¤ V2018 ¤ Topic officiel

Page 9 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant

Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Dim 5 Aoû 2018 - 15:10

République algérienne démocratique et populaire
Brève
Evénement

Un peu plus d’un mois après la mort du regretté Abdelaziz Bouteflika, l’un des pères de l’indépendance du pays et président de la République algérienne de 1999 à 2020, les tensions sont plus qu’exacerbées. En effet, l’organisation des élections présidentielles a tourné au véritable pugilat entre les différents participants bien décidés à accéder au pouvoir suprême dz, certains pour continuer l’œuvre du défunt légume de l’Atlas, et d’autres, au contraire, pour donner à l’Algérie un nouveau souffle, au choix, soit plus libéral, soit beaucoup plus conservateur. A noter qu’aucun candidat n’a proposé la réintégration des départements d’Algérie et des Territoires du Sud dans le giron de la République éternelle française, faute de base électorale intéressée par un projet pourtant très séduisant.

Le Front de Libération Nationale, parti au pouvoir depuis 1962 en dépit de quelques défaites électorales, notamment lors de la décennie noire, a officiellement présenté le frère du défunt chef de l’Etat comme candidat, après de violentes tensions internes ayant conduit à plusieurs purges, Saïd Bouteflika. Ce dernier s’était présenté comme le « continuateur de la politique de concorde civile de mon regretté frère ». L’homme, qui était jusqu’alors amateur des coins d’ombre du pouvoir, a notamment reçu le soutien non-négligeable du ministre conseiller du président chargé des Affaires de sécurité et directeur du Département de Surveillance et de Sécurité, véritable Etat dans l’Etat, Athmane Tartag, département chargé du renseignement, et du chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah qui a mis de côté ses ambitions.

Deuxième candidat majeur, le premier-ministre Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique, formation politique jusqu’alors partie de la vaste coalition gouvernementale « alliance présidentielle », assez puissante politiquement et officiellement d’obédience démocratique et plutôt portée vers le libéralisme économique. Clef de voûte du régime algérien depuis près de vingt ans, occupant plusieurs fois le poste de premier ministre, il est soutenu par l’un des autres acteurs majeurs du régime algérien depuis le coup d’Etat de janvier, le général Mohamed Lamine Mediène, dit « Toufik », ancien patron du département susmentionné, qui dispose encore de solides réseaux au sein du renseignement intérieur ainsi que de l’armée et dont le retour en grâce a été promis.

Le troisième candidat en lice pour ces élections est le secrétaire général du Mouvement de la société pour la paix, formation politique se réclamant de l’islamisme des Frères musulmans, Abderrazak Makri, qui était jusqu’en 2018 au sein de l’« alliance présidentielle » avant de la quitter avec pertes et fracas pendant un été où l’homme avait notamment réclamé l’intervention de l’armée pour assurer une période de transition de cinq ans, ce qui avait créé un véritable scandale à Alger, et avait été refusé par le chef d’état-major. Soutenu par l’électorat conservateur, il a engrangé certains soutiens dans les milieux des reconvertis du GIA et du FIS, qui, s’ils ont abandonné la lutte armée, souhaitent la poursuivre politiquement et dans le respect des urnes.

Sans grande surprise, le frère du défunt président a été élu président de la République algérienne dès le premier tour des élections le dimanche 14 janvier, avec près de 53,7% des voix, un score jugé très faible par rapport à celui d’Abdelaziz Bouteflika lors des précédents scrutins, mais qui permet tout de même au FLN de se maintenir au pouvoir. Cependant, les deux principaux opposants de Saïd Bouteflika ont immédiatement dénoncé des irrégularités entachant la validité du vote, accusant le pouvoir d’avoir bourré les urnes, des accusations renforcées par certains propos de Toufik déclarant que de tels procédés avaient été utilisés depuis 1999 pour assurer le maintien du FLN au pouvoir présidentiel, ce qui ne fut point sans créer un véritable scandale, bien que la véracité des propos ne soit pas encore prouvée.

De larges manifestations exigées par l’opposition se sont quasi-immédiatement tenues le lundi 15 janvier à Alger, Oran, et dans les principales villes du pays, manifestations qui ont souvent tourné à l’affrontement avec les forces de l’ordre, faisant au total 13 morts et plusieurs centaines de blessés. Les différents partis d’opposition, même mineurs, exigent l’invalidation de l’élection et la tenue d’un nouveau suffrage, appelant à la poursuite des manifestations pour obtenir gain de cause. Dans le sud du pays, un attentat à la bombe faisant 6 morts et 4 blessés à Tamanrasset a été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique, profitant des troubles, tandis qu’une autre attaque a été déjouée à In Guezzam. Le mouvement a, dans une déclaration, appelé à la reprise des combats, et menace directement le pouvoir central algérien.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Dim 5 Aoû 2018 - 17:56


République française





Affaires intérieures


................Alors que le début de fronde interne à LREM semble au moins temporairement écarté avec les annonces faites par le chef de l’Etat lors de ses traditionnels vœux du nouvel an, bien que Sonia Krimi ait affirmé que celle-ci pourrait très rapidement prendre si les différentes réformes n’étaient pas présentées dans les mois à venir, le gouvernement a décidé de s’attaquer, à deux mois des élections départementales, à un dossier plus que sensible qu’est le découpage administratif et politique en France, pays réputé pour être un millefeuilles entre les communes, les communautés de commune, les communautés urbaines, les métropoles, les départements, les régions, etc. Depuis des décennies, les réformes territoriales s’enchaînent, aboutissant à une confusion des compétences et des entités, certaines n’ayant même pas le temps d’entrer véritablement en vigueur qu’elles sont déjà abrogées par la majorité suivante, tandis que les lois de décentralisation et de recentralisation n’aident pas à la lisibilité de ce beau foutoir dont il ne ressort, selon certains, qu’une hausse continue des dépenses et du nombre de fonctionnaires. Pour le chef de l’Etat, « cette conception verticale de la réforme doit être inversée au profit d’une conception bottum-up dans laquelle il reviendrait aux citoyens de choisir les strates territoriales qui les séparent de l’Etat, et non plus quelques hommes blancs cisgenres quinquas issus des grandes écoles et hors sols. »

................Bien que l’exposé de la philosophie générale de la réforme soit plutôt séduisant, la traduction est bien moins démocratique et reprend les bonnes vieilles habitudes administratives françaises. Le gouvernement a annoncé la suppression des départements en tant que collectivités territoriales au profit des régions, bien qu’ils subsistent en même temps comme divisions administratives, et un peu comme entités politiques aussi. En effet, le gouvernement a repris la réforme territoriale de 2010 fusionnant le conseiller départemental et le conseiller régional au profit d’un conseiller territorial élu dans des cantons et siégeant au conseil régional avec ses pairs des autres départements, mais aussi dans une sorte de conseil départemental issu d’une délégation de pouvoir du conseil régional afin de mettre en œuvre les anciennes compétences du département désormais attribuées au conseil régional mais déléguées à ces nouveaux conseils départementaux qui ne disent pas leur nom. L’objectif d’une telle réforme est de réduire considérablement le nombre d’élus locaux ainsi que de concentrer les pouvoirs au sein de vastes collectivités territoriales pour réduire un maximum possible les frais de fonctionnement. Le département subsiste néanmoins comme division administrative, c’est-à-dire exclusivement au niveau de la préfecture, tandis que la gestion des aides sociales, le logement, la voierie, etc., deviennent désormais de la compétence de la région.

................Ce n’est évidemment pas tout. En effet, si les départements disparaissent comme collectivité territoriale, il reste possible de les faire subsister sous une forme juridique modifiée, celle de la collectivité territoriale unique, qui consiste en une collectivité territoriale dotée des attributions du département et de la région sans pour autant être une région stricto sensu, à l’instar de la Corse, qui jouit de ce statut. Désormais, cette possibilité est ouverte à « tout département qui souhaiterait fusionner uniquement avec un autre sous un tel statut, ou à un département qui ne souhaiterait pas être intégré au sein d’une région. » Les cibles du gouvernement sont évidentes : les départements du Bas et Haut Rhin, qui ne digèrent toujours pas leur intégration au Grand Est, et qui ne rêvent que de se retrouver au sein d’une entité juridique commune, mais également la Vendée, qui n’est pas spécialement enthousiaste d’être au sein de la région Pays de la Loire et qui s’offrirait bien le luxe de pouvoir directement dialoguer avec l’Etat sans passer par une région. Ainsi, peu après l’adoption de la réforme, les Bas et Haut Rhin ont annoncé la création d’une collectivité territoriale unique d’Alsace, indépendante du Grand Est, tandis que la Vendée a annoncé la même chose, cette fois toute seule, et se sépare de sa région afin de recouvrer une certaine autonomie, au risque de fragiliser le découpage territorial français de François Hollande.

................Le gouvernement a également décidé de touché au découpage territorial plus généralement. En effet, il a annoncé le rattachement du département Loire-Atlantique à la région bretonne, officiellement pour « réparer une erreur historique » et officieusement pour renforcer une région largement acquise à la cause d’En Marche, notamment grâce à son ancien président Jean-Yves Le Drian, provoquant ainsi un véritable séisme dans les trois départements restants des Pays de la Loire. Résultat, la Mayenne et la Sarthe ont annoncé leur fusion au sein d’une collectivité territoriale unique sobrement appelée Maine, tandis que le Maine-et-Loire s’est lui aussi transformé en une telle collectivité, toutefois sous l’appellation plus historique d’Anjou. Autre démembrement politique, celui de la région Auvergne Rhône Alpes, tenue par Laurent Wauquiez, avec le départ des départements de Haute Savoie et de Savoie, qui fusionnent eux aussi dans une nouvelle collectivité territoriale unique nommée Savoie. Si d’autres départements sont candidats à changer de région ou créer leur CTU, le gouvernement a toutefois refusé pour l’instant les demandes, ne les jugeant pas pertinentes. En réalité, et officieusement, ces redécoupages tiennent davantage de l’intérêt politique que de l’intérêt général, puisqu’ils permettent le plus souvent d’affaiblir des régions tenues par une droite encore tenace et de renforcer celles acquises à LREM.


avatar
Sirda
Président
Président

Messages : 1555
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Jhe le Dim 5 Aoû 2018 - 23:20




Affaires intérieures :  

Avec 3 % de croissance en 2020, l’Amérique de Trump se porte pour le mieux. Le chômage est à son plus bas niveau historique, des milliers d’emplois industriels ont été recréés dans le pays et la réforme fiscale de 2017 produit des effets très bénéfiques. Les ménages américains investissent en effet avec ce gain de pouvoir d’achat, alimentant la consommation (principal moteur de la croissance). Les déficits commerciaux américains sont également en baisse (favorisant notamment l’industrie automobile qui exporte plus vers l’UE) Les entreprises font de même via la baisse de leur taux d’imposition. Ces derniers sont de plus incités par les nombreuses mesures de déréglementation prises par l’Administration, notamment en matière écologique (retrait de l’accord de Paris). Ainsi, de nombreuses normes ont été supprimées ou revues drastiquement à la baisse dans le domaine du charbon et de l’automobile (la plupart des normes environnementales pesant sur les voitures instaurées par Obama notamment). Dans le domaine pétrolier et gazier également de nombreux projets se sont développés, notamment du fait de la réduction de l’aire de certains parcs nationaux. Dans le pays ces mesures provoquent l’indignation de plus en plus grande de nombreux défenseurs de l’environnement, ces derniers s’ajoutent donc aux multiples déçus du trumpisme. Malheureusement pour eux la base électorale du président plébiscite ces mesures et ces résultats économiques. Certains Etats comme la Californie continue toutefois de faire de la résistance, notamment sur le terrain juridique contre l’État fédéral. La coloration de plus en plus conservatrice de la Cour Suprême fait toutefois que l’Administration obtient souvent gain de cause.

Nonobstant tout cela, le président Trump semble même se radicaliser sur de nombreux points, libéré de contraintes électorales (à l’exception des mid term 2022) celui ci sera en effet plus libre et de nombreux militants (LGBT, féministes, environnementaux etc) craignent une offensive contre les avancées qu’ils avaient obtenues. Le président compter sur une Cour Suprême majoritairement conservatrice pour cela.

Dans le domaine économique la grande affaire du mandat sera toutefois le grand plan d’investissements dans les infrastructures. Ébauchés lors du premier mandat et financé en partie en 2019 et 2020, il est en effet temps que celui ci monte en régime afin de pouvoir tenir les objectifs fixés (s’étalant sur une décennie et prévoyant 200 milliards de dollars fédéraux dans les infrastructures). Ces mesures permettront de nombreuses nouvelles création d’emplois dans le pays et permettront une remise à niveau des infrastructures américaines (transports etc) souvent assez vétustes.

Après sa nouvelle prestation de serment, le 20 janvier 2021, le président a également fait une annonce dans le domaine de la sécurité intérieure : une enveloppe de plusieurs millions de dollars sera débloquée dans le budget 2021 du département de la Sécurité Intérieure. Cette enveloppe qui sera pérennisée visera à la formation d’équipes spécialisées, au sein du FBI et des autres agences de la Homeland Security, dans la lutte contre le terrorisme environnemental. Cette ligne de crédit s’accompagnera d’une modification de la législation afin de mieux protéger les entreprises des potentielles visées de terroristes verts. Ces mesures font suite à des promesses de campagnes faites au moment de l’attentat contre l’oléoduc Keystone. L’enquête a conduit à l’interpellation de militants environnementaux qui sont actuellement poursuivis devant les tribunaux et risquent une lourde peine.



Affaires étrangères :  

Un contingent de 2,000 hommes est maintenu au nouveau Kurdistan syrien. Officiellement cette mission a pour objectif la lutte contre les résidus du groupe Etat Islamique.

Les Etats Unis ont en outre affirmé comme d’habitude leur solidarité vis à vis de l’Europe à nouveau régulièrement touchée par le terrorisme. Dans cette optique les frappes françaises en Libye reçoivent le soutien diplomatique américain. La France peut bien entendu compter sur l’assistance américaine dans les domaines techniques et du renseignement si besoin. Face à la situation l’Administration Trump envisage d’ailleurs le potentiel lancement de frappes de drones (sur le modèle pakistanais) en Libye.

Enfin, le secrétaire d’État Pompeo a déclaré que les USA étaient très inquiets de la situation en Algérie. Le département d’État n’a pas reconnu la validité d’un vote entaché par de nombreuses irrégularités et appelle l’ensemble des protagonistes au dialogue afin de garantir la démocratie ainsi que stabilité du pays et de la région (la moindre faiblesse de l’État algérien pouvant conduire à une résurgence du terrorisme islamiste).


avatar
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 946
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Mirage le Lun 6 Aoû 2018 - 11:02

Etat du Japon - Nippon-Koku




Affaires intérieures



L’arrivée de Trump à la Maison Blanche aura eu pour incidence collatérale de rapprocher les deux principaux courants de la droite dure japonaise qui n’arrivaient autrefois pas à s’entendre sur l’attitude à adopter vis à vis des États-Unis. Ancien bourreau aussi bien que farouche ennemi du communisme, fer de lance des projets libéraux aussi bien que terre conservatrice, il fut toujours difficile pour les japonais de cerner ce grand voisin de l’autre côté du Pacifique. L’arrivée de Trump permis de mettre tout le monde d’accord sur les grandes qualités du 45eme président américain. Le premier a voir le trumpisme comme un modèle viable est Makoto Sakurai qui mit en pratique cela lors de l’élection du gouverneur de Tokyo, obtenant le meilleur score jamais obtenu par l’extrême droite japonaise depuis 1947, 15%.
Cette réussite a attiré énormément de militants et de sympathisants d’extrême droite japonais si bien que, en amont des élections générales de 2021, est créé le parti Tsuyo-sa to meiyo. Qui se traduirait en français par force et honneur, une expression française popularisée au Japon par la fachosphere locale. Ce nouveau parti construit autour de l’ancien parti Japon forts de Makoto Sakurai absorbe de nombreux groupuscules et petit partis d’extrême droite. Il s’impose selon les premières enquêtes d’opinion comme le 4ème parti japonais avec 12% derrière le PLD crédité de 41%, le PCJ crédité de 18% et le parti démocrate constitutionnel crédité de 15%. La perte de vitesse libérale démocrate si elle se fait donc ressentir reste à relativiser au vu de la faiblesse de l’opposition. Il n’empêche que le PLD aura perdu près de 20% d’intentions de vote depuis l’été 2020. La difficulté à jouer à l’équilibriste entre ses ailes libérales et conservatrices, l’échec économique de Shinzo Abe à définitivement trouver un nouveau modèle de croissance pérenne et à écarter le risque de la déflation, mais aussi la montée de l’offre politique, suffit à expliquer cette baisse importante.
avatar
Mirage
Chevalier de la Légion d'Honneur
Chevalier de la Légion d'Honneur

Messages : 1065
Date d'inscription : 18/03/2013
Age : 19
Localisation : La Ville Lumière

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Oldarick le Lun 6 Aoû 2018 - 16:09



République de Turquie - Türkiye Cumhuriyeti





Affaires Étrangères


La montée des tensions entre la Russie et la Turquie a réellement isolé cette dernière sur le plan international, ce qui est loin d'être souhaitable pour les ambitions du peuple turc portés par Erdogan. Ainsi, le Président Recep Tayyip Erdogan annonce souhaiter rencontrer son homologue russe à Moscou pour une rencontre qui permettrait de nouveau normaliser les relations entre leur deux pays comme après l'accident de 2015.

La Turquie se dit réjouie que son voisin syrien ait enfin trouvé la paix. Afin de ne pas déstabiliser la région et d'aider le nouvel état régional à se former, la Turquie laissera, à la manière des États-Unis, un contingent militaire de 1400 hommes dans la Région Spéciale d'Al-Bab. Les troupes supplémentaires quitteront le territoire de manière progressive dans les 90 jours qui suivent. De plus, ce contingent sera supporté par une force d'action rapide localisée au niveau de la ville turc de Kilis afin d'intervenir rapidement. Ces troupes seront majoritairement des troupes des forces spéciales, des instructeurs et des forces de sécurités qui serviront d'auxiliaires à la Milice d'Al-Bab.

Composition du Corps de Soutien à la Région Spéciale d'Al-Bab
Spoiler:
Total :
- 1400 hommes
- 35 Altay
- 9 Bofors 40mm (Système Flycatcher)
- 5 F-16
- 6 UH-60 BlackHawk
- 4 T-129 ATAK
- 50 Akrep


Force d'Action Rapide de Kilis :
- 300 hommes
- 2 Bofors 40mm (Système Flycatcher)
- 5 F-16
- 6 UH-60 Blackhawk
- 4 T-129 ATAK

Garnison d'Al-Bab :
- 300 hommes
- 10 Altay
- 2 Bofors 40mm (Système Flycatcher)
- 1 AS332 Super Puma
- 15 Akrep
- 10 BTR-80

Garnison de Manbij :
- 500 hommes
- 15 Altay
- 3 Bofors 40mm (Système Flycatcher)
- 2 AS332 Super Puma
- 20 Akrep
- 15 BTR-80

Garnison d'Afrin :
- 300 hommes
- 10 Altay
- 2 Bofors 40mm (Système Flycatcher)
- 1 AS332 Super Puma
- 15 Akrep
- 10 BTR-80


Affaires Intérieures


Le bilan économique de 2020 plaît beaucoup au Président Erdogan et au peuple turc, avec la création d'emploi dans le secteur industriel, plusieurs turcs ont pu sortir de la pauvreté et beaucoup d'autres ont améliorés leurs conditions de vie et augmentés leur pouvoir d'achat. Le Président Erdogan annonce vouloir miser sur une économie intérieur forte, croissante et indépendante pour renforcer la Turquie et sortir ses compatriotes de la pauvreté.

Dans un discours spectaculaire, et que certains médias ont qualifiés de complotiste et de trumpiste, Erdogan a annoncé que la dette était un des freins à l'indépendance de l'état et d'économie turc. Erdogan annonce ainsi des plans de lutte contre la dette pour 2023 et tient à assurer que les services publics ne s'en retrouveront pas touchés et qu'ils continueront toujours à fournir un service d'aussi bonne qualité, voir mieux, tant qu'il sera au pouvoir. Pour l'instant, de simples hausses des amendes et quelques minimes coupures seront mises en place pour 2021.
avatar
Oldarick
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 349
Date d'inscription : 23/08/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Oldarick le Lun 6 Aoû 2018 - 16:10



République de Turquie - Türkiye Cumhuriyeti





Affaires Étrangères


La montée des tensions entre la Russie et la Turquie a réellement isolé cette dernière sur le plan international, ce qui est loin d'être souhaitable pour les ambitions du peuple turc portés par Erdogan. Ainsi, le Président Recep Tayyip Erdogan annonce souhaiter rencontrer son homologue russe à Moscou pour une rencontre qui permettrait de nouveau normaliser les relations entre leur deux pays comme après l'accident de 2015.

La Turquie se dit réjouie que son voisin syrien ait enfin trouvé la paix. Afin de ne pas déstabiliser la région et d'aider le nouvel état régional à se former, la Turquie laissera, à la manière des États-Unis, un contingent militaire de 1400 hommes dans la Région Spéciale d'Al-Bab. Les troupes supplémentaires quitteront le territoire de manière progressive dans les 90 jours qui suivent. De plus, ce contingent sera supporté par une force d'action rapide localisée au niveau de la ville turc de Kilis afin d'intervenir rapidement. Ces troupes seront majoritairement des troupes des forces spéciales, des instructeurs et des forces de sécurités qui serviront d'auxiliaires à la Milice d'Al-Bab.

Composition du Corps de Soutien à la Région Spéciale d'Al-Bab
Spoiler:
Total :
- 1400 hommes
- 35 Altay
- 9 Bofors 40mm (Système Flycatcher)
- 5 F-16
- 6 UH-60 BlackHawk
- 4 T-129 ATAK
- 50 Akrep


Force d'Action Rapide de Kilis :
- 300 hommes
- 2 Bofors 40mm (Système Flycatcher)
- 5 F-16
- 6 UH-60 Blackhawk
- 4 T-129 ATAK

Garnison d'Al-Bab :
- 300 hommes
- 10 Altay
- 2 Bofors 40mm (Système Flycatcher)
- 1 AS332 Super Puma
- 15 Akrep
- 10 BTR-80

Garnison de Manbij :
- 500 hommes
- 15 Altay
- 3 Bofors 40mm (Système Flycatcher)
- 2 AS332 Super Puma
- 20 Akrep
- 15 BTR-80

Garnison d'Afrin :
- 300 hommes
- 10 Altay
- 2 Bofors 40mm (Système Flycatcher)
- 1 AS332 Super Puma
- 15 Akrep
- 10 BTR-80


Affaires Intérieures


Le bilan économique de 2020 plaît beaucoup au Président Erdogan et au peuple turc, avec la création d'emploi dans le secteur industriel, plusieurs turcs ont pu sortir de la pauvreté et beaucoup d'autres ont améliorés leurs conditions de vie et augmentés leur pouvoir d'achat. Le Président Erdogan annonce vouloir miser sur une économie intérieur forte, croissante et indépendante pour renforcer la Turquie et sortir ses compatriotes de la pauvreté.

Dans un discours spectaculaire, et que certains médias ont qualifiés de complotiste et de trumpiste, Erdogan a annoncé que la dette était un des freins à l'indépendance de l'état et d'économie turc. Erdogan annonce ainsi des plans de lutte contre la dette pour 2023 et tient à assurer que les services publics ne s'en retrouveront pas touchés et qu'ils continueront toujours à fournir un service d'aussi bonne qualité, voir mieux, tant qu'il sera au pouvoir. Pour l'instant, de simples hausses des amendes et quelques minimes coupures seront mises en place pour 2021.
avatar
Oldarick
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 349
Date d'inscription : 23/08/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Skorm123 le Lun 6 Aoû 2018 - 17:53







اسلامی جمہوریۂ پاکستان


République Islamique du Pakistan
 



Bilan de l’année 2020


Avec le passage en l’année 2021, il est venu le temps de faire le bilan économique du pays, mais également un bilan plus général. Le premier ministre est plutôt content du résultat, notamment la croissance, mais celle-ci n’est toujours pas assez élevé pour ses objectifs fixées par le Plan 10 mais également, et surtout, pour enrayer la croissance de la population, de la population active mais également de l’exode rurale. Les organismes statistiques officielles estiment qu’il faudrait au moins 7,5% de croissance pour que le pays puisse jouir d’une situation, et de ne pas subir une croissance appauvrissante. En effet, malgré 7% de croissance, ainsi qu’une diminution du pourcentage de pauvreté, le Pakistan a vu son nombre de population vivant sous le seuil de pauvreté augmenter, ceci à cause d’une croissance de la population assez élevée. Mais à part cela, le pays voit sa situation s’améliorer au fil des années, son déficit restant stable et n’augmentant que très peu. Cette année et les prochaines seront spéciales cependant concernant le budget car le Pakistan a donnés de nouvelles prérogatives à ses régions, ainsi que la possibilité de lever l’impôt. Le budget a donc diminué que ce soit au niveau des recettes mais également au niveau des dépenses. D’ici à 2025 on vise que le Pakistan perdra entre 5 à 6 milliards de recettes mais autant au niveau des dépenses. Une part importante du budget fédérale est tout de même réservée aux Provinces, et ceci pour la simple raison que le Pakistan veut garder la dépendance de ses régions, notamment les Provinces dites séparatistes.

Plus généralement, la situation n’est pas fameuse, certes le combat contre le terrorisme n’a plus lieu au Pakistan mais en Afghanistan. Mais à part cela, la Coalition connait ses premiers déboires, notamment avec le Turkménistan qui attaque des positions talibanes jamais réellement sécurisés par la précédente coalition, et la défaite fut presque obligatoire. Le Turkménistan ne peut donc pas sécuriser sa zone et le Pakistan peut difficilement aider ce pays. Dans les plus hautes sphères de l’Etat on s’inquiète de cette situation, la guerre divise déjà beaucoup l’opinion public et une défaite ferrait obligatoirement une chute du gouvernement, une remise en question militaire, une humiliation envers l’Inde (le rival éternel) et enfin sans aucun doute le retour des combats au Pakistan qui serait dommageable pour le pays et son économie. Des solutions doivent être trouvés, et le Pakistan n’exclue pas l’envoie de plus de soutien aérien, mais également de dégarnir sa frontière avec l’Inde pour les y envoyer dans les zones de maintien de la paix qui ne peuvent justement pas être maintenu en paix, ce qui augmenterait la défiance envers le gouvernement, mais pourrait le sauver d’une défaite. Les divers soutiens du gouvernement préparent le terrain dans cette optique : expliquer les enjeux de la guerre en Afghanistan pour le Pakistan, ainsi que l’importance d’avoir une région stable pour la vie de tous les jours des pakistanais. En effet, il ne serait pas dans l’avantage des pakistanais de vivre sous la menace d’un nouvel Etat taliban qui pourrait menacer leurs vies. On espère dans le gouvernement que cela suffira même si envoyer des enfants du pays mourir dans un pays voisin dans un combat qui n’est pas forcement pakistanais n’a pas grande popularité dans le pays.




avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1310
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Shikkoku le Lun 6 Aoû 2018 - 18:24



Affaires Etrangères :


Communiqué aux Etats-Unis d'Amérique :

C’est la seconde visite du président chinois Xi Jinping aux Etats-Unis depuis l’accès au pouvoir de Trump, et la première visite d’un chef d’état d’envergure majeure en Amérique depuis le début de son deuxième mandat. Accompagné de sa femme Peng Liyuan ainsi que d’une délégation d’environ 30 personnes (diplomates, représentants militaires, chefs d’entreprises, etc…), le secrétaire général du Parti Communiste Chinois commencera sa visite par une arrivée en fanfare à San Francisco, puis se rendra à Los Angeles, Chicago, et finira sa visite de 10 jours par Washington, siège du pouvoir fédéral.

Spoiler:

L’arrivée à San Francisco de Xi Jinping est cruciale. Cette ville possède en effet l’une des plus fortes, si ce n’est la plus forte communauté de chinois d’outre-mer d’Occident. Il y rencontrera des chefs d’entreprises comme Marck Zuckerberg ou Tim Cook, mais l’objectif premier de la présence du leader chinois dans cette ville est un discours qui sera tenu dans le Chinatown de la ville, et la visite d’une école chinoise et d’un hôpital chinois dans ce même quartier chinois.


Le discours portera sur les liens éternels qui unissent la communauté chinoise d’outre-mer à la Chine, et la nécessité d’une coopération culturelle et économique accrue entre Pékin et celle-là. Poursuivant son voyage, Xi Jinping se rendra à Los Angeles pour une visite de la capitale de l’économie californienne. Il a personnellement insisté pour visiter les studios d’Hollywood et s’entretiendra avec le gouverneur de la Californie sur de potentiels échanges commerciaux entre des firmes californiennes de l’énergie renouvelable et leurs homologues chinoises.
Le secrétaire général s’envolera ensuite à travers le Midwest pour atterrir à Chicago. Là-bas l’attend l’ancien président démocrate, Barack Obama. Il sera reçu au domicile personnel de celui-ci pour un dîner amical et une discussion franche sur la situation sino-américaine. Le gros de voyage reste Washington. Xi Jinping rejoindra la ville et rencontrera le Président des Etats-Unis Donald Trump à la Maison Blanche. Après un discours commun, le Président Xi présentera les propositions chinoises sur les sujets sensibles (Commerce, Corée, Japon) à l’administration américaine. Celles-ci sont les suivantes :


Commerce et Economie
La Chine tient à exprimer son plus grand intérêt à l’inquiétude américaine de ne voir dans les propositions chinoises qu’une supercherie. Pékin tient à rassurer Donald Trump, et assure que celui-ci tient un bon deal dans ses mains. Le Président Xi rappelle que seuls les citoyens américains sont aujourd’hui légalement capables d’être propriétaires de leur commerce en Chine, et que les Etats-Unis devraient se focaliser sur ce partenariat commercial privilégié entre les peuples chinois et américains, et non sur quelques lenteurs administratives.
Qui plus est, Pékin s’engage devant Washington à dévaluer légèrement sa monnaie afin de se plier aux exigences de liberté monétaire américaines, si un esprit de cordialité est maintenu.

Corée
Pékin tient à féliciter Washington pour ce succès diplomatique qui permettra de garantir la stabilité de la péninsule coréenne. En effet, cet accord de dénucléarisation est historique. Le gouvernement central de la République Populaire de Chine autorise donc le traitement des déchets nucléaires liés au démantèlement nord-coréen en Amérique, sous surveillance d’experts chinois afin de s’assurer du bon fonctionnement bilatéral de l’accord.
Le Président Xi Jinping tiendra à personnellement remercier Donald Trump : sans sa personnalité, il n’aurait pas été possible d’arriver à un accord aussi rapide.

Japon
La situation japonaise inquiète au plus haut point à Pékin. En effet, la récente autorisation de modification constitutionnelle votée par le peuple japonais fait craindre aux chinois le retour d’un impérialisme japonais, le même impérialisme qui a coûté à la vie à des centaines de milliers d’américains entre 1941 et 1945.
Pékin demande donc aux Etats-Unis de tenter de maintenir autant que faire se peut le Japon dans l’état actuel de statu quo militaire, et propose d’interdire la vente du matériel militaire suivant au Japon : porte-avions, porte-hélicoptères, bombardiers stratégiques, sous-marins nucléaires. Pékin s’engage à ne pas vendre ce matériel au Japon, et espère que Washington en fera de même, afin de conserver un équilibre serein et pacifique dans la région Asie-Pacifique.

[TOP SECRET] Taïwan
Les récentes elections à Taïwan ont ramené le DPP au pouvoir, et le risque d’une violation des accords de paix reconnaissant la Chine comme unie qui liaient le gouvernement taïwanais sous le KMT avec la Chine. L’augmentation de la popularité de partis dits « indigénistes » ou « taïwanais » et non plus chinois, c’est-à-dire de partis se revendiquant d’une identité nationale taïwanaise et non plus comme légitimement chinoise, est un danger pour la stabilité en Asie.
Pékin demande à Washington de retirer son soutien diplomatique et militaire à Taïwan, afin de prévenir une accélération de cette mouvance politique, qui conduirait sans aucun doute à une erreur taïwanaise et à une réaction immédiate de la Chine. En échange de cela, Pékin se tient disposé à écouter plus avant les revendications américaines concernant l’équilibre économique entre nos deux pays.

Communiqué à la France :

Wang Yi, Ministre des Affaires Etrangères de la République Populaire de Chine, est bien arrivé à Paris où il s’entretiendra avec le gouvernement français pour tisser un accord de coopération entre Paris et Pékin.



Coupant court aux fanfares et aux cérémonies pompeuses, Emmanuel Macron n’étant pas autant addict aux compliments que son homologue américain, le Ministre chinois propose à la France les accords de coopération suivants :
Accord de coopération franco-chinois scientifique :
La Chine propose, après l’ouverture du premier centre sino-français d’études sur le nucléaire civil en 2018, l’ouverture de deux autres de ces centres à Shenzhen et à Shanghaï. Si la France le souhaite, une branche de l’organisation pourrait être ouverte à Paris afin de posséder pignon sur rue en Europe.
De la même manière, la Chine propose l’ouverture d’un centre de coopération spatiale à Toulouse, à proximité des laboratoires de recherche déjà existants. Nous sommes certains que l’offre pourrait intéresser Paris, qui peut voir que la Chine est désormais un joueur de grande envergure sur la scène spatiale internationale.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5933
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Lun 6 Aoû 2018 - 19:20

Azerbaïdjan
Brève
Conséquence

A Bakou, le « Serment de Yarablur » prononcé par le chef du gouvernement arménien passe très mal. Le président de la République azérie, Ilham Aliyev, a ainsi déclaré que « l'Arménie cherche à relancer un conflit dont elle est l'unique responsable pour tenter de voler davantage de terres au peuple azéri, établi ici depuis des millénaires, sous prétexte que quelques centaines de colons arméniens se sont implantés sur les hauteurs du Karabagh. » Par ailleurs, le chef d'Etat azéri a annoncé sa volonté de saisir la Cour de Justice Internationale pour obtenir confirmation de la légitime possession desdites terres par l'Azerbaïdjan ainsi que pour faire reconnaître les crimes d'agression sont s'est rendue coupable l'Arménie en finançant, soutenant et commandant les troupes sécessionnistes, ainsi qu'en attaquant à plusieurs reprises les forces azéries déployées à la frontière pour défendre le territoire national contre toute attaque arménienne, selon là encore le président.

Dans le Haut-Karabagh, ces déclarations houleuses de part et d'autre ont provoqué plusieurs brefs affrontements militaires entre les deux armées, faisant au total une dizaine de morts dans chaque camp, tandis que plusieurs maisons ont été détruites par des frappes d'artillerie azéries. Nonobstant ces escarmouches habituelles, le peuple arménien du plateau semble interpréter le « Serment de Yarablur » comme un véritable appel à l'unification officielle et définitive de la République d’Artsakh - en réalité un Etat fantoche arménien dont le territoire est souvent considéré comme directement administré par Erevan - et la République d'Arménie, plusieurs manifestations pacifiques ayant eu lieu en ce sens, et les gouvernants locaux n'y voyant rien à redire tant que la république subsistera avec ses actuelles frontières comme une entité administrative traditionnelle arménienne. Bakou a, à ce sujet, déclaré que ce serait une déclaration de guerre totale si cette unification venait à avoir lieu, et que l'armée azérie y répondrait comme il se doit.

République française
Brève
Evènement

Annoncée à chaque début d'année, mais finalement à chaque fois pas à la hauteur, la crue du siècle vient enfin de se produire dans Paris et sa région, au grand dam des autorités françaises, qui redoutaient ce moment depuis plusieurs années. En effet, les fortes pluies ont fait gonfler les principaux cours d'eau passant par l’Île de France, à commencer par la Seine, et le niveau de l'eau a augmenté jusqu'à dépasser les 8 mètres 50, inondant une majeure partie des berges et des rues alentours du fleuve, causant par la même occasion d’innombrables dégâts et des perturbations colossales sur le trafic des TER et Intercités, plusieurs lignes étant totalement fermées car pour partie noyées, tandis que des tronçons routiers sont eux aussi totalement hors service. Pis encore, plusieurs hôpitaux sont privés d’électricité, comme ceux de Créteil et de Villeneuve-Saint-Georges, tandis que le centre d’incinération d’Issy-les-Moulineaux est hors d’usage, les collectes de déchets ménagers devant être détournées.

Face à cette crue centennale, le président de la République aurait proclamé « Avec moi, le déluge ! » devant quelques conseillers selon Le Canard Enchaîné, les pieds dans l'eau, à proximité du Louvre, palais touché par les inondations même si aucune oeuvre n'a été touchée, les autorités françaises menant des exercices chaque année pour préparer policiers, pompiers, fonctionnaires et civils à cet événement. Plusieurs morts sont à recenser, principalement des habitants surpris par la montée des eaux en région parisienne, mais également des sans-abris ainsi qu'un débile se filmant sur périscope sur une bouée gonflable qui s'est noyé. Au total, ce sont près de vingt milliards d'euros qui vont devoir être déboursés pour la réparation des dégâts par l'Etat et par les assurances privées, environ une moitié chacun - la crue ayant été classée comme catastrophe naturelle.

Malgré une relativement bonne gestion des événements, plusieurs voix s'élèvent contre une impréparation de la crue, notamment depuis les bancs de l'opposition, qui tente de récupérer la catastrophe. En attendant, le gouvernement doit rapidement réagir pour éviter que de nouveaux dégâts soient provoqués par la fragilisation de certains édifices à cause de la crue, mais également pour gérer l'épineux problème des rats, qui ne cessent de pulluler dans la plus belle ville du monde, et qui pourraient apporter quelques problèmes sanitaires en plus de ceux déjà posés par cette grande crue.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Lun 6 Aoû 2018 - 19:53


République française





Affaires intérieures


................La crue du siècle, autant attendue que crainte, a finalement eu lieu en ce mois de février 2021, au plus grand dam du gouvernement français qui se serait bien passé d’un tel évènement en pleine course électorale pour les régionales – dont le scrutin a été fixé en décembre 2021 – et pour les présidentielles de l’année suivante. Si au début de la crue, cela ressemblait à l’habituelle montée des eaux annuelle, le dépassement de la barre des 7 mètres a rapidement inquiété les autorités compétentes qui ont immédiatement mises en œuvre les différents plans prévus à cet effet, cela en temps et en heure, notamment le Plan Neptune du ministère des Armées, prévoyant le déploiement de dix milles militaires dans la capitale et ses alentours pour assister les milliers de pompiers et sauveteurs déployés pour faciliter l’évacuation des autochtones menacés et/ou touchés par les inondations, mais également leur ravitaillement en eau potable et nourriture pour les zones non-inondées mais dont l’accès est rendu plus que difficile par la crue, par exemple dans le Val-de-Marne où Ivry-sur-Seine a été recouverte à 55% par les eaux, ou encore à Alfortville, intégralement inondée – et surnommée Alflotteville par les habitants. Au total, plusieurs centaines de milliers de personnes ont dû être évacuées, parfois pour quelques heures mais bien souvent pour quelques jours, et relogées dans des centres d’hébergement de fortune, des gymnases, des casernes, etc.

................Depuis le château de Vincennes, où la présidence et le gouvernement ont été transférés conformément au plan en cas de grande crue, le chef de l’Etat s’est exprimé devant ses concitoyens pour exprimer ses vœux de rétablissement aux blessés, rassurer les inquiets, présenter ses condoléances aux familles des décédés, et tutti quanti. Il a annoncé que la décrue devrait durer moins d’un mois, affirmant que tous les efforts sont faits pour l’accélérer le plus possible, et que l’Etat prendra en charge sa partie des dégâts, laissant aux assurances privées le soin de prendre la sienne le plus vite possible. Ainsi, le Parlement, temporairement délocalisé à Versailles pour sa part, a voté une loi de finances rectificative pour créer un budget annexe de 7 milliards d’euros exclusivement dédié à la réparation des dégâts – la région et les communes prenant 3 milliards à charge –, qui commence dès à présent à Paris et dans les villes alentours. De même, il a annoncé la construction de trois nouveaux réservoirs en amont de la Seine pour permettre de stocker un maximum d’eau, ainsi que l’agrandissement de ceux déjà existants, cela afin de réduire considérablement l’impact des prochaines crues et surtout éviter une nouvelle grande crue de ce genre dans les décennies à venir. Le président et les ministres se rendront auprès des déplacés, tandis que les centrales font tout leur possible pour assurer l’approvisionnement en électricité.


Affaires intérieures


................Le ministre de l’Europe et des affaires étrangères a, durant son entretien avec son homologue niakoué, accepté les différentes propositions qu’il a qualifié de « particulièrement enthousiasmantes pour la coopération technologique entre la République populaire de Chine et la République française. » Ainsi, il a consenti à l’agrandissement du centre sino-français d’études sur le nucléaire civil en Chine, mais également la construction d’un centre en France, et proposé au représentant chinois la participation d’Areva dans la construction de nouvelles centrales nucléaires dans l’Empire du Milieu, qui, au regard de sa récente annonce à cet égard, semble vouloir de doter d’un parc nucléaire conséquent, Jean-Yves Le Drian affirmant que « le savoir-faire français est dans ce domaine incontestable et pourrait aider la Chine à atteindre ses objectifs, notamment avec la construction de centrales EPR mais également plus classiques. » Concernant le domaine spatial, l’ancien connétable de France et duc de Bretagne a également remercié la Chine pour son don de matière lunaire et proposé à Beijing de participer financièrement, voire technologiquement, aux différents programmes français dans le cadre de l’ESA sur la décennie actuelle, à l’instar de la station spatiale européenne en orbite autour de la Terre cela afin de « renouer avec la tradition commune aux chinois et aux européens qu’est l’exploration du monde les entourant. »



avatar
Sirda
Président
Président

Messages : 1555
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Jhe le Lun 6 Aoû 2018 - 22:51




Affaires étrangères :

Visite du président Xi Jinping aux Etats Unis :

C’est sans accroc que s’est déroulée la grande visite d’État du président-secrétaire général chinois Xi Jinping aux Etats Unis. Le point d’orgue de cette visite a bien entendu été l’accueil en fanfare à la Maison Blanche du numéro un chinois. Dans la plus pure tradition trumpienne, le président américain n’a pas tari d’éloges vis à vis de Mr Xi (après l’avoir souvent violemment attaqué sur twitter mais passons), nonobstant les critiques des militants des droits de l’homme aux Etats Unis. Cette grande visite a en tout cas relancée un processus de négociations sur de multiples points entre Américains et Chinois.


Commerce et économie :

Le président Trump a été sensible aux arguments chinois mettant en avant que les Etats Unis étaient actuellement le seul pays dont les ressortissants peuvent détenir une entreprise en RPC. Le chef de la Maison Blanche a toutefois fait savoir au président chinois qu’il « espérait » que plus de passeports commerciaux seraient accordé dans les années à venir. Aucune nouvelle sanction ou mesures de rétorsion commerciale ne sont en tout cas prévues contre la Chine et le deal de 2018 reste en vigueur. Les propositions chinoises en matière monétaire ont ravi the Donald. Celui ci propose le maintien d’un dialogue commercial afin de favoriser un partenariat commercial ‘juste et équitable » entre les deux pays. Toujours obsédé par les déficits commerciaux Trump a également assuré à la Chine qu’il ne demanderait pas de relèvement des importations chinoises depuis les Etats Unis, il propose toutefois que la RPC s’approvisionne prioritairement sur le marché américain pour certains produits qu’elle devrait importer à l’avenir (soja, gaz naturel etc) en quantité supplémentaire.

Corée :

Les Etats Unis se félicitent de la position chinoise et de ce processus de dénucléarisation dont le succès est chaque jour un peu plus apparent.

Japon :

Le président Trump a réaffirmé à Mr Xi que l’alliance entre les Etats Unis et le Japon resterait inébranlable sous son mandat et qu’il ne mettrait pas de bâton dans les roues à l’application de la réforme constitutionnelle. En matière d’armement les Etats Unis assurent toutefois qu’ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter un trop fort développement des forces militaires japonaise, qui pourront désormais être offensive. La Maison Blanche ne signera aucun document imposant un embargo sur la vente de certaines armes au Japon mais assure à la RPC qu’elle ne « permettra pas » au Japon de devenir une puissance nucléaire militaire, comprenant bien qu’un tel état de fait serait une ligne rouge pour Pékin.

Secret / Taïwan :

Là aussi, l’Administration américaine refuse de lâcher Taïwan, malgré les alléchantes promesses chinoises en terme d’avancée commerciale. Il en va en effet de la crédibilité des USA en tant qu’alliés. En revanche le président Trump assure que son gouvernement « contiendra » Taïwan et qu’il mettra tout en œuvre pour que l’île ne mette pas en danger l’équilibre régional.

Preuve de sa bonne disposition envers le président chinois, Donald Trump a informé ce dernier des grandes lignes de l’opération Wooden Leg décidée récemment.



avatar
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 946
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Lun 6 Aoû 2018 - 23:18

Royaume d’Arabie Saoudite
Brève
Evènement

Dans la nuit du 20 au 21 février 2021 une agitation inhabituelle s’est emparée de la capitale saoudienne, Riyad, notamment autour du palais royal. Ce n’est que dans la matinée que la télévision d’État saoudienne a annoncée au peuple et au monde, avec un ton de circonstances, une nouvelle capitale : la mort du roi Salmane, roi d’Arabie Saoudite et gardien des deux Saintes Mosquées depuis 2014. La santé du monarque de 85 ans était des plus fragiles, entre autres du fait de la maladie d’Alzheimer, depuis déjà quelques années et le pouvoir réel était de fait exercé par son jeune fils et héritier « MBS ».

Mohammed Ben Salmane, 36 ans, est dont immédiatement devenu monarque saoudien. « Jeune et dynamique », ce dernier devient le plus jeune roi qu’ai jamais connu l’Arabie Saoudite (dirigée par des vieillards depuis des décennies). La montée sur le trône du jeune homme se déroule sans accroc, il a pris officiellement le contrôle des leviers du pouvoir sans mouvement de contestation dans la famille. Le jeune souverain va maintenant devoir assumer officiellement le pouvoir et assurer son pouvoir sur la famille royale au sein de laquelle il s’est fait beaucoup d’ennemis ces dernières années (même si beaucoup d’entre eux ont été neutralisés via des purges). Une nouvelle ère s’ouvre dans le pays des Lieux Saints de l’islam.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Mirage le Mar 7 Aoû 2018 - 0:27

Etat du Japon - Nippon-Koku




Affaires intérieures



Alors que les élections ont été fixées pour juillet 2021, la campagne se poursuit elle à un rythme fou avec de nouveaux rebondissement toutes les semaines. En effet, c’est désormais la débandade du côté du parti libéral démocrate qui vient d’être lâché par une figure majeur du parti, Yasuo Fukuda. L’ancien leader du parti célèbre pour son combat pour la reconnaissance par le Japon des crimes commis par son armée entre 1937 et 1945 , en particulier par la fin des visites annuelles des premiers ministres japonais à l’autel Yasukuni. Celui qui fut premier ministre entre 2007 et 2008 reste très populaire dans les milieux centristes et libéraux et cette nouvelle est un coup très dur pour le premier ministre Shinzo Abe et ses partisans. Fukuda a en effet, dans une tribune publié dans le Japon Time, et donc aussi bien destinée aux japonais qu’à l’étranger, fustigé la « désastreuse nouvelle direction » prise par son parti et par le premier ministre. « La voix du nationalisme guerrier a déjà coûté trop cher au Japon pour recommencer cette folie » poursuit le vieil éléphant du PLD, insistant tout particulièrement sur le durcissement du discours de la majorité, sur la « folie » que représentait selon lui le référendum de septembre 2020 et sur les nouvelles velléités guerrière de la « clique négationniste » au pouvoir. Dans une seconde partie, il appel de ses vœux chaque japonais à tout faire pour stopper la majorité, et particulièrement en allant voter, et en votant pour les partis pacifistes, PCJ ou parti démocrate constitutionnel en particulier. Bref, une figure majeur du PLD décide de se rallier à l’opposition de gauche, et un tel événement provoque un séisme au sein de l’électorat libéral-démocrate, l’aile centriste utilisant cet événement pour définitivement quitter le navire et rejoindre les démocrates. Les derniers sondages montrant en effet les démocrates à quasi-20% et le parti libéral-démocrate tomber en dessous des 35%. De l’autre côté il s’avère que les deux sujets préoccupants le plus les japonais sont dans l’ordre l’état de l’économie et la menace chinoise. Deux sujets qui collent parfaitement aux réthoriques des deux extrêmes, le PCJ et le parti force et honneur qui répondent à ces deux problèmes des solutions innovantes et jamais tentées et qui attirent ainsi une partie non négligeable de l’électorat japonais.
avatar
Mirage
Chevalier de la Légion d'Honneur
Chevalier de la Légion d'Honneur

Messages : 1065
Date d'inscription : 18/03/2013
Age : 19
Localisation : La Ville Lumière

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Mar 7 Aoû 2018 - 12:08

Royaume-Uni
Brève
Evènement

C'est la catastrophe en Irlande du Nord. Après le Brexit et l'absence de capacité d'arriver  un accord sur la frontière entre l'Irlande du Nord britannique et la République d'Irlande, les tensions se sont aggravées depuis 2019. Deux ans plus tard, ce qui devait arriver arriva, un acte de violence terrible frappe Belfast.

La station de police de Musgrave, située sur Victoria Street, a été victime d'un attentat à la bombe qui a causé la mort de 2 policiers et endommagé sévèrement le commissariat mais aussi plusieurs habitations autour. Un incendie s'est déclaré suite à l'explosion, et 2 enfants ont été grièvement blessés mais leurs jours ne sont pas en danger.

Un militant de l'IRA

L'attentat a été revendiqué non pas par l'IRA, même si celle-ci n'a pas publiquement dénoncé la violence, ce qui a passablement énervé le public britannique autant qu'irlandais. C'est Óglaigh na hÉireann, un groupuscule relativement petit responsables d'attaques en 2009 qui a revendiqué l'attaque, et la piste policière confirme ceci.


avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Shikkoku le Mar 7 Aoû 2018 - 22:28



Affaires Intérieures


Affaires Navales :

La Chine annonce au monde l'entrée en service officielle des navires suivants :

Sous-marins nucléaires :
Type 095 : 2
Type 094 : 1

Porte-avion :
Type 002 : 1

Le navire phare et l’événement national est l'entrée en service de ce porte-avion, le deuxième construit par la Chine, et le troisième de sa flotte. C'est réellement le fer de lance de la flotte chinoise qui a été lancé devant un public immense à Shanghaï, depuis l'île de Changxi où sont regroupés les arsenaux militaires de l'Armée Populaire de Libération.

Son tonnage de 88 000 tonnes, comparé au tonnage de 55 000 tonnes du Type 001 en fait un véritable monstre. Capable de transporter 46 aéronefs et 8 hélicoptères, et équipé d'un système de catapultage électromagnétique performant, il sera la pièce maîtresse du déploiement chinois en haute-mer.

Type 002:

Il devrait poursuivre des tests préliminaires à une entrée en service complète dans la Flotte Orientale de l'Armée Populaire de Libération, c'est à dire la flotte de haute-mer et couvrant le périmètre de sécurité est de la République Populaire de Chine.

La République Populaire de Chine annonce également déployer une batterie de missiles DF-21D (missiles hypersoniques [Mach10] anti-navires) sur les îles Nansha (province de Hainan), en mer de Chine du Sud.

avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5933
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Mer 8 Aoû 2018 - 21:35

République islamique d'Iran
Brève
Evénement


Le printemps 2021 a été marqué en Iran par l'élection de l'Assemblée Consultative Islamique, l'équivalent d'une chambre des députés, ainsi que de l'Assemblée des Experts lors du mois de mars, moment crucial qui préfigure souvent l'élections présidentielle suivante. Durant plusieurs mois de campagnes, l'opposition conservatrice s'est acharnée sur le bilan du président sortant Hassan Rohani ainsi que sa coalition gouvernementale, le Pervasive Coalition of Reformists, soutenu par la formation centriste People's Voice. Les menaces ainsi que les sanctions imposées par les Etats-Unis jouèrent un rôle majeur dans ce scrutin puisqu'elles asphyxient l'économie iranienne en général, mais posent aussi la question de la politique étrangère menée par les réformistes, laquelle devait aboutir à la levée définitive des sanctions internationales, sans succès - sinon entre la signature de l'accord de 2015 et le retrait américain d'icelui par l'administration Trump en 2018.

Ainsi, l'opposition conservatrice a largement gagné des points dans les sondages au fil des mois et s'est imposée majoritairement dans le pays comme étant la solution face à la modération prônée par les centristes et les réformistes menés par par le vice-président Eshaq Jahangiri, défait par la Principlists Grand Coalition - principal union conservatrice classée de la droite à l'extrême-droite iranienne. Cette dernière parvint à envoyer 196 députés sur les 290 que compte la première assemblée ainsi que 57 experts sur les 85 de la seconde assemblée, contrôlant ainsi les principaux organes du pays. Le succès rencontré par les conservateurs se renouvela assez logiquement lors des élections présidentielles de mai 2021, remportée aisément par Hamid Baghaei, ancien bras droit de Mahmoud Ahmadinejad par ailleurs nommé aux affaires étrangères, avec 62% des suffrages, score plutôt honorable et suffisamment haut pour empêcher toute contestation de la légitimité de cet homme jusqu'alors habitué à l'ombre du pouvoir.

Le nouveau président a immédiatement repris la rhétorique guerrière de son prédécesseur en dénonçant vivement la politique israélienne en Syrie, et notamment la destruction de plusieurs facilités militaires persanes là-bas il y a quelques temps, qualifiant ces actes de déclaration de guerre, avant de nier la Shoah ainsi que l'existence de l'Etat hébreu. Point le plus intéressant de la déclaration du nouveau président, c'est la menace directement envoyée à Washington. En effet, Hamid Baghaei considère que le retrait américain de l'accord de 2015 et les nouvelles sanctions libèrent totalement l'Iran des promesses faites dans cet accord et l'autorise ainsi à reprendre le programme nucléaire militaire iranien, ce qui est secrètement fait puisque certains experts estiment que l'Iran pourrait obtenir la bombe d'ici quelques mois à peine vu les travaux jusqu'ici réalisés. De même, le nouveau président a également menacé Washington de bloquer Ormuz en cas d'ingérence américaine dans les affaires iraniennes. Rien de nouveau, donc.

Yémen
Brève
Evénement


La guerre au Yémen tend progressivement à se stabiliser. Nonobstant une large intervention des pays arabes menée et financée par l'Arabie Saoudite, les troupes loyalistes ne sont pas parvenus à vaincre les milices houthis très largement soutenus par l'Iran, et dans une moindre mesure par la Corée du Nord, qui ont ainsi conservé le contrôle de la capitale yéménite ainsi que de tout le territoire de l'ancien Yémen du Nord, qui, dans les faits, devient un véritable indépendant du Yémen, doté de sa propre administration, de ses propres lois, de sa propre monnaie, etc. Téhéran n'est pas étrangère à cette victoire car le déploiement de Gardiens de la Révolution ainsi que la livraison de matériel militaire, notamment des systèmes anti-aériens et de l'artillerie, a fragilisé l'offensive arabo-yéménite sur les positons rebelles qui tiennent bon depuis tout ce temps, et cela en dépit des moyens considérables mis en oeuvre par la coalition pour vaincre le mouvement rebelle chiite.

Cette même coalition arabe s'est d'ailleurs grandement fragilisé avec le départ de plusieurs pays, lassés par les moyens militaires déployés sans grand résultat satisfaisant à leur avis. Quasiment seule avec l'Egypte, l'Arabie Saoudite lâcha elle aussi prise en 2020 en retirant ses hommes déployés au sol, et en ne continuant que quelques bombardements sporadiques pour maintenir une présence au moins de façade, préférant concentrer son action militaire sur la préservation du territoire actuellement administré par les yéménites du sud, et notamment l'est du pays contrôlé dans les faits par Daesh et Al-Quaeda dans la Péninsule Arabique sur lequel se trouve une pipeline saoudienne. Dans le territoire houthi, des installations militaires iraniennes secrètes ont été réparties près de la capitale et dans les montagnes ainsi que près des côtes, dans lesquelles sont notamment entreposés des missiles balistiques de courte et moyenne portée, des missiles anti-navires et anti-aériens, ainsi que des armes en tout genre, permettant à Téhéran de menacer l'Arabie Saoudite ainsi que le détroit de Bab-el-Mandeb si besoin.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Jhe le Mer 8 Aoû 2018 - 21:57




Affaires intérieures :

Budget 2020-2021 :

C’est un budget de continuité qui financera l’État fédéral entre septembre 2020 et septembre 2021. La majorité des budgets 2020 ont été reconduits par la Congrès de façon assez mécanique, la classe politique étant mobilisée par l’élection présidentielle de novembre dernier.

Le budget de la Défense reçoit une nouvelle et dernière hausse de budget du premier mandat de Donald Trump : + 5 milliards de dollars (785 milliards de dollars)

Budget de la Sécurité Intérieure : +500 millions de dollars (25,5 milliards).

Budget de l’Immigration (sécurité aux frontières, gestion des clandestins) : +500 millions de dollars (30,5 milliards).

Les autres hausses (système scolaire, système social) sont quand à elles plus mécaniques et augmentent pour répondre aux besoins d’une population en croissance (2,789 milliards de dollars dépensés dans les régimes sociaux et les retraites, +1%)

Les Démocrates ont également pesés et permis une augmentation de budgets de l’Administration et de la diplomatie américaine : +2 milliards de dollars (220 milliards).

Ce budget comprend également : 1,6 milliards de dollars d’aide à l’Afghanistan (stable) ainsi qu’une enveloppe supplémentaire pour le Pakistan. Pour l’année 2020-2021 le pays va recevoir une aide augmentée exceptionnellement de 1 milliard de dollars (1 milliard 250 millions d’aide à Islamabad) au vu de son effort militaire engagé en Afghanistan.

Programmes d’investissements :

-20 milliards de dollars dans le programme d’investissement dans les infrastructures ;
-2 milliards de dollars pour la poursuite de la construction du Mur.

Déficit public : 925,6 milliards de dollars (en baisse de près de 60 milliards de dollars par rapport à 2019-2020, cette baisse est principalement du aux meilleures recettes fiscales générées par la croissance économique).

Congrès Américain :

En ce début de second mandat le président peut compter sur un Congrès toujours dominé par les Républicains (même si la majorité sénatoriale est très légère). La branche législative des autorités fédérales américaines sera à nouveau au cœur de l’actualité de ce nouveau mandat, le président compte en effet engager une politique de réductions des dépenses publiques (hors défense et sécurité) à laquelle la minorité démocrate compte bien faire obstruction.

Chambre des représentants : 230 républicains (majorité R+12)
Sénat : 51 républicains (majorité R+1).



Affaires étrangères :

Comme a son habitude le président Trump a réagi par tweet aux nouvelles venues d’Iran. Le magnat de l’immobilier a dénoncé les « ridicules rodomontades du nouveau président et de ses ministres » ajoutant que la « formidable puissance états-unienne ne craint pas le ridicule roquer ruiné iranien ». Cette salve de tweets menaçant c’est conclu par une attaque en règle contre le nouveau ministre des affaires étrangères iranien, c’est à dire l’ancien président Ahmaninejad, qualifié de « chien fou » par le président US.

Au contraire le président n’a pas manqué de tarir d’éloges envers le nouveau roi d’Arabie Saoudite, le jeune et dynamique MBS. L’arrivée au pouvoir du nouveau monarque Saoud va visiblement ouvrir un rapprochement encore plus net entre Washington et Riyad. Le conseiller spécial du président Jared Kushner a notamment fait une visite remarquée au Palais Royal.





avatar
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 946
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Mer 8 Aoû 2018 - 22:07

Russie

Sur demande de Oldarick

La Russie accepte la proposition du président Erdogan. Après des années de brouille, nuisible aux deux pays (notamment du point de vue économique avec l’annulation d’un projet de gazoduc) Poutine semble ouvert au lancement d’un processus de normalisation des relations avec la Turquie maintenant la grande guerre civile syrienne achevée. Erdo’ est donc attendu au Kremlin.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Jeu 9 Aoû 2018 - 12:24

République Populaire de Chine
Brève
Evénement


Lors d’une opération de la Police Armée du Peuple dans la campagne xinjiangaise (non loin de la frontière du Kirghizistan), menées suite à des informations obtenues par un mouchard, les policiers chinois ont neutralisés une cellule « terroristes » de militants d’un groupuscule Ouïghour décidé à lutter contre la présence chinoise. Une dizaine de militants ont été arrêtés par la PAP. D’importantes sommes en liquides et des armes légères ont été découvertes. Ces hommes avaient visiblement pour projet de s’attaquer à la présence chinoise. Dans leur rapport à Pékin, les autorités policières locales font savoir au gouvernement central qu’elles soupçonnent que ce groupe a bénéficié d’un soutien étranger vraisemblablement venu d’Asie Centrale. Les services turcs sont notamment visés mais les services secrets chinois pointent également la mystérieuse présence japonaise détectée récemment dans la région. Selon les informations récoltées ces agents japonais travaillent vraisemblablement dans le cadre de la coalition intervenant en Afghanistan pour récolter des informations sur les groupes Talibans et islamistes. Les services chinois pointent toutefois qu’une telle action paraît étrange venant des Japonais puisque nombre de services occidentaux ainsi que les Pakistanais sont déjà mobilisés sur place pour les mêmes missions. Toutes ces informations sont en tout cas transmises à Pékin, la possible présence d’autres groupuscules pouvant être liés à l’étranger est également mise en évidence.
Forces de la PAP intervenant dans le Xinjiang

avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Shikkoku le Jeu 9 Aoû 2018 - 13:22



Affaires Intérieures


Découverte d'agents japonais soutenant des groupes terroristes dans le Xinjiang :

Le gouvernement central chinois est horrifié par les nouvelles venues du commandement militaire du Théâtre Occidental de l'Armée Populaire de Libération : selon plusieurs suspects terroristes interrogés, des agents japonais se trouveraient sur le territoire chinois et agiteraient les mouvements terroristes du Xinjiang.

Les implications sont extrêmement graves. Trop graves pour être tenues privées. Immédiatement, dans une conférence de presse, le Ministère de la Sécurité Publique a rendu le rapport public.


Les premières mesures sont la fin immédiate et sans report prévu des négociations sino-japonaises concernant l'équilibre militaire en Asie-Pacifique. La délégation japonaise présente à Shanghaï, qui inclut plusieurs Ministres et membres de l'Etat-Major japonais dispose de 6h pour quitter le territoire chinois. C'est escorté par la Police Spéciale que la délégation japonaise est reconduite à l'aéroport de Shanghaï et est expulsée vers le Japon.

Dans une réunion du Politburo, le secrétaire général Xi Jinping a qualifié l'ingérence japonaise d'intolérable et de menace pour la stabilité nationale. Le mouvement terroriste sévissant actuellement au Xinjiang a coûté la vie à des milliers de citoyens chinois, et son financement probable par l'Etat japonais est un crime contre l'humanité.

A travers le pays, plusieurs manifestations anti-japonaises ont eu lieu, rappelant celles de 2012. On ne dénombre aucune victime, mais deux blessés parmi les manifestants à Pékin, et 3 échoppes de chaînes japonaises (Nikon et Sony) incendiées sous le regard complaisant de la Police Armée du Peuple à Shanghaï.


Le gouvernement central a promis au peuple chinois que toute la vérité sera faite sur le financement des groupes terroristes au Xinjiang d'ici peu.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5933
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Jhe le Jeu 9 Aoû 2018 - 13:57




Affaires étrangères :  



Crise sino-japonaise :

L’Administration américaine annonce son soutien total au Japon face aux accusations chinoises. Tout comme à l’ONU les responsables américains ont vertement réagi aux accusations chinoises concernant des opérations de déstabilisation qui seraient menées par des agents nippons au Xinjiang. Washington soupçonne ouvertement un prétexte trouvé par Xi Jinping pour justifier sa politique menaçante pour le Japon en mer de Chine. Aucune preuve tangible n’a été apportée par le gouvernement de Pékin, si ce n’est de soi disant témoignages, sans doute extorqués par la torture et autres modes d’intimidations dans une sinistre prison. Le refus chinois de présenter plus de preuves ou d’accepter une mission d’enquête indépendante traduit la faiblesse des accusations chinoises.

Le président Trump a dénoncé la fourberie de la Chine par tweet tout en exprimant son soutien total au Premier ministre Abe et son « formidable travail ». Dans une sortie remarquée Donald Trump a même dit, s’ingérant par là dans les élections nippones à venir, que s’il était japonais il voterait sans hésitation pour Shinzo Abe. Les accusations menaçantes de Pékin renforce en tout cas la volonté de Washington de soutenir son allié japonais, notamment en participant à la refondation militaire à venir du pays (indispensable au vu de la dangerosité de certains voisins). Si Pékin poursuit son agressivité ravivée de ces derniers jours les USA n’hésiteront pas à prendre les sanctions appropriés, notamment en expulsant des diplomates chinois sur le mode des expulsions d’agents russes effectuées après l’affaire Skripal.

Dans un communiqué la communauté du renseignement américaine a également déclaré qu’une présence japonaise en Asie Centrale n’a rien d’étonnante puisque le pays est impliqué dans les opérations de renseignement contre les Talibans et autres groupes islamistes, en collaboration avec les services locaux et internationaux (notamment la CIA). Des documents vont être déclassifiés afin de prouver ces dires et la participation japonaise aux côtés des services américains dans la région (portant sur des opérations maintenant anciennes pour des raisons de sécurité).

Sur le web américain, notamment dans les réseaux de l’alt right et de médias comme Breitbart Newe de Steve Bannon, la politique de fermeté de l’Administration dans cette nouvelle affaire est saluée. Plus que Shinzo Abe, ce sont bel et bien les « nationalistes » du parti japonais Force et Honneur qui sont à l’honneur sur ces réseaux (agissant notamment sur twitter). « Un Japon regénéré et capable de se défendre sera indispensable aux Etats Unis pour contenir la menace chinoise » a notamment déclaré Steve Bannon lors d’une interview sur un des médias de cette nébuleuse.

L'homme qui fait trembler la Chine



avatar
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 946
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Mirage le Jeu 9 Aoû 2018 - 16:08

Etat du Japon - Nippon-Koku



Alors que la propagande chinoise semble avoir monté en épingle une banale opération anti-terroriste en un formidable coup de filet ayant permit de dévoiler un pseudo complot japonais visant à détruire la Chine, la réponse de Pékin ne s'est pas faite attendre avec la prise de diverses décisions, en particulier la fin des négociations de Shanghai, l'expulsion manu militari d'hauts officiels japonais et, plus généralement une rupture dans les relations diplomatiques sino-japonaises.
Comme précisé par la délégation japonaise à l'assemblée générale de l'ONU, le Japon ne tombera pas dans la haine, encore moins dans la surenchère. Le Japon apportera à l'offensive diplomatique chinoise une réponse adaptée visant à démontrer la détermination japonaise à ne pas laisser impunies les provocations chinoises. Une demi-douzaine de personnels diplomatiques chinois liés à l'ambassade à Tokyo seront expulsés du territoire national dans un geste symbolique. Par ailleurs l'institut Confucius de l'université de Sapporo sera fermé à partir de l'automne 2021.
Dans un autre registre, longtemps interrogé par les journalistes présents en marge d'un déplacement à Osaka dans le cadre de la campagne électorale actuelle afin de rencontrer des ouvriers locaux, le premier ministre Shinzo Abe a dû s'exprimer sur l'affaire.
Après avoir condamné l'entreprise de déstabilisation chinoise qui arrive, quel hasard, au coeur d'une campagne électorale décisive, il a rappelé que les preuves avancées par les services chinois restaient très minces et que Pékin avait refusé une enquête internationale pourtant proposée par le Japon. Remerciant le gouvernement américain pour son précieux soutient, le premier ministre japonais a précisé que les services secrets sont bien présent dans la zone de l'Asie centrale afin de travailler sur les groupes terroristes locaux pullulant dans la zone, ceux-ci représentant en effet une menace importante pour les intérêts japonais à travers le monde. Malgré tout le chef du gouvernement japonais s'est voulu rassurant en annonçant la mise en place d'une commission interministérielle afin de tirer au clair les causes du fiasco diplomatique actuel. Une des principales mesures qui pourrait être prise serait l'envoi de notes à l'ensemble des gouvernements de la région afin de les prévenir de la présence des services japonais dans la zone. Les conclusions de cette commission devraient être rendues d'ici 2 mois. Malgré tout Shinzo Abe a insisté sur la haine du gouvernement chinois envers le peuple japonais qui semble être le seul moteur rationnel qui aurait poussé Pékin à monter une telle affaire alors que les relations sino-japonaises semblaient se réchauffer ces dernières années.

Au cours d'un meeting endiablé à Tokyo face à la jeunesse de la classe moyenne de la capitale, le leader du parti Force et Honneur, Makoto Sakuraï condamna lourdement les manigances chinoises, insistant sur le fait qu'il serait allé plus loin que le premier ministre dans sa réaction à l'offensive diplomatique chinoise, mais précisant rapidement que "comme tout patriote, je suis derrière mon premier ministre dans cette crise!". Une position rapidement suivie par le reste de l'opposition qui fait bloc derrière Shinzo Abe comme l'ont précisé les leaders du parti démocrate constitutionnel et du parti communiste lors de leurs déplacements respectifs à Kyoto et Hiroshima. Cette union sacrée est évidemment très suivie par l'ensemble de l'opinion publique japonaise qui semble faire bloc derrière son gouvernement. Face aux manifestations anti-japonaises en Chine, des rassemblements équivalents ont eu lieu à Tokyo, les manifestants en profitant pour  faire savoir leur solidarité envers le Vietnam, récemment agressé par la Chine.
 
Spoiler:


Cette montée des tensions exacerbée par le fait qu'elle arrive en pleine période électorale fait craindre le pire à certains observateurs, en particulier en terme de radicalisation de certaines franges minoritaires mais très actives politiquement de la population japonaise. La priorité du gouvernement reste d'ailleurs d'éviter toute radicalisation et de retrouver au plus vite les sujets de campagne plus classiques. La police a par ailleurs entamée une surveillance accrue des milieux de l'extrême droite radicale japonaise afin d'éviter tout débordement qui pourrait en particulier frapper les nombreux expatriés et immigrés chinois actuellement au Japon, ce qui viendrait empirer la situation.

Du côté de la communauté des services de renseignements japonais, se sachant fautifs, on s'échine secrètement à produire avec les agences américaines des rapports crédibles à fournir aux pakistanais concernant l'activité islamiste en Asie centrale. Mais on tente aussi de faire le bilan de ce qui est déjà considéré comme un fiasco afin d'en retirer des leçons et d'éviter que cela arrive à nouveau à l'avenir. La fuite de certaines informations visant à renforcer la position du gouvernement est d'ailleurs organisé, en particulier des bribes de rapports prouvant l'infiltration de certains milieux islamistes sans plus de détails.
avatar
Mirage
Chevalier de la Légion d'Honneur
Chevalier de la Légion d'Honneur

Messages : 1065
Date d'inscription : 18/03/2013
Age : 19
Localisation : La Ville Lumière

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Jeu 9 Aoû 2018 - 19:30

République islamique du Pakistan
Brève
Evénement

La fin du printemps est assez sanglante au Pakistan. En effet, plusieurs attentats revendiqués par l'Etat islamique et / ou les Talibans ont été perpétrés sur le territoire pakistanais, notamment dans les régions tribales du nord-ouest où des bombes ont explosé à Landi Kotal, Parachinar ou encore Razmak, faisant plusieurs dizaines de morts et de blessés, tandis que l'armée a subi plusieurs attaques des différents groupes islamistes combattants dans la région, lesquels menacent clairement de conduire une offensive vers la capitale pakistanaise si le retrait des troupes d'Afghanistan n'est pas immédiatement ordonné ainsi que la libération des combattants islamistes actuellement prisonniers du Pakistan. Le sud n'est pas non plus épargné par cette vague d'attentats à la bombe mais aussi au couteau ou à la voiture-bélier avec des attaques recensées à Chagai, Killa Abdullah, Quetta ou encore Zhob, le bilan officiel étant de 137 civils morts et 203 blessés, pour environ 16 islamistes tués par les forces de l'ordre qui recensent au moins 18 pertes dans leurs rangs.

Outre ces attaques terroristes à répétition sur le territoire national pakistanais, la population commence également à désapprouver l'intervention militaire du Pakistan chez son voisin afghan, estimant que le gouvernement aurait davantage intérêt à d'abord sécuriser son propre territoire, grandement dangereux - comme l'attestent les différents attentats - ainsi que ses frontières avant de chercher à intervenir chez son voisin pour définitivement anéantir la menace qui en provient. Ainsi, plusieurs manifestations dans les principales villes du pays ont rassemblé au total une centaine de milliers de citoyens pakistanais venus demander le retrait des troupes nationales d'Afghanistan pour allouer ces forces à la propre sécurisation du territoire. Parallèlement, les milieux moins modérés critiquent vivement cette intervention en dénonçant un gouvernement central à la botte de Washington et tuant des frères musulmans tout en estimant que du temps du régime taliban à Kaboul, le Pakistan se portait mieux que depuis sa chute.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Skorm123 le Jeu 9 Aoû 2018 - 22:52







اسلامی جمہوریۂ پاکستان


République Islamique du Pakistan
 



Réforme de l’éducation



Le gouvernement de Shehbaz Sharif vacille. Le conflit en Afghanistan s’éternise mais la population ne soutient déjà plus l’action du Pakistan dans ce pays en guerre perpétuelle. Afin de calmer la population plutôt hostile, de nombreux soutiens au gouvernement et surtout à ses actions investissent les plateaux des différents médias pour affirmer les avantages qu’a le Pakistan à intervenir sans ambiguïté en Afghanistan : la fin des attentats, le décollage économique, la stabilité internationale, la fin des vagues de réfugiés qui viennent en particulier au Pakistan  … nombreux sont les arguments valables. Cependant, le gouvernement sait que cette propagande pro-Intervention ne sera pas suffisante pour retourner l’opinion publique, surtout que la coalition au pouvoir entre le PML-N et les indépendants peut disparaitre à tout moment désormais. Toutefois, personne ne semble encore avoir décidé de faire scission avec le gouvernement mais le premier ministre s’attend à voir la coalition se détruire d’ici quelques mois.

Le premier ministre Shehbaz Sharif et son gouvernement veulent contre-attaquer et pour cela ils veulent noyer le poisson avec du gros : une loi sur l’éducation. L’Etat Pakistanais veut miser sur son avenir, et l’éducation a toujours du positif, un investissement sur et sécurisé, mais assez couteux. Et le gouvernement veut se donner les moyens d’investir dans ce domaine. L’Etat ferra un grand emprunt national à hauteur de 50 milliards d’euros pour moderniser, construire, et permettre à tous,  garçons ou filles, de pouvoir aller à l’école. Le budget sera aussi doublé, avec une population qui a augmenté de 30 millions d’habitants depuis 4 ans, il faut que le Pakistan soit capable d’avoir des capacités de financement suffisant pour permettre à tous d’avoir accès à l’éducation. L’éducation représente moins de 2,5% du PIB pakistanais, il devra représenter 5% d’ici à l’année prochaine, soit une augmentation de 10 milliards de dollars annuels (il en représente que 7,57 milliards aujourd’hui). Chose qui sera sans aucun doute impopulaire cependant, le gouvernement veut rendre l’école obligatoire pour tous de 5 ans jusqu’à l’âge de 16 ans dès 2025, puis d’augmenter cet âge à 18 ans pour 2030. Enfin, dernier volet de la loi, les programmes seront modifiables par les Provinces, sous accord avec l’Etat fédéral. Les langues régionales pourront ainsi être officiellement mise en place selon les Provinces. L’éducation sera mis sous budget fédéral, les Provinces pourront, à leurs guises, investir plus mais pas moins qu’un certain seuil (10% du budget). Le gouvernement espère ainsi être aidé par les Provinces qui peuvent désormais lever l’impôt et former leurs budgets. Cette loi fut voté dans le mois, rapidement, et devrait prendre effet dès 2022.




avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1310
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Shikkoku le Ven 10 Aoû 2018 - 19:22


Affaires Intérieures :


[TOP SECRET] Mise à jour du "Combat Readiness System" :

La Chine dispose depuis maintenant 2 ans d'un système complexe de préparation à un conflit militaire ou un trouble insurrectionnel muti-armées et affectant également les infrastructures civiles et les forces du Ministère de la Sécurité. Le "Combat Readiness System" ou CRS va d'une échelle de 1 (plus bas) à 5 (plus haut). Dans un rapport devant le Standing Committee du Politburo, le Ministère de la Sécurité Publique a communiqué les informations suivantes au Secrétaire Général.

Carte:

La province du Xinjiang notamment, est passée en CRS-4, ce qui implique les mesures suivantes (dispositif visible sur ma fiche http://www.chacunsonpays.com/t8206-republique-populaire-de-chine#113477 ) :

Mesures du CRS-4:

Réédition du livre : "La Pensée de Xi Jinping : Un socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère" et du livre à destination de l'international : "La Pensée Socialiste Chinoise Contemporaine" : .

En République Populaire de Chine, le livre "La Pensée de Xi Jinping : Un socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère" est apparu pour la première fois dans le Quotidien du Peuple lors du 19ème Congrès du Parti Communiste Chinois en 2017.

Le livre contient de nombreux discours du Secrétaire Général Xi Jinping, l'homme fort et toujours plus fort du pouvoir chinois depuis son accession au pouvoir en 2012. Sont notamment abordés les points centraux de la doctrine Xi Jinping :

- 1. S'assurer de l'omniscience et de l'omniprésence du Parti Communiste Chinois dans les affaires nationales.
- 2. Adopter une ligne politique centrée sur le peuple.
- 3. La continuation des réformes anti-corruption et systémiques.
- 4. La promotion d'idées scientifiques pour un développement populaire, vert, et partagé.
- 5. Place le peuple comme maître du pays.
- 6. Insister sur l'importance de l'état de droit.
- 7. Insister sur la pratique du socialisme marxiste-léniniste-maoïste avec une adaptation aux challenges du 21ème siècle.
- 8. L'amélioration du niveau de vie du peuple est le point central de la doctrine du Parti.
- 9. Coexister avec la Terre comme entité, et respecter la biosphère nationale mais aussi planétaire.
- 10. Renforcer la sécurité nationale et la sécurité populaire.
- 11. Insister sur la nécessité du contrôle absolu du Parti sur l'Armée Populaire de Libération.
- 12. Promouvoir la doctrine du "Un pays, deux systèmes" vis-à-vis des SAR de Hong-Kong et de Macao, et promouvoir l'unification de la Chine.
- 13. Insister sur la destinée commune du peuple chinois et des peuples du monde, et promouvoir le multilatéralisme.
- 14. Établir une discipline de fer dans le Parti.

La réédition du film s'est faite à travers une campagne publique où plusieurs personnalités connues du monde médiatique et de la culture chinoises ont été conviées à une assemblée à Suzhou, où le Secrétaire Général Xi s'est adressé à eux comme "le fer de lance" du renouveau culturel chinois, et la fierté du peuple entier dans la considération de leur mission de propagation des valeurs et idéaux chinois à travers le monde. De nombreux artistes chinois ont été conviés, notamment Jacky Chan (qui siège souvent au Congrès Populaire) qui a fait une apparence très médiatisée.


Le livre du Secrétaire Général destiné au public étranger, intitulé "La Pensée Socialiste Chinoise Contemporaine" sera quant à lui édité en anglais, français, espagnol, portugais russe, coréen, malais, hindi, urdu, persan et évidemment arabe.

Le livre, d'environ 120 pages, est destiné aux élites de l'étranger et met en avant les succès de la politique politico-économique chinoise notamment sur le plan du développement de l'augmentation du niveau de vie. Il est agrémenté de nombreux discours de leaders chinois comme Mao Zedong, Deng Xiaoping, Hu Jintao et bien évidemment Xi Jinping.

Le Parti espère ainsi toucher des leaders de pays en voie de développement, mais aussi l'opposition dans certains pays développés, notamment dans des partis de frange. 1.7 milliard de dollars sont destinés à ce projet de propagande massive internationale, dont 1 milliard est destiné à l'Afrique, et le reste partagé équitablement entre le monde arabe, l'occident et l'Asie.

Loi sur le salaire minimum mensuel :

Mesure attendue depuis longtemps par le peuple chinois, le gouvernement central vient de promulguer une grille de salaires mensuels minimums par province. Auparavant, chaque province fixait elle-même son salaire minimum et disposait d'une séparation en "districts salariaux" où elle pouvait encore faire varier les salaires au sein même de la province. C'est désormais Pékin qui fixera les salaires pour la totalité du territoire national excepté les SAR de Macao et Hong-Kong et Taïwan.

Carte :

Ces salaires sont calculés par rapport aux coûts de la vie et au développement économique des provinces, et tout employeur qui y manquera sera passible d'une amende et d'une potentielle peine de prison. Si les salaires ne sont pas forcément plus élevés que ce qui existait auparavant dans les provinces, la nouvelle d'une directive centrale concernant les revenus personnels rassure beaucoup les chinois. Le gouvernement central, souvent lointain et invisible en comparaison avec les gouvernements locaux, dispose néanmoins d'une force de frappe légale inégalée en Chine, et cette même distance l'exempte de corruption sur les affaires locales.

Un ouvrier dans une mine de charbon, Shanxi, 2021

Cette réforme n'a pas été très épineuse à mettre en place, car elle ne fait que transférer une capacité provinciale vers le centre, mais la prochaine étape des réformes sociales concernent le Hukou, ce système de passeport interne maintes fois modifié, qui aujourd'hui sert surtout à décourager les populations de migrer à travers des bénéfices sociaux dans leurs lieux de naissance. Le Ministère de l'Economie et le Ministère de la Sécurité Publique promettent une réforme du Hukou, centrée sur le Hukou des travailleurs migrants, d'ici la fin de l'année.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5933
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 9 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum