¤ V2018 ¤ Topic officiel

Page 1 sur 15 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Aller en bas

¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Dim 1 Juil 2018 - 16:00

V2018 – Nouvel Ordre Mondial





« Une civilisation qui s'avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente. »

Aimé Césaire, in Discours sur le colonialisme.


Le début du XXIème siècle apparaît de plus en plus comme une période charnière dans l’Histoire. En effet, la fin du siècle précédent avait consacré la victoire de la démocratie et de la liberté sur les régimes totalitaires qui avaient ensanglanté le XXème siècle ainsi que les grands conflits mondiaux principalement mus par l’exacerbation d’un nationalisme absolu tournant, pour plusieurs peuples, à un racisme envers ses voisins. Ainsi, avec la chute de l’Union Soviétique, il semblait que le modèle capitaliste et libéral – tant économiquement que politiquement – était désormais la norme dans ce nouveau monde qui s’ouvrait concomitamment au XXIème siècle. Cet espoir fut bien rapidement brisé par l’émergence de plusieurs dynamiques, qui paraissaient jusqu’alors être des épiphénomènes d’importance quasi-nulle, mais qui se révèlent être les enjeux majeurs du début du troisième millénaire.

D’abord, une tendance à l’autoritarisme s’est développée dans plusieurs pays majeurs, qui semblaient pourtant avoir fait vœu de démocratie, malgré, parfois, quelques traditions plus autoritaires. Ainsi, au cours des deux premières décennies, des Etats tels que la Hongrie, la Russie ou encore la Turquie, ont progressivement basculé dans de tels régimes, lesquels organisent certes encore des élections plus ou moins démocratiques, mais où la liberté publique en général tend à se réduire et où les atteintes à l’état de droit – dans son acception occidentale – se multiplient. Ce phénomène se retrouve de plus en plus en Europe centrale et de l’est, avec des pays comme la Pologne, la Slovaquie ou encore la République tchèque, qui élisent des gouvernements conservateurs adeptes d’une pratique plus autoritaire du pouvoir, sans pour autant basculer dans des régimes dictatoriaux comme en Biélorussie, en Syrie, ou en Chine.

Ensuite, le monde fait face depuis les attentats du 11 septembre 2001 à une nouvelle menace jusqu’alors ignorée ou quasi-insignifiante pour l’Occident car principalement centrée dans quelques pays musulmans. En effet, le totalitarisme islamique a surgi notamment d’Afghanistan, justifiant une intervention internationale dans ce pays, et s’est ensuite répandu dans de nombreux pays musulmans qui font face à ce fléau, à l’instar du Pakistan, des pays du Sahel, mais également de la Syrie et de l’Irak, qui combattent encore, certes avec l’aide mondiale, les restes de l’Etat islamique, largement défait mais encore survivant. Cette menace terroriste pèse également sur les pays non-musulmans, qui furent la cible de telles attaques, comme l’Espagne, la France ou encore le Royaume-Uni. Ces guerres contre le terrorisme provoquent des mouvements de réfugiés devant être gérés par les Etats voisins et l’Europe.

Enfin, l’Occident fait face depuis une décennie à un ralentissement économique non-négligeable, malgré la bonne tenue de quelques pays au taux de chômage bas, la dette publique reste colossale tandis que les déficits budgétaires et/ou publics restent colossaux, et l’économie globalement fragile et menacée par plusieurs crises potentielles. Cette situation économique précaire a entraîné une montée des nationalismes et des populismes dans plusieurs pays européens, mais également aux Etats-Unis, avec par exemple la constitution d’un gouvernement Lega – M5S en Italie ou l’élection de Donald J. Trump à la tête de ces derniers. Cette montée des extrêmes est également aggravée par une grave crise migratoire en provenance du Moyen-Orient mais également d’Afrique et fait naître des tensions considérables au sein de l’Union européenne, et plus généralement dans de nombreux pays touchés.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Gungauss le Dim 1 Juil 2018 - 17:30

Fédération de Russie





Discours du Président Vladimir Poutine pour le second semestre de l'année 2018



Mes chers compatriotes,

En ce 1er juillet de l'année 2018, la Fédération de Russie entre dans une nouvelle ère.
Il y a quelques mois, je vous faisais part des nouveaux matériels militaires, à la pointe de la technologie, que nos armées vont bientôt mettre en oeuvre pour défendre notre Mère Patrie. La défense de notre glorieuse nation est un point central de ma politique depuis mon accession à la Présidence, et je veillerais à ce que cela dure dans le temps. Mais notre défense ne sert à rien si nous n'avons rien à défendre. Notre pays n'est pas rien, mais il est temps qu'il devienne plus. Il est temps pour la Fédération de Russie d'entrer dans le futur. Le second semestre de l'année 2018 sera accès sur plusieurs grands projets, qui feront de la grande Russie une nation à la pointe de l'innovation, de la recherche, mais aussi une nation intégrée sur la scène internationale.

Le premier point que je souhaite aborder aujourd'hui, et dont je suis particulièrement fier de vous faire part, est le renouveau de notre programme spatial. J'ai demandé à Roskosmos de relancer deux de nos plus grands projets de développement dans la recherche spatiale. Ces deux projets sont la fusée super-lourde Energia et le programme Buran.
Le programme Energia, fort de l'expérience qu'il a apporté à notre agence spatiale avant l'effondrement de l'Union Soviétique, devra permettre l'expédition de missions lunaires permanentes, ainsi que la mise en orbite d'une quantité importante de matériel, jusqu'à cent tonnes par lancement. Cela représentera, à long terme, un moyen ambitieux de réaliser de profondes économies en matière de lancements spatiaux, et placer la Russie sur le devant de la scène en matière de ravitaillement spatial et de mise en orbite d'engins lourds.
Le programme Buran, qui représentait le premier concurrent aux navettes spatiales américaines à la fin de la Guerre Froide, est également remis sur les rails. Il permettra des ravitaillements plus réguliers et importants de la Station Spatiale Internationale, ainsi que des expérimentations ponctuelles dans la navigation spatiale d'engins habités.
Ces deux programmes sont complémentaires, Energia devant permettre également la mise en orbite de la navette Buran. Ces deux engins ont déjà effectués des tests concluants avant l'annulation des programmes sous la présidence de Boris Elstine. Aujourd'hui, nous nous engageons dans le renouveau spatial russe, afin d'affirmer notre capacité à relever les défis en matière de recherches que représentent le XXIe siècle.

Notre pays est déjà un des principaux acteurs de la conquête spatiale, et nous deviendrons rapidement le premier dans ce domaine une fois ces deux programmes achevés. Le fait que ces programmes aient déjà été fonctionnels par le passé nous permettra d'avancer rapidement dans leur mise en pratique. Je peux vous annoncer que le premier vol expérimental de Energia-II et de Buran-II sera réalisé au plus tard en février 2020. Cet objectif atteint, nous pourrons entreprendre la réalisation d'un programme d'installation scientifique permanente sur notre satellite, la Lune, d'ici à 2025. J'espère que ce beau programme, qui mobilisera les meilleurs éléments de notre grande nation, pourra se faire en partenariat avec nos amis européens de l'ESA, avec qui nous travaillons déjà sur la Station Spatiale Internationale et sur les programmes de satellites civils. Les partenariats entre l'agence spatiale européenne et Roskosmos ont montré, par le passé, leur efficacité, et je souhaite voir ces succès se poursuivre dans le temps.

Le deuxième grand projet de la Fédération de Russie pour la seconde moitié de cette année est de l'ordre de la politique internationale et économique. Je souhaite organiser, avant le mois de novembre, un grand sommet réunissant, à Kaliningrad, les représentants des vingt-sept États-membres de l'Union Européenne et la Fédération de Russie, dans un sommet que l'on pourrait qualifier de G27+1. J'ai l'espoir que ce sommet nous permettra de mettre un terme aux tensions existantes entre notre pays et l'Union. En effet, nous vivons malheureusement une période trouble, économiquement instable, géopolitiquement dangereuse. Il est temps de mettre derrière nous les différends qui nuisent à nos relations, et repartir sur une base commune saine pour construire, ensemble, le monde de demain. A mon sens, nous devrons donc aborder les sanctions européennes envers la Russie, afin d'y mettre un terme, mais également les différents partenariats entre l'Union Européenne et la Fédération de Russie, notamment dans les domaines scientifiques. Il s'agira également de créer de nouveaux partenariats, de définir le rôle de chacun dans notre monde, et de construire une entente cordiale, constructive et créatrice d'opportunités pour nous tous.

Enfin, le dernier grand projet que je souhaite vous présenter est une nouvelle grande réforme de nos glorieuses forces armées. Il est temps de faire entrer nos forces de défense dans le XXIe siècle. Cela passe par une réduction de nos effectifs dans les forces d'active, afin de libérer les fonds nécessaires à une réelle modernisation de notre armée. Mais l'armée de Terre n'est pas la seule concernée. Notre marine sera également réorganisée pour répondre aux enjeux de sécurité maritime, et au respect des conventions internationales sur la navigation en mer et la délimitation des espaces maritimes. Je reviendrais sur ce point avant la fin de l'année, qui me semble crucial pour notre pays. L'armée de l'Air ne sera pas en reste, puisque nous intégrerons à marche forcée les nouvelles technologies en cours de développement. Malgré l'intérêt que notre aviation porte sur cet appareil, le développement du Sukhoï T-50/PAK-FA sera ralenti afin de concentrer nos efforts sur le Tupolev PAK-DA, ainsi que sur la production et l'intégration des matériels neufs déjà prêt à la production.
Le commandement de nos forces armées sera également réorganisé pour répondre aux nécessités de réactivité que notre siècle impose aux forces armées de tous les pays.
Enfin, nos forces stratégiques seront revues et remises en état de défendre convenablement notre glorieuse nation. Notre pays a toujours favorisé le développement d'armes balistiques offensives. Je ne souhaite pas continuer sur cette voie, qui ne peut qu'entraîner une course aux armements dangereuses, comme la crise de Cuba nous l'avait déjà montré. Bien sûr, nos matériels balistiques seront rénovés conformément aux développements technologiques constant, mais notre axe d'effort majeur sera redirigé sur le développement de nos systèmes de détection, de prévention et de destruction d'engins hostiles. A l'heure où les organisations terroristes pullulent à la surface de la planète, il ne s'agit plus de menacer le reste du monde de destruction mutuelle assurée. Cela ne fonctionne pas contre nos nouveaux ennemis, et les doctrines d'emplois de l'arme nucléaire ne peuvent inclure un emploi nucléaire sur des zones civiles sous prétexte que des fous y trouvent refuge. Notre nouvelle ligne de défense passe par la protection balistique massive. C'est pourquoi d'ici à 2022, notre pays déploiera de nouveaux systèmes A-135 modernisés sur l'ensemble de son territoire et renforcera la dotation de nos armées en systèmes antiaériens et antimissiles de manière massive. Cela représente une chance pour nos forces armées, qui pourront ainsi se concentrer sur la lutte réelle et effective de nos ennemis terroristes, à travers le renforcement de nos services de renseignements, l'augmentation de notre capacité de réponse armée de projection contre ces groupes à l'étranger et la défense de notre territoire contre tout type d'attaque, conventionnelle ou asymétrique.
avatar
Gungauss
Chef de Département des Nations Unies
Chef de Département des Nations Unies

Messages : 3375
Date d'inscription : 16/10/2011
Localisation : A bord du R95

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Shikkoku le Dim 1 Juil 2018 - 18:02




Affaires Intérieures :


Manifestation annuelle du 1er juillet à Hong-Kong


Comme tous les ans, une manifestation demandant la mise en place d'un suffrage universel, d'une liberté politique totale et une liberté de la presse absolue a lieu à Hong-Kong le 1er juillet. En 2017, l’événement avait rassemblé près de 66 000 personnes qui avaient défilé dans les rues de Kow-Loon et Victoria Island.


Manifestants Hong-Kongais, 1er juillet 2018

La présence policière a été volontairement maintenue peu visible, afin de ne pas attiser les tensions qui sont élevées depuis l'entrée en fonction de Madame Lam, Chief of Executive de la SAR de Hong-Kong. Les forces de police de la SAR et l'Armée Populaire de Libération sur place ont cependant été placés en état d'alerte, même si aucun incident n'a été à déplorer.

Le gouvernement central de la République Populaire n'a pas daigné répondre aux demandes des manifestants. Madame Lam n'a également pas communiqué de réponse.

Agitation terroriste dans la province autonome ouïgoure du Xinjiang :

Le 17 juillet 2018, un bus a explosé à Turpan, ville de la province autonome ouïgoure du Xinjiang.

Il y avait à bord 37 personnes. 2 personnes ont survécu à l'explosion de l'engin explosif improvisé utilisé par un terroriste.  Une enquête des services de renseignement du Ministère de la Sécurité Publique a permis de relier l'événement à l'ETIM (East Turkestan Islamic Movement). Cela faisait près de 18 mois qu'aucun attentat d'envergure avait réussi dans la province occidentale de la République Populaire de Chine, et selon plusieurs hypothèses soulevées par les services de renseignement, plusieurs dizaines de jihadistes islamistes Ouïgours, Kazakhs, Kyrgyzs et potentiellement Han seraient revenus du Proche-Orient après la chute des mouvements islamistes régionaux sur place.


Une oasis du désert de Taklamakan, province autonome ouïgoure du Xinjiang.

L'attentat a été unanimement qualifié d'inhumain et d'horrible par la presse chinoise. Le Conseil d'Etat de la République Populaire a autorisé le Ministère de la Sécurité Publique  à arrêter près de 300 activistes soupçonnés pour interrogation dans des locaux d'Urumqi, la capitale provinciale.

Le Secrétaire Général du Parti Communiste Chinois, Xi Jinping, a publiquement déclaré que "le monde entier est uni dans la lutte contre l'islamisme radical, le terrorisme et la barbarie." Il a également appelé les nations occidentales à augmenter la coopération anti-terroriste.

[TOP SECRET] L'objectif principal est de parvenir à établir des pistes pour la localisation de Abdul Haq et Abdul Mansour, deux leaders de l'ETIM, présumés vivants en Afghanistan à l'heure actuelle. [TOP SECRET]
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 6000
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Dim 1 Juil 2018 - 18:47


République française





Affaires intérieures


................En ce début d’été, les français profitent du soleil, dont la venue coïncidence assez heureusement avec la première semaine de vacances – l’occasion pour les juilletistes de goûter aux menus plaisirs des routes à 80 km/h pour les plus téméraires d’entre eux qui préfèrent les départementales aux autoroutes parfois plus qu’onéreuses. L’esprit déjà au bord de la plage, tandis que leur corps se retrouve bloqué au milieu de centaines de kilomètres d’embouteillages, ils sont assez peu soucieux de l’actualité politique du moment, pourtant bien riche. En effet, le projet de loi constitutionnelle a été déposé le mois dernier devant l’Assemblée nationale, laquelle a mis en discussion la réforme institutionnelle majeure portée par le premier-ministre Edouard Philippe et sa ministre de la Justice, Nicole Belloubet ; suivi du projet de loi ordinaire relatif à l’introduction du mode de scrutin proportionnel et du projet de loi organique relatif à la réduction du nombre de parlementaires et au renouvellement de la vie politique, un package de trois lois qui fait débat depuis qu’il a été annoncé il y a plusieurs semaines de cela par le gouvernement – bien que la polémique enfle en réalité depuis l’élection du président Emmanuel Macron, instigateur de ces réformes, et la confirmation de son souhait de changer le scrutin aux élections législatives afin de permettre une meilleure représentation des différents partis mais également de réduire dans le temps le cumul des mandats, cette fois pour favoriser le renouvellement du personnel politique français, deux changements qui passent très mal au sein de l’opposition, notamment chez Les Républicains, vent debout contre la proportionnelle, qui est néanmoins davantage soutenu par la France Insoumise et le Rassemblement National, lesquels sont peu représentés au Palais Bourbon malgré leurs bons scores aux élections législatives – le mode de scrutin les défavorisant pleinement. Cette vaste réforme des institutions voulue par le chef de l’Etat contient également, dans le projet de loi constitutionnelle, le très controversé article 3 venant restreindre le droit à l’amendements des parlementaires, ce qui est vivement et unanimement dénoncé par l’opposition comme une atteinte fondamentale à la démocratie, au point que celle-ci parvint en commission à la rejeter fin juin, une victoire plus que symbolique pour les députés de l’opposition puisqu’il fut rapidement réintégré au projet de loi dans le cadre du processus de présentation devant l’Assemblée nationale. Ainsi, si les français partent en vacances, les parlementaires sont quant à eux pleinement actifs et se bataillent férocement pour tenter, du moins l’opposition, d’obstruer le président de la République et lui infliger une défaite politique colossale en rejetant sa réforme, ce qui constituerait un échec majeur pour l’exécutif, qui serait ainsi durement ébranlé.

................Dans l’insouciance générale de la population, c’est donc un affrontement politique sans pitié qui se déroula sur les plateaux télévisés de La Chaîne Parlementaire, de BFM TV, dans les différents grands journaux écrits, mais aussi sur les bancs des palais Bourbon et du Luxembourg. En effet, les parlementaires de l’opposition se sont livrés à un véritable blocage des débats, notamment en noyant littéralement le débat avec des milliers d’amendements sur les trois textes, lesquels frôlaient parfois le ridicule absolu, par exemple la proposition d’intégrer dans la Constitution que « Pain au chocolat est la manière exacte de désigner la chocolatine » en provenance de députés du nord de la Loire, la reconnaissance de la nation basque après un dépôt d’amendement de Jean Lassalle, une proposition de révision intégrale de la Constitution pour aboutir à une sixième République faite par chaque député France Insoumise, ou encore l’inscription dans le texte fondamental de la désormais tristement célèbre phrase « Rends l’argent Fillon ! ». Cet abus du droit d’amendement fut bien évidemment repris par le gouvernement pour justifier sa volonté de le limiter, Benjamin Griveaux dénonçant à plusieurs reprises « l’irresponsabilité totale des parlementaires s’adonnant à un tel comportement pathétique » ou fustigeant l’opposition de « couvrir de déshonneur et de ridicule les institutions de la République en s’abaissant à des puérilités innommables. » Fonctionnement institutionnel bien conçu oblige, ces amendements, malgré les légers retards causés, furent très rapidement évacués par la commission des lois de l’Assemblée nationale, laquelle parvint à adopter intégralement les trois textes portés à sa connaissance le six juillet, cela avec une majorité absolue incontestable. Respect du processus parlementaire oblige, lesdits textes furent ensuite portés devant le Sénat, pour sa part majoritairement dominé par les Républicains, lequel fit résistance. En effet, malgré l’inscription à l’ordre du jour des trois textes, Gérard Larcher refusa catégoriquement de respecter la procédure et n’organisa ni le débat ni le vote sur la réforme. Dans une conférence de presse, il annonça que « le Sénat ne connaîtrait pas de ces textes tant qu’ils comporteront en leur sein des dispositions clairement anti-démocratiques visant à réduire le poids déjà grandement affaibli du Parlement, et pis encore de l’opposition. » Un véritable bras de fer s’engagea alors avec l’Elysée et Matignon, qui souhaitaient tous deux une adoption rapide des textes, et surtout sans un tel combat face aux parlementaires de l’opposition. Cependant, le temps jouait en la défaveur du Sénat, qui, calendrier oblige, fut rapidement contraint de céder, car s’il ne votait pas les différents textes, il perdrait son tour et le dernier mot allait revenir à l’Assemblée nationale qui les adopterait.

................Constant dans son opposition, le Sénat rejeta massivement les trois textes, puisque sur 348 voix, seules 57 furent prononcées en leur faveur, tandis que plus de 270 votes furent prononcés contre les textes. Face à ce rejet anticipé depuis longtemps par le gouvernement, les textes furent naturellement portés devant la commission mixte paritaire, laquelle devait trouver un consensus permettant l’adoption des textes en des termes identiques par les deux assemblées. Là encore, ce fut un nouvel échec pour le gouvernement, le Sénat refusant toutes les concessions proposées par celui-ci à l’égard des sénateurs, notamment la suppression de la réduction du nombre de parlementaires ou encore le retrait de l’interdiction de cumul. L’échec de la commission acté, le processus législatif reprit son cours naturel. En effet, le premier-ministre donna le dernier mot à l’Assemblée nationale concernant la loi ordinaire, laquelle approuva sans problème l’introduction de la proportionnelle à partir des prochaines élections législatives en 2022. De même, la chambre basse approuva les projets de loi organique et constitutionnelle. Toutefois, ces deux derniers nécessitaient également – procédure oblige – l’approbation du Sénat pour pouvoir être adoptés, le premier car il concernait notamment l’organisation du Sénat, et le second car la procédure de l’article 89 de la Constitution exige que les deux assemblées aient votées en des termes identiques le projet de réforme du texte fondamental pour qu’il puisse être soumis au référendum ou au Parlement réuni en Congrès. Ainsi, le Sénat espérait contraindre le président à abandonner sa réforme puisqu’elle ne pourrait jamais passer par les procédures constitutionnelles traditionnelles. Face à ce camouflet de façade – puisqu’il l’avait anticipé depuis longtemps –, Emmanuel Macron convoqua, comme prévu, le Congrès le lundi 16 juillet pour y tenir son discours annuel. Durant cette rencontre assez houleuse avec les parlementaires, il dénonça vivement « les magouilles politiciennes de quelques parlementaires davantage soucieux de préserver leurs avantages que d’œuvrer pour l’intérêt général », mais aussi « l’aventure baroque du Sénat dans un chemin sans issue. » Sous les huées des opposants, il annonça le recours à l’article 11 de la Constitution pour procéder à la modification de la Constitution mais aussi à l’adoption de la loi organique, indiquant que le référendum se tiendrait début septembre. Les parlementaires s’empressèrent de demander l’annulation de cette décision devant le Conseil Constitutionnel et le Conseil d’Etat, et les deux s’accordèrent pour qualifier cela « d’acte de gouvernement », excluant tout recours et validant ainsi l’utilisation de l’article 11 pour une révision constitutionnelle. L’opposition se retrouve ainsi contrainte de mobiliser les électeurs contre ce projet.


Affaires étrangères


................Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a déclaré que la République prend « acte de la proposition russe d’organiser un sommet afin d’y discuter des actuelles tensions entre d’une part l’Union européenne et d’autre part la Fédération de Russie. » Jean-Yves Le Drian a affirmé que « la France, soucieuse de trouver une solution pacifique et durable pour la résolution desdites tensions, viendra à ce sommet à Kaliningrad », tout en ne manquant pas de préciser que ce sommet devra nécessairement être « franc pour pouvoir aboutir sur une véritable solution pérenne, qui permette de clore ce triste chapitre dans nos relations. » Toutefois, Paris doute qu’une véritable solution puisse être trouvée sans que Kiev ne soit convié à ce sommet, puisque les tensions entre Bruxelles et Moscou sont quasi-exclusivement liées à la situation en Ukraine, et plus particulièrement dans le Donbass, dans lequel la rébellion séparatiste est toujours maîtresse d’une partie des territoires, tout comme la Russie occupe toujours illicitement la Crimée. Dès lors, le ministre français a ajouté que « la présence du chef de l’Etat ukrainien s’avère être, aux yeux de la France, indispensable pour mettre un terme aux différends entre l’Europe et la Russie. »


avatar
Sirda
Président
Président

Messages : 1617
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Khan le Dim 1 Juil 2018 - 21:00

Türkiye Cumhuriyeti



Ambiance:

Désormais que le pouvoir est concentré entre les mains du président Recep Tayyip Erdogan il faut acter pour la grandeur de la Turquie et affronter les ennemis qui assiègent la pieuse nation anatolienne. De plus vastes opérations de pistage et de chasse à l'homme seront élaborées à fin de contrer le terrorisme, les manœuvres s'effectueront la nuit à fin de frapper dans la plus grande violence les acteurs de la terreur. Bien sur la traque se fera également sur l'ensemble des moyens de communication tel que les ordinateurs, réseaux sociaux, téléphones portables, et applications privée. L'ensemble des soutiens à la terreur du PKK et de l'état islamique seront traqué avec plus de hargne. Chaque jour des terroristes sont éliminé dans les montagnes du sud est du pays cependant bien que les combats soient rapide et dévastateur pour les terroristes du PKK, il arrive que des prisonniers soient fait, de ce fait ces éléments serviront à fin d'obtenir des informations si ces derniers ne coopèrent pas ils seront donc exécuté.
Désormais la peine de mort est en vigueur dans le pays, cette dernière concernera principalement, les violeurs, les pédophiles, les terroristes et les meurtriers.

Spoiler:

En Syrie, le déploiement de troupe supplémentaire s'effectuera à fin de développer au mieux les avants postes de la Grande Idlib mais également à fin d'intensifier les patrouilles et la traque aux espions qui frappe cette dernière depuis plusieurs mois. La stabilité de la région est importante, à l'habitude des milices chiites non éduquées un obus engendrera une réponse rapide et efficace pour répondre correctement aux éléments jihadistes irakiens et déploiera également des équipements anti-aériens.
Dans un cadre d'avance dans les relations inter-rebelles, la Turquie actera directement pour la mise en place d'une république islamique syrienne. Le compromis entre l'élection d'un président et d'un conseil, l’application de la charia et sa codification. Les relations avec le groupe jihadiste de Hayat Tahrir al Sham est désormais au meilleur qu'elles n'eurent été ces dernières années, également victime d'attentat et d'assassinat la Turquie s'est engagée à protéger les âmes des innocents et souhaite établir un rapport de confiance plus profond et ainsi participera au démantèlement des caches et cellules dormante de daesh.
Les troupes d'élite comme la "Al-Hamza Division" et plus particulièrement l'ensemble de la TFSA se verront livrer des équipements tel que des uniformes/casques/protection etc. A fin d'obtenir des troupes avec un équipement minimum, des armes et munitions seront également apportée et nombre de munition de TOW produit en Turquie à fin de pouvoir parer toute attaque des forces du tyran.

La Turquie condamne l'offensive meurtrière ne faisant aucune distinction entre civils et combattants ayant augmenté le nombre des pertes civils de façon considérable et soutenu ouvertement par les forces armées russes ainsi que les massacres commis par israël lors des récentes manifestations.

Message pour Washington

Le président salut son allié otanais,
La République de Turquie souhaite aborder des négociations concernant Manbij.

avatar
Khan
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 283
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Skorm123 le Dim 1 Juil 2018 - 21:03







اسلامی جمہوریۂ پاکستان


République Islamique du Pakistan
 



Elections du 25 Juillet 2018  



Après plusieurs mois de campagne, les élections eurent enfin lieux en ce jour du 25 juillet. La campagne a beaucoup avantagé le parti PML-N mais cela ne s’est pas concrétisé dans les résultats. En effet, malgré une augmentation de 6% par rapport à 2013, le nombre de siège obtenu a fortement diminué (de 166 à 129 sièges), ceci à cause notamment de régions très fortement ancrés dans d’autres partis politiques concurrents. Cependant, pour le chef du parti PML-N et futur premier ministre, Shehbaz Sharif : « Nous avons certes perdus dans cette victoire, mais nous sommes en négociation dès à présent avec les 67 indépendants qui forment le parlement, et les négociations avancent bien. » En effet, pour avoir la majorité il faut 172 sièges, et le parti en a 129, mais dans la semaine 48 indépendants ont acceptés de participer au gouvernement de échange de quelques garanties. Ceci permet d’avoir une fragile majorité mais qui permettra à Shehbaz Sharif de devenir premier ministre et que son gouvernement soit accepté.

Contrairement à 2013, aucune violence n’a eu lieu durant les élections, on se souvient des attentats qui avaient émaillés ces dernières élections et avaient tués 20 personnes et blessés 20 autres. De même, il y a eu quelques irrégularités mais rien qui ne semble avoir durablement touchés les élections, et ces irrégularités semble être plus de l’incompétence administrative que de la triche.




avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1336
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Gungauss le Dim 1 Juil 2018 - 22:38

Fédération de Russie





Affaires internationales

La Fédération de Russie est heureuse d'apprendre la venue de la France à Kaliningrad pour le sommet G27+1. Concernant l'Ukraine, nous souhaitons dans un premier temps mettre en oeuvre la recherche d'un compromis bilatéral sur les questions citées par le ministre des Affaires Étrangères français. En effet, nous pensons qu'un cessez-le-feu global dans le Donbass est une nécessité avant de pouvoir négocier convenablement la suite des évènements. Sans cela, il serait, de l'avis du gouvernement russe, impossible de mener une négociation dans le calme.

La situation en Syrie inquiète profondément le Kremlin. Les propos tenus par le gouvernement turc sont vivement inquiétants, et ce pour plusieurs raisons.
Dans un premier temps, l'annonce d'Ankara de soutenir l'établissement d'un gouvernement islamique et le soutien affiché par le Président Erdogan à ce propos va à l'encontre des propos tenus par ce dernier avant les présidentielles en Turquie. En effet, il semblerait qu'Ankara ait oublié ses positions d'il y a encore quelques mois, où le gouvernement turc faisait front commun avec la Russie et l'Iran pour une sortie de crise et un retour à la table des négociations entre le gouvernement syrien et les rebelles démocrates.
Ensuite, le gouvernement turc reconnaît désormais ses relations, honteuses pour une nation de son rang, avec un groupe djihadiste, plus précisément le groupe Hayat Tahrir al-Cham, aussi appelé Hetech et anciennement connu sous le nom de Front Al-Nusra. Ce groupe est suspecté de nombreuses exactions et soutient moralement les attentats ayant touché la région, mais aussi les pays occidentaux comme la France. C'est pourquoi la Fédération de Russie décide de prendre dès maintenant une position franche et nette sur le sujet.
Face au retournement de la position d'Ankara en Syrie et dans la région, le gouvernement russe annonce l'annulation de la commande turc pour des appareils multi-rôles Su-T-50 PAK-FA. De plus, le projet de Turkish Stream est suspendu jusqu'à nouvel ordre, ce qui forcera le gouvernement turc à payer les droits de douanes aux gouvernements du Caucase pour ses livraisons de gaz et de pétrole en provenance de Russie (40% du pétrole et 60% du gaz en Turquie proviennent de Russie). Enfin, le gouvernement russe annonce la mise en place d'un tarif de 5% de douanes sur les produits turcs importés en Russie, et gèle les avoirs du Président Erdogan en Russie, ainsi que des membres de son gouvernement et des sociétés turques pétrolières et gazières.
Aussi, la Russie demande à la Turquie de quitter le territoire syrien, dont elle viole la souveraineté sans l'accord du gouvernement de Damas. Cette violation du territoire syrien a clairement pour objectif de déstabiliser la région et cela ne peut être accepté par le Kremlin. La paix dans la région ne peut être ramenée si le territoire des pays concernés par les conflits régionaux n'est pas respecté.
Pour finir, la Fédération de Russie va présenter, devant le Conseil de Sécurité des Nations-Unies, une résolution visant à instaurer des sanctions économiques et financières au gouvernement turc, pour financement de groupes terroristes et affiliation à une organisation terroriste.
avatar
Gungauss
Chef de Département des Nations Unies
Chef de Département des Nations Unies

Messages : 3375
Date d'inscription : 16/10/2011
Localisation : A bord du R95

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par ctrez le Lun 2 Juil 2018 - 0:08

République de Corée

대한민국 / 大韓民國 (ko)

Daehan Minguk


Spoiler:
Politique interieur :


Education :

Chère compatriote comme vous le savez notre pays possèdes dans les meilleurs résultats mondiaux au niveaux scolaire, nous sommes classés premier dans les matières scientifiques, seulement un problème survient de cette éducation, le taux de suicide chez les jeunes est très fort il est important de la réduire, nous allons pour sa formé plus de 20 000 professeurs a détecte les premiers risques de dépression, ainsi que recruté plus de 500 psychologue qui interviendrons dans les écoles.


Ecologie :


Comme vous devez le savoir chez compatriotes en ce moment de multiples crise écologique intervienne un peu partout, les ressources primaires dans les années a venir viendront a manqué, de plus la pollution de l’air apporte de nombreuses maladies chez nos concitoyens, il est important de donc lutte contre celui-ci.

La lutte contre le réchauffement climatique se fera en 3 point :


-Les transport en communs :


Les transports en commun doivent être fortement développé pour lutte contre ceci, le gouvernement va donc investir 7 milliard de dollar dans diverses lignes de bus dans le bute de raccordé les villes entre elles et donc limité l’utilisation de la voiture.
Les trains sont aussi importants pour ceci, les lignes doivent être rénové pour ceci nous investirons plus de 10 milliard pour rénover les petites lignes.



L’énergie :

Le bilan énergétique est plutôt mauvais nous consommons trop d’électricité ( 5,32 tep/habitant en 2014), pour lutte contre ceci de grandes campagne seront créé et une prime d’éco participation sera mis sur tous les produits consomment beaucoup d’Energie (climatisation, lampes.), de nouvelles normes environnemental vont aussi arrivé dans le but de forcé les constructeur a vendre des produits moins consommateur. La consommation de charbon est trop importante, l’états dépense donc 5 milliard dans la construction de champs d’éolienne et de panneau solaire)  



L’habitat :


L’habitat consomme énormément, le gouvernement pour réduire la consommation a décidé de se base sur les normes utilise en France, celui-ci était un pays ayant adopté énormément de lois en  la matières.

avatar
ctrez
Haut Commissaire
Haut Commissaire

Messages : 77
Date d'inscription : 21/01/2018
Localisation : Les Pieux

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Khan le Lun 2 Juil 2018 - 0:35

Türkiye Cumhuriyeti



Ambiance:

Suite au retournement de veste mémorable de la Russie, ayant certainement oublié les accords, les positions, les structures déjà établis depuis nombreuses années, la Turquie annonce mettre également le projet Turkish Stream que le président Vladimir Poutine souhaitait tant puisque ce dernier ne mérite plus l'attention des turcs et des avantages stratégique que notre nation peut offrir et ne sera donc pas relié au projet Trans Adriatic Pipeline tant que cette dernière agira sous l'impulsion d'une personne peut être sous l'effet de la vodka, de ce fait le président Recep Tayyip Erdogan souhaite rappeler qu'aucun accord concernant les PAK FA eut été signé mais seulement envisagé de ce fait la Turquie n'en à que faire, la malhonnêteté russe montre donc son désir de sang quand la Turquie souhaite qu'une région soit prospère alors que cette dernière est attaqué par des vagues d'assassinats et d'attentat à la voiture piégé, la république annulé également sa commande de S-400, de plus la Russie fait la vierge effarouchée devant le terme de république islamique quand cette dernière a pour allié la République Islamique d'Iran et que non loin de là la République Islamique du Pakistan se nomme également de la sorte. Le gouvernement syrien en exil à Istanbul a été formé en 2011 voilà encore un argument fallacieux de la Russie comme à son habitude et qui de plus essaye encore une foi dans le mensonge de montrer du doigt la douce Turquie qui ne songeait qu'à protéger les plus de 2,5 millions d'habitants de la Grande Idlib et l'accuse de soutenir des terroristes quand cette dernière marche côte à côte avec des membres du Hezbollah responsable des attentats contre les forces otanaise au Liban mais également d'attentat à Paris en 1986.

Ankara applique donc les mêmes sanctions aux entreprises russes et à Vladimir Poutine et répondra à la lâcheté russe d'ici les jours à venir concernant son action contre l'économie turque.

La Turquie demande à la Russie de quitter la Syrie sachant que cette dernière soutien un dictateur sanguinaire ayant dépassé le seuil de centaine de milliers de morts et espère que ses avions ne feront pas la même erreur qu'en 2015 puisque cette dernière vient de rompre les traités établis auparavant.

Spoiler:

avatar
Khan
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 283
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Shikkoku le Lun 2 Juil 2018 - 15:14

[quote]




Affaires Intérieures :


[TOP SECRET] Révision du système de préparation de l'APL :

Similaire au système DEFCON américain, la République Populaire de Chine possède un système de préparation au combat pour l'Armée Populaire de Libération.


Il fonctionne actuellement selon 4 niveaux :

Niveau 4 : Etat normal
- Inspections de routine pour la préparation au combat de l'APL, patrouilles normales de défense frontalière et communications normales.

Niveau 3 : Mobilisation au combat
- L'APL renforce les patrouilles de défense, le système logistique militaire devient prévalent sur l'infrastructure civile, accumulation de matériel de guerre et préparation à la fortification des frontières nationales.

Niveau 2 : Mobilisation intensive au combat
- Les opérations de reconnaissance en dehors du territoire national sont autorisées. Les forces de réserve de l'APL ainsi que la Milice sont appelés à se tenir prêts à rejoindre leurs postes de combat. Toutes les bases militaires doivent disposer des munitions adaptées à leur armement.

Niveau 1 : Préparation à la guerre imminente

- Les forces de réserve, la milice et la Police Armée du Peuple sont appelés à rejoindre l'Armée Populaire de Libération et à se préparer à la défense du territoire national. Les forces de frappe nucléaire préventive de la République Populaire entrent en état de préparation maximale et d'alerte la plus haute.

Le système a été déclaré inadapté à l'Armée Populaire de Libération moderne. La Commission Militaire Centrale devra proposer au Conseil d'Etat et au Secrétaire Général de la Commission Militaire Centrale le Président Xi Jinping un rapport établissant un nouveau système de préparation au combat, plus adapté à la guerre moderne, d'ici le printemps 2019 au plus tard.

Xi Jinping saluant une nouvelle promotion d'officiers de l'APL:
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 6000
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par ctrez le Lun 2 Juil 2018 - 15:22

République de Corée

대한민국 / 大韓民國 (ko)

Daehan Minguk



International

Le président se réjouit des projets de dénucléarisation de la Corée du nord. Si le traite est appliqué la Corée du sud d’engagé a envoyé des aides humanitaires, notamment de la nourriture a la population nord-coréenne.

Le président souhaite aussi faire un nouveau sommet sur le nucléaire nord-coréen dans le bute de mené a bien le projet de dénucléarisation et de renvoyé des aides humanitaires, celons diverses sources de nombreuses famines touches le pays chaque année. Nous pensons donc qu’au vus des différents pactes passe en la Corée du nord et les Etats-Unis des aides alimentaires pourrais être envoyés.

Politiques intérieurs :

Le président suite à la demande de propose un service civique pour ceux refusant le service militaire fais le 30 juin par la cours constitutionnelle a était accepté par le gouvernement .
avatar
ctrez
Haut Commissaire
Haut Commissaire

Messages : 77
Date d'inscription : 21/01/2018
Localisation : Les Pieux

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par galx le Lun 2 Juil 2018 - 16:11

République Islamique d’Iran


Affaires internationales et diplomatie:

Spoiler:

Combattants du Hezbollah en Syrie.

Ces derniers mois, le retrait officiel des Etats-Unis du traité sur le nucléaire iranien a provoqué le retour des sanctions internationales vis-à-vis de la République Islamique. Si dans le fait seul les américains ont renié l’accord, dans la pratique la majorité des entreprises européenne comme étasunienne ont mis fin à leur investissement. Cet événement a eu des conséquences lourdes sur l’économie iranienne notamment au niveau du marché monétaire où le cours du Rial s’est rapidement effondré. Par ailleurs, les conservateurs iranienne ont immédiatement profité de ce revers pour critiquer la position défendu par le président Hassan Rouhani. Dans une allocution télévisée, ce dernier a réitéré ces appels à l’Union Européenne prévenant que dans le cas où les européens ne respecterait pas le traité, plus rien ne pourrait pousser l’Iran a la dénucléarisation. Il a par ailleurs rajouté que les conditions posées par Mike Pompeo dans son discours du 21 mai dépassait largement le cadre de la question nucléaire. Dans ces conditions il est donc impensable que l’Iran s’y soumette. En off, le chef de diplomatie Mohammad Javad Zarif a annoncé sa volonté d’organiser avec les pays membres de l’Union Européenne des discutions afin de convenir du futur de l’accord. En effet si l’UE ne présente pas de solide garantit permettant le maintien des clauses signées alors le traité serait définitivement remis en cause au grand dam de l’Iran. Pour tenter de contrer la remise en place des sanctions américaines, un rapprochement avec l’Organisation de coopération de Shanghaï a aussi été amorcé. Déjà membre observateur depuis 2005, l’Iran pourrait bien entreprendre les procédures d’adhésion.

Autre sujet international préoccupant, le renforcement de la présence turque en Syrie a fortement inquiété les autorités iraniennes. Sa volonté de mettre en place une République Islamique ouvertement anti-chiite ne saurait en effet être accepté. Dans le plus grand secret, plusieurs réunions ont été organisées à Téhéran en vue de renforcer le soutien des gardiens de la révolution au gouvernement syrien. Après délibération, il a été décidé de doubler d’ici à 2020 le nombre de conseiller iranien (dépendant de l’armée régulière) dépêcher en Syrie. Par ailleurs les livraisons de matériel lourd ou léger à destination des unités du Hezbollah qui combattent dans la région seront aussi intensifiées. Les efforts porteront tout particulièrement sur du matériel anti-aérien afin de contrer d’éventuel frappe turque ou Israélienne. Des généraux de l’armée de l’air ont dans la foulée évoquée la possibilité de porter un soutien direct au Hezbollah ainsi qu’au gouvernement syrien via des opérations aériennes. Cette proposition a été pour l’instant rejetée afin d’éviter toute recrudescence des tensions avec l’Europe au moment où le sauvetage de l’accord sur le nucléaire est au cœur des préoccupations du gouvernement. De plus le coup financier d’une telle opération a constitué un argument de poids en faveur du refus compte tenu des difficultés économiques qui s’annoncent.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1906
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Skorm123 le Lun 2 Juil 2018 - 16:53







اسلامی جمہوریۂ پاکستان


République Islamique du Pakistan
 



Elections du 25 Juillet 2018 : une élection truquée ?



Nombre d’institutions internationales tel que Amnesty contestent le résultat des élections du 25 Juillet dernier. Déjà, il y a quelques semaines, Omar Waraich, directeur d’Amnesty pour la partie Asie du sud, s’interrogeait sur ses élections : "Au Pakistan, les élections ne sont pas manipulées le jour même (du scrutin). La question est: le jeu est-il équitable en amont avant les élections ?". En effet, pour beaucoup d’observateur il n’y avait certes aucune triche durant les élections, mais les résultats sont en réalité manipulés, par l’armée notamment, en amont des élections. Pour ce faire, ils ont beaucoup utilisés l’enlèvement des journalistes dit hostiles au régime et à l’armée, et les menaces sont monnaies courante. Ceci a pour résultat une autocensure, par la peur, qui a causé sans aucun doute ses résultats. Pour beaucoup au Pakistan, le pouvoir réel est aux mains de l’armée qui n’hésite pas une seule seconde à enlever certaines personnes. On l’accuse même d’être derrière l’exil politique de l’ancien premier ministre Nawaz Sharif qui ne peut se représenter, et son frère Shehbaz Sharif devra faire également attention durant son mandat de premier ministre pour éviter le même destin que son frère. En effet, malgré la prise de pouvoir du PML-N, le clan Sharif sait très bien que l’armée n’est pas son allié. Une guerre silencieuse a lieu entre le pouvoir civil et le pouvoir militaire qui semble contrôler d’une main de fer le pays officieusement. Les mauvais résultats de PML-N sont sans doute dû à cette lutte silencieuse, les médias évitant de parler de PML-N (malgré que ce soit le parti le plus populaire dans le pays), dans un but d’autocensure afin d’éviter des ennuis avec l’armée.

Pour S. Sharif, la lutte contre l’armée est son principal objectif officieux durant son mandat. Pour cause, l’armée a dirigé le Pakistan directement durant la moitié de l’existence du pays, et celle-ci ne s’est jamais réellement séparée du pouvoir. L’armée aujourd’hui encore interfère et influence grandement la politique du Pakistan, ceci a pour résultat une politique ambiguë à l’internationale, notamment à l’égard du terrorisme et des relations avec l’Inde. La preuve étant que Nawaz Sharif a, durant son mandat, essayé de se rapprocher de l’Inde, le résultat est qu’il est aujourd’hui exilé de la vie politique pour toute sa vie.




avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1336
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Lun 2 Juil 2018 - 19:43


République française





Affaires étrangères


................A la suite de la déclaration iranienne au sujet des sanctions américaines sur les entreprises européennes si celles-ci restaient en Iran, le Quai d’Orsay a officiellement adopté une position définitive sur le sujet, cela après plusieurs semaines de tergiversations, et nonobstant l’activité du président Macron concernant cet épineux dossier, icelui s’étant fait en début d’année un ardent défenseur des entreprises européennes, chef de file de la fronde contre la décision unilatérale et inique de Washington. Ainsi, Jean-Yves Le Drian a, en introduction, déclaré que « l’ultimatum posé illicitement par les Etats-Unis d’Amérique est désormais rejeté avec force par la République française ». En effet, après concertation avec les entreprises françaises concernées mais également à la suite d’une réunion entre les chefs d’Etats européens en mai dernier, lesquels furent unanimes dans leur rejet des menaces étasuniennes, il a été décidé que ces mêmes entreprises, parmi lesquelles PSA, Renault ou encore Total, maintiendraient leurs activités tant aux Etats-Unis qu’en Iran, Paris dénonçant « des mesures extraterritoriales en contradiction absolue avec le droit international et qui, par conséquent, entraîneront des contremesures de la part de la France, et certainement de l’Union européenne plus généralement, tant qu’elles ne seront pas annulées par Washington. »

................Le coût financier de cet affront risque d’être assez conséquent pour ces entreprises, puisque les Etats-Unis semblent déterminer à les sanctionner financièrement, voire à leur interdire l’utilisation de dollars dans leurs relations économiques quotidiennes. Ainsi, pour palier l’éventuel problème des pertes financières, Paris décide de mettre en application le règlement n°2271/96 du Conseil européen du 22 novembre 1996 portant protection contre les effets de l’application extraterritoriale d’une législation adoptée par un pays tiers, lequel avait été remis au goût du jour en mai dernier par les dirigeants européens. Par conséquent, les entreprises réfractaires à la loi américaine seront financièrement protégées par Bruxelles, ce qui arrange évidemment la France. Plus encore, le locataire du Quai d’Orsay a affirmé que « toute sanction qui serait désormais prise par les Etats-Unis à l’encontre des entreprises françaises refusant d’obéir à cette norme américaine inique provoquera des ripostes immédiates et définitives sur les entreprises étasuniennes implantées en France, dont des nationalisations. » Le ministre rappelle par ailleurs que près de cinq cent milles américains travaillent grâce aux entreprises françaises aux Etats-Unis, et qu’iceux pourraient directement souffrir de ces sanctions en étant licenciés à cause des difficultés financières qu’encourraient les sociétés sur place.

................Concernant le G27+1 proposé par la Fédération de Russie, et notamment les précisions apportées par la diplomatie russe quant à la présence de l’Ukraine, le président de la République a cette fois répondu directement à son homologue moscovite en proposant ses services pour organiser cette rencontre. En effet, Emmanuel Macron a affirmé que « la France avait prouvé son engagement, aux côtés de l’Allemagne, pour la paix dans l’est de l’Europe, notamment en étant à l’initiative des deux sommets de Minsk, dont le second est globalement respecté par les parties. » Ainsi, Paris propose de recevoir les dirigeants russe et ukrainien au château de Versailles, dans le Grand Trianon, pour définitivement mettre un terme à ce conflit latent, notamment en traitant de la question de la Crimée, mais bien évidemment aussi du Donbass. Le chef de l’Etat l’assure « une solution pacifique peut être trouvée pour régler les litiges entre la Russie et l’Ukraine si leurs deux dirigeants y mettent une vraie volonté et qu’ils acceptent le plan que leur proposera la France », lequel est certes déjà fini mais pas encore dévoilé. Et Macron de préciser que « la réussite de cette rencontre à Versailles permettrait de lever quasi-immédiatement les sanctions à l’encontre de la Russie », sans forcément avoir à réunir les vingt-sept à Kaliningrad.


avatar
Sirda
Président
Président

Messages : 1617
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Khan le Lun 2 Juil 2018 - 21:21

Türkiye Cumhuriyeti



Ambiance:

Du fait des récents évènements la Turquie se doit de réorienter ses imports vers de partenaires plus convainquant que la Russie, bien sur et notamment pour le gaz et le fer, c'est les frères türks et alliés d'azerbaijan qui seront sollicité. La Turquie trouvera d'autres partenaire à travers le globe et envois des propositions aux européens, le Japon, la Corée du sud, l’Indonésie, le Brunei,Taiwan et les USA.

Un communiqué privé est envoyé aux USA suite à l'annulation des commandes des systèmes S-400, une demande de 10 systèmes PAC-3 avec lanceurs à 16 tubes et 3 systèmes PAC-3 MSE avec lanceur à 4 tubes. De plus Ankara souhaiterait demander à l'administration Trump de ré-évaluer la suspension des livraisons des F-35. Ankara souhaite également parler du cas de manbij, en effet nombre d'attentat mené par les membres du PKK syrien sont régulièrement comis dans les zones contrôlé par le gouvernement d'opposition, de ce fait nous souhaiterions l'obtention de l'ensemble du territoire de manbij à fin de séparer définitivement les deux bordures frontalières par l'euphrate et ainsi accentuer les contrôles et vérification des entrant et sortant, de ce fait les terroristes ne seront obligé d'abandonner leurs voies principales à la contrebande des armes et des explosifs. Cet accord sera sans aucun doute un pas vers l'extinction des tensions ethniques.

Spoiler:

Confidentiel

Comme depuis plusieurs années, des équipements anti-aériens seront livré aux rebelles, en effet notamment aux effectifs de la TFSA dans les montagnes de Lattaquié à fin de mettre fin aux bombardements par hélicoptères. A savoir 100 lanceurs FIM-92 Stinger et 30 BGM-71 TOW et 20 ERYX.
De plus pour effectuer des test sur le terrain un Atılgan PMADS sera déployé pour évaluer ses capacité à intercepter des avions, dans le cas présent uniquement de la République Syrienne si cette dernière venait à passer la frontière établie.

avatar
Khan
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 283
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Lun 2 Juil 2018 - 22:33

MEXIQUE


Type d’évènement : Résultats électoraux

Brève description :


Après des élections meurtrières au Mexique, c'est le candidat Andrés Manuel López Obrador, ancien maire de Mexico, et candidat du Parti de la Régénération Nationale (ainsi qu'une coalition gravitant autour de celui-ci) qui est élu Président des Etats-Unis du Mexique avec une majorité de 53.2% des voix. Le succès électoral de celui qu'on appelle "AMLO" est sans précédent depuis des décades dans le pays, et beaucoup espèrent qu'il tiendra ses promesses de tenir le pays d'une main ferme et éliminer la corruption ainsi que des réformes impopulaires de son prédécesseur. Il est violemment opposé aux cartels.

Le PRI semble perdre de plus en plus la main sur l'évolution du pays.

AMLO:

TURQUIE


Type d’évènement : Fébrilité suite à la politique étrangère d'Erdogan

Brève description :


"Rupture", c'est le titre d'un journal de gauche républicaine que l'on peut apercevoir sur des stands de tabac-presse turcs à Izmir. En effet, les politique d'Ankara et de Moscou semblent sur des trajectoires radicalement différentes. Depuis quelques années, l'ambiance est tantôt chaleureuse tantôt froide entre la Turquie et la Russie, et il semblerait que nous assistions à un retour vers des relations moins chaleureuses que ces derniers mois.

L'opposition est tiraillée entre une critique de la politique étrangère instable d'Erdogan et saluer la main tendue vers Washington. Dans les rangs de l'AKP, la nouvelle ligne est peu comprise par la base militante, qui a été nourrie depuis des années de propagande anti-américaine et anti-européenne. L'incompréhension est grandissante sur les intentions du Président de la République de Turquie.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Gungauss le Lun 2 Juil 2018 - 22:39

Fédération de Russie





Affaires internationales

La Fédération de Russie, à travers un communiqué destiné aux gouvernements du monde entier et aux instances internationales telles qu'Interpol, met à jour sa liste des groupes reconnus par le Kremlin comme terroriste.
Les groupes ajoutés à cette liste sont les suivants :
-Hayat Tahrir al-Cham
-Hezbollah
-East Turkestan Islamic Movement.

Sur un tout autre point, le gouvernement russe annonce le renforcement de son dispositif militaire en Syrie. Ce renforcement, essentiellement aérien et défensif, permet de porter la présence russe dans la région aux effectifs suivants :
-1 Beriev A-50U (AWACS/surveillance/guerre électronique)
-4 An-26ASLK (contrôle aérien en vol)
-8 Il-20M1 (reconnaissance)
-25 Su-30SM (supériorité aérienne)
-15 Sukhoi Su-35BM/S (supériorité aérienne)
-10 Soukhoï Su-34 (bombardement)
-45 Su-24M2 (bombardement)
-20 Su-25KM (attaque au sol)
-30 hélicoptères Mi-24PN, Mi-35M et Mi-8AMTSh
-Drones Dozor 600
-400 parachutistes du VDV
-150 Spetznaz
-44 S-300V Antey-300/S-300V4
-120 9K37M1 Buk
-6 9K720 Iskander-M SS-26
-20 BM-27 Uragan
-75 BMP-3M
-25 Kamaz Typhoon
-25 T-90M

L'essentiel des effectifs prend position au nord-ouest de la Syrie, à Lattaquié. Les troupes parachutistes et les forces spéciales prennent position dans l'aérodrome militaire à l'ouest de Deir-Hafer, avec l'ensemble des Su-25KM, des Su-35BM/S et deux Antonov An-26ASLK. Cet aérodrome reçoit également douze S-300V Antey-300/S-300V4, trente 9K37M1 Buk et la totalité des 9K720 Iskander-M SS-26 et des véhicules de combat (BM-27 Uragan, BMP-3M, Kamaz Typhoon, T-90M).

Une zone d'interdiction aérienne militaire est instaurée par l'aviation russe et les systèmes antiaériens présents dans le nord de la Syrie, selon un plan communiqué par les forces armées russes. Cette zone d'exclusion aérienne sera administrée avec le gouvernement syrien. Pour les territoires kurdes concernés par cette exclusion aérienne, le gouvernement russe a contacté les autorités kurdes pour leur signifier qu'elle ne s'appliquera pas aux appareils et aux pays dont les autorités kurdes nous transmettrons la liste.
Zone d'exclusion aérienne du Nord de la Syrie:
avatar
Gungauss
Chef de Département des Nations Unies
Chef de Département des Nations Unies

Messages : 3375
Date d'inscription : 16/10/2011
Localisation : A bord du R95

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Jhe le Lun 2 Juil 2018 - 23:39

United States of America






Sanctions iraniennes :


En ce mois d’août 2018 la sphère politico médiatique américaine est à nouveau en émoi suite à une nouvelle série de tweets matinaux du président Trump. Dans ces derniers, le chef de l’État américain a violemment pris à partie la position française par rapport aux sanctions que compte appliquer l’Administration fédérale américaine contre les entreprises qui commerceraient avec l’Iran. Accusant à mots ouverts la France, et plus largement l’Union Européenne, de faire le jeu d’une « République islamique terroriste menaçant le monde ! » le président a réaffirmé haut et fort la position américaine : les entreprises continuant de commercer avec l’Iran au mépris des injonctions  américaine seront sanctionnées.

Concernant les menaces de représailles qu’a lancé Emmanuel Macron, le POTUS a tweeté que les Etats Unis prendraient en ce cas toutes les mesures nécessaires tout en rappelant dans le même tweet que le marché américain constitue pour de nombreuses entreprises françaises et européennes un débouché beaucoup plus juteux que la République Islamique. Washington réaffirme donc haut et fort sa ligne alors même que les premières sanctions contre les entreprises commerçant avec l’Iran entrent en vigueur.  Un délai de 3 à 6 mois maximum a en effet été fixé par l’Administration Trump en mai avant d’enclencher les sanctions. Ces dernières prévoient notamment des restrictions à l’entrée sur le marché américain, des sanctions financières ainsi que la possibilité d’empêcher l’utilisation du dollar. « Faites le bon choix ! » à conclu le président en direction des entreprises françaises et européennes. En effet de nombreuses sociétés françaises et européennes lorgnant sur l’Iran bénéficient beaucoup du marché américain (alliance Renault-Nissan, usines Bel, usines d’Airbus, AccorHotels…) tandis que les entreprises américaines sont également pourvoyeuses de nombreux emplois en France et en Europe. Signe que les menaces font leur effet certaines entreprises (PSA, Vinci) ont déjà arrêté certains projets iraniens.

Pour garder un éventuel levier de négociation, des voix off au sein du ministère du Commerce rappellent toutefois que des « exemptions spécifiques » avaient été mises en place dans les années 1990 suite à des premières sanctions votées par le Congrès contre la République Islamique.



avatar
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 979
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Nous york le Mar 3 Juil 2018 - 1:48


République de Cuba/  República de Cuba




Affaires économiques



Le héros de la grande république de Cuba, le frère de notre sauveur à tous le regretté Fidel Castro, Raúl Castro  vient de quitter son poste de Président du conseil des ministres au profit d'un réformateur qui continuera ses politiques de libération économique, l'ingénieur qui a fait une carrière politique au sein  du parti communiste cubain, Miguel Díaz-Canel. Ayant exercé cette fonction de premier ministre  durant 10 ans, l'ancien guérilleros laissera un bilan économique en demi-teinte, bien que le secteur privé ait connu une forte croissance durant son mandat, la persistance de la pénurie de produits de consommation de base, le rationnement de l'énergie et l'inflation constitue encore des problèmes majeurs de l'économie cubaine, et ce, malgré la croissance qui reste correcte, une moyenne de 3% durant les 10 ans qui composent son règne.


Le nouveau président du conseil des ministres, Miguel Díaz-Canel compte bien faire mieux que son prédécesseur, réformateur convaincu, il reste un fervent défenseur de la révolution cubaine et de tous les idéaux qu'elle représente, il essayera donc de ne pas détruire le système social que les héros de Cuba, Ernesto Che Guevara, Fidel Castro, Raúl Castro, ont mis en place durant les années où ils ont été au pouvoir tout en développant au mieux l'économie de l’île.


Une de ses première mesure économique, en tant que nouveau chef de l'État Cubain, est d'enlever les restrictions sur la délivrance de licences pour les nouvelles entreprises privées, mises en place en mai 2017 pour lutter contre la croissance effrénée du secteur privée, qui selon les plus conservateurs des Cubains, se développait aux dépens du secteur public. [ En gros, j'autorise plus facilement la création d’entreprise privée sur l'ile ) Il souhaite aussi rassurer les futurs investisseurs privés en insistant sur la volonté de Cuba de s'ouvrir sur le monde et de développer un système économique nouveau. De plus toujours dans l'objectif de développer l’agriculture du pays, le gouvernement annonce des nouvelles mesures pour que l'agriculture cubaine prospère et devienne une des meilleures du monde, pour ne pas dire la meilleure. L'un des grands problèmes de Cuba étant l'importation de nourriture qui représente 1700 millions de dollars de dépenses annuelles. L’intérêt de développer l’agriculture est grand. Ainsi, il est décidé qu'en ce jour, une fois que les agriculteurs ont rempli leurs quotas ( les quotas étant fixés par l'État), ils puissent maintenant vendre leurs productions à tout acheteurs qu'ils soient Cubains ou étrangers. Les quotas restant assez élevés la plupart de la production agricole de l'île reste aux mains de l'État Cubain.

Pour permettre aux agriculteurs d'écouler ce surplus de production, le système de commercialisation est aussi restructuré puisque les paysans peuvent, maintenant, aller dans des marchés dirigés par l'État cubain où les entreprises étrangères peuvent acheter leur production. Cette nouvelle politique économique sera encadrée par l'État puisque les transactions seront surveillées par la république de Cuba, elle vérifiera que les agriculteurs ont, avant de vendre aux étrangers, rempli leurs quotas.


Les opposants au nouveau Premier ministre sont prévus, la libération économique est un des objectifs du gouvernement cubain, n'en déplaise aux marxistes et Castristes les plus orthodoxes.
avatar
Nous york
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 410
Date d'inscription : 26/06/2017
Localisation : La douce France , pays de mon enfance

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Mar 3 Juil 2018 - 10:55

UKRAINE / DONBASS


Type d’évènement : Du mouvement dans le Donbass.

Brève description : Remue ménage dans le Donbass. Au sein des petites républiques populaires autoproclamées dans l’est ukrainien en 2014, avec le soutien russe, la situation semble en effet se tendre et évoluer. De nombreux hommes ont en effet passé la frontière en sens inverse, c’est à dire vers la Russie tandis que dans l’autre sens, de la Russie vers les rebelles donc, les échanges baissent drastiquement. Pour les experts ces mouvements semblent indiquer que Moscou est en train de retirer son soutien aux rebelles pros-russes du Donbass.


SYRIE / KURDES


Type d’évènement : Réponse des Kurdes aux Russes et au régime de Damas

Brève description :Les Kurdes de Manbij et de la région font savoir à la Russie par le biais des canaux de discussions russos-occidentaux que les forces aériennes de la coalition internationale occidentale (Etats Unis d’Amérique en tête) doivent être tout à fait exclu de la no fly zone mise en place par les Russes et le régime de Bachar al Assad.

avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Jhe le Mar 3 Juil 2018 - 13:46

United States of America






Syrie :

La question de la crise turco-russe fait grand bruit à Washington. La Turquie reste en effet un pays membre de l’OTAN même si les sujets de tensions entre Ankara et les autres capitales de l’Alliance sont légions depuis quelques mois. Le département d’État a ainsi vertement critiqué la politique russe de rupture d’un apaisement des relations russo-turc (qui sera préjudiciable aux deux parties) au prétexte de motifs fallacieux. La Turquie abrite en effet depuis 2011 une opposition syrienne dominée par l’islamisme politique et Moscou n’avait jusque là rien trouvé à y redire, jusqu’à cette riposte disproportionnée de juillet/août 2018. L’Administration américaine n’a enfin pas commenté les accusations de collusion entre Ankara et des groupes terroristes syriens, se bornant à rappeler les liens de Moscou avec la République islamique d’Iran et ses sous fifres du Hezbollah en Syrie. C’est dans ces conditions et en avançant ses arguments que les Etats Unis ont posé leur véto à la proposition russe contre la Turquie au Conseil de Sécurité de l’ONU.

En réalité cette rupture russo-turque arrange plus ou moins Washington. La Turquie ne pouvant plus compter sur une alliance plus ou moins tacite avec la Russie dans le dossier syrien va maintenant devoir revenir nettement vers ses alliés occidentaux, notamment pour son armement ainsi que pour des dossiers plus économiques (pétrole et gaz). Le premier signe de ce retour turc vers l’Ouest apparaît déjà avec la conclusion d’un accord russo-américain portant sur l’achat par Ankara de 13 système de missiles Patriot (10 systèmes PAC-3 avec lanceurs à 16 tubes et 3 systèmes PAC-3 MSE avec lanceur à 4 tubes) pour un total une somme de 40 millions de dollar. Des négociations sur le chasseur F-35 vont elles se rouvrir.

Dans la même veine, Washington dénonce la reprise de contrôle par les Russes et le régime du ciel d’une partie du nord de la Syrie, toujours appuyée sur les mêmes motifs fallacieux contre les Turcs. Les forces américaines sur place n’ont pas riposté, les chasseurs américains ne sont en effet pas concerné par cette mesure (qui ne s’étend de plus pas à l’est de l’Euphrate) mais des discussions entre Russes et Américains sont en cours à ce sujet via les canaux de communication ouverts depuis que ces deux puissances doivent se parler du fait de leur implication en Syrie. Des discussions avec les Turcs sont également toujours en cours au sujet de Manjib.




avatar
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 979
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Mar 3 Juil 2018 - 14:48

République fédérale d’Allemagne
Article
Evénement

avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Shikkoku le Mar 3 Juil 2018 - 15:51


[TOP SECRET] Affaires Militaires [TOP SECRET]:

Développement naval :

Après l'entrée en service du porte-avion de type 001A au courant de l'année, la Marine Populaire annonce la mise à l'eau et l'entrée en service de 3 Type 052D Destroyer.


Type 052D en mer, au large de Shanghai

Ces navires sont équipés de plusieurs systèmes offensifs allant de missiles anti-navires à des canons de 130mm ainsi que des dispositifs de défense mer-air. Un hélicoptère est capable d'apponter le navire en cas de besoin. Equipés de RADARs modernes, ces navires représentent le système AEGIS chinois et sont capables de mener à bien des missions défensives anti-aérienne avec un succès considérable.

____

Le développement des Destroyers de Type 055 continue. D'un coût de CN¥6 milliards, ces navires sont coûteux. Ils représentent une version améliorée du Type 052D, avec une capacité AEGIS encore plus développée. D'une longueur de 180m, ils sont parmi les plus grands navires construits en Extrême-Orient depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Ils seront équipés des futurs hélicoptères de transport moyen Changhe Z-18.

Développement aérien :

Le développement extrêmement coûteux du Chengdu J-20, jet fighter furtif de 5ème génération continue en Chine. 8 prototypes sont désormais testés de manière quasi quotidienne en vol ou au sol par les ingénieurs de l'Armée Populaire de Libération. D'ici la fin de l'année 2018, 28 de ces appareils rentreront en service actif.
Le Shenyang J-31 continue les phases de test et sera disponible au service actif au courant de 2019, retardé par plusieurs complications sur le plan technique.

Sur le plan logistique, la flotte de 10 Xi'an Y-20 sera étendue à 12 d'ici février 2019. L'appareil est capable de transporter jusqu'à 66 tonnes de matériel militaire en charge maximale pour 4 500km d'autonomie de vol, et peut aller jusqu'à + 10 000km s'il transporte une section de parachutistes.

Spoiler:
Xi'an Y-20 en vol
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 6000
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Skorm123 le Mar 3 Juil 2018 - 16:47







اسلامی جمہوریۂ پاکستان


République Islamique du Pakistan
 



Mise en place du gouvernement et première réforme



Avec la mise en place d’une coalition réunissant les 129 députés du PML-N ainsi que 52 indépendants, soit 191 députés, le pays peut enfin se doter d’un gouvernement fédéral. C’est sans surprise le frère de l’ancien premier ministre Nawaz Sharif, Shehbaz Sharif qui prend la place de premier ministre. La plupart des anciens ministres retrouvent un poste dans ce nouveau gouvernement mais viennent s’ajouter d’autre nom ainsi que plusieurs indépendants, neutres, qui sont une des conditions de la coalition en place. Au total, une trentaine de ministre fédéral et d’état remplacent l’ancien gouvernement qui n’avait que 9 ministre, vu que c’était un gouvernement de transition.

Suite à cela, le premier ministre S. Sharif et son gouvernement n’a pas tardé à lâcher sa première loi : une loi anti-corruption. Son frère, le précédent premier ministre, avait fait de nombreux efforts à ce sujet mais cela n’est pas suffisant puisque le pays est dans les derniers du classement. Le but de Sharif est d’arriver à être un pays exemplaire pour le continent, et d’arriver dans le top 50 des moins corrompus dans le monde d’ici la fin de son mandat. Pour cela, plusieurs idées sont déjà sorties dans les médias et sont transversales, au niveau des différentes collectivités locales et nationales mais aussi par différents secteurs.
Concernant la politique dans son ensemble, l’Etat fédéral voudrait rendre d’ici à 2020 obligatoire la transparence de l’Etat et des collectivités locales, en prenant modèle la législation Khyber Pakhtunkhwa publié en 2013 qui vise à rendre transparent les différentes fonctions et départements du gouvernement. Le but étant de rendre disponible aux citoyens toutes les informations détenus par les acteurs publics, de la plus petite des collectivités à l’Etat fédéral. Bien entendu, les informations sensibles pour la sécurité de l’Etat ne seront pas disponibles. Concernant les lanceurs d’alertes, les réseaux sociaux ont joués un grand rôle, notamment en 2013 durant les élections, ou de nombreuses triches ont eu lieux. La loi voudrait protéger ces lanceurs d’alertes, qu’ils soient journalistes ou bien de simples citoyens, afin de réparer des potentielles failles dans le système anti-corruption du Pakistan. Les lanceurs d’alerte seront protégés par la loi contre tout institution ou hommes qui pourraient rendre dangereux le lancement d’alerte, ainsi que d’éviter des plaintes envers ces lanceurs d’alerte qui pourrait être dommageable pour les citoyens. Pour beaucoup de commentateur, ceci pourrait permettre à la liberté d’expression de se développer au Pakistan. C’est dans cette partie de la loi, que Shehbaz Sharif lance sa première offensive contre l’armée, ce sera la seule attaque contre cette institution dans cette loi, ce sera une lutte du pouvoir militaire contre le judiciaire qui va sans doute affaiblir la position de l’armée dans les affaires de l’Etat.
Plus généraliste, le gouvernement veut augmenter les peines concernant les corrompus, pouvant, dans les pires des cas, aller jusqu’à la peine de mort (ce sera quasiment impossible toutefois, juste de la propagande pour faire peur). Mais veut notamment rendre l’impossibilité pour les jugés de retourner dans leurs anciennes vies de corrompus et devront payer pour la collectivité pendant assez longtemps pour qu’ils réfléchissent à ce qu’ils ont fait. De plus, l’Etat prévoit d’augmenter les salaires, il ne faut pas oublier que le Pakistan a aussi sa responsabilité dans la corruption, si elle ne paie pas assez ses fonctionnaires, ceci ne peuvent pas vivre et sont donc obliger de se corrompre dans le crime. Enfin, une campagne de propagande aura lieu, à travers le pays, avec panneaux publicitaires, télévisuel ou autre. Elle vise à montrer les conséquences de la corruption, même de la plus petite qui est très dommageable pour l’Etat ainsi que pour sa population. Un corrompu est une personne qui empêche le développement de l’Etat, et donc est un promoteur de la pauvreté du Pakistan. Il faut que la population ait de la haine envers les corrompus et qu’ils soient rebus de la société.

Pour les différents secteurs, de nombreux sont touchés : le judiciaire bien entendu, l’éducation, la santé, la police, les services publics, le domaine fiscal et enfin le sport. La judiciaire est sans doute le plus important car l’Etat compte en faire un véritable contre-pouvoir, avec sa propre police indépendante luttant contre la corruption, capable d’enquêter sans demander au pouvoir politique, sur n’importe qui, du plus petit fonctionnaire ou citoyen au plus grand. Ensuite, la cour suprême aura plus de pouvoir, mais pour la changer faudrait changer la constitution et ceci n’est pas prévu dans cette loi, peut-être à l’avenir. En tout cas durant son mandat, celle-ci aura les pouvoirs pour juger n’importe qui au plus haut de l’Etat. La justice était, avec la police, l’institution la plus touchée par la corruption, notamment les cours les plus basses. La corruption est même le seul moyen pour être promu et la méritocratie ne semble pas avoir atteint la justice pakistanaise. Le pouvoir politique veut que ces cours soient jugés par la cours suprême, que si des enquêtes prouvent qu’il y a corruption des responsables, que ceux-ci soient remplacés et condamnés lourdement, bien plus que pour les autres corrompus car la justice doit montrer l’exemple. Pour l’éducation, le problème étant qu’il n’y a pas de programme commun, dans le secteur privé les différentes écoles suivent leurs propres programmes qui en profitent pour augmenter les charges. Pour contrer cela, un programme commun  pour les écoles privés mais aussi publics devra être mis en place par les différents Etats composant le Pakistan. De plus, des moyens seront mis en place dans le public, qui est en manque de moyens. Concernant les autres domaines, c’est de la corruption de tous les jours, qui est réglés par les différentes mesures. Personne n’est intouchable, c’est le principe de cette loi, du petit médecin qui fait payer des citoyens pour des soins essentiels, au policier qui profite de son pouvoir, mais également à l’employé d’un service public qui fait payer son intervention bien plus que prévu, que ce soit dans le domaine de l’électricité, ou bien de la taxation.




avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1336
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Mar 3 Juil 2018 - 17:09


République française





Affaires étrangères


................Avec la chute du gouvernement d’Angela Merkel, la situation de la France se retrouve assez complexe, tant en Europe que vis-à-vis des Etats-Unis. En effet, la République semble être la seule puissance européenne majeure stable, les gouvernements espagnol et italien tenant davantage par la grâce de Dieu que par des facteurs rationnels, tandis qu’outre-Rhin, il est fort peu probable aux yeux des français qu’un nouveau gouvernement stable puisse émerger dans les semaines à venir. Si cela est en soi une excellente chose pour le leadership européen d’Emmanuel Macron, cela fragilise toutefois considérablement sa position vis-à-vis des Etats-Unis, et notamment son bras de fer à propos d’une part des nouvelles taxes douanières imposées par Washington sur l’acier et le fer et d’autre part sur les potentielles sanctions qui viseront à partir de novembre les entreprises françaises présentes sur les marchés étasuniens et iraniens. Ainsi, le président Macron a secrètement contacté Donald J. Trump pour lui proposer un accord confidentiel : celui-ci accorde des dérogations à toutes les entreprises françaises visées par les sanctions, en échange de quoi la France cessera de s’opposer à la hausse des tarifs douaniers concernant l’acier et l’aluminium, chose qui a en réalité que peu de conséquences vu les faibles exportations françaises de ces produits à destination de Washington.


Affaires intérieures


................A la suite des évènements politiques de juillet, le président avait annoncé l’organisation en septembre d’un référendum visant approuver une loi constitutionnelle portant révision de plusieurs articles de la Constitution de la Vème République. Après deux mois d’une âpre, mais brève, campagne, durant laquelle l’ensemble des partis de l’opposition, les Républicains en tête, ont ardemment milité pour le rejet de la réforme, laquelle est notamment censée réduire le poids du Parlement avec la restriction des amendements mais également la réduction du nombre de parlementaires ou encore la limitation temporelle du cumul de mandats, le corps électorat français s’est timidement déplacé vers les urnes le dimanche 16 septembre pour approuver à une franche majorité les différentes propositions puisque près de 61% des votants se sont exprimés en faveur de la réforme constitutionnelle, laquelle mobilisa à peine 43% de l’électorat. Si c’est une victoire politique incontestable pour Emmanuel Macron, qui force ainsi le Sénat à se plier à sa volonté en ayant soumis au vote populaire la loi organique visant à le réformer, c’est toutefois une victoire en demi-teinte puisque le président n’a pas su faire massivement adhérer le peuple à son projet – quoi qu’icelui n’a jamais été très friand des consultations en dehors des élections présidentielles, et accessoirement législatives.


................Les trois lois avaient été soumises à l’approbation populaire. D’abord, la loi ordinaire relative à l’introduction du mode de scrutin proportionnel a, comme son nom l’indique, introduit une dose de proportionnelle, conformément à la promesse faite par Emmanuel Macron à François Bayrou en échange de son soutien – au risque de provoquer l’ire des Républicains, les autres partis étant satisfaits de cette réforme. Ainsi, sur les 404 députés que comptera l’Assemblée nationale en juin 2002, 12,5% seront élus à la proportionnelle, soit 51 députés, de sorte à contrebalancer les effets négatifs, en termes de représentation nationale, du scrutin majoritaire uninominal à deux tours par circonscription. Concrètement, lors des législatives, les électeurs voteront pour le député de leur circonscription ainsi que pour une liste nationale lors du premier tour, et uniquement pour le député de leur circonscription au second tour – lorsqu’il y en a un. Si cette mesure fait pousser des cris d’orfraie chez les Républicains, elle ne devrait pas pour autant remettre en jeu – du moins l’espère-t-on à l’Elysée – la stabilité même du régime français. A vrai dire, elle devrait principalement permettre aux petits partis d’opposition de mieux se partager les sièges octroyés à la proportionnelle, profitant ainsi largement à la France Insoumise et au Front National, tout en préservant une majorité présidentielle.

................Ensuite, il y avait la loi organique relative à la réduction du nombre de parlementaires et au renouvellement de la vie politique. Celle-ci vint modifier deux choses fondamentales. D’une part, le nombre de parlementaires a été drastiquement réduit à 404 pour l’Assemblée nationale, au lieu de 577 actuellement, et à 240 au Sénat, pour 348 sénateurs actuellement. En échange, l’enveloppe allouée chaque mois pour l’équipe du parlementaire est augmentée de 50%, permettant ainsi l’embauche de deux à trois assistants parlementaires supplémentaires pour permettre aux élus de faire plus convenablement leur travail. Si cette réduction du nombre de députés ne sera effective que pour les élections législatives de 2022, elle le sera dès 2020 pour le Sénat, qui sera par la même occasion intégralement renouvelé en septembre, cela après les élections municipales. Par ailleurs, son mode de renouvellement cesse d’être par moitié tous les trois ans et devient intégral tous les six ans. D’autre part, les élus ne peuvent désormais pas cumuler successivement plus de trois fois le même mandat. Ainsi, nul ne pourra être député plus de quinze ans à la suite, ou maire – à l’exception des édiles des bourgades de moins de 10'000 habitants. De même, le cumul des mandats a été rouvert pour les sénateurs, uniquement pour des villes de moins de 5'000 habitants.

................Enfin, la dernière des trois lois est la loi constitutionnelle stricto sensu, qui implique quant à elle de nombreuses modifications non-négligeables. En effet, aux termes de cette loi, la Cour de Justice de la République est désormais officiellement supprimée, Emmanuel Macron s’en félicitant au nom « de la fin des privilèges de l’ancien monde », tandis que les anciens présidents de la République ne sont désormais plus membres de droit du Conseil Constitutionnel, ce qui oblige Valéry Giscard d’Estaing à quitter le Palais Royal, les trois autres présidents encore en vie n’y siégeant pas ou plus. Justice toujours, le Conseil supérieur de la magistrature doit dorénavant donner son avis conforme pour la nomination des magistrats du Parquet, « une nouvelle garantie de l’indépendance de l’autorité judiciaire dans notre pays » selon les mots du chef de l’Etat. De même, le Conseil Economique, Social et Environnemental est réformé. De 233 membres, il passe à 117, tandis que son nom est changé en Chambre de la Société Civile. Egalement, la Corse entre désormais dans la Constitution à l’article 72-5, lequel mentionne notamment son insularité et ses spécificités, tout en renvoyant le soin au gouvernement de prendre par ordonnance une loi organique pour détailler le régime juridique applicable à l’île de Beauté, ce qui est actuellement discuté avec les locaux.

................Quelques réformes mineures touchent certains articles, à l’instar de l’article 34 de la Constitution – lequel prévoit l’attribution des compétences du pouvoir législatif – qui mentionne désormais la lutte contre le changement climatique, mais aussi la constitutionnalisation du « service national universel », dont il revient au Parlement de définir les principes fondamentaux et au gouvernement de mettre en œuvre matériellement cette promesse de campagne d’Emmanuel Macron dont le contenu risque d’être quasi-intégralement revu au regard des réponses obtenues lors de la consultation nationale à ce propos. La principale réforme contenue dans cette loi constitutionnelle est bien évidemment la limitation notable du droit d’amendement, au nom de l’efficacité du Parlement. Ainsi, les amendements préalablement rejetés en commission ne pourront être représentés en séance d’amendements, évitant ainsi de perdre du temps à revoter des choses déjà rejetées – ceux acceptés en commission restent soumis à approbation en séance. De même, des quotas d’amendements sont désormais fixés par loi et par groupe parlementaire, avec dix amendements par député membre d’un groupe et cinq amendements par député non-inscrit. Cela devrait drastiquement limiter le nombre d’amendements fantaisistes et inutiles destinés à ralentir le processus législatif.


avatar
Sirda
Président
Président

Messages : 1617
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 15 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum