le Lun 16 Avr 2018 - 23:16

Gouvernementde Koltchak

Natures de l'action:

Suite à la progression du front, et malgré le fait que les Bolchéviques aient réussi à stabiliser le front, une percée doit impérativement être effectuée autant depuis les terres baltes que depuis les terres tenues par les Biélorusses.
Les effectifs supérieurs des soviétiques doivent être compensés par la discipline des hommes menant l'assaut et par l'aviation et l'artillerie, dont les moyens seront concentrés sur le front balte.
Effectifs, équipements, organisations :

Forces terrestres :

- Baltique : 31 000 soldats d'infanterie, 12 000 cavaliers, artillerie légère
- Biélorussie : 20 400 soldats d'infanterie, 4 000 cavaliers, artillerie légère


Forces maritimes :

/

Forces aériennes :

- Baltique : 12 bombardiers Airco DH.9, 4 bombardiers Breguet 14
- Biélorussie : /

Détails de l'action:

-action 1: Front balte: Depuis le front balte, une offensive réunissant le plus gros des moyens logistiques doit être menée afin de percer le front bolchévique et de semer le trouble dans leurs rangs.
Pour ce faire de l'artillerie et 4000 biélorusses ont été acheminés sur ce front.

-action 2: Front biélorusse: des offensives d'envergure limitées devront permettre une pression continue sur les lignes bolchéviques leur empêchant ainsi d'envoyer des renforts sur le front balte.
avatar
Sancho le Cubain
Modérateur
Modérateur

Messages : 140
Date d'inscription : 03/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Thalassin le Mar 17 Avr 2018 - 2:54

République française


Tour 2 : Attaque

Engagé en Crimée, le Corps Expéditionnaire Russe du général Mangin a pour objectif de porter appui à l’allié russe, qui a si bien combattu aux côtés de l’Entente pendant trois ans jusqu’au coup d’état des bandits bolchéviques qui se sont empressés de signer la trahison de Brest-Litovsk. Disposant de 12 000 fantassins et d’autres matériels, appuyée par l’escadre de la Mer Noire, les troupes françaises laisseront sur le sol criméen 3 000 fantassins afin de maintenir l’ordre. Les 9 000 autres seront divisés en 3 corps qui passeront à l’offensive.

1er corps :
3 500 fantassins
70 mitrailleuses Hotchkiss mle 1914
125 canons de 75
50 chars FT

2nd corps :
1 500 fantassins
30 mitrailleuses Hotchkiss mle 1914
75 canons de 75

3e corps :
4 000 fantassins
80 mitrailleuses Hotchkiss mle 1914
200 canons de 75

Aviation
24 SPAD S.VII
60 Bréguet Br.14

Escadre de la mer noire
2 cuirassés de classe Courbet
Divers navires peu armés et de transport

Alors que les forces du général Wrangel sont assiégées dans Marioupol, fixant un nombre colossal de troupes anarchistes dégarnissant ainsi les autres fronts, d’autant plus que les anarchistes doivent maintenir de précieux soldats à la frontière ukrainienne, le général Mangin a décidé de lancer l’assaut depuis la Crimée, en traversant le territoire de la République populaire d’Ukraine conformément à l’accord trouvée entre elle et le général Dénikine. Les premier et deuxième corps entreront ensemble en territoire anarchiste avant de se séparer, le deuxième corps contrôlant la côte alors que le premier, bénéficiant de la mobilité et de l’appui feu de l’Artillerie Spéciale (les chars) dans la steppe, poussera plus loin dans la steppe afin d’arracher Melitopol aux bandits de Makhno.

Le Troisième corps lui, sera débarqué par l’Escadre de la mer noire à Berdiansk, appuyé par les nombreux canons de gros calibre des deux cuirassés de classe Courbet, le France et le Jean Bart. Après avoir pris le contrôle effectif de la ville et déposé une garnison de quelques centaines d’hommes pour la contrôler et la fortifier, le Troisième corps marchera sur Marioupol pour briser le siège des anarchistes, toujours appuyés dans leur assaut par les deux cuirassés, d’autant plus que des navires de transport ravitailleront les troupes blanches assiégées en attendant l’arrivée des troupes françaises.

L’aviation quant à elle, agira de manière à reconnaître la position des troupes ennemies afin de connaître leurs positions d’une part, de permettre d’orienter le feu de l’artillerie d’autre part, tout en sachant que les Bréguet 14 peuvent emporter jusqu’à 300 kg de bombes qu’ils largueront sur les troupes anarchistes

Mangin pense ces offensives comme des futurs succès pour plusieurs raisons autres que la dispersion des troupes de Makhno loin des endroits attaqués (hors Marioupol). Tout d’abord la supériorité en matériel des troupes françaises, qui disposent de plus de mitrailleuses, d’une artillerie de campagne conséquente face à des troupes qui n’en possèdent tout simplement pas, surtout pour le troisième corps qui dispose du formidable appui des canons lourds des deux cuirassés, en plus de l’appui aérien, et pour le premier corps de chars d'assaut. Ensuite la supériorité qualitative des troupes françaises, dont la plupart ont déjà connu la guerre et sont disciplinés face au feu, contrairement aux paysans ukrainiens recrutés par le brigand Makhno qui n’ont jamais été confrontés à un barrage d’artillerie. Supériorité tactique enfin, Mangin ayant développé contre les Allemands une stratégie consistant à faire avancer les canons au fur et à mesure de la retraite ennemie afin de le toucher par un feu constant, et que les artilleurs français appliqueront.



Action 1 : Offensive du premier corps en direction de Melitopol
Action 2 : Offensive du second corps pour arracher les côtes au sud de l’avancée du premier corps
Action 3 : Débarquement du troisième corps à Briansk puis offensive contre le siège de Marioupol, appuyés par l'Escadre de la mer noire
avatar
Thalassin
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1200
Date d'inscription : 27/10/2013
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Gungauss le Mar 17 Avr 2018 - 14:51



Tour 1 : Mouvement et déploiement

Suite aux attentats rouges aux États-Unis, l'armée américaine va davantage s'impliquer dans la guerre civile en Russie.

---

Le corps expéditionnaire américain en Russie du Nord, composé de 2.000 hommes à Murmansk et 5.000 hommes à Archangelsk, reçoit le renfort d'un convoi militaire comprenant :

FORCE TERRESTRE
15.000 hommes
Automitrailleuse White : 10
M1917 Light Tank (w. 37mm M1916) : 50
M1917 Light Tank (w. M1919 Browning) : 50
Mark VIII Tank : 10
75mm M1917 : 120

US MARINES CORPS
3.000 hommes
Automitrailleuse White : 10
Renault FT : 25

AVIATION
Airco DH-4 (scout) : 10
SPAD XIII (fighter-bomber) : 24

MARINE
South-Carolina Class : 1
Connecticut Class : 3
Virginia Class : 2
Denver Class : 3
Chester Class : 2
Sampson Class : 6
Cassin Class : 8
Transports divers : 15


Une fois débarqué à Murmansk et Archangelsk, ce corps fusionnera avec les effectifs déjà présents sur place. Les troupes américaines se mettront ensuite en mouvement vers Poudoj, à l'est du Lac Onega. La flotte américaine, quant à elle, se regroupera au large du port de Murmansk une fois que les troupes auront été débarquées dans les deux ports Russes Blancs.


Flèches bleues : déplacements US via les voies ferrées sous contrôle du génie américain et des Russes Blancs
Rond vert : zone de rencontre du corps expéditionnaire US

Arrivé sur place, le corps devra se recomposer pour se préparer à l'entrée en combat. Les effectifs seront donc répartis comme suit :

Première division d'Infanterie Big Red One:

10.950 hommes
5 Automitrailleuses White
25 M1917 Light Tank (w. M1919 Browning)
5 Mark VIII Tank
60 75mm M1917

5 Airco DH-4 (scout)
12 SPAD XIII (fighter-bomber)
L'aviation est sous un commandement intégré à la division d'infanterie

Deuxième division d'Infanterie Indianhead:

10.950 hommes
5 Automitrailleuses White
25 M1917 Light Tank (w. M1919 Browning)
5 Mark VIII Tank
60 75mm M1917

5 Airco DH-4 (scout)
12 SPAD XIII (fighter-bomber)
L'aviation est sous un commandement intégré à la division d'infanterie

First Provisionnal Marines Brigade:

3.000 hommes
10 Automitrailleuses White
25 Renault FT

First Provisionnal Tank Brigade:

100 hommes
50 M1917 Light Tank (w. 37mm M1916)

Une fois la force américaine arrivée à Poudoj, le commandement supérieur américain transmettra de nouveaux ordres.
avatar
Gungauss
Chef de Département des Nations Unies
Chef de Département des Nations Unies

Messages : 3306
Date d'inscription : 16/10/2011
Localisation : A bord du R95

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Sancho le Cubain le Mer 18 Avr 2018 - 1:30

Modération de Guerre


Offensive Franco-russe à Marioupol
Action1:
succès sur 70 ou moins: 100

Les renforts français, arrivés par l'Ouest de Marioupol, se sont heurtés à une résistance organisée des anarchistes, qui leur ont tendu des embuscades et ont réussi à les ralentir, voir même à les arrêter.
Après plusieurs jours de combats et d'escarmouches, la progression française est faibleet les pertes grimpent en flèche, alors que des soldats commencent à sympathiser avec la cause des anarchistes.
C'est une véritable guérilla, ce qui empêche les avions de remplir leurs objectifs correctement, sous peine de cibler des civils...
Pertes:

Français: 750 morts et blessés
Anarchistes: 300 morts et blessés

Action 2:
succès sur 70 ou moins: 3

L'offensive pour se saisir des côtes est un franc succès, ces dernières sont peu défendues étant donné que la majorité des troupes sont entrain de mener une guérilla intense contre le reste de l'expédition française.
Ainsi en quelques jours les soldats français ont sécurisé la zone avec seulement quelques heurts et ont pu faire quelques prisonniers, peut être que les interroger se révélera utile.

Pertes:
Français:
10 morts et blessés.

Anarchistes:
85 morts et blessés, 20 prisonniers dont trois "officiers"

Action 3:
succès sur 60 ou moins: 69
Le débarquement à Berdiansk réussit mais l'avancée est difficile, le soutien de la flotte ne change que peu de choses, les anarchistes arrivant à garder leurs déplacements discrets.
Malgré tout la force française arrive à s'emparer de la ville au prix de pertes encaissées lors d'escarmouches par des anarchistes depuis les bâtiments etc...

Au moment de sortir de la ville, les français se heurteront à une forte résistance, qui les empêchera de progresser convenablement et les forcera à stopper leur avancée après quelques kilomètres.

Ce qui se dégage de ces multiples front est que les anarchistes utilisent le soutien des locaux et leur connaissance du terrain pour mener une guérilla très efficace contre les forces françaises, habituées à la guerre conventionnelle.
On estime que les Loyalistes assiégés pourront encore tenir quelques jours, voir semaines, avant de devoir se rendre.(HRP: encore 1 tour ).

Front balte et biélorusse
Front balte:
succès sur 55%: 86

Forces terrestres :

- Baltique : 31 000 soldats d'infanterie, 12 000 cavaliers, artillerie légère, 4000 biélorusses en renforts.

L'offensive est un échec cuisant pour les forces baltes qui s'empalent su les soviétiques qui n'ont pas répété les erreurs passés dans leur doctrine défensive.
Les troupes doivent cesser l'assaut après 60h de combat, qui furent parmi les plus meurtrières de l'histoire d'europe de l'Est.

Pertes:
Baltes:
4100 morts et blessés, des pièces d'artillerie perdues.

Soviétiques:
5200 morts et blessés.



Front biélorusse

Succès sur 45%: 40

Forces terrestres:
- Biélorussie : 16 400 soldats d'infanterie, 4 000 cavaliers, artillerie légère

L'offensive est une réussite pour les biélorusses, les soviétiques ayant concentrés leurs moyens dans une défense sur le front balte, par conséquent ce front est moins bien organisé, les meilleures unités étant plus au nord.
Mais l'offensive peine à s'enfoncer et ne progresse que faiblement.

Pertes:
Biélorusses: 1500 morts et blessés

Soviétiques: 3600 morts et blessés

avatar
Sancho le Cubain
Modérateur
Modérateur

Messages : 140
Date d'inscription : 03/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Jhe le Mer 18 Avr 2018 - 22:47

:globe: République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie :globe:





Les opérations militaires suivantes, entrant dans le cadre de la grande offensive de printemps, sont ordonnées :

TOUR 1 – Attaque sur le front sud


Nature de l'action : Les forces de l’armée rouge, récemment renforcée par l’arrivée de nouvelles troupes reçoivent pour mission d’enfoncer les lignes des Armées Blanches de Russie Méridionale, l’objectif est notamment d’atteindre les rives de la mer Noire afin de couper en deux le territoire contrôlé par cette faction contre révolutionnaire.

Effectifs, équipements, organisations :

Forces terrestres :

- I. 75,000 hommes appuyés par de l’artillerie. 70 automobiles blindées.
- II. 75,000 hommes appuyés par de l’artillerie. 60 automobiles blindées.

Forces maritimes :

/

Forces aériennes :

- I. 5 Nieuport 10 (reconnaissance) ; 5 Voisin III (avion d’attaque au sol)
-II. 5 Nieuport 10 (reconnaissance) ; 5 Voisin III (avion d’attaque au sol)

Détails de l'action :
- I. La première force reçoit pour ordre d’enfoncer le front à partir de ses positions à Tsarytsin afin d’atteindre la mer Noire, et notamment la ville de Rostov sur le Don. L’objectif de l’opération est de couper en deux le territoire blanc afin de couper les forces engagées en Ukraine de leurs bases méridionales.
- II. La seconde force reçoit pour ordre d’enfoncer également le front face aux armées blanches. l’objectif est ici de s’emparer du reste de la province de Kalmyk mais également de poursuivre l’offensive plus en avant dans le territoire tenu par les contre révolutionnaires.

 


TOUR 1 – Contre offensive face aux Baltes et aux Biélorusses


Nature de l'action : Comme au sud, l’objectif est ici de faire reculer le front ouest et de repousser les forces biélorusses et baltes qui attaquent la Révolution. Là aussi les forces bolcheviques ont été renforcées, même si de lourdes pertes sont à déplorer lors des combats du mois d’avril, notamment face aux Baltes. Ce sont en tout environ 240,000 hommes qui sont engagés.

Effectifs, équipements, organisations :

Forces terrestres :

- I. 120,000 hommes appuyés par de l’artillerie répartis sur tout le front face aux Baltes. 45 automobiles blindées.  
- II. 120,000 hommes appuyés par de l’artillerie. 100 automobiles blindéss

Forces maritimes :

/

Forces aériennes :

- I. 10 Nieuport IV pour la reconnaissance.
-II. 5 Voisin III. 5 Nieuport 17 (reconnaissance).

Détails de l'action :
- I. et II : Les forces rouges reçoivent pour objectif d’enfoncer le front et d’opérer une puissante contre offensive afin de forcer les troupes baltes et biélorusses à reculer (et notamment de reprendre Smolensk) et à permettre aux bolcheviques de poser les bases d’une grande opération de reconquête de l’ouest de l’ancien empire tsariste.

Carte globale des offensives.

Sur les deux fronts les troupes appliqueront dans les territoires conquis la politique bolchevique et toute forme d'opposition devra être sévèrement réprimée.

 



avatar
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 903
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Sancho le Cubain le Sam 21 Avr 2018 - 3:52

Modération de guerre

Offensive au Sud


Action 1:
Forces terrestres :

- I. 75,000 hommes appuyés par de l’artillerie. 70 automobiles blindées.
Forces aériennes :

- I. 5 Nieuport 10 (reconnaissance) ; 5 Voisin III (avion d’attaque au sol)

Succès sur 65 ou moins: 18

L'offensive visant à couper Marioupol de tout soutien est un franc succès et les rouges parviennent à atteindre la côte en accusant des pertes toutefois assez importantes.
Malgré leur résistance féroce les blancs n'ont pas réussi à renverser la vapeur et ont commis l'erreur de laisser les rouges battre le tempo dans cette guerre avec cette offensive victorieuse.

Pertes:
Rouges:
12 000 morts et blessés
5 automobiles blindées

Blancs:
10 000 morts et blessés

Action2:
Forces terrestres :

- I. 75,000 hommes appuyés par de l’artillerie. 60 automobiles blindées.

Forces aériennes :

- I. 5 Nieuport 10 (reconnaissance) ; 5 Voisin III (avion d’attaque au sol)

Succès sur 65 ou moins: 23

Suite à la percée au nord, au sud une seconde offensive est lancée visant à s'enfoncer le plus profondément possible dans les terres blanches.
l'opération est une réussite, bien que les Blancs continuent à tenir certaines positions côtières et villes majeures, et le front a progressé de manière importante.

Des observateurs y voient là le début de la fin pour les forces Blanches situées dans cette région...

Pertes:

Rouges:
9500 morts et blessés, un avion de reconnaissance abattu
Blancs:
8000 morts et blessés


Fronts Baltes et Biélorusses

Action 1
Forces terrestres :

- I. 120,000 hommes appuyés par de l’artillerie répartis sur tout le front face aux Baltes. 45 automobiles blindées.
Forces aériennes :

- I. 10 Nieuport IV pour la reconnaissance.

Succès sur 70 ou moins: 72

L'offensive échoue pour les Bolchéviks sur le front balte, les soldats sortent des tranchées mais sont accueillis par les volées de fusils adverses qui les poussent à reculer.
Plusieurs milliers de soldats seront fauchés alors qu'ils s'avançaient dans le no man's land
Certains endroits du front effectueront une légère percée, mais ils devront retrouver leurs positions initiales, le reste de l'armée n'ayant pu assurer ses objectifs et étant menacé d'encerclement.

Pertes:
Rouges:
9 000 morts et blessés
Baltes:
4000 morts et blessés.


Action2

Forces Terrestres:
- II. 120,000 hommes appuyés par de l’artillerie. 100 automobiles blindéss

Forces Aériennes:
-II. 5 Voisin III. 5 Nieuport 17 (reconnaissance).

Succès sur 70 ou moins: 84

L'offensive est un échec cuisant, les Biélorusses mènent une furieuse contre attaque en profitant des erreurs stratégiques du commandement soviétique sur place et réussit à prendre du territoire et capturer du matériel....

Pertes:
rouges:
13 000 morts et blessés, 10 automobiles blindées capturées par l'ennemi, 5 détruites.

Biélorusses:
3500 morts et blessés



CARTE
avatar
Sancho le Cubain
Modérateur
Modérateur

Messages : 140
Date d'inscription : 03/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Alaminsk le Dim 22 Avr 2018 - 2:48

[Événement] Le réveil des corps prussiens :

Dans la guerre civile qui déchire l'Eurasie en ce mois de juillet 1919, les peuples slaves ne sont pas les seuls concernés par les combats qui font rage et les revendications politiques et idéologiques de chacun. L'Allemagne en effet, meurtrie par la Grande Guerre et dépecée par le traité de Versailles, est contrainte de se déplacer vers l'Occident et d'abandonner ses velléités dans les grandes plaines qui parcourent l'Europe orientale, jusqu'à l'Oural. Mais tous ne refusent pas cet État de fait, et tous ne baissent pas les bras face à cette débandade convenue entre diplomates et politiciens.

Les Allemands de l'Est ou Prussiens s'organisent pour assurer la pérennité de leurs structures politiques et sociales face aux volontés hégémoniques des Soviétiques, et en parallèle des troupes tsaristes qui ne comprennent pas toujours les intérêts des Juncker prussiens. De ce fait, le major Josef Bischoff de la Division de fer (16 000 hommes) et Rüdiger von der Goltz de la Baltische Landeswehr (10 500 hommes) décident d'unir leurs forces pour assurer leurs demandes : garantir les intérêts des populations germanophones et constituer un État balte uni sous la domination des Juncker. Actuellement, ces troupes sont basées en Lettonie, à l'ouest de la Venta avec pour principal débouché sur la mer la ville de Liepaja (en plus du contact avec la Prusse orientale). Ils bénéficient d'importants soutiens financiers extérieurs et commencent à recevoir fusils et munitions par milliers, tandis que des rumeurs parlent déjà de canons et de chars. Des contacts sont aussi pris avec les autres mouvements : une alliance est signée avec les Lettons d'Andrievs Niedra, tandis que les Allemands attendent la réaction de la Russie blanche, pour savoir s'ils seront alliés ou ennemis. Mais surtout, les divisions allemandes de la Baltique demandent la reconnaissance de leur combat et un soutien international face aux menaces bolchéviques.

Carte :


Régions en vert : sous contrôle direct des corps prussiens.

En Allemagne, en Prusse orientale et de Berlin à Munich, les nouvelles de ces mobilisations nationalistes face aux forces extérieures et marxistes provoquent des émois parmi la population. Dans les journaux et les bulletins d'information projetés dans les cinémas, les femmes pleurent ces compatriotes abandonnés aux démons slaves et communistes, tandis que les hommes sont dominés par la rage. S'inspirant des légions tchèques, ce sont près de 70 000 hommes (vétérans, anciens soldats, immigrés, ...) qui s'engagent dans la Marinebrigade Ehrhardt de Hermann Ehrhardt (40 000 hommes) et le Freikorps Oberland de Rudolf von Sebottendorf (30 000 hommes) avec pour objectif affiché de soutenir sur place les Juncker de la Baltique. Bien sûr, les motivations politiques et sentimentales sont là mais l'espoir de vaincre l'ennemi et de disposer d'importants territoires qui seraient partagés entre paysans allemands dans la Baltique permet à ces pauvres âmes abandonnées par la République de Weimar d'espérer un avenir meilleur à l'Est, bien loin des putschs conservateurs et des grèves spartakistes. Cette dernière d'ailleurs n'empêche en rien ces hommes de partir loin : ce sont des citoyens en moins à gérer. Peu armés et pas organisés (pour l'instant), à la différence des deux corps déjà sur place, ils ne connaissent pas le terrain et sans aide extérieure, leur arrivée n'est pas prévue avant le mois de juin 1920.

Résumé : apparition d'une nouvelle force armée indépendante à l'ouest de la Venta, en Lettonie, les corps prussiens. Dominés par les Juncker abandonnés par la République de Weimar, ils sont 26 500 hommes bien armés (fusils et munitions par milliers, canons et chars en cours de route) et bien financés dont le but est la préservation de leur statut de grands propriétaires terriens et la constitution d'un Duché balte unifié. Ils sont alliés avec certains mouvements lettons (dont Andrievs Niedra) et sont ennemis des Bolchéviques. Ils sont pour l'instant neutres avec les forces blanches et étrangères et attendent leurs réactions. Ils demandent la reconnaissance et le soutien de leur cause par la communauté internationale. En Allemagne, cette mobilisation est soutenue par les populations et ignorée par le gouvernement: 70 000 hommes peu armés et pas organisés se dirigent déjà pour la région lettone, même si les difficultés pour y parvenir sans soutien extérieur direct font que ces corps francs, voulant aider les corps prussiens, n'arriveront pas avant juin 1920.
avatar
Alaminsk
Grand Consul
Grand Consul

Messages : 2702
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 21
Localisation : Paris, France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Nous york le Dim 22 Avr 2018 - 11:50



Armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne/Революційна Повстанська Армія України, Revolioutsiïna Povstans'ka Armia Oukraïny
Spoiler:

TOUR-2 suite du siège de Marioupol

Nature de l'action: Suite de l'attaque sur Marioupol

Force en présence
30 mitrailleuse
9000 hommes
2400 cavaliers


Action 1: Une missive est envoyé aux dirigeants de l'armée de  Wrangel. Dans cette missive, les anarchistes  ordonnent  aux combattants de se rendre en échange de la vie.


Action 2 : pendant que le contingent de cavalerie continue ses actions de brigandage contre les troupes de l'armée blanche de Denikine et si les dirigeants refusent de réponde positivement a la requête de la Makhnovchtchina , l'assaut sur la ville de Marioupol devra continuer. Ainsi la Makhnovchtchina a fait une erreur monumentale lors du premier assaut, elle a tenté d'attaquer par la rivière de Kal'mius , or cette rivière est une protection naturelle contre les attaques de ce genre. Afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs, la Makhnovchtchina décide de réorganiser l'assaut ainsi, maintenant un groupe composé de 3000 hommes de 500 cavaliers et de 15 mitrailleuses devront prendre position sur la rive et de la rivière. Son objectif ? Défendre la rive est contre les possibles tentatives de sortie de l'armée de Wrangel. Pour ce faire de nombreuses barricades et tranchés seront mises en place.

Action 3 : après ceci, deux groupes d'assaut attaqueront la ville, Respectivement par l'ouest et par le nord. Ils seront composés de 3000 hommes, de 600 cavaliers et de 7 mitrailleuses.   La tactique de cet assaut est simple, les hommes essayeront de pousser les hommes à la mer en réduisant le cercle de l'encerclement.

Spoiler:

avatar
Nous york
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 398
Date d'inscription : 26/06/2017
Localisation : La douce France , pays de mon enfance

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Sancho le Cubain le Mar 24 Avr 2018 - 18:19

Modération

Rapatriement de la légion tchécoslovaque

La légion Tchécoslovaque en prenant le Transsibérien a pu atteindre Vladivostok et embarquer avec la Navy vers la Pologne avant de rejoindre leurs terres natales, avec seulement un des wagons d'or restant, les six autres ayant été gardés par la couronne Britannique.
avatar
Sancho le Cubain
Modérateur
Modérateur

Messages : 140
Date d'inscription : 03/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Alaminsk le Mer 25 Avr 2018 - 21:18

Modération de Guerre

Armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne
TOUR 2-ATTAQUE- Siège de Marioupol


Forces en présence à Mariopol :

Armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne
9 000 hommes
2 400 cavaliers
30 mitrailleuses

Armée de Wrangel
2 920 hommes
3 773 cavaliers

Action 1: Une missive est envoyée aux dirigeants de l'armée loyaliste à Marioupol, commandée par le général Piotr Nikolaïevitch Wrangel dit « le Baron noir ». Dans cette missive, les anarchistes ordonnent aux combattants de se rendre en échange de la vie.

Chances de succès : 90%, jet de dé = 66

-> Les demandes des troupes de Makhno ont été bien reçues par les forces loyalistes assiégées à Marioupol. Le général Wrangel, complétement désemparé malgré son courage, son charisme et son sens tactique exemplaires, a dû se rendre à l'évidence : tenir la ville, comme le demandait le commandement général des forces armées de Russie méridionale, est devenu impossible. L'ensemble des forces loyaliste est donc évacuée par la mer (à l'aide de la Marine française), suivie par plusieurs milliers de civils qui ne souhaitent pas tomber sous la coupe anarchiste. Les troupes du « Baron noir » partent avec la totalité de leur équipement, ainsi que les minces réserves de nourriture qui restaient à Marioupol. Les dernières infrastructures qui n'ont pas été détruites dans les bombardements adverses (ponts, routes pavées, ensemble portuaire, ...) sont sabotés. Quelques jours plus tard, l'armée de Wrangel arrivent dans la région de Kouban pour tenter de reprendre le Caucase.

Pertes révolutionnaires :
- Aucune

Pertes loyalistes :
- Aucune. Les forces loyalistes sont rapatriées dans la région de Kouban par la Marine française.

Carte :
avatar
Alaminsk
Grand Consul
Grand Consul

Messages : 2702
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 21
Localisation : Paris, France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Alaminsk le Mer 25 Avr 2018 - 22:25

[Événement] Scandale autour des corps prussiens :

En ce mois d'octobre 1919, les températures commencent à chuter en Russie et dans certaines régions, le grand soleil de septembre laisse sa place à des pluies torrentielles qui ont un impact négatif sur les troupes, tous camps confondus. Si les états-majors ne prennent pas en compte ces difficultés climatiques, les effets sur les combats seront déterminants pour avoir l'avantage avant le printemps 1920.

Dans la Baltique, la situation évolue en faveur des Allemands. En juillet 1919, rappelons-le, les Juncker prussiens se sont réveillés face aux va-et-vient du front opposant la Russie blanche et les Soviétiques dans le Nord. Une première offensive loyaliste avait en effet enfoncé les lignes bolchéviques au début de l'année, avant une stabilisation et une contre-attaque plutôt réussie de Lénine à l'ouest de l'Oural. En plus de cette incertitude militaire, les grands propriétaires fonciers et aristocrates allemands détenteurs de l'extrême majorité des richesses en Prusse orientale, en Pologne septentrionale et dans les pays baltes ont été marqués par le traité de Versailles qui les refoulait de facto de leurs terres et niait leurs prétentions.

C'est cette conjonction de causes qui a poussé les Juncker à raviver les corps prussiens, indépendants de toute autorité extérieure. Au mois d'octobre 1919, le major Josef Bischoff de la Division de fer (16 000 hommes) et Rüdiger von der Goltz de la Baltische Landeswehr (10 500 hommes), mobilisés depuis plusieurs mois, décidèrent de s'unir dans une même force, l'Armée des volontaires de la Baltique rassemblant 26 500 hommes (16 000 fantassins et 10 500 cavaliers) et sous le commandement de Von der Goltz. Ils souhaitent garantir les intérêts des populations germanophones et constituer un État balte uni sous la domination des Juncker. Bien armée et financée, l'Armée des volontaires de la Baltique a conclu une alliance avec les Lettons d'Andrievs Niedra, rajoutant 10 000 hommes à l'AVB. Ils contrôlent quatre provinces le long de la Venta dorénavant, sans combats avec la Russie blanche puisque les populations locales se sont ralliées volontairement au mouvement des Juncker.

Par le contact avec la Prusse orientale, les nouvelles de ce soulèvement se sont propagées très rapidement en Allemagne. Dans l'été, ce sont près de 70 000 hommes qui se sont engagés dans les corps francs de la Marinebrigade Ehrhardt de Hermann Ehrhardt (40 000 hommes) et du Freikorps Oberland de Rudolf von Sebottendorf (30 000 hommes) avec pour objectif affiché de soutenir sur place les Juncker de la Baltique. Peu armés et pas organisés, à la différence de l'AVB déjà sur place, ils ne connaissent pas le terrain et sans aide extérieure, leur arrivée n'était pas prévue avant le mois de juin 1920.

Justement, les puissances mondiales se sont intéressées aux corps prussiens dès leur réveil. Les Soviétiques conclurent un accord avec Von der Goltz pour ne pas se battre. Les Russes blancs restent dans l'attentisme, et la France a tenté de soutenir le mouvement mais la haine des deux peuples du Rhin a empêché toute entraide. C'est alors que la presse internationale découvrit un énorme plan entrepris par la Grande-Bretagne, qui pourrait aller jusqu'au scandale. En effet, en octobre 1919, Londres essaye de secrètement faire parvenir par la mer les 70 000 allemands en mobilisant sa flotte civile mais les miliciens, totalement désorganisés et tenant plus de chauvinistes fanatiques que de militaires professionnels, ne surent tenir leurs langues : rapidement, la presse allemande nationaliste publia des dizaines, des centaines d'articles faisant la promotion du gouvernement de Sa Majesté qui « rétablirait l'équilibre international en soutenant Berlin face à l'Ogre français ». En plus du fait que les 70 000 volontaires arriveront dorénavant en décembre 1919 (vendredi 27/04/18), les Britanniques entreprirent aussi de les fournir en armement. Mais là aussi, la désorganisation des corps francs mit à mal le plan britannique : ce dernier voulait fournir des fusils Pattern 1914 Enfield (50 000), des Lee–Metford (20 000), des Winchester Model 1907 (20 000), des pistolets Smith & Wesson Model 10 (25 000) et M1911 pistol (30 000) et des Vickers machine gun (1 000). Mais qu'un quart de l'armement fut en effet donné aux miliciens, le reste partit sur les marchés noirs. L'AVB reçut elle 300 Ordnance BL 15 pounder et 200 Ordnance BLC 15-pounder. Cette implication britannique, soutenant un pouvoir germanique dans la Baltique, risque de provoquer des problèmes avec les autres puissances alliées.
 
Carte :


Régions en vert : sous contrôle direct de l'AVB.

Résumé : en ce mois d'octobre 1919, malgré la dégradation du climat, les corps prussiens sur place en Lettonie s'organisent en l'Armée des volontaires de la Baltique ou AVB (16 000 fantassins, 10 500 cavaliers et 500 canons), aidés militairement et financièrement par la Grande-Bretagne. Ils contrôlent dorénavant quatre provinces le long de la Venta. Ils veulent créer un Duché balte uni, pour l'instant en paix avec les Soviétiques et dans l'attentisme avec les loyalistes. Ils sont alliés avec les Lettons d'Andrievs Niedra (10 000 hommes). Pour les corps francs allemands (70 000 hommes), l'implication britannique est aussi révélée : grâce à son aide, ils arriveront dorénavant en décembre 1919 (vendredi 27/04/18) mais ils restent totalement désorganisés, peu armés (malgré l'équipement britannique, un quart du volume prévu) et sans hiérarchie militaire définie.
avatar
Alaminsk
Grand Consul
Grand Consul

Messages : 2702
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 21
Localisation : Paris, France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Alaminsk le Ven 27 Avr 2018 - 19:39

[Événement] Des corps toujours désirés :

En ce mois de décembre 1919, la situation évolue dans la Baltique. Des tractations entreprises par la Russie blanche ont en effet eu lieu avec les Freikorps allemands, qui viennent d'arriver en Lettonie avec en tout 70 000 miliciens sans hiérarchie bien définie. En quelques jours, des rumeurs se sont répandues rapidement dans les rangs des chauvinistes germaniques au début du mois : les forces loyalistes auraient proposé aux Freikorps d'aller se battre dans les marécages gelés de Biélorussie pour leur compte, sans aucune garantie, juste en brandissant la menace bolchévique. Les deux principaux seigneurs de guerre de ces 70 000 hommes gonflés à bloc mais prompts à la colère, Hermann Ehrhardt et Rudolf von Sebottendorf, durent réagir rapidement : oui, Omsk tenta de négocier frauduleusement mais ils furent immédiatement rejetés. La priorité pour les Freikorps reste donc d'aider les Juncker de l'Armée des Volontaires de la Baltique et de créer un Duché uni dominé par les germanophones.

Concernant l'AVB justement, plusieurs rapports indiquent qu'une large majorité de ses forces entrainées, bien organisées et très bien équipées ont quitté la région qu'elle occupait jusqu'à présent en Lettonie, le long de la Venta. Son leader, Rüdiger von der Goltz, n'a pas réapparu depuis quelques jours et le territoire occupé par les Juncker est actuellement administré par son second, Josef Bischoff, et les volontaires lettons d'Andrievs Niedra. Ces mouvements pourraient être décisifs dans les prochains combats de cette guerre sanglante ...
avatar
Alaminsk
Grand Consul
Grand Consul

Messages : 2702
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 21
Localisation : Paris, France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Aetius le Ven 27 Avr 2018 - 23:33



:globe: Mouvement blanc :globe:


Contexte


Spoiler:
Explorateur polaire, vice-amiral de la marine impériale et désormais, dirigeant et commandant suprême des forces unifiées de toutes les Russie : le poids est lourd pour Alexandre Koltchak, cette homme d’une quarantaine d’années dont le sourire narquois de jadis et l’allure svelte d’autrefois avait déjà laissé place à un regard vitreux, des épaules alourdies et un visage presque tuméfié.

Il n’avait pas la mine des beaux jours et contemplait avec une ferveur mélancolique, la ville d’Omsk bastion du gouvernement qu’il avait établi pour faire face à la terreur rouge. C’est donc dans cet ilot urbain, noyé dans les étendues jamais émues de la grande Sibérie, que les partisans de la glorieuse Russie étaient contraint de se terrer. Somme toute, le vice-amiral s’enfonçait dans des songes déplaisants : « Voilà à quoi on est réduit, une demi-portion d’un territoire glacé et inhospitalier comme s’il veut sans cesse notre départ, notre exil voire notre extinction ». Angoisse, crainte, nostalgie et désespoir : ces passions-tristes spinozistes étaient en train de plonger l’exilé dans un état d’inaction et d’inertie.

C’était sans compter, la servante du vice-amiral qui apportait milles merveilles à son employeur : un thé noir à la bergamote, une sorte de earl grey à la russe avec bien sûr quelques tranches de citron et quelques gorgées de vodka. Vous obtenez ainsi une boisson enrichie à la théine et à l’alcool ; apte à faire passer les mal êtres les plus existentiels et à fournir du courage aux hommes les plus lâches. Rajoutez une petite décoction faîte à base de feuilles de coca et vous obtenez un Alexandre Koltchak revigoré.

Désempêtré de ses passions-tristes, le leader blanc pouvait enfin débuter son conseil des ministres. Discussions laborieuses et dispensables, on retrouvait notamment l’officier de liaison diplomatique Gremkin qui débattait des qualifications nominales que l’on devait accorder aux bolchéviques dans les dépêches diplomatiques :

« Ils ne sont pas généraux, ils ne sont pas élus et ils ne sont pas des monarques. Le seul titre qui les sied, c’est le titre d’imposteur. C’est au moins mon avis.
- Assez, interjeta Koltchak, le temps est compté. Les premiers oukazes devraient déjà publiés, nous sommes en retard. Le peuple doit connaître nos intentions et l’armée doit connaître nos ordres. »


L’après-midi même, un discours de l’Amiral était diffusé là où on pouvait encore le diffuser :

« Les ténèbres enserrent la Russie, une nuit sanglante et sans fin s’est abattu sur la patrie. En ce lieu de colère et de pleurs, se profile l’ombre de la mort. Pris dans nos terrible existence, nous ne savons pas ce que nous réserve le sort. Oui nous sommes blessés, mais nous demeurons debout. Notre âme fière et invincible est prête à livrer bataille, pourquoi ? Parce que, le bolchévisme, un océan sans cesse ému dévore notre pays jusqu’aux os. Ces flots infâmes engloutissent les constructions séculaires de nos ancêtres, acquises au prix du sang, de la sueur et des larmes. Nous ne devons pas trahir nos aïeux. A tous ceux qui peuvent m’entendre, ne désespérez pas ! Le gigantesque maelström qui dévore tout ce qui nous est cher n’est que le produit éphémère de l’avidité et de la monstruosité des Bolchéviques et de tous ceux qui les soutiennent : anarchistes, menchéviks et juifs. Notre politique mettra fin à l'ouragan rouge. Vous voulez connaître notre politique ? Livrer bataille sur ciel et terre, partout en Russie pour la victoire. Car la victoire c’est le seul moyen de sauver nos vies, notre patrie et notre honneur ».


Des mesures étaient également publiées :

- La réorganisation des escadrons de défense aérienne, de reconnaissance aérienne et de bombardement.
- La création d’un corps des officiers de liaisons pour entretenir un véritable dialogue avec les autres dignitaires du mouvement blanc. Les aides de camps passeront régulièrement d’un théâtre à l’autre pour assurer la synchronisation des attaques sur le centre névralgique bolchévique.
- L’Armée sibérienne reprendra dès aujourd’hui une politique des grandes offensives, les grandes arrivées de matériels sont une aubaine pour Koltchak qui va pouvoir mettre la pression sur les gardes rouges afin que les fronts baltes et méridionaux soient épargnés.
- Des politiques de recrutements, des prêts, de clientélisme, de propagandes sont mis en place pour s’assurer d’une meilleure base populaire pour le mouvement.
- Les châtiments corporels ne sont plus autant utilisés, d’autre méthode de socialisation guerrière sont utilisés. Le jeu et la boisson restent interdits.

Tour n°3 : opération pic-à-glace | Front sibérien


Nature de l'action : offensive le long de lignes de fer pour prendre Kazan, mise en place d'un système de défense et de contre-attaque basé sur l'information de la reconnaissance aérienne.

Troupes terrestres affectées à l'opération :

II - Offensive du transsibérien :
140 000 hommes dont 40 000 cavaliers
1 700 pièces d'artillerie
III - Troupes en réserve :
200 000 hommes dont 40 000 cavaliers

Troupes maritimes affectées à l'opération :

Aucunes

Troupes aériennes affectées à l'opération :

I - Missions de reconnaissance :
50 Airco DH-4 (scout)
20 SPAD XIII
30 Bristol F.2

I- Depuis la prise d’Arkhangelsk par le corps expéditionnaire britannique, l’as Alexandre Kazarov milite pour que le modèle la légion de l’air slavo-britannique soit étendu à l’ensemble des forces russes. En effet, avec l’apparente érosion du soutien militaire britannique, les missions aériennes des armées blanches sont de plus en plus aléatoires. Cet appel à l’aide a été entendu par l’Etat-major russe qui grâce à une centaine de nouveaux aéronefs (reçus de manière confidentielle) peut mettre en place une véritable politique aérienne. Dans un premier temps, la soixantaine d’appareils de reconnaissance effectueront des rotations régulières sur tout le front de l’est pour repérer les principales concentrations de troupes ennemies. Les armées blanches comptent profiter de l’immensité du théâtre d’opération pour acquérir une supériorité stratégique. Pour superviser ces rotations à très forte récurrence et impliquant de grandes distances, un Office supérieur du Commandement aérien (OSCA | начальник отделения воздушного командования) est mis en place. Les officiers, bureaucrates ou encore vétérans reçoivent la direction d’une dizaine de bases pour mettre en route ces missions de reconnaissances. Le bureau du ravitaillement et des logistiques de l’armée sibérienne est chargé de s’assurer du bon déroulé des missions. Une ligne rectiligne est également établie entre les différents QG des corps armés pour assurer la diffusion des informations et des ordres relatifs aux données collectées par l’OSCA.

II - Grâce à l’identification des principales zones de concentrations de troupes ennemies par l’OSCA, les armées blanches seront prêtes à frapper. L’immense glacis soviétique pourra être entamer par les différents corps d’armées blancs : près de 140 000 hommes se préparent à participer à une série d’offensives musclées le long du transsibérien. En apparence, l’opération est destinée à avancer vers Moscou – ce qui en l’occurrence motive énormément les troupes blanches. Toutefois, l’opération a été montée principalement pour mettre une pression considérable sur les gardes rouges, qui d’après des rumeurs insistantes s’attaquent aux compatriotes de l’ouest et du sud. Les grandes armées de l’Est plutôt que de profiter du répit, s’efforceront s’exploiter l’inaction patente des rouges à l’est. En effet, la position défensive des Bolchéviques permet au mouvement blanc d’être maître de l’initiative stratégique, cette même initiative chère à Clausewitz. L'inertie qui doit arriver dans les prochaines semaines n'est pas une fatalité, les troupes sibériennes ont combattus à Samara pendant tout décembre 1918, elles sont prêtes à récidiver.


L’armée blanche organise son offensive sibérienne le long de la ligne transsibérienne de la manière suivante. Les troupes suivront un fer de lance constituée des troupes équestres mais surtout des deux trains blindés acquis à l’étranger. Les vielles locomotives saisies à Vladivostok seront utilisées dans des attaques kamikazes pour perturber les lignes ennemies. Une fois l’ennemi en ébullition, le général Kappel – superviseur de cette grande offensive – créera des points de compressions sur les principaux checkpoints des défenses ennemies, quitte à en prendre certains très facilement. Cette liberté d’agencer la pression de l’artillerie permettra à Kappel de vomir ses obus sur les différentes gares ferroviaires et d’avancer sûrement. Lieutenants et généraux affilés à l’opération ont ordre de rester en symbiose avec le fer de lance. Les 23 divisions du corps sibérien chargées de l’offensive (eux-mêmes composés de 4 régiments) ont ordre d’éviter à tout prix des dérèglements de rythme, les deux colonnes de flanc ne doivent pas pousser trop loin leur progression, quitte à rester en retrait. Tout est fait pour que l’armée blanche ne soit pas encerclée. Un effort est opéré pour prendre Kazan, l’accès à la Volga, c’est le but de la première phase de l’opération. En effet, Kappel connaît très bien la ville, puisqu’il a déjà prise en 1918. Il saura donc, en combinant mouvements riverains et terrestres, encercler la ville (au moins sur trois faces). Kappel reste toutefois prudent, avec le début de l'hivers, il veille à ce que ce soit les troupes sibériennes, expérimentés, qui mèneront l'offensive. Son plan est élaboré de manière à éviter à subir des pertes humaines : on utilise au maximum les trains ; quitte à ralentir la progression, de toute manière la contre-offensive ennemie devrait être toute aussi lente.  [140 000 hommes dont 40 000 cavaliers]

III - Un peu plus en retrait, le Groupe d’Ekaterinbourg commandé par Radola Gajda et le deuxième corps d’armée de la steppe sibérienne commandée par Brzhezovsky établissent des missions de souveraineté le long du front. S’assurant de la non-porosité du front, du bon fonctionnement du ravitaillement (et de sa non-vulnérabilité aux attaques de cavalerie) et de la capacité de ce ravitaillement à s’attirer les faveurs locales. Surtout, en lien avec les missions de reconnaissance déjà établies, les troupes basées à Ekaterinbourg et à Ufa pourront alimenter rapidement les fronts en fonction des contre-offensives soviétique. Ces troupes sans expérience de l'hivers ne peuvent et ne doivent pas participer à des actions offensives, uniquement à des actions défensives (tenir le front ou mater des armées vertes). [200 000 hommes dont 30 000 cavaliers]

Tour n°3 : Opération Bagration | Assaut sur Tsaritsyn


Nature de l'action : percée d'un groupe interarmé dans les steppes russes pour prendre, à terme, Tsaritsyn.

Troupes terrestres affectées à l'opération :

I - Offensive du Astrakhan :
130 000 hommes dont 30 000 cavaliers
600 pièces d'artillerie
50 chars M1917 (copie du FT-17)

Troupes maritimes affectées à l'opération :
x

Troupes aériennes affectées à l'opération :

III - Missions de reconnaissance :
50 Curtis JN-4 (utilisés pour des missions de reconnaissance)

Tsaritsyn, c’est le graal pour les 130 000 blancs partis à la conquête de la Volga. 3 colonnes d’infanterie s’avancent lentement vers cette ville phare avec la ferme intention d’en découdre. Les opérations de reconnaissance aérienne permettront de rapidement repérer les dispositifs ennemis. Semyonov et Dutov, les plus célèbres officiers russes de l’armée sibérienne comptent sur l’opération rouge qui s’abat en ce moment sur Denikine, pour tirer leurs épingles du jeu.

En effet, avec l'arrivée prochaine de l'hiver et surtout après les terribles combats entre l'Armée du Sud et la Garde rouge, la ville de la Volga risque d'entrer en surchauffe logistique. L’armée blanche mettra en pratique de nouvelles doctrines offensives : Koltchak insiste sur la coopération inter-armée. De ce fait, ce sont des unités rapides qui graviteront autour d’une plateforme d’unité plus lentes. En premier lieu, des régiments indépendants regroupant une cinquantaine de blindés profiteront de la profondeur de champs - il est important que les steppes de la région facilitent les mouvement des troupes mécanisés et équestres - pour isoler, encercler et détruire les unités ennemies repérées par l’aviation.


En second lieu, les éléments hippomobiles et motorisés de l’armée (on pense notamment aux voitures blindées Fiat) suivront pour accroître la porosité des lignes soviétiques. Enfin, les unités d’artillerie, massivement présentes, feront jouer de leurs canons. La très grande supériorité en terme de puissance de feu sera donc exploitée en créant des failles à des endroits précis du front. Cette plateforme d'artillerie, à la puissance rustique, certes, mais à l'efficacité prouvée, sera cruciale pour les combats urbains. La cavalerie, menant des opérations sur une très grande profondeur devrait perturber le ravitaillement et la logistique soviétique.

Un accent est donc particulièrement sur la puissance de l’artillerie blanche, sur éléments mobiles blindés ou équestres et sur les capacités de sabotage de l’armée blanche.

Des réserves se constituent en cas de contre-attaque rouges. Un liaison postale est établit avec le troisième corps d'armée des steppes sibériennes qui tient les révolutionnaires d'Asie centrale en respect. De même, la connaissance de la météo s'avéra cruciale pour les blancs : savoir à quel moment ou non, on peut attaquer. Certains moment seront marqués par le stand-by des unités tsaristes.

Tour n°3 : Défense du Don


Nature de l'action : Retraite vers le Caucase, bombardements chimiques.

Troupes terrestres affectées à l'opération :


I - Défenses et contre-attaque du Nord-Caucase
22 920 hommes
26 773 cavaliers
100 pièces d'artillerie
370 mitrailleuses
6 trains blindés
II - Évacuation de l'Ukraine :
3 000 hommes
30 pièces d'artillerie
300 mitrailleusses

Troupes maritimes affectées à l'opération :
I - Défense et contre-attaques au Nord-Caucase
3 cannonières (Straj, Grozny et Iakoute)
3 dragueur de mines (Kitoboï, Albatros, Baklan)

II - Évacuation de l'Ukraine

2 cuirassés (Général Alexeïev, George le victorieux)
2 croiseurs (Général Kornilov, Almaz)

Troupes aériennes affectées à l'opération :
100 Bristol F.2
70 Airco DH. 9

I - L’attaque massive de l’armée rouge sur Rostov a été le point d’orgue des combats en Russie méridionale. La guerre urbaine finie, l'armée de Denikine se replie sur une ligne rigide. Les provinces russes frontalières à la Géorgie constitueront cette ligne de replie : ordre est donné de protéger la Géorgie. La retraite s'effectue à l'aide du soutien de plusieurs régiments indépendants d'artillerie mais également avec les détachements d'artillerie des divisions qui fuient l'armée rouge. Plusieurs trains blindés, effectueront des contre-attaques destinées à ralentir l'ennemi et surtout à engendrer des pertes humaines. Le Kouban qui fait désormais office de front, est contrôlé par les 3 ironclads russes. D'autres canonnières de fortunes sont construites avec des obusiers de la grande guerre. Si l'armée rouge voudrait imiter Dénikine, les dragueurs de mines blancs puniraient la fougue révolutionnaire des Bolchéviques.

Si les trains blindés sont limités par le manque infrastructures ferroviaires au Caucase, ce n'est pas le cas de l'aviation russe qui dispose de plusieurs pistes de décollage improvisées. Le repli de l'armée blanche s'effectue sous la poursuite de l'armée rouge : ces derniers ne resteront pas longtemps aux trousses de l'Armée du Sud. En effet, la centaine d'appareils livrés par les puissances étrangères déchargeront des nombreuses substances chimiques sur les colonnes soviétiques. La totale supériorité aérienne des cosaques permettra d'identifier les concentrations ennemies pour faire pleuvoir du gaz moutarde. C'est décidé, quand l'armée rouge arrivera devant le fleuve Kouban, ça ne sera plus qu'une armée de vermines dévorés par les épidémies et les rapatriements. Les agents chimiques sont utilisés sans grande retenue, le but étant que la campagne du sud devienne mortifère pour l'armée rouge et qu'elle reste empêtrée le plus longtemps possible dans le Caucase.

II - La flotte blanche opére le repli de la région au nord de Rostov, encerclée par les troupes rouges. Ces troupes profiteront du feu des cuirassés alliés et du détachement d'artillerie déployés auprès de ces trois régiments piégés. Ils seront déployés en Circassie, où ils serviront sur la ligne de défensive, pour protéger la Géorgie.



Tour n°3 : Opération défenseurs de l'Ouest


Nature de l'action : défense de l'Ouest, contre-attaques

Troupes terrestres affectées à l'opération :

I - Défense des pays Baltes :
10 000 fantassins, mitrailleuses Vickers, 10 500 cavaliers, 8 canonnières de classe Insect
II - Défenses de la biélorussie :
26 500 hommes dont  3 500 cavaliers, pièces d'artillerie, trains blindés
4 000 hommes de l'AVB
Troupes maritimes affectées à l'opération :

x

Troupes aériennes affectées à l'opération :

x

I - Pour le brillant Nikolaï Nikolaïevitch Ioudenitch, l'heure est critique. Son armée est exsangue mais toujours là. L'heure n'est donc plus à l'offensive mais à la défense. Le général compte particulièrement sur des missions de reconnaissance menées par des troupes légères et hippomobiles pour repérer les principales concentrations ennemies. Le général, héros de la guerre, organise une ligne de front rigide. La raison est simple : la ligne de front biélorusse se résume en des zones forestières et marécageuses ; l'armée biélorusse ne doit donc pas céder du terrain, où alors à retardement : perdre pour reprendre ensuite. Les plaines, plus rares, seront elles défendues par des lignes élastiques où l'armée russe espère créer des poches soviétiques, qui seront réduites très rapidement.
Les lignes de repli sont déjà planifiées par l'état-major, ce dernier recrute massivement des volontaires biélorusses. La propagande active pourrait permettre de nouvelles rentrées en hommes. Ioudenitch ne possède pas la capacité d'armer ses volontaires, néanmoins ces volontaires seront utiles pour creuser des tranchées, poser des mines, poser du barbelés, ériger des barricades, emmurer des positions d'artillerie ou de mitrailleuse et construire des casemates, hôpitaux et QG. Cette main d'oeuvre cruciale permettra d'avoir des fantassins épargnés par la labeur et plus à même de se battre.

En second lieu, le général organise un système de contre-attaque autour de la ligne Minsk-Smolensk-Moscou. Les fantassins utiliseront le transport ferroviaires blindés pour mener des contre-attaques rapides. L'objectif : permettre à Smolensk de ne pas tomber. Ces contre-attaques permettront également au front biélorusse d'être un peu plus épargné par la terrible pression humaine qu'on exerce sur lui. Cette double-logique devrait permettre à la Biélorussie de résister.

Si la Pologne le permet, les troupes déployées (~ 5 000 hommes) à Marioupol puis renvoyés dans le Kouban pourraient être transférées sur ce front à l'aide de la flotte russe. Les troupes débarqueront à Danzig pour être redéployés vers Minsk.


II. Les troupes de l'AVB (l'Armée des volontaires de la Baltique) se rassemblent pour mener des contre-offensives le long de la Daugava. 8 canonnières de classe insect, peintes au couleur du Duché uni balte constitueront le fer de lance de ces contre-offensives. Si les canonnières sont russes, les couleurs baltes devraient symboliser la convergence des luttes entre l'AVB et Koltchak et surtout apaiser les velléités des Freikorps à l'encontre des russes. En effet les Freikorps, formés par un corps de 2 000 hommes de l'AVB ne doivent pas percevoir le gouvernement d'Omsk comme un intrus ou pire comme un ennemi. La présence russe est ainsi effacée. L'AVB espère la montée d'un sentiment patriotique, constamment entretenu par ses officiers, auprès des Freikorps. Ces derniers, au côté des Lettons, pourraient défendre les Pays-Baltes coûte que coûte.
Pour en revenir à la contre-offensive de l'AVB, elle longera la Daugava pour atterrir en Biélorussie où elle pourra punir les troupes qui s'approcheraient trop de Smolensk. La forte concentration de troupes équestres expérimentés permettra l'emploi de tactiques de hit & run même en hiver, pour dissuader l'armée rouge de passer à l'offensive.  


Récapitulatif



Spoiler:


L'intégralité de la frontière biélorusse est un front dense



avatar
Aetius
Modérateur
Modérateur

Messages : 1823
Date d'inscription : 03/09/2012
Age : 77

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Shikkoku le Dim 29 Avr 2018 - 0:51



[TOP SECRET] Mobilisation de troupes

Piłsudski a ordonné en plus de la mobilisation dans le Nord de la Pologne l'assemblement d'une Première Armée Polonaise, composée de 75 000 soldats et un soutien d'artillerie. Sont également mobilisés dans l'Est du pays :

Breguet 14 (bombardier) : 24
LVG C.V (reconnaissance) : 32
Bristol F.2 Fighter (chasseur) : 50
Ansaldo A.1 Balilla (chasseur) : 38

Cette Première Armée Polonaise devra être prête à se mettre en mouvement et à passer la frontière au mois de février 1920.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5864
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Alaminsk le Dim 29 Avr 2018 - 12:45

Modération de Guerre

Mouvement blanc
TOUR 3-ATTAQUE- Front sibérien


Forces en présence :

Armée blanche de Sibérie
340 000 hommes dont 80 000 cavaliers
1 700 pièces d'artillerie
50 Airco DH-4
20 SPAD XIII
30 Bristol F.2

Action 1 : Restructuration des forces aériennes par l'établissement d'une nouvelle doctrine.

Chances de succès : 80%, jet de dé = 12

-> La nouvelle doctrine aérienne des forces tsaristes, se basant sur l'acquisition de la supériorité de l'espace aérien par des rotations récurrentes des escadrons après des missions de longue distance et la création d'un Office supérieur du Commandement aérien, porte ses fruits. L'extrême majorité des forces aériennes du monde occidental fonctionnent en tant que sous-groupes des forces terrestres et maritimes : par la création de l'OSCA, la Russie blanche rattrape son retard en créant un quartier-général spécifique au sein de l'Armée, avec ses propres bases et ses propres réseaux logistiques. Quant à la stratégie qui consiste à faire des missions de reconnaissance par une rotation des escadrons, elle est efficace car elle permet à la fois d'entraîner beaucoup de pilotes dans un temps réduit, tout en rendant efficient le peu d'appareils disponibles qui seraient inutiles s'ils n'étaient pas astreints uniquement à la reconnaissance. Une bonne part du front est couvert par ces opérations.

Pertes loyalistes :
- Aucune

Pertes révolutionnaires :
- Aucune

Action 2 : Offensive le long du Transsibérien et établissement du siège de Kazan.

Chances de succès : 40%, jet de dé = 57

-> Les offensives des 140 000 soldats et 40 000 cavaliers loyalistes, mobilisés pour prendre le Transsibérien et tenter d'établir un siège autour de Kazan, sont marquées malheureusement par l'échec, même si les forces aériennes ont rempli leur part du travail. En effet, malgré l'expérience des troupes sibériennes, le climat est rude en ces mois de décembre et janvier : la température moyenne est de - 10°C et les combattants souffrent de la neige, aussi bien dans leur quotidien que pour se déplacer. Sur le papier, la stratégie du mouvement blanc est bonne et a plutôt fonctionné pour prendre les zones autour du Transsibérien. Les trains blindés ouvrirent la voie et brisèrent le front soviétique, et les principaux points de défense furent mis en déroute par l'infanterie et la cavalerie loyalistes, mais tout s'arrêta au bout de trois semaines. En effet, à cause du climat, toutes ces opérations se firent dans leur majorité sans artillerie, bloquée sur les routes. L'état-major avait spécifié aux troupes de conserver leur unité, surtout entre régiments d'infanterie et batteries de canons, mais les officiers sur le terrain préférèrent avancer dans bien des cas, ne pouvant attendre les pièces bloquées (puisque si les régiments n'avaient pas profité de l'ouverture effectuée par les trains, ils auraient rapidement été capturés par les Soviétiques). De ce fait, la Russie tsariste accuse de beaucoup de pertes dans l'infanterie (à cause du climat et de la résistance adverse), l'artillerie est toujours enlisée et l'objectif d'établir un siège à Kazan ne fut pas rempli : les forces soviétiques sur place savent dorénavant qu'elles sont la cible et elles ont tout le temps nécessaire pour préparer la défense de la ville. Omsk a tout de même avancé dans le territoire de quelques dizaines de kilomètres, le long du transsibérien.

Pertes loyalistes :
- 40 000 morts dont 6 000 cavaliers
- Artillerie enlisée

Pertes révolutionnaires :
- 11 000 morts
- 90 pièces d'artillerie

Action 3 : Pacification des campagnes autour du Transsibérien.

Chances de succès : 60%, jet de dé = 43

-> Le groupe d'Ekaterinbourg et le deuxième corps d'armée de la steppe sibérienne avaient pour mission de pacifier les campagnes autour du Transsibérien, par rapport à l'avancée de l'offensive le long de la voie de chemin de fer. C'est un succès car les troupes loyalistes réussirent à capturer les principaux villages des campagnes et à recevoir, dans certains cas, le soutien des habitants. Beaucoup de Bolchéviques tentèrent de résister mais la majorité dut fuir dans les campagnes, gelées en cette saison, signant leur mort.

Pertes loyalistes :
- 6 000 morts dont 1 000 cavaliers

Pertes révolutionnaires :
- 10 000 morts
- 30 pièces d'artillerie
Mouvement blanc
TOUR 3-ATTAQUE- Front de Tsaritsyn


Forces en présence :

Armée blanche de la Volga
130 000 hommes dont 30 000 cavaliers
600 pièces d'artillerie
50 chars M1917 (copie du FT-17)
50 Curtis JN-4

Action 1 : Offensive en direction de Tsaritsyn.

Chances de succès : 60%, jet de dé = 26

-> La ville de Tsaritsyn est la clé du contrôle du Caucase et du bassin de la Volga, fleuve vital pour l'ensemble des troupes rouges comme blanches en Russie méridionale. Tandis que les Bolchéviques se concentraient sur le Caucase, tout proche des anarchistes, des Britanniques et des Français, l'état-major loyaliste décida de fondre sur la ville. Une nouvelle doctrine fut adoptée pour cette opération, reposant sur la coopération inter-armée et surtout l'indépendance des blindés pour isoler l'adversaire et l'encercler : c'est totalement à contrecourant de ce qui se fait dans les autres armées du monde, où les chars fonctionnent totalement avec l'infanterie pour mener les assauts. Malheureusement, Koltchak et ses officiers subalternes n'ont pas les compétences requises pour appliquer ce système : sur place, les gradés décidèrent de rester dans la tradition et d'utiliser les chars pour mener les charges en masse de l'infanterie. Et ces assauts, après reconnaissance de l'aviation et le feu roulant de l'artillerie qui connaît un climat plus clément (et qui fut donc utilisable), connurent un succès sans bavures : la région dégagée menant à Tsaritsyn est dorénavant sous le contrôle des loyalistes, les Bolchéviques sont en déroute et accusent des pertes importantes. La prochaine étape est le siège et la prise de la ville, clé de la Volga.

NB : les blindés ne sont pas du tout utilisés dans cette optique en 1919, et ce n'est pas avant les années 1930 que des régiments blindés définis, avec des rôles spécifiques correspondants à leurs compétences, sont créés. Les chars sont soit dans des régiments d'infanterie, soit dans des batteries d'artillerie et servent à mener les assauts des troupes. Ta doctrine blindée est donc invalidée car elle a vingt ans d'avance.

Pertes loyalistes :
- 15 000 morts dont 2 000 cavaliers
- 20 pièces d'artillerie
- 10 chars M1917 (copie du FT-17)

Pertes révolutionnaires :
- 35 000 morts
- 50 pièces d'artillerie
Mouvement blanc
TOUR 3-ATTAQUE- Front du Don


Forces en présence :

Armée blanche du Caucase
25 920 hommes dont 26 773 cavaliers
130 pièces d'artillerie
670 mitrailleuses
6 trains blindés
3 canonnières (Straj, Grozny et Iakoute)
3 dragueur de mines (Kitoboï, Albatros, Baklan)
2 cuirassés (Général Alexeïev, George le victorieux)
2 croiseurs (Général Kornilov, Almaz)
100 Bristol F.2
70 Airco DH. 9

Action 1 : Retraite du Kouban.

Chances de succès : 40%, jet de dé = 69

-> La retraite du Kouban organisée par les forces blanches est globalement un échec. La ligne rigide est atteinte vers la Géorgie, mais les pertes furent importantes : la stratégie de se reposer sur l'artillerie et les trains blindés ne fut pas suffisante pour protéger près de 55 000 soldats éparpillés sur plusieurs centaines de kilomètres de front. Assez rapidement, l'artillerie fut abandonnée, tout comme les trains blindés qui surent livrer une résistance héroïque. Plus au sud, les rouges poussèrent aussi le long de la frontière orientale de la Géorgie, qui décida de rester neutre étant dominée par les mencheviks : les troupes de Moscou progressent à grands pas, au grand dam de Dénikine. Les Bolchéviques reprennent donc le Kouban. Et le gaz moutarde employé par les loyalistes ? Il fut inefficace, à cause du climat défavorable, l'ypérite devenant solide en-dessous de 13.5°C : ce n'est pas le genre de températures qu'on rencontre en plein mois de décembre dans le Caucase. Quant à la flotte mobilisée, son action ne fut pas du tout déterminante. A moins d'une percée historique au niveau de Tsaritsyn, la Russie méridionale semble totalement perdue.

Pertes loyalistes :
- 6 000 morts dont 2 000 cavaliers
- 80 pièces d'artillerie
- 6 trains blindés

Pertes révolutionnaires :
- 1 000 morts
- 20 pièces d'artillerie

Action 2 : Retraite d'Ukraine.

Chances de succès : 25%, jet de dé = 73

-> La retraite de la poche ukrainienne, où sont basés des restes de l'armée de Dénikine, est un fiasco. Les forces loyalistes, marquées par l'offensive soviétique qui eut un grand succès il y a quelques mois, étaient complètement épuisées et les ressources manquaient pour organiser une retraite par la mer. Dès que les lignes blanches se dégarnirent, les Bolchéviques foncèrent sur la poche et l'enfoncèrent totalement. Les quelques navires mobilisés pour fournir un appui et évacuer ne suffirent pas : ils durent se dégager rapidement pour éviter des pertes dues à l'artillerie rouge, et n'ont donc pu sauver personne. La poche disparaît ainsi, les 3 000 soldats blancs étant tués ou faits prisonniers.

Pertes loyalistes :
- 3 000 morts ou prisonniers
- 30 pièces d'artillerie
- 300 mitrailleuses

Pertes révolutionnaires :
- 500 morts
Mouvement blanc
TOUR 3-ATTAQUE- Front occidental


Forces en présence :

Armée blanche du Caucase
36 500 hommes dont 14 000 cavaliers
4 000 hommes de l'Armée des volontaires de la Baltique
8 canonnières de classe Insect

Action 1 : Contre-offensive biélorusse.

Chances de succès : 50%, jet de dé = 58

-> Les contre-attaques rapides lancées sur le front biélorusse par le commandant Nikolaï Nikolaïevitch Ioudenitch furent des échecs. En effet, le climat glacial et la résistance soviétique dans la zone empêchèrent toute progression en direction de Moscou (même si les Baltes arrivèrent à débloquer la situation plus au nord et à enfoncer les lignes bolchéviques). Le front est certes stabilisé et les forces loyalistes n'ont pas à rougir de leurs défenses, mais avec ce temps, les offensives entreprises sont facilement repoussées.

Pertes loyalistes :
- 7 000 morts dont 1 000 cavaliers
- 2 trains blindés
Pertes révolutionnaires :
- 8 000 morts

Action 2 : Contre-offensive balte.

Chances de succès : 40%, jet de dé = 24

-> La contre-offensive lancée le long de la Daugava est une réussite pour les troupes de l'Armée des volontaires de la Baltique, alliée dorénavant à la Russie blanche et épaulée par plusieurs canonnières. Les forces baltes, bien entraînées, très bien équipées et surtout fraiches, réussirent à débloquer la situation de cette partie du front et à enfoncer la ligne bolchévique sans subir d'énormes pertes. Les soldats loyalistes furent motivés par ces combattants, et toute la région de Vélikié Louki est maintenant sous leur contrôle.

Pertes de l'AVB :
- 750 morts

Pertes loyalistes :
- 2 000 morts dont 500 cavaliers
- 1 canonnière de classe Insect

Pertes révolutionnaires :
- 6 000 morts

avatar
Alaminsk
Grand Consul
Grand Consul

Messages : 2702
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 21
Localisation : Paris, France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Jhe le Lun 30 Avr 2018 - 16:41

:globe: République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie :globe:





Les opérations militaires suivantes sont ordonnées :

Front Sud

Nature de l'action : Mise en place d’un solide front de défense autour de Tsaritsyn et de sa région (I) ; offensives contre les dernières forces de Dénikine (II) ; offensive contre les forces de Makhno et marche sur Marioupol (III).

Effectifs, équipements, organisations :

Forces terrestres :

- I. 200,000 hommes appuyés par l’artillerie ; 100 automobiles blindées ; 2 trains blindés
- II. 100,000 hommes appuyés par l’artillerie ; 50 automobiles blindées
- III. 100,000 hommes appuyés par l’artillerie ; 50 automobiles blindées

Forces maritimes :

/

Forces aériennes :

- 20 Nieuport 4 (reconnaissance) ; 10 Nieuport 11 (chasseur) ; 10 Farman F30 (chasseur) ; 10 Voisin III (attaque au sol) sur le front Sud.

Carte :

Spoiler:
Détails de l'action :
- I. La déroute des troupes défendant la voie vers Tsaritsyn ne permet pas d’envisager toute suite une contre offensive (hors quelques petite offensives localisées si la possibilité se présente ponctuellement), tout en prenant en compte la rudesse du climat et les difficultés logistiques. L’objectif est donc, comme sur le modèle de Kazan, d’établir de fermes positions défensives en vue de l’offensive blanche. Comme à Kazan, l’objectif est clairement d’empêcher la prise de Tsaritsyn, de saigner les troupes blanches qui lanceront l’offensive, ce qui permet de préparer le terrain pour une future contre offensive de printemps. Les avions de reconnaissance aideront à la reconnaissance du terrain, les chasseurs à lutter contre les appareils de reconnaissance et autres avions ennemis, les bombardiers d'attaque au sol à frapper l'ennemi (même schéma pour tous les fronts au niveau de l'aviation, usage avec parcimonie des appareils).
- II. L’objectif est de bousculer définitivement les lignes de Dénikine et de pousser celui ci à la reddition. Pour cela, une offensive générale est lancée sur les trois dernières provinces tenues par son armée. Si l’opération réussie, ordre est donnée aux troupes de stopper leur progression et de ne pas pénétrer en territoire géorgien.
- III. L’objectif est de pénétrer dans les territoires tenus par Makhno et sa racaille, notamment les hommes mutinés de l’Armée Rouge. Cette première phase d’offensive vise notamment la ville de Marioupol dont la prise est érigée en priorité. Les troupes bolchevique reçoivent ordre d’être de la plus grande dureté contre les troupes anarchistes (les ordres de Lénine sont à ce sujet clairs : pas de prisonniers).
 


Front Ouest

Nature de l'action : Offensive contre les Baltes (I) et les Biélorusses (II).

Effectifs, équipements, organisations :

Forces terrestres :

- I. 100,000 hommes appuyés par de l’artillerie ; 50 automobiles blindées
- II. 200,000 hommes appuyés par de l’artillerie ; 50 automobiles blindées
- III.

Forces maritimes :

/

Forces aériennes :

- 20 Nieuport 4 (reconnaissance) ; 10 Nieuport 11 (chasseur) ; 10 Farman F30 (chasseur) ; 10 Voisin III (attaque au sol) sur le front ouest.

Carte :

Spoiler:
Détails de l'action :
- I et II. Dans les deux cas, l’objectif est d’enfoncer les fronts tenus par ces troupes blanches occidentales. Malgré le climat hivernal, l’ordre est lancé, le gouvernement central veut en effet en finir le plus vite possible avec ce front de l’Ouest sur lequel les forces ennemies ont déjà subies de lourdes pertes ces derniers mois. Contre les Baltes, l’objectif est notamment de reprendre la région de Vélikié Louki. Ces offensives doivent elles aussi préparer le terrain pour de plus grandes offensives au printemps.
 


Front Est

Nature de l'action : Défense de Kazan (I).

Effectifs, équipements, organisations :

Forces terrestres :

- I. 150,000 hommes (sur les 500.000 déployés sur l'ensemble du front est au total) appuyés par l’artillerie ; 50 automobiles blindées ; 1 train blindé
- II. /
- III. /

Forces maritimes :

/

Forces aériennes :

- 10 Nieuport 10 (reconnaissance) ; 10 Nieuport 11 (chasseur) ; 10 Farman F30 (chasseur) ; 10 Voisin III (attaque au sol) sur le front est.

Carte :

Spoiler:
Détails de l'action :
- I. Les forces de défense de la région de Kazan sont le point clé de ce système de défense. 150,000 hommes sont en tout déployés dans la région, en comptant les hommes déjà déployés. Les troupes sur place reçoivent l’ordre de former de solides positions défensives pour tenir Kazan, éventuellement mener de petites contre attaque locales. L’objectif majeur est toutefois de tenir fermement les positions pour que les troupes ennemies s’épuisent dans l’offensive et ainsi faciliter les opérations de contre offensive vers l’est au printemps.
- II. /
- III. /
 


Carte globale




avatar
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 903
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Alaminsk le Mar 1 Mai 2018 - 11:01

[Événement] Retour du Duché balte uni :

En ce mois de mars 1920, le pourtour oriental de la mer Baltique se voit profondément changé, ouvrant une nouvelle phase de la guerre civile russe. Depuis son déclenchement en 1917, les administrations européennes et les divers camps opposés dans le conflit avaient du mal à comprendre la situation locale, aussi bien à cause de la multiplicité des acteurs que de l'apparition et la mort soudaines des divers mouvements. Le 3 mars 1918, lors de la signature du traité de Brest-Litovsk, la Russie soviétique avait dû renoncer à sa souveraineté sur le Courlande, les Russes devant se mettre d'accord avec les populations locales quant aux relations futures qu'ils auraient à entretenir avec l'Empire allemand, leur droit à l'autodétermination étant supprimé : dominées par les Prussiens et soutenus par Berlin, un Duché uni voyait le jour. Mais rapidement, la classe dirigeante germano-balte des Juncker dut se résoudre à sa propre défaite face à la perpétuation dans l'Occident russe des forces blanches et la destruction du Reich à Versailles, principal soutien du Duché.

La première aventure balte indépendante prenait donc fin, mais ses partisans locaux et étrangers ne l'oubliaient pas. En juillet 1919, face aux va-et-vient du front et l'impossibilité manifeste pour les Russes loyalistes de reprendre le centre du pays, les Juncker se sont remobilisés une nouvelle fois et décidèrent de reconstituer les corps prussiens, le but étant d'arriver enfin à l'indépendance. Forte de 27 000 hommes dirigés par Rüdiger von der Goltz, cette armée contrôlant la Lettonie occidentale signa une trêve avec les Bolchéviques en septembre 1919 et proclama, sur le papier, l'autonomie des pays baltes. A l'international, ce réveil fut soutenu principalement par la Grande-Bretagne : Lord Arthur Balfour, secrétaire d’État aux Affaires étrangères britanniques, déploya sur l'ordre du Premier ministre la 1st Infantry Division ainsi que la 12th Infantry Division dans la région. Mais dans les faits, cette renaissance germano-balte n'existait que sur les côtes lettones : la Russie blanche contrôlait toujours le reste de la Baltique et n'avait en aucun cas validé la proclamation de Von der Goltz.

En décembre 1919, les corps prussiens décidèrent de se constituer en une véritable force indépendante, l'Armée des volontaires de la Baltique ou AVB, contrôlant toujours la Lettonie occidentale. Alliée avec les Lettons, cette armée étendait son influence et accueillait surtout 70 000 allemands des Freikorps amenés sur place par la Grande-Bretagne. Voyant cette montée en puissance germano-balte, le gouvernement blanc d'Omsk décida de signer des accords secrets avec le général Von der Goltz pour renverser la vapeur vis-à-vis des Bolchéviques : l'AVB rejoignait le combat contre les Rouges en tant qu'alliée (annulant de fait l'armistice signée en septembre), 24 000 baltes commandés par le général allemand rejoignaient le front contre la promesse d'une autonomie balte qui n'était toujours pas accordée dans les faits malgré la déclaration unilatérale d'indépendance faite par les Juncker.

Aujourd'hui, au mois de mars 1920, l'AVB connaît une nouvelle puissance inégalée dans le nord de la Russie et constitue enfin un gouvernement civil, et un État indépendant. Ses détachements restés sur place forment depuis maintenant quatre mois les 70 000 membres des Freikrops et le second du général Von der Goltz, le général Josef Bischoff, estime dorénavant qu'ils peuvent être incorporés dans l'AVB. Par l'arrivée de ces germanophones, soldats mais aussi colons, l'équilibre est perturbé dans la Baltique : les Juncker, ces grands propriétaires prussiens qui dominent économiquement une majorité de paysans baltes, ne sont plus les seuls Allemands dans la zone. Forts de ce nouveau rapport de force, ils décidèrent de proclamer l'indépendance du Duché balte uni en application des accords passés avec Omsk.

Le prince allemand Adolphe-Frédéric de Mecklembourg fut rappelé et est proclamé duc sous le nom d'Adolphe-Frédéric Ier. Son premier chancelier est l'officier conservateur Alfred Fletcher. L'AVB est réorganisée et emploie désormais des volontaires baltes, étendant son influence sur l'ensemble de la Baltique : on compte 40 000 estoniens (les moins fidèles), 10 000 lettons, 20 000 lituaniens et 95 000 allemands (soit 165 000 soldats en tout). Bien équipés et financés surtout par les Anglais, ces derniers disposent toujours de deux divisions sur place destinés à protéger le nouveau duché. Pour la Russie blanche, la conséquence directe est la perte du pourtour de la Baltique et la saignée de son armée occidentale : sur les 27 500 hommes (dont 12 500 cavaliers), il ne reste plus que 10 000 biélorusses (dont 5 000 cavaliers).

ORGANISATION DU DUCHE ET DE L'AVB EN MARS 1920 :

- Duc : Adolphe-Frédéric Ier
- Chancelier : Alfred Fletcher
- Chef d'état-major : général Rüdiger von der Goltz
- Relations extérieures : alliance avec la Russie blanche, guerre avec la Russie rouge, protection assurée par le Royaume-Uno

- Détachement britannique protégeant le Duché : 1st Infantry Division et 12th Infantry Division

- Détachement mobilisé aux côtés des forces blanches sur le front biélorusse : 3 250 hommes
- Ier corps ducal (en réalité composée uniquement d'Allemands) : 91 750 hommes
- IIe corps lituanien : 20 000 hommes
- IIIe corps letton : 10 000 hommes
- IVe corps estonien : 40 000 hommes

Ce nouvel État indépendant, rassemblant Estoniens, Lettons, Lituaniens et Allemands, est théoriquement toujours allié à la Russie blanche et combat les Bolchéviques. Mais déjà, certains signes avancent la neutralité du pays dans la guerre civile : les 24 000 soldats de l'AVB combattant sur le front biélorusse sont rappelés, sauf les 3 250 hommes bloqués en Vélikié Louki. Sur le front séparant des Bolchéviques, le IVe corps estonien (deuxième force de l'AVB, après le Ier corps ducal) est chargé d'assurer la défense mais l'ordre est donné de ne pas attaquer. A l'intérieur, le Duché est à majorité balte mais dominé par les Allemands : ils comptent surtout sur les Lettons et les Lituaniens, les Estoniens acceptant mal cette nouvelle organisation. Mais tous sont d'accord pour affirmer que c'est dans l'union que leur indépendance pourra être sauvegardée : l'adversaire principal est Lénine, mais s'il le faut, une nouvelle armistice sera signée et le Duché proclamera sa neutralité.

CARTE DU DUCHE BALTE UNI (VERT OLIVE) :
[Événement] Le soulèvement des paysans :

Depuis le déclenchement de la Grande Guerre en 1914, les paysans de Russie doivent contribuer totalement au conflit et sont régulièrement marqués par les privations et les disettes. L'espoir porté par les révolutions de 1917 ne changea rien, au contraire il empira la situation : une guerre civile éclatait et dorénavant, les réquisitions habituelles sont complétées par des pillages, des vols et surtout le soutien des Rouges et des Blancs à l'expropriation forcée pour l'effort de guerre. Avec l'intensification des campagnes opposant les deux camps en 1919, le poids s'est fait de plus en plus lourd et l'arrivée du printemps n'arrange rien : en mars 1920, les paysans savent que les accaparements vont reprendre de plus belle. C'en n'est trop pour eux dans les régions les plus agricoles de l'Eurasie occidentale. Plusieurs bandes se sont en effet constituées et ont dégagé les autorités, aussi bien blanches que rouges, pour contrôler les campagnes : les partisans dorénavant ennemis sont cloitrés dans les villes et les routes deviennent impraticables dans les régions perturbées.

Est-ce que cette révolte des armées vertes, comme on les appelle, est organisée ? Non, ce sont des territoires éloignés qui sont concernés et les rebelles ne sont souvent que des paysans peu armés et pas entraînés. Mais ils bénéficient de la force du nombre et de la connaissance du terrain. En mars 1919, des régions entières passent sous le contrôle de paysans révoltés, organisés en bande de plusieurs milliers, voire dizaines de milliers d’hommes. Ces bandes combattent notamment en Polésie biélorusse, dans la région de la Volga, en Sibérie et dans l’Oural. En Polésie, on dénombre 20 000 paysans qui pourraient rapidement s'allier aux anarchistes ukrainiens ; dans la Volga, près de Tsaritsyn, 30 000 hommes contrôlent une bande allant jusqu'à la mer Caspienne ; en Sibérie, au-delà de l'Oural, 10 000 miliciens perturbent les arrières du gouvernement d'Omsk. Mais c'est dans l'Oural contrôlé par les Bolchéviques que la situation est la plus tendue. Là, un leader s'est détaché et dirige 70 000 paysans : c'est Alexandre Antonov. Socialiste révolutionnaire, il n'accepte plus les réquisitions des Rouges et refuse désormais toute autorité de Moscou. Ce troisième camp, opposé aux deux autres, risque de perturber fortement les opérations pour l'année en cours et des campagnes de pacification sont à prévoir d'urgence.

CARTE DES TERRITOIRES TROUBLES PAR LES ARMEES VERTES (VERT FONCE) :
avatar
Alaminsk
Grand Consul
Grand Consul

Messages : 2702
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 21
Localisation : Paris, France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre Civile Russe

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum