¤ V2018 ¤ Topic officiel

Page 10 sur 15 Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 15  Suivant

Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Jhe le Ven 10 Aoû 2018 - 22:01




Affaires intérieures :  



Plan d’investissement Trump dans les infrastructures :

En cette année 2021, le grand plan Trump d’investissement dans les infrastructures va entrer dans sa troisième année. Lancé réellement en 2019, celui ci va maintenant entrer en vitesse de croisière. Depuis 2019 ce sont en effet 20 milliards de dollars annuels qui sont injectés par l’État fédéral, le plan approuvé durera au moins 10 ans et verra donc au moins 200 milliards investis.

L’objectif de ce grand plan est double : rénover les infrastructures américaines et entretenir la croissance économique et soutenir l’emploi (même si officiellement le plein emploi est de mise aux Etats Unis). Ces milliards de dollars sont dirigés vers des projets de rénovation des infrastructures (route, autoroutes, ponts, voies ferrées, aéroport etc). Malgré que le pays soit la première puissance économique mondiale celle ci sont en effet souvent vétustes datent souvent des années 1950/1970 (temps des Trente Glorieuses) et l’effort de modernisation et d’entretien a souvent été insuffisant pour empêcher nombre d’installation d’être tombé aujourd’hui dans un état de quasi décrépitude dans certains cas. Cet état de fait pèse sur l’économie nationale puisque des infrastructures de qualité sont aujourd’hui un facteur essentiel de la compétitivité économique et du développement. On estime aujourd’hui, par exemple, que les embouteillages coûtent chaque année 120 milliards de dollars (pénalisant lourdement le secteur des transports routiers).

Selon les plans de l’Administration, cette injection fédérale permettra un effet de levier entraînant de nombreuses créations d’emplois et permettant des investissements connexes provenant du privé (partenariats public-privé) et des autorités locales (notamment au niveau des Etats) qui pourraient s’élever jusqu’à 1,500 milliards de dollars sur la décennie. L’investissement fédéral de base pourra être augmenté si nécessaire ces prochaines années avec l’accord du Congrès (le chiffre de 30 milliards annuels se murmure). La majorité de ces fonds abonderont directement les caisses des Etats pour les aider dans leurs projets tandis que des prêts accessibles seront également proposés par l’État fédéral.

En faisant reposer en grande partie sur les Etats ces grands projets un risque existe toutefois : que ceux ci augmentent les impôts pour financer les investissements à leur charge directe. Pour éviter cela l’usager va sans doute devoir payer : des mesures facilitant la mise en place de péages routiers (très encadrés) ont été prises tandis que des aéroports vont être privatisés. La taxe sur les produits pétroliers pourrait également être augmentée dans le prochain budget qui prévoira également des fonds de renflouement des sociétés d’autoroutes fédérales dont certaines sont en quasi faillite.

D’autres mesures plus réglementaires ont également été prises :

-les procédures pour obtenir un permis de construire seront limitées strictement à deux ans maximum par la loi fédérale ;
-abaissement des normes de construction (notamment du point de vue écologique) pour limiter les coûts ;
-création d’un guichet unique au niveau fédéral pour faciliter l’obtention des autorisation diverses ;

Les Etats ruraux ayant voté Trump sont clairement favorisés par ce plan, notamment via le financement possible de projet potentiellement non réellement rentable en milieu rural via des partenariats publics privés très soutenus par l’État fédéral (installation de la fibre optique etc).

Space Force :

2021 voit également, avec un peu de retard du fait des réticences de certains élus du Congrès, le lancement en grande pompe de la Space Force annoncée par Donald Trump en 2018 et promise lors de la campagne électorale 2020. La création de cette sixième branche des forces armées américaines a en effet été approuvées par le corps législatif américain.


La branche spatiale de l’US Air Force (gérant notamment des systèmes de géolocalisation et de communication par satellite) va donc devenir une force autonome disposant de ses propres forces et des systèmes spatiaux de la sécurité nationale. Cette Space Force aura pour but d’assurer la « domination américaine sur l’espace » selon les mots de Donald Trump. Un budget de 10 milliards supplémentaire intégré au budget du Pentagone sur cinq ans (2021-2026) financer l’essentiel des systèmes de cette nouvelle branche de l’US Army. Cette somme permettra également la mise en place des services propres de cette nouvelle armée (administration etc).

Face à la concurrence des autres Etats (Russie, Chine, etc) dans le domaine spatial les Etats Unis se doivent en effet de réagir et de se prémunir des menaces, l’un des grands objectifs de la Space Force ces prochaines années sera ainsi de développer la défense des satellites américains.

Dans le domaine spatiale, le président Trump a également annoncé que les Etats Unis allaient retirer d’ici 2024 leur financement directe de la Station Spatiale Internationale. En 2025 l’ISS ne recevra plus de fonds américains. La NASA sera remplacée par des financements venus de l’industrie privée. Ce ne serait pas la première fois que les USA transmettent ainsi des missions spatiales au secteur privé puisque les vols de ravitaillement vers Space X ou Orbital ATK ont déjà été externalisés. Les Etats Unis proposent donc un investissement de 150 millions de dollars de leur part en 2021 afin de permettre à l’ISS d’entamer un plan de transition en faisant une plate forme plus axée sur le commerce afin que l’industrie privée puisse bénéficier de son exploitation totale ou partielle dans le cadre d’une future plate forme commerciale. Assurer un accès et une présence humaine continue en orbite basse (par le privé ou le public) reste en tout cas une priorité de la NASA.

L’ISS est en effet financé jusqu’en 2024, mais le projet pourrait être prolongé à nouveau. Si le secteur privé ne s’avère pas capable de prendre en charge une telle installation très coûteuse à entretenir, ce qui est probable, il sera nécessaire d’envisager la désorbitation de la station.



avatar
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 979
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Thalassin le Ven 10 Aoû 2018 - 22:50

Fédération de Russie





Élections législatives

Les regards des médias du monde entier se tournent vers la Russie en cette période d’élections législatives, en quête de titres sensationnels. Alors que les médias russes tels que Sputnik ou RT diffusent l’information et les discours du président Poutine de manière honnête, les journalistes étrangers interrogent les citoyens russes sortant des bureaux de vote avec toujours les mêmes mots à la bouche : triche, fraude, antidémocratique, et toute la clique des idées préconçues à propos de la Fédération de Russie.

Malgré la réforme électorale de 2014 qui favorise le parti présidentiel, la période électorale a vu Russie Unie secouée par une mobilisation particulièrement intense de l’opposition, sans toutefois inquiéter la stabilité du pays, les mobilisations policières permettant de maintenir l’ordre de manière efficace.

Contrairement aux espérances de l’indéboulonnable duo Poutine/Medvedev et aux félicitations de façade adressées à la télévision, le résultat marque un net recul pour le parti au pouvoir qui passe assez notablement en-dessous de la moitié des suffrages exprimés quand bien même il conserve la majorité des sièges.

Les grands vainqueurs de cette élection sont les deux premiers partis d’opposition, qui surfent sur l’impopularité de certaines mesures gouvernementales, notamment le projet de réforme des retraites et la mobilisation durable de 400 000 fils de la nation, pour faire le plein de voix. Celui qui se retrouve propulsé en tant que premier parti d’opposition malgré sa situation de transition générationnelle est le Parti Communiste de la Fédération de Russie. Anatoly Lokot, le nouveau chef du parti ayant remplacé le vieillissant Ziouganov, surtout connu pour avoir réussi le tour de force d’arracher la mairie de Novossibirsk au candidat de Russie Unie, a ainsi vanté le « renouveau de l’espoir incarné par le drapeau rouge dans notre chère Russie », matérialisé par les 94 députés communistes siégeant à la Douma, constituant un retour au nombre de représentants obtenus lors des élections de 2011. Le KPRF distance ainsi les nationalistes du vieux Jirinovski, qui progressent également en nombre de sièges, mais de manière bien moindre, alors que Russie Juste continue son déclin favorisant l’entrée des sociaux-démocrates de Iabloko au parlement.

En toile de fond de ces résultats, il convient aussi de remarquer que l’apathie politique des citoyens russes continue de s’effondrer : déjà supérieure à 50 % en 2016, l’abstention a encore augmenté pour atteindre un taux record de 56 % cette année. Peu importe le parti politique, il sera nécessaire d’enrayer ce phénomène avant qu’une crise profonde de légitimité ne frappe le gouvernement à Moscou.

Résultats : 450 sièges (majorité absolue : 226)

Russie Unie (droite nationaliste) : 279 sièges
KPRF (communiste) : 94 sièges
LPDR (extrême-droite) : 51 sièges
Russie juste (centre-gauche) : 18 sièges
Iabloko (social-démocrate) : 7 sièges
Plateforme civique (centre-droit) : 1 siège

avatar
Thalassin
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1247
Date d'inscription : 27/10/2013
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Ven 10 Aoû 2018 - 23:40


République française





Affaires intérieures


................« Le tournant social du quinquennat », titre l’Express en une, avec un éditorial spécial de l’excellentissime Christophe Barbier qui fait la promotion de son hebdomadaire sur les ondes des sévices publics, France Intox en tête, mais également sur les plateaux télévisés tels que BFMacron, première chaîne de propagande de France. A qui veut bien l’entendre, l’homme à l’écharpe rouge affirme que « le président de la République a pris la mesure de son impopularité auprès des classes les plus défavorisées dont il représente pourtant l’espoir de l’ascension sociale, lui qui est parvenu si haut en partant de si bas, l’archétype même de l’outsider, en faisant adopter ce plan de lutte contre la pauvreté en France. » Toute l’intelligentsia centre-gauchiasse se met alors en marche pour défendre partout ce projet, épaulée par les officiels d’En Marche qui n’hésitent pas à qualifier Emmanuel Macron de « président des plus démunis », Jacques Séguéla –87 ans et l’air toujours aussi frais grâce à son bronzage – préfère quant à lui dire que « le chef de l’Etat donne l’impression de préférer les clochards aux Rolex avec ce projet ». Plus politiquement correcte, l’avant-garde macroniste, Gabriel Attal et Sacha Houilé en tête, parle de « projet civilisationnel pour lutter contre ce fléau issu de la gestion catastrophique par la droite et la gauche du pays ces mille dernières années qu’est la pauvreté », avant d’aller se torcher au Palais Bourbon.

................Emmanuel Macron parle quant à lui, en présentant ce projet devant un parterre de journalistes triés sur le volet, « d’accomplissement de la mission historique, jadis dévolue à l’Eglise catholique, et depuis la Révolution à l’Etat français, de secours aux plus défavorisés d’entre nous, pour leur permettre de s’élever matériellement au-dessus de leur triste condition initiale, et pleinement adhérer à la société moderne afin de s’épanouir en les faisant accéder au bonheur matériel terrestre. » En réalité, il s’agit seulement de partir à la conquête d’un électorat populaire qui lui fait défaut depuis le début de sa carrière politique, ainsi que de sérieusement calmer la fronde qui tend à apparaître avec en tête de file la députée-maire de Cherbourg-en-Cotentin Sonia Krimi et qui attend impatiemment ce fameux « tournant social » pour changer l’image de président des riches que porte le chef de l’Etat. Ainsi, le président de la République a, dans un long discours ennuyant, dévoilé toutes les richesses de sa philosophie sociale, parsemant son intervention de grandes références philosophiques puisées tantôt dans le christianisme médiéval, tantôt dans le socialisme du XXème siècle, avant de convoquer de grandes figures politiques françaises telles que le Général de Gaulle, Philippe Séguin, Michel Rocard ou encore Ambroise Croizat histoire de ratisser bien large et tenter de fédérer un maximum de personnes autour de son projet.

................Le chef de l’Etat a ainsi détaillé sa vision en mentionnant comme premier axe de ce plan pauvreté la jeunesse, laquelle doit « avoir toutes les cartes en mains pour être une winneuse. » Désormais, les jeunes, s’ils quittent l’école à 16 ans – âge jusqu’à laquelle elle est obligatoire – devront suivre des formations pour être aptes à rentrer dès leurs 18 ans sur le monde du travail. Ces formations seront prises en charge par les fonds alloués à la jeunesse sur le budget de la formation professionnelle il y a deux ans. Coaching, préparation aux entretiens d’embauches, formations courtes, aides financières... Une fois majeurs, les jeunes éloignés du marché du travail devraient bénéficier de davantage d’accompagnement, c’est en tout cas l’objectif affiché. Par ailleurs, la garantie jeune instituée par François Hollande et qui avait bénéficié à 178'200 jeunes va être étendue pour cibler 100'000 jeunes par an, avec à la clef des contrats d’un an rémunéré 480€ par mois par l’Etat, les collectivités territoriales ou des organismes caritatifs, notamment dans le cadre du service civique. Enfin, dernier dispositif étendu en la faveur des jeunes, celui des chantiers d’insertion, dont le nombre va considérablement augmenter pour accueillir les déscolarisés et autres vagabonds pour des missions conventionnées et rémunérées le smic. Le coût devrait être minime pour l’Etat qui délègue cela principalement à la formation professionnelle et aux collectivités.

................Deuxième axe majeur de ce plan pauvreté : la simplification des aides. Le gouvernement est parti d’un constat très simple : en 2021, plus d’un tiers des personnes qui pourraient bénéficier d’aides ne réclament pas ces dernières, avec notamment pour principales raisons un manque crucial d’informations mais également beaucoup trop de démarches compliquées à suivre pour parvenir à obtenir ces aides sociales pourtant parfois vitales. Or, et c’était une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron, tous les nécessiteux doivent pouvoir bénéficier de l’assistance publique pour subvenir à leurs besoins primaires. Ainsi, dès le 1er janvier 2022, un versement social unique va être mis en place, c’est-à-dire que l’ensemble des aides sociales – APL, allocations familiales, allocations adultes handicapés, etc. – vont être versées le même jour, à savoir le 5 de chaque mois, revalorisées en même temps, vont être automatisées et prendront désormais en compte les revenus de l’année en cours pour leur calcul. De même, le Revenu de Solidarité Active va être fusionné avec l’Allocation de solidarité spécifique pour ceux qui sont éligibles à cette dernière, permettant ainsi à ceux qui bénéficient de ces deux aides de n’avoir plus qu’une démarche à suivre pour les obtenir. Les démarches vont essentiellement être numérisées pour les rendre plus simples, avec des tutoriels pour remplir les formulaires et accompagner aux mieux les demandeurs.

................Troisième axe du plan pauvreté, le volet familles et petite enfance. Pour le gouvernement, la lutte contre la pauvreté passe nécessairement par l’accueil en crèche, car de trop nombreuses personnes – principalement des femmes – refusent encore de travailler à cause des enfants à charge, ce qui contribue à la paupérisation de certaines catégories pourtant déjà défavorisées. Ainsi, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé que « un nouveau mécanisme de financement des places en crèche, adossé au niveau de richesse de la commune et de ses habitants sera donc instauré », consistant en un bonus financier accordé aux communes créant des places en crèche pour les enfants les plus démunis ou en situation de handicap, l’Etat annonçant débloquer des fonds, via les dotations aux collectivités territoriales, pour financer la construction de 30'000 places de crèche dans les deux années à venir, les quartiers prioritaires étant principalement visés par ces aides. De même, la ministre a annoncé la création d’aides financières pour les familles monoparentales consistant en l’institution d’un tiers payant pour les femmes cherchant à faire garder leur enfant et qui, n’en ayant pas les moyens financiers, doivent renoncer à prendre un emploi, ce tiers payant étant évidemment la Sécurité Sociale. L’objectif est de permettre à davantage de femmes de retrouver un travail en leur permettant de faire garder plus aisément leurs rejetons par la collectivité.

................En réalité, tout ce plan pauvreté ne devrait pas chambouler la face du monde, bien qu’il pourrait permettre d’améliorer le quotidien de centaines de milliers de français, à commencer par les femmes seules avec des enfants à charge, ainsi que les jeunes en mettant un pognon de dingue pour éviter qu’ils aillent directement pointer à Pôle Emploi une fois sortis de l’école. Le coût pour le budget de l’Etat – au sens strict et comptable du terme – devrait être quasiment nul, à peine plus de deux milliards d’euros selon les estimations les plus hautes, puisque les dépenses à destination des jeunes étaient déjà prévues dans la précédente réforme de la formation professionnelle – le gouvernement se contentant de davantage la détailler avec ce plan pauvreté et lui adjoindre une nouvelle mission – tandis que celles du volet famille et enfance vont être prises en charge par l’excédent de la Sécurité sociale. Pour le président de la République, il s’agit d’un véritable coup de communication en or – et aux frais du contribuable – pour s’offrir un soutien populaire et calmer la gronde interne à La République en Marche, tandis qu’il évite, par la non-nécessité de recouvrir à de nouvelles taxes pour financer ce projet, de se mettre à dos son électorat bourgeois auquel il vient de promettre une réduction des charges patronales et salariales pour 2022 afin de s’assurer de sa bonne fidélité pour les élections régionales de décembre puis les présidentielles.


avatar
Sirda
Président
Président

Messages : 1617
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Sam 11 Aoû 2018 - 17:05

Moyen-Orient
Brève
Evénement

L’été s’annonce très chaud au Moyen-Orient. En effet, le 4 juillet 2021, les gouvernements américain, israélien et saoudien ont lancé l’opération militaire « Wooden Leg », véritable croisade chrétiano-judéo-sunnite contre le grand ennemi chiite qu’est l’Iran, qui s’est déroulée en deux parties. Première partie, l’Etat hébreu, aidé logistiquement par les Etats-Unis, a procédé à un bombardement de plusieurs bases iraniennes en Syrie, et malgré la destruction de deux appareils ainsi que l’endommagement d’un troisième, est parvenu à réduire la présence militaire iranienne dans le sud-ouest syrien en détruisant les bases d’Izra, Yarmouk et Zeinab, endommageant légèrement celle d’Al-Dumayr mais ne parvenant pas à atteindre celle de Shibani. Cette offensive aérienne massive a permis de détourner l’Œil iranien vers l’ouest tandis que la véritable menace provenait des régions méridionales au Mordor persano-chiite.

Concentré sur ses pertes en Syrie, l’Iran manqua ainsi de vigilance alors que débutait la seconde phase de l’opération « Wooden Leg » : la destruction des principales facilités nucléaires iraniennes par l’aviation américano-israélienne, et ce depuis des bases aériennes saoudiennes ainsi que des porte-avions américains déployés dans le Golfe. Si une escadrille israélienne ne parvint pas à décoller à cause d’une violente tempête de sable, laissant intact le réacteur à eau lourde d’Arak, ce ne sont pas moins de cent cinquante appareils qui pénètrent dans l’espace aérien iranien, saturant la défense anti-aérienne avec des avions de guerre électronique, et parvenant à détruire les installations nucléaires de Fordow – où la montagne s’est effondrée sur elle-même sous la violence des bombardements –, d’Ispahan et de Natanz. Ces frappes ont totalement anéanti la capacité de production d’armes nucléaires de l’Iran pour les prochaines années à venir.

Néanmoins, ces frappes ne sont pas restées sans réaction iranienne. En effet, le nouveau président de la République islamique a annoncé la mise sous blocus immédiate du détroit d’Ormuz, par lequel transite une partie considérable du pétrole et du gaz, menaçant ainsi la planète d’une récession économique mondialisée dans les mois à venir si le détroit n’est pas très rapidement débloqué ; cela en y déployant 3 sous-marins de classe Kilo, 21 sous-marins de poche de classe Ghadir, 2 frégates de classe Moudge, 3 destroyers de classe Khalije Fars, ainsi que plusieurs dizaines de navires en tout genre, qui arraisonnent tout bâtiment civil traversant le détroit, lequel est par ailleurs miné pour empêcher tout passage. Par ailleurs, les batteries côtières iraniennes contribuent elles aussi à assurer ce blocus, notamment avec les missiles Qader, Persian Gulf et Raad, qui constituent une véritable menace pour l’US Navy.

Hamid Baghaei a ainsi promis aux coalisés de « faire pleuvoir le feu et la fureur divine d’Allah le miséricordieux » sur les coalisés alors que le Guide Suprême a appelé tous les frères chiites à se lever et combattre la coalition américano-israélo-saoudienne, en rappelant que Qom, ville sacrée dans le chiisme, a été directement menacée par le bombardement du site de Fordow, situé à quelques kilomètres de ce lieu saint. L’Iran fait ainsi appel à tous ses alliés chiites, et notamment les milices islamistes telles que le Hezbollah, Liwa Fatemiyoun ou encore Harakat Hezbollah al-Nujaba, pour combattre les ennemis de Téhéran – bien qu’aucun de ces groupes ne semble avoir répondu favorablement à leur appel actuellement. Autre déclaration iranienne, celle de la poursuite du programme nucléaire iranien coûte que coûte, Baghaei affirmant que l’ancienne Perse avait déjà produit trois bombes nucléaires avant la destruction des facilités nucléaires par les américains et les israéliens.

Si en Irak, au Liban et en Syrie, les principales milices chiites alliées à la République islamique d’Iran semblent assez sceptiques et refusent pour l’instant de s’engager dans un conflit ouvert contre Israël et les Etats-Unis principalement, les fidèles combattants houthis du Yémen sont quant à eux davantage enclins à combattre au moins l’Arabie Saoudite. Ainsi, ce sont plusieurs centaines de roquettes qui ont été tirées depuis le Yémen du nord par les houthis mais également des missiles balistiques à destination de Riyad par les iraniens mais aussi Djeddah et plusieurs bases militaires dans le sud-ouest de l’Arabie Saoudite pour punir MBS de son engagement dans le conflit aux côtés des américains. Ces différents tirs ont causé quelques dégâts légers, principalement matériels, mais aussi quelques morts civils et militaires, tandis que des menaces pèsent également sur le détroit de Bab-el-Mandeb.

Mer de Chine méridionale
Brève
Evénement

De récentes explorations scientifiques en Mer de Chine méridionale ont permis d'obtenir des renseignements plus précis sur les réserves de pétrole et de gaz qui se trouveraient dans cette vaste zone à l'origine de nombreuses tensions diplomatiques et militaires entre les principaux pays limitrophes. Ainsi, il est désormais établi que la région compte au moins des ressources pétrolières équivalentes à 21 milliards de barils et 9 trillons de mètres cubes de gaz, réparties notamment autour des îles Paracels et Spratleys, mais également éparpillées au large des côtes vietnamiennes, philippines ou encore chinoises, sachant que certains experts affirment que ces quantités prouvées pourraient probablement être doublées voire triplées dans la décennie à venir. Quasi-exclusivement offshores, ces ressources ne manqueront pas d'attiser les convoitises et de relancer les tensions entre les différents pays qui ont dans leurs eaux une véritable manne financière de plusieurs milliers de milliards de dollars.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Rêveur_Lucide le Dim 12 Aoû 2018 - 0:01



Etat d'Israël / מְדִינַת יִשְׂרָאֵל





Victoire de l'opération Wooden Leg!

L'affirmation de l'opposition conservative et l'élection de Hamid Baghaei au siège de président de la République Islamique d'Iran aura renforcé la position ferme d'Israël envers l'ennemi chiite. Ayant déjà discuté avec son homologue Américain, il était nécessaire de parvenir coûte que coûte à une solution face à un rogue state refusant tout compromis et à deux doigts d'obtenir la bombe nucléaire. Préparée à l'avance avec une planification rigoureuse, l'opération classée top secrète en collaboration avec les USA et l'Arabie Saoudite avait avant tout l'objectif de mettre à bas le programme nucléaire Iranien, les frappes Israéliennes en Syrie ne servant que de diversion.

Ces événements sont une victoire sans précédent à la fois militaire et politique pour Israël! La diversion en Syrie aura servi la sécurité Israélienne, via la destruction de plusieurs bases stationnés près de la frontière et la destruction de l'usine d'Ispahan aura largement été conduite par Israël, permettant à ce dernier de s'affirmer sur sa capacité de frappe. Un double discours mené conjoitement par le Premier Ministre et le Ministre de la Défense a été réalisé pour expliquer les intentions Israéliennes et féliciter les forces armées et les pays coalisés pour cette victoire décisive. Des commémorations avec hommages ont été réalisés pour les pilotes décédés au nom de leur patrie.




La popularité du premier ministre suite à ces frappes est montée drastiquement en flèche, alors que partout dans le pays se sont organisés des manifestations anti-iraniennes en faveur du gouvernement. La population Israélienne a aussi manifesté sa joie sur internet et les réseaux sociaux. Les voix pacifistes, nettement moins prévalentes, n'ont pas pu s'affirmer dû à l'attitude menaçante Iranienne.

La réponse Iranienne à ces attaques n'aura pas étonné Israël, qui espère que cette initiative très pauvre confirmera aux puissances du globe, nottamment Russes et Chinoises, la volatilité de la République Islamique. Le blocus du détroit d'Ormuz initié par les forces Iraniennes est en effet une atteinte à l'ensemble de l'équilibre mondiale, que l'Iran ose risquer au nom d'Allah le miséricordieux. Les marchés mondiaux risquant une inflammation du prix du baril, Israël se donne avant tout le but de suffisance, comptant sur ses principaux fournisseurs Azerbadjanais et Américains ainsi que sur ses propres réserves de gaz en Méditerranée. Le gouvernement Israélien est cependant optimiste à une résolution de ce problème alors qu'avec cette action, l'Iran s'est mise à dos l'ensemble du globe et que, même si les grandes puissances devaient repprocher une ingérence de la coalition, Israël aura comme rôle pour rappeler la gestion impeccable de la question Nord-Coréenne par les Américains. Les déclarations sur la possession de trois bombes nucléaires ne faiblissent pas non plus Israël qui doute fortement de la capacité de ces bombes à menacer directement l'intégrité du territoire Israélien.


[Secret] Renseignements sur les milices chiites [Secret]

Le gouvernement a été partiellement soulagée par l'absence de réponse des milices chiites répandues au Levant, qui n'ont pas répondu favorablement à l'appel au djihad réalisée par le président Iranien. Toutefois, une part énorme de la sécurité du pays repose sur le Mossad, qui a été donné l'ordre de doubler d'effort quand à la récolte de renseignements auprès des groupes armés chiites, nottamment sur leurs forces et intentions (ou non) de nuire à la sécurité Israélienne dans l'immédiat ou moyen-terme.

avatar
Rêveur_Lucide
Haut Commissaire
Haut Commissaire

Messages : 95
Date d'inscription : 07/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Mirage le Dim 12 Aoû 2018 - 0:04

Etat du Japon - Nippon-Koku





Affaires intérieures


La tenue des élections générales de 2021 ne fut pas sans difficultés, marquée par un contexte de fortes tensions internationales, avec la Chine en particulier, mais aussi d’incertitude concernant le futur du Japon suite à la réforme constitutionnelle de 2020 ainsi qu’à la perte de vitesse du parti Libéral-Démocrate de Shinzo Abe au pouvoir depuis maintenant dix ans. Tout cela additionné à l’amélioration de l’offre politique avec la revigoration de l’opposition et la création du nouveau parti de droite dure, Force et Honneur. Ces paramètres permettant aux observateurs et aux sondeurs d’anticiper une forte montée de la participation, habituellement très morose, des japonais au scrutin estival qui allait permettre de clarifier un petit peu leur avenir. La participation qui s’était stabilisé légèrement au dessus de 50 % lors des scrutins de la décennies 2010 atteignait en effet plus de 60 %, arrivant finalement à 63 % à la clôture des derniers bureaux de vote.
La première leçon apportée par ce scrutin s’avère très vite être la fin de la domination outrancière du parti libéral-démocrate sur le scrutin majoritaire ouvrant le sésame à 289 des 465 sièges de la chambre basse de la Diète. Les 176 autres places de députés étant issus de scrutins proportionnels par circonscriptions étant historiquement d’avantage favorables à l’opposition. La fin de cette domination du PLD sur ce scrutin va lui être fatal en provoquant l’effondrement de sa majorité absolue. Le parti de Shinzo Abe, s’il reste le premier parti japonais à la Diète ne récolte que 140 sièges sur 465, très loin des espérances du premier ministre qui vit ce résultat comme une défaite. Le principal parti d’opposition, le parti démocrate constitutionnel de centre-gauche accroche 116 sièges et réussi un impressionnant tour de force en rivalisant largement avec le parti Libéral-Démocrate au jeu du scrutin majoritaire. Leurs anciens camarades regroupés ayant scissionés au sein du parti démocrate du peuple d’avantage centriste ou du moins « syncrétiste » subissent le vote utile ayant favorisé le PDC et n’obtiennent que 9 sièges dont 8 à la proportionnelle. Le parti bouddhiste du Komeito, ancien partenaire du PLD obtient 9 sièges et connaît une large défaite électorale. Le parti est en décrépitude, n’obtient plus d’accord avec le PLD et seul sa base électorale la plus extrémiste a renouvelé son vote en sa faveur. Le parti communiste japonais, comme attendu, réussi un impressionnant tour de force en amenant 93 représentant à la chambre basse de la Diète. C’est le meilleur résultat de son histoire. C’est un véritable raz de marrée rouge qui touche en particulier les régions industrielles du Japon. Le PCJ qui avait toujours eu énormément de mal à passer le plafond de verre incarné par le scrutin majoritaire obtient 10 des 19 circonscriptions d’Osaka, éclipsant au passage le parti d’Ichiro Matsui, ancien gouverneur d’Osaka défait aux élections de 2020 par le candidat de communiste local et qui dirigeait l’Association pour la restauration du Japon qui avait obtenu de bons résultats aux élections de 2017, en particulier grâce à sa forte implantation à Osaka. Le secret de la réussite des communistes relève dans la participation massive des classes les précaires de la société japonaise qui ne votait pas depuis des décennies et à qui le PCJ a réussi à offrir une perspective. Les syndicats liés au Parti ont d’ailleurs obtenu de très nombreux nouveaux adhérents durant la campagne électorale. Le parti social démocrate se maintient en conserve deux élus. Le dernier invité surprise de cette élection est le parti de droite forte Force et Honneur, l’une des principales raisons de la défaite libérale-démocrate, par ailleurs. Porté par son charismatique leader Makoto Sakuraï, grande figure de la bloggosphère d’extrême droite et homme politique. Le parti obtient en effet 88 sièges à la Chambre des représentants, effectuant ainsi une entrée fracassante dans celle-ci.


Spoiler:



Parti libéral-démocrate : 140
Parti démocrate constitutionnel : 116
Parti démocrate du peuple : 9
Komeito : 17
Parti communiste japonnais : 93
Parti social démocrate : 2
Force & honneur : 88



L’heure était désormais aux négociations afin de pouvoir former un gouvernement, le parti Libéral-Démocrate perdant, comme dit plus haut, sa majorité absolue. Shinzo Abe rejetait en bloc toutes rumeurs d’alliance entre son parti et celui de Makoto Sakurai, Force & Honneur, ne manquant pas de formulations pour exprimer son inquiétude de voir un tel parti entrer au parlement japonais, renvoyant à dos les extrêmes gauches et extrêmes droites dont il considérait la dangerosité comme équivalente. Apparu suite à cela la possibilité de voir se mettre en place un gouvernement minoritaire alliant communistes et démocrates avec la bénédiction du PLD qui s’abstiendrait lors de la formation de celui-ci et qui pourrait ainsi négocier son abstention lors du vote des lois proposées par ce nouvel exécutif. Cette possibilité fut rapidement éventée par les démocrates qui annoncèrent qu’il refuserait de gouverner en minorité, au grand dam des dirigeants communistes unitaires qui avait forgé leur ligne politique sur l’union des oppositions de gauche après la réussite de celle-ci lors des élections de gouverneurs qui avait vu de nombreux candidats démocrates et communistes gagner ou faire des scores très importants en obtenant le soutient de l’ensemble de l’opposition face à la majorité. Ainsi, malgré le fait que Kazuo Shii, leader du PCJ et de la ligne unitaire, et sa clique, aient porté le parti à la plus grande réussite électorale de son histoire, en interne, la « trahison » du PDC ne passe pas et Shii se retrouve fortement affaibli, ouvrant la voie à de nombreux changements dans les prochains mois chez les rouges. C’est en effet un gouvernement de coalition regroupant PLD et PDC qui va se mettre en place. Abe est forcé de lacher sur de nombreux points pour se maintenir au pouvoir. Plusieurs pontes du parti de centre-gauche obtiennent des ministères majeurs. Pour citer quelques exemples, Yukio Edano, leader du PDC obtient les affaires étrangères, Shuntaro Yorigoe le ministère de la santé, du travail et de la sécurité sociale, Renho Murata, fille d’un père Taiwanais, récupère quand à elle le minisère de l’intérieur et de l’égalité des genres. C’est d’ailleurs elle qui portera la première concession obtenue par le PDC, c’est à dire le droit de vote aux élections locales pour les « résidents permanents spéciaux » ainsi que l’élargissement de ce statut, qui n’est actuellement accordé dans les faits qu’aux coréens vivant au Japon depuis maintenant de nombreuses génération mais refusant d’adopter la nationalité japonaise pour ne pas perdre celle coréenne. La deuxième grande concession sera la mise en place d’un vaste et ambitieux plan de transition énergétique et écologique dont les contours restent encore à négocier. Finalement, le PDC a aussi demandé et obtenu la levé du verrou austeritaire tenu depuis de nombreuses années par Shinzo Abe et ses gouvernements. Ce nou veau cabinet prend donc ses quartiers sous l’égide de Shinzo Abe qui repart donc pour un cinquième, « et dernier » selon ses dires, mandat de premier ministre.


Affaires extérieures


La première action du nouveau ministre des affaires étrangères Yukio Edano va être de regretter le retrait chinois des discussions bilatérales stratégiques sino-japonaises concernant la région Asie-Pacifique mais de marteler que de telles discussions devaient avoir lieu, avec ou sans la Chine, au vu de l’état explosif de la région. Pour les accueillir est proposé la ville de Naha, Naha, hmm, hmm.. situé sur l’île d’Okinawa. Sont invité là bas des délégations philippines, vietnamiennes, taïwanaises, malaisiennes et brunéiennes. Le Japon ne verrait d’ailleurs pas d’inconvénient à ce que des observateurs américains assistent à ces réunions. Le Japon souhaiterait voir ces discussions se faire de façon très régulière, voir permanente avec des délégations restant à Okinawa durant toute l’année afin d’être le plus efficace possible.
D’un autre côté, JTXG Nippon, entreprise public d’exploration et d’exploitation d’hydrocarbures et 25ème plus grosse au monde dans sa catégorie a annoncé qu’elle était prête à travailler avec les gouvernement locaux ayant des droits sur les hydrocarbures en mer de Chine méridionale afin d’apporter son expertise et sa technologie à ceux-ci et aux entreprises nationales manquant parfois de savoir faire par le biais d’accords.
avatar
Mirage
Chevalier de la Légion d'Honneur
Chevalier de la Légion d'Honneur

Messages : 1113
Date d'inscription : 18/03/2013
Age : 19
Localisation : La Ville Lumière

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Gungauss le Dim 12 Aoû 2018 - 0:18

Fédération de Russie





Programme spatial - Roscosmos


En ce 3 juillet 2021, le peuple russe est vissé devant son poste de télévision. En effet, un grand moment dans l'Histoire spatiale de la Russie se déroule. Depuis le pas de tir du cosmodrome de Baïkonour, l'agence Roscosmos a effectué avec succès le premier lancement de la fusée modernisée Energia-II, transportant deux éléments vitaux pour le programme russe : la navette Buran-II, héritière du programme Buran de l'Union Soviétique, ainsi qu'un appareil autonome transporté dans la soute de la navette.

Le lancement de la fusée Energia-II symbolise le retour en force du programme spatial russe dans la conquête de l'espace. Elle devient la fusée la plus lourde du monde, capable de transporter 105 tonnes de charge utile en orbite basse, et ouvrant la conquête de la Lune à la Russie.

Une fois en orbite basse, la navette spatiale Buran-II a effectué plusieurs révolutions autour de la Terre, pendant une durée de cinq jours, embarquant un ensemble de systèmes automatisés, et donc sans être humain à bord. Après sa mise sur une orbite stable de 160km d'altitude par le lanceur, la navette a largué son appareil embarqué, avant d'effectuer en autonomie complète, avec ses propres moteurs, une manœuvre la permettant d'atteindre une altitude de 220km pour effectuer cinq fois le tour de la Terre. Son retour sur Terre a été effectué avec la même autonomie, et la navette s'est posée sur la base aérienne de Baïkonour, sous l'oeil impressionné du Président Vladimir Poutine et de tout un cortège d'officiels russes et kazakhs.

Pendant ce temps, l'appareil autonome largué par la navette à 160km d'altitude a effectué l'ensemble des tests prévus. Aucune information n'a été communiquée quant aux capacités et objectifs prévus pour cet appareil. Les informations transmises au public indiquent que cet appareil, d'une taille légèrement supérieure à un chasseur d'interception, est entièrement opérationnel et que son vol s'est déroulé sans encombre pendant onze heures avant son retour en atmosphère, et qu'il est également prévu pour effectuer des vols spatiaux habités par un à deux pilotes. L'appareil s'est posé sur une base en Sibérie, escortée par plusieurs MiG-31 lors de son entrée dans l'atmosphère jusqu'à son atterrissage.

Après l'atterrissage de la navette Buran-II, le Président Vladimir Poutine a prononcé un discours sur le futur du programme spatial russe. Long de trois heures, ce discours a résumé les ambitions spatiales de la Fédération pour les vingt prochaines années. Le programme Energia-II jouera un rôle important dans l'objectif fixé par le Kremlin quant à la présence d'un laboratoire permanent russe, soit en orbite soit sur la surface de la Lune, tandis que le programme Buran-II prendra sous peu le relais du programme Soyouz dans les missions de ravitaillement de la Station Spatiale Internationale, ou dans le successeur de cette dernière.

En effet, sur ce dernier point, le Président russe s'est dit inquiet de la volonté américaine de privatiser l'un des fleurons de l'industrie spatiale mondiale, exemple de la coopération scientifique internationale et premier pas de l'Homme vers la conquête des astres de notre système solaire. Il a également précisé que les modules fabriqués par les entreprises russes, étant la propriété de la Fédération, ne seront pas partie prenante d'une conversion de l'ISS en base commerciale privée, et seront donc désarrimés de la station si tel serait son avenir. Le Président Poutine a donc appelé à une négociation profonde entre les représentants de la NASA, de l'ESA, de Roscosmos, de l'ASC et de l'agence d'exploration aérospatiale japonaise quant à l'avenir de la Station Spatiale Internationale ; et le cas échéant, si la solution privée était maintenue, des échéances à tenir pour les agences participantes à ce projet pour la construction de modules permettant de maintenir l'ISS en fonction sans la Fédération de Russie. Pour rappel, la Russie possède, en autonomie au sein de l'ISS, le ROS, regroupant les modules MRM-1 Rassvet, PMA-1, FGB Zarya, MRM-2 Poisk, le module de service Zvezda, les boucliers SM MMOD, la serre biologique LADA, les incubateurs Kriogem-3M, et prévoit le lancement du module complet Nauka, qui doit accueillir le bras robotique européen ERA (lancement gelé en attendant la réaction américaine). Si l'ensemble de ces systèmes sont désarrimés de l'ISS, cette dernière se retrouverait sans capacité d'être ravitaillée par quelque engin que ce soit, les modules d'arrimages se situant dans la partie russe de l'ISS, et plusieurs systèmes scientifiques russes installés dans le reste de l'ISS seraient également récupérés, privant l'ISS de moyens de recherches non négligeables.


Section russe de l'ISS en 2010

Enfin, Roscosmos a émis le souhait d'un rapprochement avec l'agence spatiale chinoise dans le but de préparer la réalisation d'une station de recherche commune, ouverte aux membres de l'OCS, en orbite lunaire. L'agence fédérale est prête à y participer grâce à son expertise, son expérience ainsi que la mise à disposition du lanceur ultra-lourd Energia-II pour accélérer les travaux de mise en fonction de la station une fois le programme achevé.

Programme et armement naval


Project 23560 Lider, destroyer lourd lance-missiles à propulsion nucléaire

La Marine russe a fait réception de nombreuses commandes navales, tout en confirmant la mise en chantier d'un nombre important de navires déjà financés dans le programme naval précédent la nouvelle décennie.
Ainsi, la flotte russe reçoit au service actif les navires suivants :
Project 23560 Lider : 1
Project 11356M Admiral Grigorovich : 3
Project 22350 Gorshkov : 4
Project 21631 Buyan-M : 6
Project 20380 Steregushchiy : 5
Project 20381 Steregushchiy : 8
Project 22800 Karakurt : 6
Project 20385 Gremyashchiy : 2
Project 11711 Ivan Gren : 1
Project 955 Borei : 4
Project 955 Borei-II : 4
Project 885 Yasen : 5
Project 885M Yasen-II : 6
Project 636.6 Varshavyanka : 6
Project 677 Lada : 7

De plus, la Marine annonce la mise en chantier des navires suivants, pour une livraison étalée entre 2023 et 2026 :
Project 23560 Lider : 7
Project 22350 Gorshkov : 14
Project 955 Borei : 6
Project 955 Borei-II : 1


Project 955 Borei-II, sous-marin nucléaire lanceur d'engins, en manœuvres dans l'Arctique

En parallèle de toutes ces nouvelles, le commandement de la Marine annonce la mise à l'étude d'un porte-hélicoptères à propulsion nucléaire. Les données et caractéristiques techniques comprendront la possibilité d'emporter entre 20 et 60 hélicoptères, en fonction de leur taille, et si possible d'embarquer 6 à 8 avions de type Yakovlev-141, dont le programme est également relancé. L'appareil de Yakovlev sera bien évidemment modernisé, dans son ensemble, et deviendra ainsi le Yakovlev Yak-143. Le porte-hélicoptères devra donc être capable de projeter des forces vers la terre, d'assurer sa protection contre les sous-marins grâce à ses hélicoptères et à son escorte, mais aussi de déployer des armements antinavires et antiaériens vitaux pour sa survie en zone de conflit. Il devra également être apte à guider une force navale, et donc sera équipé des matériels informatiques, de communication et de détections nécessaire à la direction d'une force navale. Il devra pouvoir opérer des drones également.

Enfin, le gouvernement a annoncé que les études sur le Project 23000E avançaient assez bien pour rentrer dans les délais. La quille devrait donc être posée en 2026. Ce projet de porte-avions, lancé en 2017, représente la nouvelle phase de l'aéronautique navale russe, avec un déplacement de 100.000 tonnes, une propulsion nucléaire et un emport de 90 appareils.


Project 23000E, projet de porte-avions super-lourd

Ainsi, la Russie, par le renforcement de sa Marine, montre clairement ses ambitions sur les mers. L'arrivée des nouveaux destroyers, à propulsion nucléaire, avec la mise à l'étude d'un porte-hélicoptères doté du même moyen de propulsion, permettra à la Russie de se projeter partout sur les océans et de déployer, où bon lui semblera nécessaire, les forces terrestres et aériennes vitales à sa sécurité.


Programme et armement terrestre

L'armée russe a, en plus des navires, réceptionné une grande quantité de matériel terrestre et aérien.

Concernant l'armement antiaérien, une commande de 126 systèmes S-400 a été réceptionné, ainsi que 142 Tor-M2U.
Pour l'artillerie, c'est 168 2S35 Koalitsiya-SV, ainsi que 54 9A52 Tornado-G.
Les forces balistiques et stratégiques russes reçoivent une première livraison de 24 missiles intercontinentaux à capacité thermonucléaire RS-28 Sarmat. Ce missile, d'un portée équivalente au périmètre de la Terre, peut être lancé en direction et survoler le Pôle Sud, contournant ainsi toutes les défenses antimissiles tournées contre la Russie.
Les forces blindées et mécanisées ne sont pas en reste. L'armée prend réception de 100 chars T-14 Armata, de 300 VCI T-15 Armata, de 300 VCI Kurganets-25 O.693, de 300 VTT Kurganets-25 O.695 et 2.000 VTT Bumerang.

Enfin, l'aviation reçoit dans sa dotation le matériel suivant :
Su-57 : 48
Su-34 : 15
Tu-160M2 : 10
MiG-31K : 10
MiG-35 : 120
MiG-35D : 30
Su-30SM2 : 86
Su-35S : 50
Ka-52 : 80

L'aviation, grâce à ses nouveaux MiG-31K, peut désormais aligner 14 appareils capable de transporter le nouveau missile hypersonique Kinjal, volant à près de 10.000km/h, le rendant impossible à intercepter. Ses capacités nucléaires, couplées aux capacités du MiG-31 de décoller depuis des pistes improvisées et dans des conditions météorologiques extrêmes, rendent désormais la capacité nucléaire aérienne de la Russie virtuellement invincible.
Autre domaine nucléaire, en lien avec l'arrivée du missile RS-28 Sarmat, le véhicule nucléaire Avangard. Ce véhicule, introduit dans le missile balistique, transporte une ogive thermonucléaire. Une fois le véhicule désolidarisé du missile en stratosphère, le véhicule amorce sa rentrée dans l'atmosphère, atteignant une vitesse de Mach 20 et, suivant le modèle waverider, ses formes lui permettent une maniabilité à cette vitesse le rendant également intouchable pour les missiles du bouclier américain en Europe.


Politique militaire

Le Kremlin annonce la démobilisation des 400.000 soldats réservistes qui avaient été appelés pour faire face à la crise avec l'Ukraine. Néanmoins, les effectifs mobilisés dans le Donbass restent en place.
avatar
Gungauss
Chef de Département des Nations Unies
Chef de Département des Nations Unies

Messages : 3375
Date d'inscription : 16/10/2011
Localisation : A bord du R95

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Dim 12 Aoû 2018 - 0:46


République française





Affaires étrangères


................Le chef de l’Etat français a très vivement dénoncé l’opération Wooden Leg, qualifiée « d’aventure des plus baroques digne d’un livre chevaleresque si elle ne risquait pas de causer un conflit d’une rare violence accompagné d’une crise économique mondiale », et n’a pas manqué de critiquer avec véhémence « l’attitude irresponsable des gouvernements américain et israélien dans le dossier iranien, ces deux Etats n’ayant que cherché l’affrontement avec la République islamique d’Iran qui, si elle n’est pas exempte de toute faute, respectait jusqu’à peu sa parole, à savoir jusqu’à ce que l’administration Trump ne décide de violer l’accord de 2015, poussant ainsi le peuple iranien dans ses derniers retranchements, un national-conservatisme islamique prônant la guerre à outrance face à l’Occident. » Pour l’Elysée, Tel-Aviv et Washington sont autant responsables de cette situation que Téhéran, dont Paris refuse néanmoins de prendre la défense, estimant que les récentes déclarations du nouvel exécutif étaient un signe clair de rejet de l’accord, dont la République française s’estime désormais elle aussi déliée, bien qu’elle refuse pour l’instant de rétablir des sanctions à l’encontre de l’ancienne Perse. Quoi qu’il en soit, le président de la République relève tout de même une responsabilité plus accrue des Etats-Unis d’Amérique avec leur retrait de l’accord, et qualifie cet acte de « pêché originel de l’actuelle situation explosive du Moyen-Orient. »

................Cependant, la République française ne manque pas non plus de critiquer la riposte iranienne consistant notamment en un blocage total du détroit d’Ormuz, par lequel transite près de trente pourcent du pétrole au monde, point névralgique de l’économie planétaire. Ainsi, le chef de l’Etat a annoncé que « la France a déposé une résolution devant le Conseil de Sécurité visant à autoriser la levée du blocus du détroit par tous les moyens, y compris coercitifs », et affirme que celle-ci a été acceptée par la majorité des membres permanents et non-permanents de l’institution. Dès lors, Paris exige de Téhéran que ledit blocus soit levé sous quarante-huit heures, sous peine que les moyens militaires affectés à son maintien soient détruits par tout Etat en disposant de la capacité militaire, icelui étant de jure autorisé à le faire par le Conseil de Sécurité au nom de la sécurité collective. Si la France n’entend pour l’instant pas déployer de navires dans la région – sinon ceux qui y patrouillent déjà dans le cadre de la lutte contre la piraterie –, elle espère que les Etats-Unis s’en chargeront à sa place, bien qu’elle soit prête à utiliser la coopération européenne pour éventuellement prendre la tête d’une coalition pour débloquer le détroit d’Ormuz, duquel dépendent de nombreux pays européens pour leur consommation de pétrole et de gaz. D’ailleurs, si un navire battant pavillon français venait à être arraisonné, cette position pourrait changer.

................Dans Hexagone Balard, l’agitation est à son comble. La ministre des Armées a ordonné le passage des bases françaises au Moyen-Orient en état d’alerte maximal en indiquant, dans une directive expresse, qu’elles devaient être prêtes « à tout instant à défendre les intérêts stratégiques français dans la région si nécessitée se fait ressentir. » Bien que la France veuille garder une certaine neutralité critique dans ce dossier, elle reste consciente que ses intérêts vitaux sont dangereusement menacés par ce conflit potentiellement destructeur pour la région qui tendait pourtant à progressivement à se stabiliser avec la fin de la guerre civile en Syrie. L’aviation française présente sur place se tient ainsi prête à mener toute opération militaire qui s’avérerait être nécessaire. En métropole, le cran d’alerte des bases passe également au niveau supérieur, et la marine – notamment le groupe aéronaval déployé au large de la Libye – se tient prête pour toute intervention. Parallèlement, le gouvernement a annoncé la mise en place de restrictions pour l’achat d’essence, près d’un quart des importations françaises étant menacées par ce blocus, tout en demandant à l’Algérie, à la Norvège et à la Russie de bien vouloir accroître leurs exportations à destination de la France en cas maintien du blocus par l’Iran. La priorité de l’approvisionnement en essence va désormais à l’armée et aux forces de l’ordre et/ou secours puis aux automobilistes.



avatar
Sirda
Président
Président

Messages : 1617
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Utyi le Dim 12 Aoû 2018 - 11:01

République des Philippines
Le dernier projet de Duterte concerne les transport en communs et la rénovation urbaine. En effet avec l'urbanisation galopante, les villes sont saturé, avec des bidonvilles insalubres et surpeuplées. Si les services publiques ont augmenté en tout point par le budget(santé et éducation principalement), et qu'il y a eu un effort de lier le pays par les transports en 2019, l'effort était surtout au niveau national. Dans les municipalités donc sera engagé un grand plan d’extension des égouts , d'eau du gaz et d’électricité, la création de tram ou dans les zones les plus danses de métros et la construction d'immeubles d'habitation publiques pour loger en masse la population.

Les transports en communs sont importants car a cause de l’opération des états unis , le prix du pétrole (et du gaz naturel ) a augmenté considérablement. Bien que le pays a une production locale, elle ne parvient pas a couvrir tout la demande, surtout du pétrole.Heureusement le charbon reste intouché. Changer les sources d’énergie du pays est n'est malheureusement pas encore a l'ordre du jour, bien que la géothermie, l'éolien, la biomasse et l’énergie solaire deviennent attractives en ce moment.

Les Philippines acceptent d’envoyer une délégation a Okinawa et précise qu'elle n'a pas besoin d'aide pour l'exploitation pétrolière.

avatar
Utyi
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1487
Date d'inscription : 29/08/2011
Localisation : entre 180 O et 180 E , 90 S , 90 N

https://www.youtube.com/channel/UCQmNOW8QFnyWdcar_uEwOJw

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Thalassin le Dim 12 Aoû 2018 - 12:05

Fédération de Russie





Réaction diplomatique

L’annonce de l’opération Wooden Leg, menée le 4 juillet 2021 contre l’Iran et les bases en Syrie, a eu un retentissement mondial, et bien évidemment Moscou n’allait pas rester de marbre face à cette énième ingérence des États-Unis d’Amérique au Moyen-Orient. Immédiatement le président Poutine a convoqué la presse afin de définir les réponses russes au bellicisme de Washington et Tel-Aviv.

Tout d’abord, le président a fermement condamné les frappes israéliennes en Syrie. Pour la Russie, celles-ci constituent une grave violation de l’espace aérien de ce pays et viennent tâcher de sang le processus de paix prometteur qui s’est dessiné au cours des derniers mois. En réponse, l’ensemble des batteries antiaériennes russes déployées sur le territoire syrien seront réaffectées de manière à défendre plus exactement les cieux. Moscou a été très claire : tout nouvel appareil israélien violant l’espace aérien de la Syrie serait immédiatement abattu par les armes russes présentes sur place, et toute tentative israélienne de détruire une de ces batteries antiaériennes verrait une réplique sur le sol même de l’État d’Israël.

Concernant l’Iran, la Russie déplore de manière affirmée la propension des États-Unis à décider depuis le Pentagone quels États ils peuvent bombarder en fonction de leurs intérêts, ce qui fait d’eux une menace à la sécurité mondiale. Le blocus a été jugé comme une réponse légitime de Téhéran, bien que Moscou ait appelé à l’assouplir pour qu’il ne concerne plus que les navires saoudiens, seul pays du golfe persique à avoir effectivement participé à l’assaut.:mac: De manière plus anecdotique, le FSB a reçu des instructions visant à laisser les islamistes chiites tchètchènes le souhaitant rejoindre l’Iran, sans pour autant arrêter de garder un œil sur eux :mac:

Soucieux de rassurer les « partenaires européens » de la Russie ainsi que la Chine, Vladimir Poutine a annoncé que les livraisons d’hydrocarbures russes ne seront pas altérées quand bien même les ressources russes verraient leur demande exploser. :mac: Partout dans le monde et particulièrement sur le continent européen plus sensible, les médias russes dont font partie RT et Sputnik News diffusent sur les réseaux sociaux et les médias plus traditionnels quand c’est possible de multiples articles et actualités attisant l’opposition vis-à-vis d’Israël et des Etats-Unis :mac:



Organisations régionales


La Fédération de Russie, satisfaite par les résultats économiques de l’Union économique eurasiatique, ayant renforcé le commerce, d’autant plus suite à l’entrée en vigueur d’accords de libre-échange avec la Chine depuis 2019 et l’Iran depuis 2021, a annoncé vouloir continuer cet effort fructueux.

Concernant l’élargissement de l’UEEA, Moscou a proposé aux états membres ainsi qu’à l’État en question d’inclure le Tadjikistan, déjà membre de l’OTSC et qui s’est déclaré candidat à l’adhésion. De plus, l’intervention turkmène en Afghanistan marquant une rupture de la doctrine de neutralité totale du pays, la Russie propose à Achgabat d’envisager de rejoindre l’OTSC et/ou l’UEE.

Enfin, dans le cadre de la continuation des succès de l’UEE, la Russie a proposé la mise en place d’une monnaie commune nommée Altyn en référence à une devise utilisée autrefois pour les échanges entre l’Empire russe et l’Asie centrale. Moscou fait ainsi suite à des déclarations des présidents kazakh et biélorusse allant dans le même sens.
avatar
Thalassin
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1247
Date d'inscription : 27/10/2013
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Skorm123 le Dim 12 Aoû 2018 - 15:16







اسلامی جمہوریۂ پاکستان


République Islamique du Pakistan
 



Les futures divisions Pakistanaises



Les premiers Type 08 viennent de sortir de la chaine de production. Après quelques années de tests, le Pakistan s’apprête à équiper son armée de cet APC qui visera à remplacer tous autres blindés de son type (sauf un) permettant une certaine homogénéité dans l’armée. Pour cette occasion, il sera renommé al-Iyad, célèbre général du premier Califat islamique. L’Al-Iyad équipera la majorité des divisions pakistanaises ou il coopérera avec le Hamza 8X8, produit localement pakistanais, mais sera la colonne vertébrale des différentes divisions du Pakistan d’ici à 2033 avec les premières divisions équipés dès l’année prochaine. La production sera d’environ 100 exemplaires pour la prochaine année, avec une vitesse de production à 300 exemplaires par année dans 2 ans. Pour équiper toutes les divisions (motorisés, mécanisés et blindés), on estime qu’environ 3 500 unités sont nécessaires pour équiper les différentes divisions de l’armée pakistanaise.


Avec le Al-Iyad, le Hamza 8X8 aura différentes missions, malgré la modularité du Al-Iyad, celui-ci ne permet pas de remplir toutes les missions de l’armée pakistanaise, et c’est le Hamza MCV qui s’occupera de ces missions. En premier lieu, il s’agit d’un MRAP, résistant aux mines et IED, et il sera employé par le Pakistan dans les guerres asymétriques tandis que l’al-Iyad sera employé dans des guerres plus conventionnelles. La guerre en Afghanistan est une preuve du besoin croissant de l’armée pour ce véhicule. Capable d’emporter 14 hommes, il traverse tout terrain, notamment le montagneux très caractéristique de l’Afghanistan. Plusieurs versions sont prévues : une version mortier, version d’évacuation médical, une version APC, une version anti-char, une version contre-aérienne de basse altitude et même une version logistique de transport de matériel, car l’APC de 14 tonnes peut transporter un maximum de 50 tonnes. Toutes ces versions seront utilisées en Afghanistan, également la version anti-char et anti-aérienne car les talibans et les différents groupes terroristes utilisent des IFV dont il est difficile à détruire, comme durant la bataille d’Asadabad, qui a était une grosse défaite pour le Pakistan. Quelques versions seront utilisées par les autres divisions conventionelles, comme la version d’évacuation médicale ou la logistique, mais là ce sera l’Al-Iyad qui sera majoritaire avec ses dizaines de versions. Concernant le Hamza, on estime qu’il devra équiper une division du Corps Afghans par année dès l’année prochaine (car il est plus vieux que le Al-Iyad, et a déjà passé les tests et tout). On estime donc qu’il faut une production annuelle de 200 exemplaires dès cette année, puis environ 300 à 400 par année dès 2022. Au vu de ses capacités de soutiens (logistique et médical), le véhicule sera produit à un nombre d’exemplaire élevé, autant que le Al-Iyad, soit 3 000 exemplaire en majorité la version logistique de transport de matériel qui équipera une grande partie de l’armée.




avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1336
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Dim 12 Aoû 2018 - 17:10

Russie
Brève
Evénement

Les lancements des projets Energia-II (lanceur-lourd) et Buran-II (navette spatiale) depuis Baïkonour ont été un succès aussi bien pour l'image du président Poutine envers un public russe qui est toujours fier de voir les prouesses d'ingénierie spatiale de Roskosmos, mais aussi à l'étranger.

L'envers du décor n'est cependant pas si brillant. Les budgets de Roskosmos sont à sec, et de nombreux sacrifices ont du être faits pour permettre ces lancements. Dmitry Rogozin, le directeur de Roskosmos depuis 2018, a silencieusement présenté sa démission au président de la Fédération de Russie, malgré les succès des derniers jours.

Dimitri Rogozin, ex-directeur de Roskosmos

Selon lui, il manquerait près de 7 milliards de dollars d'investissement dans le projet Energia-II, et il s'agit d'un miracle si le premier vol expérimental a été un succès. Ne pouvant pas assurer la sécurité de la mission dans les conditions actuelles, il a préféré démissionner.

Note : Pour le prochain lancement expérimental de Energia-II, le joueur russe devra demander une simulation de réussite [section information]
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Shikkoku le Dim 12 Aoû 2018 - 19:12



Affaires Intérieures :

Mer de Chine du Sud :

Le récent rapport fixant les ressources naturelles en Mer de Chine du Sud était attendu par l'ensemble du monde politique chinois. Les soupçons sont donc confirmés, et les ressources pétrolières et gazières sont importantes dans l'ensemble de la zone maritime de la Mer de Chine du Sud, ce qui intéresse évidemment au plus haut point une Chine toujours plus gourmande en énergie.

La Chine ne fut pas la seule à réagir à la publication de cette nouvelle. L'ambassade chinoise au Japon a notifié le gouvernement central de l'organisation d'une possible rencontre entre les acteurs de la Mer de Chine du Sud et le Japon. Furieux, le Secrétaire Général Xi Jinping a aussitôt demandé au Ministère des Affaires Etrangères de mettre en garde ces nations à travers un communiqué international.

La Chine, à travers ses deux consortiums pétroliers Sinopec et CNPC (China National Petroleum Corporation) mais aussi de plus petits groupes spécialisé dans le pétrole et le gaz offshore comme China National Offshore Oil Corporation a annoncé au monde la construction de plusieurs plateformes d'exploitation pétrolières et gazinières offshore dans la Mer de Chine du Sud, et assure que les travaux ne devraient pas impacter le commerce maritime international.

Les travaux s'échelonneront sur une durée de 2 ans (voir carte), et chaque station offshore devrait être opérationnelle après environ 6 mois du début des travaux et des sondages et examens scientifiques de la zone.

Nord de la Mer de Chine du Sud - Paracels:

Sud de la Mer de Chine du Sud - Spratleys:

Afin de protéger les travaux des futures plaintes et jérémiades, les effectifs suivants déjà en garnison dans la zone sont placés en état d'alerte jusqu'à nouvel ordre

Mobilisation des effectifs suivants :

Mer de Chine du Sud :


Groupe aéronaval Liaoning :
- 1 porte-avion Liaoning (26 Shenyang J-15 (chasseur aéronaval multirôle), 6 Changhe Z-18F, 6 Changhe Z-18J, 2 Harbin Z-9 (tous des hélicoptères moyens multirôles)
- 4 Type 052D/Kunming/Luyang III-class (Destroyers)
- 2 Type 052C/Lanzhou/Luyang II-class (Destroyers)
- 4 Jiangkai-class II (frégate)
- 3 Jiangwei II-class (frégate)
- 8 Type 054A (frégate)
- 2 Han-Class Submarines (Sous-marin nucléaire d'attaque)
- 4 Type 22 missile boat (petits navires lance-missile)

Groupe sous-marin d'appui :
- 6 Type 093 (sous-marins nucléaires)

Groupe de surface et d'attaque d'appui :
- 2 Type 071 Landing ship (débarquement)
- 4 Type 072A landing ship (débarquement)
- 2 Type 22 missile boat (petits navires lance-missile)
- 8 Type 054A (frégate)
- 2 Type 052 (destroyer)
- 8 Qiongsha-class cargo ship (dont 2 bateaux logistiques, 5 de transport de troupes et 1 navire-ambulance)

- 24 Type 05 amphibious fighting vehicle (VBL amphibie multirôle)
- 6 000 marines

Ce groupe naval a déjà fait ses preuves lors de l'opération de libération de l'îlot attaqué par le Vietnam en 2019. La Chine compte sur ce dispositif pour décourager d'éventuelles attaques contre les plateformes.

Le Liaoning et son escorte:


Communiqué au Vietnam, aux Philippines, à la Malaisie, au Brunei, et à Taïwan :

La Chine déconseille fortement une association stratégique avec le Japon en Mer de Chine du Sud. En cas d'association et de menace sur l'intégrité du territoire chinois, la République Populaire de Chine jugera les processus de désescalade enclenchés par la Chine suite à la crise de 2019 comme caduques et se réserve le droit d'entreprendre des actions économiques, politiques et militaires pour protéger son territoire national.


Communiqué au Pakistan :

La République Populaire de Chine salue l'entrée en service des véhicules chinois produits au Pakistan.

Communiqué au Monde :

La Chine dénonce vivement le blocage du détroit d'Ormuz par l'Iran, et appelle au calme face à cette crise sans précédent pour l'économie pétrolière. La Chine dénonce également les frappes israélo-américaines en Iran, nation souveraine, et appelle la communauté internationale au calme et au dialogue.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 6000
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Dim 12 Aoû 2018 - 20:15

Moyen-Orient
Brève
Conséquence

Deux semaines après le bombardement des installations nucléaires iraniennes, la situation reste toujours plus qu'explosive au Moyen-Orient, aucun des deux camps n'ayant pour l'instant fait un pas vers l'autre pour tenter de calmer le jeu et éviter une escalade de la violence, voire l'éclatement d'une véritable guerre régionale qui pourrait avoir des conséquences irrémédiables sur l'économie mondiale et le peu de stabilité encore existant au Moyen-Orient. Téhéran a rejeté avec véhémence la résolution du Conseil de Sécurité lui sommant de lever le blocus du détroit d'Ormuz, estimant que ledit organe s'était « déshonoré en ne condamnant pas une atteinte manifeste à la paix internationale doublée d'un crime d'agression lâche. » Pour l'exécutif iranien, le seul moyen de lever totalement le blocus est soit la confrontation militaire, soit le départ immédiat de toute les unités américaines de la région, le démantèlement de leurs bases, la levée des sanctions économiques et financières frappant le pays et la réparation des dégâts causés à l'Iran lors des frappes.

Durant ce court laps de temps, le cours du pétrole s'est littéralement envolé pour atteindre un niveau d'avant-crise de 92$ le baril, alors qu'il dépassait à peine les 70 dollars l'année passée. Le coup est évidemment plus que rude pour les économies largement dépendantes de l'importation de pétrole, tandis que les pays qui en exportent sont pour l'instant largement bénéficiaires de cette crise, la Russie et le Venezuela en tête, même si dans les mois à venir, la hausse continue du prix du pétrole pourrait entraîner une chute de la consommation mondiale, et par la même occasion une crise économique violente. Face à cette perspective, mais aussi sur demande du gouvernement russe, que les dirigeants iraniens en veulent surtout pas froisser, icelui étant le seul véritable allié puissant qu'il possède dans cette affaire, Téhéran a décidé de rouvrir le détroit d'Ormuz aux pétroliers et méthaniers des pays du Golfe à l'exception des bahreïnien, émiriens et saoudiens. Si la décision ne fait pas baisser le cours du pétrole, elle permet néanmoins de le figer à ce prix. Quoi qu'il en soit, selon les estimations, l'impact de cette crise - si elle se fige en l'état - devrait être pour l'instant une baisse de la croissance d'environ 0,5% pour les pays développés en moyenne par rapport aux estimations de début d'année.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Gungauss le Dim 12 Aoû 2018 - 21:53

Fédération de Russie





Programme spatial - Roscosmos


Suite à la démission de Dmitri Rogozin à la tête de l'agence spatiale Roscosmos, le Kremlin a annoncé avoir nommé Natalia Poklonskaya à la tête des programmes spatiaux russes. Forte d'une grande expérience en matière juridique, elle sera à même de négocier, avec les agences spatiales étrangères, les futures accords de partenariats concernant Roscosmos.
Cette femme de quarante et un ans, originaire de Crimée, symbolise désormais, à travers cette nomination, la réussite de la classe moyenne en Russie dans le milieu politique, cassant ainsi l'image d'oligarchie propagée par la propagande occidentale. C'est également la plus belle preuve d'égalité homme-femme dans les hautes sphères de la Fédération, étant donné la place que représente Roscosmos désormais dans le monde du XXIe siècle.


Natalia Poklonskaya, dans son uniforme de Major-Général, répondant aux questions de la presse russe suite à sa nomination à la tête de Roscosmos et listant les objectifs de l'agence sous son mandat

La mission de la nouvelle directrice de Roscosmos ne sera pas sans peine. En effet, malgré le succès du lancement expérimental de Energia-II et Buran-II, le budget de l'agence est malmené par les lourds programmes mis en chantier depuis 2007. C'est pourquoi le gouvernement russe a annoncé qu'étant donné les réformes militaires qui vont avoir lieu avant la fin de l'année, ainsi que le retrait de la mobilisation des réservistes, le budget de la Défense, actuellement de 75 milliards $, va passer à 60 milliards. Cette économie de 15 milliards va permettre de réinjecter 7 milliards dès à présent dans le budget de l'agence fédérale russe.

Le budget global de l'agence Roscosmos passe donc à un total de 11,53 milliards $, soit 780,5 milliards de roubles. Ce budget est colossal comparé aux budgets précédents : en 2015, le budget de Roscosmos était de 186 milliards de roubles. Le budget est donc multiplié par quatre en moins de dix ans. Cet apport financier important va permettre d'effectuer deux lancements expérimentaux supplémentaires de Energia-II, de Buran-II et du Programme-A d'ici la fin de l'année, sans nuire aux autres programmes de recherches spatiaux. Également, cette hausse va permettre d'accélérer le développement des programmes Luna-Glob, Venera-D, le développement de la famille de lanceurs Angara, Soyuz-2, Soyuz-2-3, ainsi que les recherches sur les centrifugeuses à rayon-court pour l'exploration spatiale, entre autres projets de l'agence. C'est un profond développement qui se met en place pour l'agence russe.


Passées les annonces administratives et financières, Roscosmos a également réussi le lancement, souvent retardé, de la sonde lunaire Luna-25. Mis en orbite par la fusée Soyuz-Fregat 2.1b de l'agence Roscosmos, le module Luna-25 est un ''lander'', c'est-à-dire un engin qui doit se poser sur la Lune pour mener des analyses. Il ne rentrera pas sur Terre, mais transmettra des données vitales pour la bonne conduite de la suite du programme. Luna-25 a également un rôle de démonstrateur technologique, prouvant ainsi la viabilité des systèmes d'alunissage développés dans le cadre du relancement du programme sur la base des recherches menées pour les anciennes missions Luna. En résumé, l'atterrisseur Luna-Glob (Luna 25) est un engin spatial léger qui doit effectuer une première analyse du régolithe lunaire dans les régions polaires jusqu'à une profondeur de 50 centimètres et collecter des données sur l'exosphère. Il doit également valider les techniques d'atterrissage et les systèmes de télécommunications qui seront mis en œuvre par les missions lunaires suivantes.


Atterrisseur Luna-25

Son site d'alunissage, le cratère Boguslavsky, dans l'hémisphère sud du satellite naturel de la Terre, représente le centre de toutes les prochaines missions lunaires de l'agence Roscosmos, et est d'ores et déjà revendiqué par la Fédération comme ''zone d'études et de recherches scientifiques exclusives''. Cette revendication, qui viole les traités sur l'espace, est la conséquence de la décision américaine de militariser l'espace, également à l'encontre du traité de l'Espace, mais également la conséquence de l'instauration de la loi américaine SPACE Act, entrée en application en novembre 2015, qui viole le même traité international en autorisant les entreprises américaines à s'approprier des ressources et des territoires dans l'espace. Le cratère Boguslavsky et ses environs sont donc déclarés zone exclusive de recherches scientifiques et économiques de l'agence fédérale Roscosmos par un décret présidentiel avalisé par la Douma, le décret Лунное завоевание, signé en ce mois de juillet 2021.


Zone de recherches du programme Luna-GLOB, désormais territoire revendiquée par l'agence Roscosmos comme zone de monopole de recherches scientifiques et économiques.

Deuxième grande réussite spatiale de l'année pour la Russie, ce succès annonce enfin le retour de la Russie sur le devant de la scène spatiale, et en force. Le programme Luna-Glob reprend ainsi du service, après le dernier lancement, Luna-24, en 1976. La prochaine mission, Luna-26, est prévue pour 2022 et consistera en un orbiteur lunaire destiné à la retransmission de données entre la Lune et la Terre, afin de permettre un développement massif de la présence scientifique russe sur le sol de notre satellite naturel. L'ensemble du programme Luna-GLOB doit permettre, d'ici 2032, l'installation d'un centre de recherches permanent sur la Lune, dans le cratère Boguslavsky, accueillant de quatre à douze cosmonautes et chercheurs, afin d'étudier un ensemble de données scientifiques et technologiques. Il n'est pas exclu, pour accélérer le programme, d'avoir recourt à la fusée Energia-II d'ici 2025 pour lancer simultanément plusieurs missions Luna-GLOB au lieu de lancements unitaires via Soyuz-Fregat 2.1b.

Dans l'espace, plus précisément sur la Station Spatiale Internationale, les cosmonautes russes ont reçu pour consigne de commencer à travailler sur les calculs nécessaires pour un désarrimage de la section ROS et sa mise sur une orbite différente de l'ISS. Ces travaux, menés en lien avec les astronomes au sol et les scientifiques travaillant pour le compte de l'ISS au sein de Roscosmos, est une réaction à l'absence de réponse américaine et nippone quant à l'avenir de l'ISS, mais également une riposte aux actions américaines en Syrie et en Iran.


Politique militaire

Conformément à l'annonce en lien avec la hausse du budget de Roscosmos, le budget des forces armées est réduit de 15 milliards $, passant de 75 à 60 milliards. Pour que cette baisse ne touche pas les forces d'actives, elle se concentrera sur le matériel de réserve et les unités de catégorie B et C de l'armée russe, et sera détaillée dans la réforme globale des forces armées russes, qui se mettra en place avant la fin de l'année.
avatar
Gungauss
Chef de Département des Nations Unies
Chef de Département des Nations Unies

Messages : 3375
Date d'inscription : 16/10/2011
Localisation : A bord du R95

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Jhe le Dim 12 Aoû 2018 - 23:31




Affaires intérieures et extérieures :  



Frappes américaines en Iran :

Le 04 juillet 2021, alors que le peuple américain venait de célébrer sa fête nationale comme tous les ans à cette date, lorsque, tard dans la soirée, les médias ont annoncé une allocution imminente de Donald Trump ainsi qu’une activité très inhabituelle à cette heure au Pentagone. La twittoshphère s’est très vote agité, rumeurs et fake news se sont multipliés tandis que la nouvelle d’un nouvel accès de violence entre l’Iran et Israël en Syrie se répandait sur les réseaux sociaux. Plus tard dans la soirée ce sont des informations relatant d’intenses explosions en Iran qui se sont répandues. Peu à peu la nouvelle s’est donc répandu et avant même que Donald Trump n’apparaisse sur les écrans de télévision les spécialistes sont formels : les Etats Unis viennent de lancer une opération militaire contre le programme nucléaire iranien.

Peu après Donald Trump a confirmé officiellement ses dires lors d’une déclaration solennelle au peuple américain depuis la Maison Blanche.

« Sur mon ordre, avec la collaboration de l’État d’Israël et de l’Arabie Saoudite, les forces armées américaines viennent de lancer des frappes aériennes contre les installations nucléaires iraniennes. Ces derniers temps la République islamique, un des pires Etats voyou de la planète, a en effet multiplié les gestes d’agressivité envers notre pays et ses alliés, ignorant nos appels au dialogue afin de discuter à nouveau et de parvenir à un nouveau compromis, un vrai compromis et non pas le mauvais accord signé en 2015 par mon prédécesseur. Nous n’avons jamais voulu la guerre, mais à l’heure ou les intérêts de la nation et la sécurité de nos enfants, du Moyen Orient et du monde entrent en jeu moi même et mon Administration n’avons eu d’autres choix que de réagir, en concertation avec nos alliés les plus fidèles. Ces frappes sont ciblées et ne visent pas à déclencher une guerre, j’appelle l’ensemble des nations de la planète au calme : nous ne faisons que protéger la stabilité mondiale des velléités nucléaires d’un Etat dangereux qui n’a cessé d’ignorer nos avertissements et de mettre à rude épreuve notre patience. [...]

Que Dieu nous vienne en aide, Dieu protège l’Amérique »


Après ce discours solennel du président Trump, la twittosphère s’est remis en action ainsi que les principaux médias. Les propos du chef de l’État ont été vivement commenté, certains approuvant totalement la décision de frapper l’Iran d’autres accusant une nouvelle fois Donald Trump de mener une politique digne d’un fou. De nombreux messages de soutien aux marins et aviateurs engagés ont également afflué. Les réseaux sionistes américains font partie des plus fervents approbateurs des frappes. Les informations fiables ne sont venues que très tard dans la nuit, puis dans la matinée du 05 juillet. Le secrétaire à la Défense Jim Mattis, les traits tirés et entouré des huiles du Pentagone, a en effet détaillé aux médias les opérations. De prime abord celui ci a mis en avant que « pas un appareil américain n’est perdu et que tous nos gars sont actuellement sains et sauf dans leurs bases ». Le secrétaire a ensuite détaillé les forces engagés, les cibles visées et le déroulement des opérations, images satellites à l’appui. « A l’heure actuelle, nous pouvons affirmer que toutes les cibles visées par les forces américaines ont été atteintes et les opérations sont terminées. Trois sites clé du programme nucléaire iranien sont donc neutralisés et nous pouvons actuellement assurer que grâce à cette opération la capacité iranienne de production de nucléaire militaire est hors d’état de nuire ».  


Plus tard dans la matinée le président Trump a ouvert le bal de ses tweets par un simple « Mission accomplie ! » avant de féliciter longuement les troupes américaines engagées et de mettre en garde l’Iran et ses « affidés » de toute réaction « visant à l’escalade ». L’Administration américaine intime donc à l’Iran de lever dans les plus brefs délais son blocage du détroit d’Ormuz « qui pénalise avant tout les pays dépendant du pétrole du Golfe et non les Etats Unis en premier lieu ». Si l’Iran n’obtempère pas les Etats Unis et leurs alliés devront prendre leurs responsabilités. Les forces américaines dans la région restent donc mobilisées, notamment le groupe aéronaval du Gerald Ford. Une ouverture pour des négociations est faite à l’Iran : il est maintenant vain de poursuivre la chimère du nucléaire militaire, la volonté des USA est inébranlable, un scénario à la nord coréenne est maintenant envisageable, une solution qui serait profitable à l’ensemble du monde et avant tout au peuple iranien, asphyxié par les sanctions.

Le refus iranien de toute négociation et la poursuite du blocus d’Ormuz contre les pétroliers d’alliés américains (notamment saoudiens) ne va toutefois laisser que peu d’options aux Américains et à leurs partenaires. Le groupe aéronaval de l’USS Gerald Ford reste stationné au sud de l’Iran dans l’océan Indien tandis que les forces américaines dans le Golfe (notamment à Barhein) restent en état d’alerte maximale et prêt aux combats.

Aux Etats Unis l’opinion semble soutenir majoritairement, selon les premières enquêtes d’opinion, la décision du président qui s’envole dans les sondages avec cette posture martiale. Dans les médias les responsables de l’Administration multiplient en tout cas les apparitions pour défendre les frappes, notamment le conseiller à la sécurité nationale John Bolton. Dans la classe politique également l’on approuve majoritairement, tout camp confondu, les frappes contre l’Iran même si certaines voix (notamment démocrates) se font entendre pour critiquer cette aventure militaire. Plus que le président les politiciens de l’opposition félicitent avant tout les soldats engagés dans un esprit patriotique très américain. L’ancien sénateur John Mac Cain, mourant dans sa retraite de l’Arizone, a posté un simple tweet : « Félicitations à nos forces armées, la Patrie peut être fière de vous. ».

Le président américain a en outre félicité chaudement Shinzo Abe, grand ami de l’Amérique, qui reprend du service au Japon.  

Washington n’émet également aucune critique et encourage tacitement l’offensive ukrainienne dans le Donbass.



avatar
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 979
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Gungauss le Lun 13 Aoû 2018 - 13:52

Fédération de Russie





Réforme militaire


Comme annoncé il y a quelques semaines, le ministre de la Défense Sergueï Choïgou a présenté au public la réforme des forces armées russes, essentiellement accès sur les forces terrestres de la Fédération de Russie.

Cette réforme, qui doit encaisser la baisse de 15 milliards $ au budget des forces armées, s'axe sur trois points.

Le premier point est la baisse des coûts militaires liés à la mobilisation de 400.000 réservistes. En effet, le budget de la Défense avait gonflé de 68 à 75 milliards pour amortir cet énorme enjeu logistique que représente l'arrivée sous les drapeaux d'un personnel aussi nombreux. La démobilisation des effectifs de réserve et du matériel alloué permet donc une baisse substantielle d'approximativement 7 milliards $ pour le budget annuel, et retire ainsi le poids massif d'un tel déploiement sur la logistique et le financement des forces armées.

Second point de la réforme, et non des moindres, c'est le retrait du service actif d'une quantité importante de matériel militaire. En effet, avec l'entrée en service des nouveaux matériels du programme Armata, ainsi qu'avec le troisième point de la réforme qui sera expliqué ci-après, le commandement des forces armées a reçu ordre de donner une liste de matériel à retirer des unités d'active, soit pour les parquer dans des entrepôts de réserve, soit pour les démanteler, soit pour les destiner à la vente à l'export sur étagère. L'ensemble de ces trois possibilités amène ainsi l'armée de Terre à se séparer des matériels suivants :
T-62M1V1 : 2,500
T-55M5 : 2,000
T-55M6 : 800
BMP-1P : 4,000
BMP-1PG : 200
BMP-1D : 300
MT-LBM : 4,500
BTR-60PBM : 1,600
2S1 Gvozdika : 200
2S3 Akatsiya : 200
BM-21 Grad : 800 (provenant des forces de réserve)

L'ensemble de ce matériel représente donc 5.300 chars de combat, 4.500 véhicules de combat d'infanterie, 6.100 transports de troupes, 400 pièces d'artillerie autopropulsée et 800 véhicules d'artillerie lance-roquettes. Il s'agit là d'une quantité très significative de matériel militaire, jusqu'alors maintenu en état de service pour les forces de réserve, et qui est donc rayé des listes logistiques. Ces matériels seront entreposés dans des zones tenues secrètes, en Sibérie, en attendant soit d'être transférés à la casse, soit d'être mis en réserve, soit d'être remis en état et modernisé si nécessaire pour une revente à l'étranger.

Enfin, le troisième point de la réforme des armées de Terre consiste en une modification totale du fonctionnement des unités militaires de l'armée russe. . Désormais, les forces d'active de l'armée de Terre vont être réduites, ainsi que les effectifs de la réserve et ceux des forces parachutistes.
Voici donc les nouveaux effectifs des forces armées russes :
Armée de Terre : 280.000 hommes d'active
Forces aérospatiales (regroupant l'armée de l'Air, les forces de défenses aériennes et antimissiles, et les forces spatiales) : 430.000 hommes d'active
Forces Maritimes militaires de la Fédération de Russie : 148.000 hommes
Forces stratégiques : 60.000 hommes
Forces aéroportées : 60.000 hommes
Personnel de réserve : 2.400.000 hommes
Personnel de la Garde Nationale : 340.000 hommes

Ainsi, le personnel d'active des forces armées russes passe d'environ 1,01 millions d'hommes à 978.000 hommes, soit une baisse d'un peu plus de 72.000 hommes dans les forces d'active de l'armée de Terre et chez les forces aéroportées - 60.000 hommes pour la Terre, 12.000 hommes pour les VDV. De plus, le contrat de réserve de 172.500 hommes ne sera pas renouvelé cette année. Ces deux modifications font passer les effectifs de la réserve de 2.572.500 hommes à 2.400.000 hommes.

Les coupes d'effectifs, le retrait de la mobilisation des réservistes et le retrait du service d'un stock impressionnant - retrait qui est sans précédent dans l'armée russe, permettent ainsi aux armées russes d'atteindre une économie de 15 milliards $. En effet, ces coupes de matériels et d'effectifs entraînent, dans les coulisses, une baisse des moyens nécessaires en logistique, en commandement, en production de pièces et de munitions pour l'ensemble des forces armées russes. Il s'agit là pour la logistique russe de retirer de ses ordres de ravitaillement un stock équivalent au quart du matériel blindé russe.

L'ensemble de cette réforme des effectifs et des moyens et le premier acte d'une refonte des forces armées russes. D'ici la fin de l'année, le ministère de la Défense réorganisera l'ensemble des unités organiques de l'armée de Terre, de la Marine et de l'armée de l'Air, pour correspondre davantage aux besoins et à la sécurité de la Fédération.
avatar
Gungauss
Chef de Département des Nations Unies
Chef de Département des Nations Unies

Messages : 3375
Date d'inscription : 16/10/2011
Localisation : A bord du R95

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Lun 13 Aoû 2018 - 15:05

Ukraine
Brève
Evénement

L'Ukraine, récemment visée par une offensive russe majeure, est traumatisée par la violence du choc. Le centre-ville de Dnipro et la ville de Marioupol ont été tous les deux visés par l'armée russe lors d'une opération aérienne massive et rapide, causant la perte de plusieurs centaines de citoyens ukrainiens, dont plus de "300 civils" selon les sources ukrainiennes. Des manifestations spontanées de soutien au gouvernement ont été organisées, et ont pris un caractère russophobe très accentué très rapidement.

Une femme tenant un panneau peignant Vladimir Poutine en vampire assoiffé de sang, Kiev

L'été 2021 et la reprise de combats d'envergure en Ukraine a également fait plonger l'économie du pays, avec une prévision de récession importante pour l'année 2021, qui pourrait se poursuivre en 2022 selon des experts.

La Présidente Tymochenko elle, a violemment dénoncée l'agression russe qui s'ajoute à l'invasion officielle du Donbass, région séparatiste. Elle en appelle à la communauté internationale et à l'Occident pour agir contre la menace que représente la Russie pour le peuple ukrainien.


Lituanie, Estonie, Lettonie
Brève
Evénement

Les nouvelles de l'attaque aérienne massive contre l'Ukraine font froid dans le dos dans les Pays baltes. Ceux-ci savent en effet qu'ils seraient les premiers sur la ligne de front en cas d'escalade militaire avec la Russie, et l'Estonie notamment possède une forte minorité russophone difficilement intégrée dans le pays.

En réaction à l'offensive russe, ces trois pays ont demandé aux Etats-Unis, à la France, au Royaume-Uni, à l'Allemagne et à la Pologne de déployer plus de troupes sur leurs territoires.
Ces trois derniers, et notamment le Royaume-Uni, soucieux de renforcer son leadership alors qu'il est en dégringolade depuis le Brexit et les difficultés politico-économiques qu'il a suscité, ont immédiatement accepté. 280 soldats allemands, 310 soldats britanniques et 290 soldats polonais ont pris la route de la Baltique pour renforcer les missions de coopération otanaises dans la région.

Troupes britanniques arrivant à Riga de nuit, deux jours après l'attaque en Ukraine



union Européenne
Brève
Evénement

Plusieurs manifestations de soutien à l'Ukraine ont eu lieu à Varsovie, Bucarest, Berlin mais aussi, bien que plus petites, à Paris et Londres. Dans les hautes sphères du pouvoir technocratique de l'UE, c'est aussi un soutien clair envers Kiev qui s'est annoncé. Lors d'une session du parlement européen à Strasbourg, plusieurs députés l'ont interrompue pour proclamer leur soutien inconditionnelle à la présidente Tymochenko et au peuple ukrainien.

Des députés européens brandissant des drapeaux ukrainiens en pleine séance

L'opinion européenne vis-à-vis de la Russie chute, et si peu d'européens avaient déjà un peu de vue positif de la politique de Vladimir Poutine, ceux qui ont un "point de vue positif" en Allemagne sont passés de 20% en 2017 à 7% en 2021, 29% en 2017 pour l'Autriche à 12% actuellement, et même dans des bastions de la popularité poutiennienne en Europe comme la Roumanie, qui affichait un soutien de 65% en 2017 à Poutine, celui-ci n'est plus vu positivement que par 24% des roumains.

Succès militaire donc pour la Russie, mais catastrophe diplomatique.

avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Lun 13 Aoû 2018 - 15:20

Europe, Caucase et OTAN
Brève
Evénement

Des rapports indiquent d'importants mouvements de troupes russes aux frontières de la Fédération avec l'Europe, notamment de la Finlande, des Pays baltes, de la Biélorussie, de l'Ukraine, mais aussi dans le Caucase. Les forces armées nationales baltes, finnoises, norvégiennes, roumaines, polonaises, géorgiennes et britanniques entrent en état d'alerte, pour l'instant non communiqué au public dans le cas britannique, et se préparent à une potentielle poursuite des offensives russes en Europe.


Une réunion d'urgence de l'OTAN à Bruxelles a été demandé par son Secrétaire Général, réunissant les chefs d'Etat-Major de l'Alliance afin de décider de la marche à suivre. Il n'est pas impossible que face à ce qui ressemble à une élévation du niveau de préparation à un conflit majeur russe, l'OTAN décide de mobiliser à son tour ses forces, entrant dans une spirale semblable à l'incident Able Archer 83 il y a de cela presque 40 ans.




Dernière édition par Bureau le Lun 13 Aoû 2018 - 21:04, édité 1 fois
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Thalassin le Lun 13 Aoû 2018 - 15:36

Fédération de Russie





Crise ukrainienne

Dès lors qu’elles furent rendues publiques, le gouvernement russe s’est félicité du succès des frappes russes en Ukraine, et le président Poutine est apparu sur les écrans de télévision nationaux afin de prononcer un discours clarifiant sa politique vis-à-vis de l’Ukraine :

« Mes chers compatriotes, notre armée a effectué une série d’attaques aériennes sur des positions de l’armée de l’air ukrainienne, qui ont magistralement atteint leurs objectifs. Ces frappes font office de réponse à l’idiotie des dirigeants de l’Ukraine qui ont osé  s’en prendre aux soldats russes qui défendent les minorités du Donbass contre le génocide que Kiev cherche à y perpétrer.

Que les choses soient claires, il ne s’agit absolument pas des préparatifs à une invasion du territoire ukrainien ou d’un quelconque autre pays européen. La Russie défend la paix, et dans ce cas une démonstration de force était nécessaire pour calmer les menées bellicistes ukrainiennes. Nous n’avons d’ailleurs rien contre le peuple frère d’Ukraine qui est malheureusement dirigé par des traîtres à la solde de puissances étrangères, et cette évidence amène la Russie à apporter ses condoléances les plus sincères aux familles des victimes civiles des frappes aériennes.

Enfin, afin d’éviter une crise diplomatique d’un niveau jamais vu depuis la chute de feu l’Union soviétique, j’ai contacté les gouvernements ukrainien, biélorusse et américain afin de tenir à Minsk une rencontre visant à canaliser les tensions et trouver les moyens de parvenir à une désescalade du conflit du Donbass, de manière respectueuse des engagements pris par la Russie depuis plusieurs années déjà »
avatar
Thalassin
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1247
Date d'inscription : 27/10/2013
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Lun 13 Aoû 2018 - 19:55


République française





Affaires étrangères


................Lors d’une déclaration exceptionnelle du Quai d’Orsay, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a déclaré que « les récentes frappes aériennes russes à l’encontre de bases militaires sur le territoire national ukrainien sont une violation sans appel du droit international en ce qu’elles constituent un crime d’agression à l’encontre de l’Ukraine, Etat souverain depuis près de trente ans. » La République française condamne ainsi vivement les actions de la Fédération de Russie chez son voisin de l’ouest, estimant qu’elles étaient évidemment intolérables et démontraient « une claire volonté de déstabiliser les pays périphériques hostiles au pouvoir moscovite, duquel ils n’ont que trop longtemps souffert au fil des siècles. » Ainsi, Paris appelle Moscou à la raison, et exige que l’Union européenne renforce les sanctions économiques et financières contre la Russie et ses principaux dirigeants, notamment en visant les plus proches ministres et conseillers de Vladimir Poutine ainsi que les importations hors hydrocarbures en provenance de l’ancienne Union soviétique. En ce sens, Emmanuel Macron a présenté un tel projet devant le Conseil européen ainsi que devant le président de la Commission européenne, le charismatique Dominique de Villepin, tandis que les députés français du groupe européen EDA ont reçu pour consigne de soutenir cette initiative française, qui devrait passer sans trop de problème.

................Par ailleurs, le général François Lecointre, chef d’état-major des armées, a accepté de se rendre à Bruxelles pour le sommet extraordinaire de l’OTAN, porteur d’une position ferme de la France : la guerre en Ukraine doit cesser dans les plus brefs délais et la stabilité de tous les Etats frontaliers de la Russie doit être assurée. En ce sens, la République française a dépêché, de concert avec ses alliés au sein de l’organisation militaire susnommée, le 1er régiment étranger de cavalerie, fort de 1’000 légionnaires et dirigé par le colonel Olivier Baudet dans les pays Baltes – avec évidemment ses AMX-10RC, ses VBL, et son matériel habituel – , soutenu par la 4e escadre de chasse, composée des 16 Mirage 2000N de l’Escadron de chasse 2/4 La Fayette ainsi que des 32 Rafale B et C des Escadron de chasse 1/4 Gascogne et Escadron de transformation Rafale 3/4 Aquitaine, chargés quant à eux de la surveillance et de la protection de l’espace aérien des pays Baltes – assistés pour cela d’avions de guerre électronique et de surveillance. Arrivé sur place, le colonel Baudet aurait déclaré « C’est ici la porte d’Europe et vous ne passerez jamais ! » en regardant la Russie avec ses jumelles. Dans la mer Baltique, une flottille constituée des frégates Forbin, Languedoc, Auvergne, du patrouilleur L’Adroit, du sous-marin Perle, et de navires d’accompagnement dont des dragueurs de mine, a été dépêchée. Evidemment, la France reste pacifique.

................En métropole, l’ensemble des bases militaires est passé, au regard des rapports relatifs à une mobilisation russe exceptionnelle aux frontières du Vieux Continent, au niveau d’alerte maximal, suivant ainsi ses alliés de l’OTAN. Ainsi, de nombreux exercices militaires sont régulièrement organisés, notamment des simulations de déploiement rapide à l’étranger, la Force Scorpion étant particulièrement entraînée à cet effet, renforcée depuis la hausse des dotations au budget militaire depuis l’adoption de la loi de programmation militaire en 2018. Dans le ciel, les citoyens français ont l’extrême chance d’entendre fréquemment le bruit des Rafales et des Mirages dépasser mach 1, s’entraînant eux aussi en cas de dérapage de la situation. Dans la mer méditerranée, le groupe aéronaval français déployé au large de la Libye a provisoirement suspendu ses frappes aériennes contre l’Etat islamique au profit de mouvement plus à l’est, tandis qu’à Brest et à Toulon, la flotte procède à plusieurs manœuvres d’exercice et de préparation. Depuis Brest toujours, la flotte sous-marine française se déploie pour partie également, le Triomphant partant en immersion dans les immensités ténébreuses du Pacifique alors que le le Terrible simule un conflit de haute intensité dans l’Atlantique. Bref, en clair, les forces armées sont pleinement mobilisées et procèdent à des entraînements, espacés dans le temps pour éviter la surcharge de fatigue, au cas où.



avatar
Sirda
Président
Président

Messages : 1617
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Skorm123 le Lun 13 Aoû 2018 - 20:34







اسلامی جمہوریۂ پاکستان


République Islamique du Pakistan
 



Détails sur la loi sur l’éducation


La loi sur l’éducation vient d’être voté, et devrait être mis en application dès l’année prochaine. Celle-ci vise à un financement plutôt important de la part du Pakistan dans ce domaine laissé à l’abandon depuis des années.
Concernant le financement, le Grand Emprunt National sera fait en 10 ans, 5 milliards de dollars seront injectés chaque année dans l’éducation ayant uniquement pour but de construire ou moderniser les équipements au Pakistan. Parallèlement à cela, le budget pour l’éducation atteindra 5% du PIB d’ici à 2025, soit un peu plus que 19 milliards, il augmentera donc d’environ 2 milliards par années. Ce budget servira plus pour le fonctionnement, les professeurs et leurs salaires par exemple. Ces détails sont publiés car il semblerait que les précédentes dépêches n’ont pas spécifiés le financement de cette loi.
(en fait je me suis trompé durant mon précédent message sur ce sujet, j'ai mis des chiffres qui me mettraient mal, et impossible à tenir, du coup ceci sont plus réalistes et à prendre en compte)




avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1336
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Lun 13 Aoû 2018 - 22:28

Royaume-Uni
Brève
Evénement

C'est l'horreur qui frappe encore une fois le Royaume-Uni, qui n'a décidément pas beaucoup de chance. En plein coeur de Londres, alors que celui-ci sortait d'un bar avec des amis, le Membre du Parlement britannique représentant Belfast, Unioniste, Henry Guinness, a été tué à l'arme blanche. Victime de 4 coups de couteaux dans le thorax, il est mort en quelques minutes sur les pavés des rues londoniennes.


Après l'assassinat de Jo Cox en 2016 sur fond de toile de Brexit, c'est le deuxième personnage politique tué au 21ème siècle dans le pays. C'est un véritable déchirement qui se produit dans les Îles Britanniques entre l'Irlande et le Royaume-Uni. L'attaque n'a pas été revendiquée, mais des groupes sousterrains républicains irlandais sont fortement soupçonnés.


Japon
Brève
Evénement

Le 28 août 2021, l'ancien Empereur du Japon, ayant abdiqué le 30 avril 2019, est décédé chez lui dans son lit, au Palais Impérial de Tokyo. Akihito, âgé de 88 ans, est vraisemblablement mort paisiblement. C'est une tristesse nationale qui s'empare du Japon devant la mort de son ancien Empereur. L'actuel Empereur, fils du défunt, Naruhito a tenu à ce qu'un deuil national ait lieu en l'honneur de son père, respectant ainsi le protocole.

Dernière photo en date d'Akihito, décédé en 2021

Le symbole impérial reste populaire au Japon, et c'est sans aucun doute que la mort d'Akihito impactera la société japonaise.

République arabe de Syrie
Brève
Conséquence

Entré en vigueur l'année passée, le Pacte de Damas refait parler de lui à Damas. En effet, le président fraîchement réélu à la quasi-unanimité des voix en 2021, a vivement condamné la présence de troupes turques dans la régions spéciale d'Al-Bab, sous souveraineté syrienne, alors qu'au terme de l'accord passé, toutes les troupes non-autorisées par la Syrie devaient quitter le territoire national syrien. Face à cette situation intolérable pour Damas, Bachar Al-Assad a posé un ultimatum à Recep Tayyip Erdoğan en lui intimant l'ordre de « retirer ses troupes illégalement déployées sur le sol syrien avant la fin de l'année. » Le chef d'Etat controversé mais maintenu au pouvoir par la force des armes s'en est pris au gouvernement de la région, accusé de tolérer le maintien de ces forces, en menace qu'en cas de refus de départ des troupes turques, icelui perdra toutes ses prérogatives et son autonomie au profit d'un retour de la gestion de l'Etat central syrien. En attendant, l'armée syrienne procède à des exercices dans la région, tandis que les différentes milices chiites restent à la disposition de Damas si besoin est.

Asie du sud-est
Brève
Evènement


La saison des catastrophes naturelles a commencé en Asie du sud-est. Comme chaque année, des typhons viennent s'abattre sur de nombreux pays, ravageant les littoraux et causant de nombreux morts. Depuis plusieurs années, iceux sont devenus de plus en plus fréquents et surtout de plus en plus violents. 2021 n'a pas dérogé à la triste règle de la loi de Mère Nature, et l'Asie du sud-est a violemment été touché par un super-typhon de catégorie 5 nommé Nina par les métrologues philippins, l'un des plus dévastateurs que la région ait connue, bien que moins puissant que le typhon Tip. Formé au large de l'archipel philippin, le typhon, d'un diamètre de 1500 km, prit rapidement de la puissance jusqu'à atteindre la catégorie 5 pour frapper les côtes avec des rafales de vent supérieures à 300 km/h, dévastant tout sur son passage dans les Etats de la Vallée de Cagayan, faisant près de 7'500 morts, au moins 1'000 de disparus et plusieurs dizaines de milliers de blessés - et au moins 300'000 déportés, contraints à boire de l'eau non potable. Le total des dégâts est estimé à près de 5 milliards de dollars dans le pays.

Fidèles à leur tradition de bouclier de l'Asie face aux cataclysmes naturels bien malgré elles, l'ouragan, après avoir percuté les côtes philippines, remonta vers le nord pour longer les côtes taïwanaises, y faisant plusieurs centaines de morts et de blessés et causant plusieurs centaines de millions de dollars de dégâts, avant de foncer sur le sud du Japon, qu'il atteignit en moins de trois jours, frappant en premier lieu l'archipel Ryūkyū, causant des dégâts à la base militaire américaine d'Okinawa et immobilisant plusieurs navires de guerre le temps des réparations, avant de remonter vers l'île de Kyūshū, avec une puissance de catégorie 3, où il disparut après avoir causé la mort de 90 personnes, la disparition de 74 autres et là encore quelques dizaines de millions de dollars. Considéré comme l'un des plus puissants typhons de la région des dernières années, Nina pourrait être suivi d'un ou plusieurs autres typhons dans les semaines à venir, un cyclone de catégorie 3 étant d'ores et déjà en formation dans le sud du Pacifique, et devrait toucher l'Indonésie, la Papouasie Nouvelle-Guinée, et, selon les experts, rétrograder jusqu'à disparaître au sud des Philippines.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Utyi le Lun 13 Aoû 2018 - 23:30

République des Philippines


L'ouragan Nina a dévasté le nord du pays. Évidemment, il est immédiatement lancé des opérations de sauvetages et de reconstruction. Il faut aussi pouvoir être mieux préparé a l'avenir, si le plan de rénovation urbain tout juste commencé aidera, pour s’assura, des mesures de protection anti tempête (digue, système de drainage de l'eau, groupe électrogène de secours , plan d'évacuations , seront ajouté au plan de rénovation naissant. Cela est estimé a 15 milliards de dollars (aménagement, sauvetage et reconstruction) -ce qui double le projet de rénovation urbaine qui était lui aussi a 15 milliards.

Un autre danger plane sur notre archipel et c'est les chinois. Leurs menaces étant très sérieuses, le gouvernement veux commander secrètement 12 batterie (version sol-navire) de Harpoons au États Unis. Si un soutient américain est souhaitable, les moyens de se défendre contre la marine chinoise est bien plus intéressant.
avatar
Utyi
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1487
Date d'inscription : 29/08/2011
Localisation : entre 180 O et 180 E , 90 S , 90 N

https://www.youtube.com/channel/UCQmNOW8QFnyWdcar_uEwOJw

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Baptiste le Lun 13 Aoû 2018 - 23:36

République arabe d'Égypte / جمهوريّة مصر العربيّة




Poste Frontière de Rafah:

En ce mois d’août 2021, le président Al Sissi après concertation avec le gouvernement et l'Etat major des forces armées égyptiennes, prend la décision de ré-ouvrir le poste frontière de Rafah, seul point de passage entre l'Egypte et la Bande de Gaza. Ce poste frontière, fermé depuis 2014, laissera maintenant passer tous les convois non militaires, ainsi que le passage de palestiniens souhaitant fuir la Bande de Gaza, en proie à un désastre humanitaire depuis maintenant plusieurs années. Seront autorisées d'abord l'évacuation des patients souhaitant se faire soigner en Egypte de tous les hôpitaux de la Bande de Gaza, puis ensuite aux familles qui recevront l'autorisation du Caire afin de traverser la frontière. Par ailleurs, l'armée est mise en état d'alerte maximal dans toute la région le long de la frontière avec Gaza, afin d'éviter tout incident.

[Secret] Plus aucune action ne sera entreprise contre les tunnels se situant sous la frontière.



Les files d'attentes de palestiniens vers le poste de Rafah après l'annonce de sa réouverture au passage.


Situation au Sinai:

Après plusieurs mois de négociation, le Caire décide d'armer et de soutenir les différentes tribus du Sinai prêtes à prendre les armes pour assurer la sécurité dans cette région et participer à la lutte anti terroriste aux côtés de l'armée égyptienne. Une coalition formée des tribus d'Al Tarabin, d'Al Sawarka et d'Al Rumeilat se forme donc, sous les ordres du Sheikh Abdel-Meguid Al-Manei, membre de la tribu des Tarabin. Leurs troupes patrouilleront entre la ville de Sheikh Zuweid et celle d'Arish. En effet le nombre d'attaques sur des commerces ou des personnes isolées, en particulier des femmes, ont explosé dans cette région, en accord avec la nouvelle stratégie de l'Etat Islamique au Sinai. La Caire fournira donc en armement et matériel en tout genre environ 4000 miliciens qui opéreront dans cette région.


Communiqué à la RPC:

Le Caire accepte la proposition chinoise concernant le port d'Hurghada, et accepte aussi les investissements de la Banque Populaire de Chine. Ces accords viennent raffermir l'amitié sino-égyptienne et entrouvrent la porte à de nombreux futurs partenariats entre ces deux pays.

avatar
Baptiste
Modérateur
Modérateur

Messages : 191
Date d'inscription : 22/03/2014
Age : 21
Localisation : Essonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 15 Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 15  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum