¤ V2018 ¤ Topic officiel

Page 3 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 15  Suivant

Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Gungauss le Jeu 5 Juil 2018 - 17:03

Fédération de Russie





Affaires internationales

Le Kremlin répond positivement à l'invitation française pour un sommet sur l'Ukraine à Versailles.

Le gouvernement russe a pris connaissance des demandes arméniennes. Un sommet de l'OTSC aura bien lieu à Erevan, et le Président Vladimir Poutine en profitera pour rencontrer son homologue arménien sur place, en privé. Il est en effet important de maintenir la stabilité régionale dans le Caucase et de revenir sur les conflits frontaliers entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, afin de trouver un point d'équilibre et maintenir la paix.

Le ministre des Affaires Étrangères Sergueï Lavrov a annoncé attendre les représentants invités pour le sommet de la paix en Syrie à Sotchi. Ce sommet est vital pour la réalisation d'un plan de paix durable entre les acteurs non-salafistes de la région.

Le Kremlin se dit inquiet des informations partagées par la Corée du Sud au sommet, et promet d'y porter une attention particulière. Le Premier vice-président du gouvernement Igor Chouvalov participera au sommet asiatique sur la dénucléarisation de la Corée.


Affaires internes

Le gouvernement russe prend connaissance avec sérieux de l'évolution actuelle des cours du pétrole. L'économie russe et son commerce sont fortement liés à la question pétrolière et il n'est pas souhaitable que la situation actuelle perdure sur le sujet.
Le Kremlin a décidé une baisse temporaire de la production pétrolière. Les stocks actuellement bloqués sur le marché et produit par la Russie sont retirés du marché et stockés en territoire russe, donc environ un tiers ira gonfler les stocks des forces armées russes afin de fournir l'augmentation de la consommation liée aux opérations aériennes et navales en Syrie et en Méditerranée orientale. Le gouvernement espère ainsi ramener les cours à un niveau légèrement plus élevé et plus stable.

Sur la question militaire, l'état-major a annoncé que les remises à niveau de matériels militaires continuent conformément aux commandes et aux prévisions effectuées par le passé. Près de quatre cents chars T-72BV et T-72U seront portés au standard T-72BVM avant la fin de l'année. Également, près de deux cents BTR-82A seront portés au standard BTR-87.
Concernant l'aviation, l'armée de l'air réceptionnera d'ici à la fin de l'année sa commande pour 20 MiG-35 et 20 MiG-35D, sur un total de 170 appareils commandés en 2014. Trente appareils Su-34 seront également réceptionnés. Huit appareils MiG-31BSM ont également été modifiés en MiG-31K permettant l'emport et l'usage du nouveau missile de croisière Kh-47M2 Kinzhal.
Enfin, les forces navales accusent réception d'un nouveau sous-marin nucléaire Project 955A Borei-II et de deux nouveaux Project 955 Borei. Le premier navire de la classe Project 22350 Gorshkov est également sorti des chantiers navals et subira des phases de test jusqu'en janvier 2019, date à laquelle il entrera en service actif. Les trois derniers navires de classe Project 11356M Admiral Grigorovich sont également sortis des chantiers et subiront la même période de test, ainsi que trois navires de la classe Project 21631 Buyan-M, deux navires de la classe Project 20380 Steregushchiy, deux navires de la classe Project 22800 Karakurt et deux navires de la classe Project 20385 Gremyashchiy.
avatar
Gungauss
Chef de Département des Nations Unies
Chef de Département des Nations Unies

Messages : 3375
Date d'inscription : 16/10/2011
Localisation : A bord du R95

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Jhe le Jeu 5 Juil 2018 - 17:51




Corée :

L’Administration américaine accepte la proposition nord coréenne. Une délégation américaine, conduite personnellement par Mike Pompeo dans les premiers jours, se rend donc à Singapour afin de négocier un processus de dénucléarisation de la Corée dans le cadre de la feuille de route de juin 2018. Concernant le format de cette réunion, multilatérale (et non bilatérale) puisque la Corée du Sud, la RPC et la Fédération de Russie sont conviés, le président Trump a prévenu que la délégation américaine n’en serait pas moins intransigeante et qu’elle n’hésiterait pas à claquer la porte en cas de « mauvais deal ». Trump a toutefois précisé qu’il avait une grande confiance dans les chances de réussite du sommet. En attendant, l’Administration américaine s’oppose à toute levée des sanctions sur la Corée du Nord temps qu’aucun accord concret de dénucléarisation n’est signé. Les exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud restent eux suspendus en gage de bonne volonté. Dans les couloirs de la Maison Blanche les rapports des services de renseignement faisant état d’une poursuite clandestine malgré tout du programme nucléaire nord coréen ne sont pas rendus public, le président garde confiance dans la volonté nord coréenne d’avancer. La position stricte de Washington sur les sanctions découlent toutefois de ces informations, sur les conseils de son conseiller à la Sécurité Nationale John Bolton le président a en outre ordonné au Pentagone de continuer ses travaux confidentiels sur un éventuel programme de frappes sur le Corée du Nord si jamais l’on devait en arriver là.




Commerce chinois :

Le président Trump a vertement critiqué la riposte chinoise sur twitter, le chef de l’État a ainsi tancé « l’égoïste Chine qui n’hésite pas à mettre en péril la stabilité monétaire mondiale pour défendre ses pratiques commerciales injustes ! ». La mise en vente de bons du Trésor américain par la République Populaire fait en effet baisser la valeur du dollar, même si les créances bradées représentent une somme encore assez limitée et que la Chine n’a clairement pas encore appuyer sur son « bouton nucléaire » monétaire. Devant la situation le président Trump a toutefois lâché du lest, si les taxes d’ores et déjà imposées sont maintenues, le secrétaire au Commerce a précisé que le plan de blocage des investissements chinois n’était encore à l’état que de projet, serait en fait assez limité et ne criblerait pas que les investissements venus de l’Empire du Milieiu. Le Congrès travaille actuellement sur la question. Quoi qu’il en soit, la Maison Blanche propose aux autorités de Pékin l’ouverture d’un nouveau round de négociations commerciales afin de tenter de résoudre les différents entre les deux pays. Le président a toutefois prévenu que l’Administration travaille d’ores et déjà sur un plan de taxation à 10 % de 400 milliards de dollars d’exportations chinoises vers les Etats Unis si aucune avancée n’est trouvée dans les prochains mois.





Commerce avec l’UE & sanctions iraniennes :

Enfin, le gouvernement américain fait un geste, conforté suite aux élections de mi mandat, fait un geste envers l’Union européenne, suite à des appels téléphoniques entre la Maison Blanche et l’Elysée entre autres. Les Etats Unis ont en effet indiqué qu’un compromis sur les questions commerciales restait dans les objectifs de Donald Trump. La Maison Blanche a ainsi fait savoir que des exemptions conséquentes de sanctions pour les entreprises européennes commerçant avec l’Iran pourraient être accordées si les Etats européens consentent à l’ouverture de négociations commerciales approfondies prenant en compte certaines demandes américaines (notamment vis à vis de la balance commerciale) et pouvant permettre une levée des taxes américaines et de la riposte douanière des 27. L’Administration a notamment mis en avant le fait que l’UE et les pays membres devrait intervenir afin de favoriser le marché intérieur européen (investissements en Allemagne pour augmenter la consommation intérieure et réduire les excédents commerciaux …). Le président a toutefois tweeté que si l’UE ne fait aucune avancée de son côté les sanctions contre les entreprises seraient appliqué avec la plus grande sévérité et que les Etats Unis passeraient définitivement à l’offensive en taxant les importations d’automobiles européennes. En attendant la réponse européenne une « suspension » bienveillante des sanctions est décidée de manière tacite.



avatar
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 979
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Shikkoku le Jeu 5 Juil 2018 - 18:17


Affaires Etrangères :

Communiqué au gouvernement cubain :

Après un sommet fructueux au Pakistan, le Ministre des Affaires Etrangères Wang Yi s'envole pour La Havane, où il s'entendra avec le gouvernement cubain.

Communiqué au gouvernement américain :

Nous acceptons la tenue d'un sommet sur le commerce sino-américain.

Affaires Intérieures :

Un hiver qui s'annonce particulièrement pollué en Chine :

Dans l'Empire du Milieu, l'hiver s'annonce particulièrement désagréable. La pollution atmosphérique, qui fait partie du quotidien de centaines de millions de chinois depuis maintenant des décennies, est annoncée comme en réduction chaque année. La vérité est que celle-ci n'est pas maîtrisable par le gouvernement, qui peine à faire appliquer les mesures environnementales nécessaires à la protection de l'environnement chinois.

Si la destruction du milieu naturel chinois est un soucis, bien que mineur pour le Parti Communiste Chinois, l'envol de la pollution des vingt dernières années, qu'elle soit atmosphérique ou aquifère, ou pire encore, la pollution des sols, représente un dangereux facteur de déstabilisation sociale et d'appauvrissement du rendement productif du pays, notamment en matière agricole.

Un jeune enfant du Gansu buvant de l'eau polluée:


L'objectif "China 2025" du Premier Ministre Li, si extrêmement louable, ne saurait être accompagné d'un projet environnemental majeur nécessaire à la survie même de la République Populaire sur le moyen-terme. Les chiffres sont en effet inquiétants:

- ~60% de l'eau des nappes phréatiques à l'échelle nationale est de mauvaise ou très mauvaise qualité, allant jusqu'à 85% dans certaines régions (Hebei, Shanxi)
- Si la Chine possède seulement 20% de couverture forestière à l'échelle nationale, celles-ci sont gigantesques et pour 36% d'entre elles déjà fermées à l'activité humaine. La pollution de l'eau, des sols et de l'air à proximité des zones forestières a été déclarée comme ayant un impact fortement négatif sur la biodiversité végétale.
- Les côtes chinoises, notamment de la Mer Jaune, sont gravement anthropisées et sont devenues de véritables cimetières pour la vie maritime.
- Le désert couvre 30% du territoire chinois. Chaque année, la désertification progresse chaque année, et le Désert de Gobi seul progresse de 2500km² par an.
- Près de 10% du sol chinois est gravement affecté par la pollution des sols au point qu'il est inutilisable pour tout activité humaine.
- 6 millions de tonnes de blé sont déclarés trop polluées par des métaux lourds chaque année et impropre à la consommation, résultant en une perte d'environ 3 milliards de dollars chaque année.
- 500 millions de chinois ne disposent pas d'eau potable sans risque pour la santé.
- Seuls 1% des citadins chinois respirent un air jugé acceptable par les normes internationales de l'OMS et de l'UE, ce taux est de 34% pour les résidents à la campagne.
- Chaque année, près de 60 000 enfants mourraient d’empoisonnement au plomb selon des informations tenues secrètes par le Ministère de la Santé.


Le bilan est particulièrement mauvais pour cet hiver, comme l'a découvert le Secrétaire Général lors d'une session du Conseil d'Etat. Une accumulation de facteurs (vents, température, activité industrielle) risque fort de faire de l'hiver 2018-2019 le pire depuis une décennie, au moins.

Il est nécessaire pour le Parti de prendre les devants :

- Une initiative "Green China" (绿色中国) sera dévoilée au public d'ici la fin de l'année. Elle consistera en :
- Une campagne de propagande publique et d'incitation à la protection de l'environnement.
- Un service de délation concernant l'usage de sacs plastiques dans les commerces (interdits depuis 2008 mais toujours en usage dans les faits), qui agira en coordination avec le Ministère de la Sécurité Publique pour faire respecter les prérogatives décidées il y a 10 ans mais toujours peu suivies.
- Une vaste campagne anti-corruption parmi le Ministère de l'Environnement et notamment les employés des services de vérification des systèmes de protection environnementale. En effet, lors de la visite d'un agent dans une usine ou une manufacture, l'agent sensé vérifier la bonne application des normes environnementales repart souvent en fermant les yeux et les poches bien remplies de liasses de billets.
La campagne sera ciblée sur la dénonciation publique et l'autocritique des agents arrêtés pour corruption, et l'augmentation du salaire de 30% des dits agents.
- Une augmentation des réserves naturelles chinoises de l'ordre de 450 nouvelles zones, sur les ~ 3 000 déjà existantes, sera effectué. Les réserves naturelles fonctionnement actuellement sous un système qui permet aux gouvernements central, provincial et local de désigner une zone et de s'en occuper. Ce système restera inchangé, en revanche le service de contrôle des normes environnementales, dépendant auparavant pour l'immense majorité du niveau local, sera transféré aux autorités provinciales épaulées au niveau national par le Ministère de l'Environnement.
Réserves naturelles en Chine:


- Une augmentation conséquente des sanctions juridiques contre les personnes jugées coupables de crime contre l'environnement, avec l'entrée de la possibilité la peine de mort pour "Atteinte grave à l'environnement et à la sécurité sanitaire" dans le Code de Lois relatives à l'Environnement.

_____

Parallèlement au futur projet de "Green China", la Grande Muraille Verte, vaste projet de reforestation dans le Nord de la Chine destiné à endiguer la progression du désert, voit sa politique profondément changée.

Jusqu'à présent, et depuis la début du programme en 2003, l'immense majorité de l'effort humain et financier a été dirigé vers le plantage d'arbres, parfois critiqués par des responsables locaux comme non adaptés au sols désertiques ou semi-désertiques de la région. Il est évident qu'après 15 ans, un faible proportion des arbres plantés a réussi à survivre et à stopper la progression des dunes.
Adoptant le point de vue de Jiang Gaoming, un écologiste de l'Académie des Sciences de Pékin, l'effort sera dorénavant tourné vers :
- un système "d'enclosure", quadrillant les zones touchées d'enclos végétaux d'environ 1km². Ces enclos seront formés de barrières de végétaux natifs à la région.
- implantation de végétaux dans les dunes elles-même pour ralentir ou stopper leur progression.
- augmentation du budget de surveillance satellite de 125 millions de dollars, afin de mieux planifier la stratégique de lutte contre le désert à une échelle macroscopique.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5999
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par galx le Jeu 5 Juil 2018 - 18:28

République Islamique d’Iran


Affaires Syriennes:

Spoiler:


Troupes des forces Al-Qods en charge du prisonnier israélien.
Dans les hautes sphères du pouvoir iranien on ne cache pas sa joie à l’égard de la situation actuelle en Syrie. Il y a encore quelques mois, tous semblait bien sombre pour les partisans chiites. Cependant en moins d’une semaine la situation s’est considérablement retournée. Tout d’abord, les livraisons d’arme à destination des gardiens de la révolution se sont déroulées d’une manière bien plus positive que prévu. Grace à cela, d’ici à janvier 2019 les forces iraniennes pourront recommencer à appuyer les troupes de Bashar al-Assad de manière décisive. Enfin comble du bonheur pour l’Iran, un appareil israélien été abattu par la défense anti-aérienne alors qu’il s’apprêtait à attaquer un des convois. Son pilote n’a pas échappé aux griffes des GRI et il se trouve dorénavant en captivité. La nouvelle a été annoncée au monde lors d’une conférence de presse tenue par le Brigadier-Général Amir Ali Hajizadeh qui commande les forces aériennes des gardiens de la révolution (responsable entre autres de la défense anti-aérienne). Il s’agit là d’une grande victoire symbolique pour l’Iran qui avait durement encaissé les raids israéliens de ces derniers mois. Les soldats ayant abattu le F-16D en question ont reçu tous les honneurs militaires et ont été érigé en héros de la cause iranienne.

A côté du discours officiel, le prisonnier israélien pose des questions beaucoup plus pragmatiques. En effet il s’agit d’une précieuse monnaie d’échange que l’Iran ne souhaite absolument pas perdre. Ce que craignent par-dessus tous les généraux, c’est qu’Israël réussie à organiser une opération de libération via ses forces spéciales. Pour parer à cette éventualité, le lieu de détention du pilote sera bien entendu tenu secret. Quelques heures après sa capture celui-ci a été confié aux forces spéciales des GRI afin de le mettre en sureté dans la base militaire d’Al Kiswah. Confiné à l’intérieur et à l’abri des regards indiscret, le prisonnier sera cependant traité avec un relatif respect. Pour l’instant, les autorités étudie sont éventuel transfert vers l’Est de la Syrie. A terme il pourrait en effet être avantageux de le transférer jusqu’en Iran où il sera définitivement à l’abri d’un raid israélien. En attendant qu’une décision soit prise ou qu’une solution soit trouvée, la sécurité sur la base a été renforcée. La défense aérienne se tient en alerte h24 pour parer à toute éventualité et le nombre de garde surveillant le site a été doublé. Si par malheur les forces israélienne réussissait à pénétrer dans la base, l’ordre a été donné d’exécuter froidement le pilote peu importe les circonstances.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1906
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 21
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Skorm123 le Jeu 5 Juil 2018 - 19:31







اسلامی جمہوریۂ پاکستان


République Islamique du Pakistan




Plan 10



Le « Plan 10 » est le nouveau char de bataille du premier ministre Shehbaz Sharif, après sa loi contre la corruption mais est dans un tout autre domaine. Ce domaine est en effet d’ordre économique puisqu’il prévoit, d’après nom, d’atteindre les 10% de croissance annuel d’ici 3 ans. Le principal but de ce plan est de donner une atmosphère favorable à l’investissement local et étranger. Pour cela, de multiples plans seront mis en place, en plus du CPEC qui donnera une infrastructure viable au Pakistan, chose qui a toujours manqué pour le développement du pays. Mais au-delà de cela, le pays a des possibilités assez gigantesques pour devenir un pays développé et rivaliser avec le voisin Indien qui ne cesse aujourd’hui de prendre de la distance. Attirer les capitaux au Pakistan est un des principal but du Plan 10, car en attirant les capitaux et investissements, le pays ferra automatiquement s’envoler sa croissance. L’année dernière déjà, les efforts du Pakistan pour attirer les attirer les IDE ont marchés puisque celui-ci a fait un bond de 15,6% pour atteindre 1,9 milliards USD. La croissance semble plutôt bonne, mais il est facile d’atteindre ce chiffre quand on part d’une base assez basse. Le but du Plan 10 est d’atteindre un IDE de 10 milliards USD d’ici à 2023 et pour cela le Pakistan a de quoi faire : le pays a une base de plusieurs millions de ses concitoyens dans les pays du monde entier, et les rémittences ont atteint plus de 20 milliards USD, ne pas utiliser cette base est une erreur. Le Pakistan mettra donc en place une nouvelle banque publique d’investissement, qui pourra, lorsque la diaspora pakistanaise enverra de l’argent par cette intermédiaire, prendre quelques dollars de frais afin de permettre un investissement dans l’économie du pays. De plus, ceux souhaitant déposer de l’argent permettront à la banque de prêter de l’argent comme une banque normale. Mais cette banque pourra être aussi disponible pour les citoyens pakistanais qui souhaitent investir dans l’économie du pays, ou même aux investisseurs étrangers. A cette banque s’ajoute une institution visant à faciliter les investissements locaux et étrangers au Pakistan. Cette institution visera à promouvoir, accompagner, et donc faciliter les investissements au Pakistan sans passer par de la paperasse administratif encore beaucoup corrompu, les gens y travaillant y seront choisis et bien payés, pour qu’ils soient efficace et non corrompus. De plus, cette institution sera en rapport avec la banque, et cherchera à contacter les chefs d’entreprises pakistanais à l’étranger pour y proposer des possibilités d’investissements dans le pays. Le pays cherche à ne pas intervenir dans l’économie et évite de mettre des bâtons dans les roues des investisseurs. Le Pakistan est business-friendly et veut le faire savoir au monde entier, et c’est pourquoi le pays veut faire partis du TOP 10 des pays où il est facile de faire du business d’après la Banque mondiale, là c’est encore un objectif du Plan 10, ce sera le plus difficile. C’est pourquoi l’institution d’accompagnement des investissements accompagnera justement les investisseurs dans plusieurs domaines plus administratifs : commencer le business, faciliter d’avoir un permis de construire, faciliter pour avoir l’électricité, faciliter l’accès au crédit, de remplir les documents administratifs concernant les taxes qui seront plus claires pour éviter les corruptions, faciliter le commerce c’est-à-dire de pouvoir traverser les frontières sans trop de temps et d’argent … tout cela sont des indices permettant de faciliter l’investissement au Pakistan. Le Plan 10 aura enfin un audit national puis une réforme s’en suivant concernant les finances et les taxes. Le but étant de rendre transparent, clair et facile la taxation du pays pour faciliter l’investissement, éviter les corruptions et permettre une augmentation des revenus.

Ce plan est pas très ambitieux, si le Pakistan arrive à atteindre son autosuffisance électrique, et à moderniser ses infrastructures le pays atteindra aisément les 10% de croissance, car beaucoup d’institut de recherches économiques ont quantifiés que ces deux arguments étaient la cause d’une diminution de 5% de la croissance, une quantité énorme. Le CPEC permet de répondre à ces deux problématiques. Le Plan 10 est un plan qui permet d’accompagner plus facilement le CPEC, d’en voir les résultats plus qu’être la raison de la croissance. Mais c’est en créant un environnement favorable à l’investissement via ces différentes mesures que la croissance du Pakistan pourra atteindre les deux chiffres, sinon le CPEC ne sert à rien sans cette atmosphère favorable.





avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1336
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Jeu 5 Juil 2018 - 20:24


République française





Affaires intérieures


................Le 4 novembre, les néo-calédoniens se sont assez massivement déplacés dans les urnes pour répondre à la question suivante : « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? » En effet, conformément aux accords de Nouméa, la consultation sur l'accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté, selon son nom officiel, s’est déroulée sur l’ensemble de l’archipel. Ainsi, près de 140'000 électeurs – sur un total de 169'000 – ont participé à cette consultation majeure pour l’avenir de la collectivité d’outre-mer puisqu’il pourrait en résulter une indépendance de la Nouvelle-Calédonie. Cette sécession de l’archipel n’aura toutefois point lieu puisque le référendum a été rejeté à 62,7% des voix, un « résultat franc » selon Philippe Gomès, dirigeant du parti anti-indépendantiste Calédonie ensemble, qui se félicite de ce succès électoral de bonne augure pour les élections provinciales de 2019. Pour lui, « ce résultat était prévisible puisque sur les 169'000 électeurs, 92'000 sont non-kanaks et seulement 77'000 le sont. La consultation ne pouvait aboutir que sur le rejet de l’indépendance. » A l’Elysée, le président de la République s’est déclaré satisfait du résultat, mais a affirmé que l’autonomie sera largement accrue, après concertation avec les autorités locales. Les indépendantistes ont immédiatement reconnu leur défaite et acceptent la main tendue par Paris.


Affaires militaires


................ « La France doit maintenir des capacités opérationnelles dignes de son rang », a déclaré la ministre des Armées Florence Parly devant l’état-major. « Pour cela, étudier le remplacement de notre actuel porte-avions paraît plus que nécessaire, au regard des délais et des coûts nécessaires. » Ainsi, la ministre a confirmé que les études pour le remplacement du Charles de Gaulle étaient désormais lancées, au plus grand bonheur des entreprises d’armement françaises, qui attendaient cette annonce depuis longtemps, et avaient publié depuis plusieurs années des projets restés lettre morte en France. L’exécutif est conscient du handicap qu’a posé la rénovation de son navire amiral pendant près de 18 mois, mais aussi de son âge et du temps nécessaire pour le remplacer. Ainsi, dans le cadre de la loi de programmation militaire, il a été prévu de financer les recherches pour son successeur, et, annonce surprise de la ministre, pour son sister-ship, probablement pour fidéliser l’armée à l’actuel président en lui offrant ce qu’elle souhaitait et de sorte à faire mieux passer le rétablissement partiel du service militaire – bien que non-financé sur les deniers de la défense. Le coût du premier porte-avions, le sister-ship du Charles de Gaulle, est estimé à 5 milliards d’euros, et le bâtiment devrait être lancé à l’horizon 2026, tandis que le second, qui remplacera le Charles de Gaulle, entrera en service à l’horizon 2031, pour un coût moindre.

................Pour réduire le temps de développement et les coûts de recherches, le ministère des Armées a décidé de se baser sur le projet abandonné du PA2, remis au goût du jour. En effet, la nouvelle classe de porte-avions de la Marine nationale, baptisée Richelieu, mesurera 238 mètres de long, aura une flottaison de 39 mètres, un maître-bau de 73 mètres, un tirant d’eau à 11 mètres et un tirant d’air à 75 mètres. Les bâtiments devraient peser chacun 70'000 tonnes, 75’000 en port en lourd. Ils seront tous deux propulsés par un couple de réacteurs à eau pressurisée, accompagnées par deux groupes de turboréducteurs 61S et de deux hélices à quatre pales fixes permettant ainsi aux futurs bâtiments de se déplacer à une vitesse proche des 50’000 kilomètres par heure, à l’instar du Charles de Gaulle. Les navires seront équipés de quatre systèmes à lancement vertical Sylver A-50, destinés à accueillir au total 36 missiles anti-aériens Aster 15 et Aster 30, ainsi qu’un autre Sylver A-50 comportera 8 MICA, et que 8 lanceurs SADRAL, emportant chacun 2 missiles Mistral, seront disposés tout le long du navire, tout comme 8 canons navals Otobreda de 76mm. Le tout nécessitera bien évidemment de l’électronique pour fonctionner, à savoir un radar de veille surface/air Herakles, un radar naval de veille moyenne portée, des senseurs infrarouges, des caméras optroniques, des systèmes de guerre électronique, des lance-leurres, et autres systèmes habituels.

................Quant aux capacités d’emports d’aéronefs des deux bâtiments, ces dernières seront largement supérieures à celles du Charles de Gaulle, et ce notamment grâce à la surface du pont d’envol, qui sera de 15'700 m², contre seulement 12'000 m² pour l’actuel porte-aéronefs de la Marine nationale. Ainsi donc, en temps normal, ce seront quatre escadrilles de douze Rafales M chacune qui constitueront le groupe aérien embarqué des navires, avec bien évidemment deux AWACS E-2 Hawkeye et six hélicoptères (NH90, Cougar, etc), augmentant ainsi ledit groupe à cinquante-six aéronefs. En cas de crise majeure, une cinquième escadrille de Rafales M pourra être installée sur le porte-avions, qui atteindra dès lors sa capacité maximale d’emports. Evidemment, pour permettre à tous ces appareils de décoller rapidement, le porte-avions sera doté de deux catapultes à vapeur C-13 Mod. 2 de 90 mètres qui permettront le lancement d’un Rafale toutes les trente secondes à une vitesse de plus de 277 km/h, tandis que pour l’appontage, le pont d’envol sera également coté de trois brins d’arrêts Mark 7 Mod. 4 afin de permettre aux appareils d’atterrir. La DCNS ainsi que STX France seront chargés de la construction des deux bâtiments, suffisamment rapprochées pour permettre de ne pas perdre la main ainsi que bénéficier de réductions de coûts conséquentes, faisant un projet aux alentours de 8 milliards d’euros sur 13 ans, ou 615 millions par an.



avatar
Sirda
Président
Président

Messages : 1617
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Ven 6 Juil 2018 - 11:28

Réponse de la Banque Mondiale & des créanciers à l’Arménie

Malgré le climat politique récent assez tendu en Arménie, les organismes de crédit répondent assez favorablement à la levée de fonds arménienne.

La Banque Mondiale accordera ainsi un nouveau prêt de 70 millions de dollars à 1,5 % (sur 3 ans) pour financer son projet « Terre et eau ». Déjà très impliqué en Arménie, la Banque Mondiale a toutefois assorti son prêt d’une exigence de réforme de la part du nouveau pouvoir local (notamment en terme de lutte contre la corruption).

Du reste, environ 30 millions de dollars ont également pu être levé (à des taux toutefois plus importants) auprès d’autres créanciers du pays et sur les marchés. Là aussi ces prêts sont un véritable pari sur la capacité du nouveau pouvoir à réformer et moderniser le pays.

avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Ven 6 Juil 2018 - 11:50

Réponse de l’Ukraine à la proposition française de négociations à Versailles

Le président Porochenko accepte la tenue d’un sommet à Versailles afin de désamorcer la crise ouverte en 2014 et persistant depuis. Le geste de bonne volonté du Kremlin qui a quasiment stoppé son soutien direct aux rebelles du Donbass explique cette acceptation ukrainienne, une fin de crise relativement pacifique et peut être possible. Toutefois, les forces ukrainiennes se tiennent prête à se saisir par la force des territoires du Donbass contrôlés par les rebelles pro-russes si jamais les négociations n’aboutissaient pas ou si la Russie pose des exigences inacceptables. En attendant le pouvoir ukrainien joue la carte de la négociation et ne provoque pas directement Moscou par une offensive contre les groupes rebelles maintenant affaibli.

avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Ven 6 Juil 2018 - 11:55

Réponses du régime de Bachar Al Assad et de divers groupes à la Russie

Devant le récent revirement anti-turc de la Russie, les Kurdes du YPG acceptent l’invitation russe pour des pourparlers à Sotchi. Plus largement, les FDS dans leur totalité (c’est à dire l’ensemble de ces composantes) acceptent, malgré leur alliance avec des Etats Unis qui ont pour l’instant repoussé la proposition, de se rendre à Sotchi en janvier 2019.

Le gouvernement de Damas, grand allié de la Russie, enverra lui aussi, bien entendu une équipe de négociateurs.

Ces réponses ne doivent pas faire oublier que la majorité des groupes rebelles syriens seront exclus de ces pourparlers puisque considéré comme salafistes et terroristes par Moscou.

avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Ven 6 Juil 2018 - 17:37


République française





Affaires intérieures


................ « La fonction publique, tant d’Etat que territoriale, doit profondément être réformée pour s’adapter au XXIème siècle. Elle ne doit plus être bottom-up, mais au contraire, s’inscrire dans une logique d’horizontalité et, en même temps, d’efficacité pour permettre à nos compatriotes de bénéficier de services de qualité, à tout moment, et à moindre coût pour la collectivité », a déclaré, dans son langage particulier, le président de la République lors de la remise du rapport CAP 22. « La numération de nos services permettra de moderniser considérablement notre administration et nos citoyens pourront ainsi obtenir des réponses quasi-instantanées à leurs demandes », affirma-t-il ensuite avec assurance. Au-delà de son discours habituel, Emmanuel Macron sait qu’il s’attaque à un terrain plus que dangereux. Véritable Etat dans l’Etat, la fonction publique occupe une partie non-négligeable dans l’économie française puisque plus de cinq millions de français travaillent directement pour l’Etat, fonctionnaires titulaires ou simples contractuels qui aident à la mise en œuvre du service public dans toute sa splendeur. Mais ceux-ci restent monstrueusement coûteux : près de trois millions et demi d’euros pièce, étalés grosso modo sur soixante-cinq ans, c’est-à-dire le temps de sa carrière et de sa retraite, selon la Cour des comptes. La réduction de leur masse semble nécessaire pour réduire la dépense publique à long terme.

................Ainsi, celui-que-l’on-doit-appeler Monsieur le président de la République a annoncé, dans le cadre du programme CAP 22, une vaste modernisation de la fonction publique. Le premier volet consiste à « changer les incitations, transformer le management » selon les mots présidentiels, et se divise en deux grandes évolutions. D’une part, le passage au numérique va être effectué. En effet, l’administration française est encore très largement en retard sur ce domaine, alors qu’il permet de réaliser des économies colossales. D’ici 2022, les opérations courantes doivent pouvoir être réalisées sur internet, tandis que le système des centres d’appels est généralisé, etc. Si près de cinq milliards d’euros devront être investis, ce sont huit milliards d’euros qui, en retour, pourront être économisés chaque année selon les experts. D’autre part, la nouvelle répartition des compétences votée sous François Hollande contraint l’Etat à tenir compte des compétences économiques confiées aux régions ainsi qu’à supprimer progressivement les effectifs qui gèrent ces missions, c’est-à-dire à mettre fin aux quelques 60'000 emplois doublons qui coûtent 1,5 milliard d’euros à l’Etat chaque année. Pour ce faire, le gouvernement a décidé de transférer ce personnel aux collectivités territoriales – généralement les régions ou les départements – en charge des nouvelles compétences, dont l’excédent leur permet d’assumer la charge financière.

................Deuxième volet du CAP 22, la réduction drastique du nombre de fonctionnaires au sein de l’administration d’Etat mais également territoriale. Le chef de l’Etat a été d’emblée clair : « Ni la fonction hospitalière ni les armées, ni la justice et ni l’intérieur ne seront touchés par le non-remplacement de fonctionnaires d’ici 2022. » Si, dans son projet initial, Emmanuel Macron avait prévu le non-remplacement de 120'000 fonctionnaires – c’est-à-dire l’équivalent d’une année de départ à la retraite –, celui-ci fut contraint de drastiquement revoir ses chiffres à la hausse pour parvenir à réaliser les économies promises. Entre 2017 et 2022, ce sont près de 600'000 fonctionnaires qui devraient partir à la retraite et 500'000 contractuels qui devraient voir leur contrat arriver à terme, soit près d’un cinquième de la masse salariale globale de l’Etat. Le gouvernement a donc décidé de ne pas remplacer 200'000 d’entre eux sur les quatre années restantes avant la fin du quinquennat, soit cinquante mille par an – une économie de 1,25 milliard d’euros environ supplémentaire chaque année. Pour palier aux éventuelles carences, le gouvernement entend procéder à des transferts de fonctionnaires dans certains services qui en auraient cruellement besoin. Ce sont 80’00 fonctionnaires d’Etat et 120'000 territoriaux qui seront ainsi supprimés, et les dotations de l’Etat diminueront de sorte à prendre en compte cette baisse des dépenses.

................Outre ces transferts, le gouvernement a également pris la mesure de la situation du temps de travail des fonctionnaires : 1'584 heures annuelles au lieu de 1'607, durée légale, selon un rapport de la ministre Annick Girardin sous Hollande. De plus, la fonction publique souffre aussi d'autorisations d'absences trop nombreuses. Pour palier à ces deux phénomènes, le gouvernement décide de fixer la durée de travail hebdomadaire à 39h, sans augmentation de salaire – au risque de faire grincer des dents –, ainsi que de rétablir deux jours de carence. Ces deux mesures hautement impopulaires au sein de la fonction publique devraient permettre d’une part de palier efficacement à la réduction des effectifs en augmentant de 10% le temps de travail des fonctionnaires ainsi qu’à économiser plusieurs centaines de millions d’euros chaque année. Une véritable logique de performance va également être mise en place au sein de la fonction publique, avec des objectifs annuels qui devront être tenus par les fonctionnaires. Si la mesure risque de mal passer, le gouvernement prévoit cependant en échange de valoriser le travail des fonctionnaires en récompensant davantage les équipes et les personnes grâce à des rémunérations plus individualisées plutôt que par une gestion uniforme du point d’indice, instaurant ainsi la concurrence entre fonctionnaires pour permettre le dépassement de soi et la quête de la compétitivité absolue.


avatar
Sirda
Président
Président

Messages : 1617
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Ven 6 Juil 2018 - 21:21

France
Brève
Évènement

Le dévoilement par le gouvernement du programme CAP22 suscite l’ire des syndicats. Préparé sans concertation avec les partenaires sociaux, ce programme de réforme profonde de la fonction publique ne passe pas dans le monde syndical, à l’exception du MEDEF qui par la voix de son nouveau président a salué les mesures dévoilées par Emmanuel Macron. Un front syndical uni est donc en cours de formation en cette fin du mois de décembre tandis que l’opposition de gauche, notamment les Insoumis, et le Front National sont également vent debout contre les mesures « anti-sociales d’un pouvoir bonapartiste » selon les mots de Jean Luc Mélenchon. En l’état actuel, le programme CAP22, notamment ses objectifs de forte réduction du nombre de fonctionnaires et de la hausse unilatérale de leur temps de travail sans revalorisation des salaires, ne passe donc logiquement pas au sein des syndicats de la fonction publique. A minima, ceux ci exigent donc l’ouverture d’une phase approfondie de concertation sociale afin de discuter des modalités du programme avant que les mesures qu’il contient ne soit ratifiées par le Parlement. Un bras de fer semble toutefois sur le point de s’ouvrir puisque les revendications de la CGT seront sans doute inacceptable pour l’exécutif qui devra surement compter sur la modération de la CFDT. En attendant, un appel à la grève générale des fonctionnaires est lancé pour janvier par le front syndical si le gouvernement campe sur ses positions.


avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Jhe le Ven 6 Juil 2018 - 22:27




Affaires étrangères :

Suite à l’acceptation par la République Populaire de Chine d’un nouveau round de négociations commerciales pour tenter d’éviter la guerre commerciale totale, le Maison Blanche a fait savoir que celles ci débuteraient dès janvier 2019, une équipe du département du Commerce est d’ores et déjà sur les rangs pour affronter les positions de la délégation chinoise. En attendant aucune nouvelle taxe ni mesure punitive n’est imposée à la Chine, mais les tarifs douaniers décidés plus tôt dans l’année restent en vigueur. Le président Trump a tweeté que ces négociations seraient décisives et que l’équipe américaine « signerait un bon deal ou rien du tout ».

Toujours en politique étrangère, et alors que les négociations avec la Corée du Nord sont actuellement en cours à Singapour, le président américain s’en est cette fois pris dans une série de tweets à l’OTAN. Donald Trump a dénoncé cette Europe qui profite commercialement des Etats Unis et s’enrichit tout en ne finançant pas sa défense et se reposant pour celle ci sur les USA. L’Administration Trump est donc décidée à imposer à ses alliés, notamment à ceux qui ne dépensent pas assez dans leur défense (Canada, Allemagne etc), le respect du 2 % de PIB investi dans les forces armées. Si les alliés des Etats Unis persistent à ne pas faire d’effort les dispositifs militaires américains de par le monde seront revus, le Pentagone prépare notamment un plan de retrait d’une grande partie des troupes américaines d’Allemagne (pays particulièrement visé par Donald Trump).




Affaires intérieures :

Au niveau budgétaire, suite à un accord de début d’année au Congrès portant sur les budgets 2018 et 2019, le financement du gouvernement fédéral est assuré jusqu’au 30 septembre 2019 (fin de l’année fiscale 2019). Sur la période octobre 2018-septembre 2019 le déficit du gouvernement américain va donc s’établir à environ 985 milliards de dollars. Les baisses d’impôts conjuguées à la hausse des dépenses militaires (le budget de base du département à la Défense va atteindre les 600 milliards de dollars) et à l’échec de l’Administration Trump à faire voter des coupes budgétaires au Congrès expliquent cet énorme creusement du déficit public. Des discussions sont toutefois toujours en cours au Congrès pour le vote définitif des dépenses. Le président cherche en effet à faire voter un plan d’investissement dans les infrastructures de 200 milliards de dollars sur 10 ans, de nouvelles hausse du budget militaire et de sécurité (avec notamment la recherche d’une enveloppe pour financer le Mur à la frontière mexicaine) ainsi que des coupes budgétaires au sein du gouvernement et des programmes sociaux. Le projet présidentiel de budget 2020 sera également présenté en début d’année prochaine (février).  

Au niveau de la Cour Suprême, la majorité républicaine au Sénat a entériné en ce mois de décembre la nomination de la juge Amy Coney Barrett pour occuper le siège vacant depuis l’été au sein de la juridiction suprême américaine. La nomination de cette femme de loi catholique mère de 7 enfants et très conservatrice est une nouvelle provocation du président envers les libéraux américains. Cette nouvelle modification de la Cour entérine en effet un peu plus son basculement vers la droite, les prises de position de la nouvelle juge sur des sujets comme l’avortement ou l’Obamacare suscitent en effet l’ire des Démocrates, mais à contrario le ravissement d’une grande partie de la base électorale du président.

Toujours dans le domaine judiciaire les investigations du procureur Mueller sur l’ingérence russe dans la campagne de 2016 se poursuivent même si aucune nouvelle inculpation majeure n’a eu lieu ces derniers mois. L’équipe du procureur spécial n’en continue pas moins de travailler s’arrache pied et du nouveau devrait se produire au début de l’année 2020 selon certains médias américains bien informés.



avatar
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 979
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Skorm123 le Ven 6 Juil 2018 - 23:48







اسلامی جمہوریۂ پاکستان


République Islamique du Pakistan
 



Affaires étrangères



L’Inde a toujours été un rival avec le Pakistan pour diverses raisons, notamment sur la question du Cachemire. Dans l’opinion publique mondiale, ce conflit n’est pas pris au sérieux, préférant le conflit coréen, alors que les deux pays sont détenteurs de l’arme nucléaire. Au Pakistan, le lobby militaire est puissant, on dit même qu’il règne sur le pays, secrètement, menaçant les divers hommes politiques et publics du pays. Cela conduit le pays dans le mur concernant la politique externe car le Pakistan se retrouve souvent dans des positions ambiguës qui ne permettent pas au pays de régler les différents problèmes concernant les relations du pays avec ses voisins, notamment avec l’Inde mais aussi avec les différents groupes terroristes afghans dont notamment les talibans et Al-Qaïda dont on accuse le Pakistan de faire double jeu.

Le premier ministre veut cependant changer cette question, notamment sur ses relations avec l’Inde. Il veut continuer le grand projet de son frère, ancien premier ministre, qui visait à rendre les relations avec l’Inde bien plus détendues qu’aujourd’hui, et puis une atmosphère politique intérieur et extérieur stable au Pakistan ne peut que donner des résultats positifs pour l’économie du pays. Mais la tâche est difficile, impossible pour certains de ses plus proche conseiller, car le pouvoir militaire est trop puissant, l’Inde est en effet un ennemi qui va bien au militaire, qui peuvent ainsi la légitimité d’être aussi fort dans la politique et le budget pakistanais et ce n’est pas le seul problème. En effet, l’Inde elle-même est plutôt instable concernant ses relations avec le Pakistan mais aussi avec les musulmans en général dont le Pakistan les représentent en partie. L’actuel premier ministre indien, Narendra Modi est un nationaliste hindou islamophobe, et Shehbaz Sharif pense bien que les musulman et le Pakistan (dont le passé avec l’Inde est compliqué) est sans doute l’ennemi numéro un du premier ministre indien. Cependant, pour S. Sharif, ce n’est pas un problème, il vise en effet un projet à long terme afin de réchauffer les relations avec l’Inde. Sharif pense que si le Pakistan se comporte bien, l’Inde et les hindous ne se sentiront pas aussi menacés qu’aujourd’hui, et pourront voter moins extrémiste, et si l’Inde refuse toutes négociations, elle se décrédibilisera à l’internationale. C’est pour cela que Shehbaz Sharif annonce vouloir rencontrer le représentant de l’Inde, Narendra Modi, afin de parler avenir, et des relations que l’Inde et le Pakistan pourraient développer. Une rencontre pourrait être prévue en Inde, ou Sharif pourra y annoncer la nouvelle politique Pakistanaise concernant l’Inde mais aussi concernant ses relations ambigües avec les groupes terroristes indiens et afghans.




avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1336
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par GeorgeV le Ven 6 Juil 2018 - 23:57



Canada

Affaires intérieures



En cette fin d’année 2018, le cabinet Trudeau est généralement dans l’embarrât alors qu’ils ne peuvent livrer la marchandise concernant plusieurs dossiers de première importance. Année mouvementée, 2018 restera dans les annales de l’histoire canadienne alors que le pays est en pleine guerre commercial avec son voisin du sud, les États-Unis Trumpiste qui s’obstine à voir le Canada comme un ennemi à abattre. D’un point de vue économique, le pays s’en sort généralement bien, surtout grâce aux provinces manufacturières de l’Ontario et du Québec qui sont actuellement en plein emploi profitant du dollar canadien faible et des accords commerciaux avec l’Europe. La croissance albertine reste tant qu’à elle faible dû aux cours du pétrole faible et les divers projets de pipelines afin de désenclaver le pétrole de la principale province productrice de pétrole. Par ailleurs, le soutiens d’Ottawa envers le pétrole albertin résonne mal chez la base électorale de Justin Trudeau dans l’Est en en Colombie-Britannique.

Le projet de loi C-45 concernant la légalisation du cannabis à usage récréatif à été officialisé en Octobre. Le Canada est ainsi le deuxième pays du monde à légalisé complétement la marijuana. La réussite de se projet phare du gouvernement Trudeau est toutefois mis en jeopardy alors que le Québec et le Manitoba attaque le gouvernement fédéral en justice concernant le droit de produire au sein d’une résidence personnel 4 plans de marijuana. Fortement décrié par l’opposition conservatrice, le projet de loi sur la marijuana à été grandement critiqué par une population majoritairement hostile à l’idée jugeant celle-ci mal abouti et mal préparé. Un rapport du commissaire è l’éthique viens encore une fois entacher le gouvernement fédéral alors que ce dernier blâme clairement le Premier ministre de fermer les yeux concernant des acquisitions importantes d’actions dans des compagnies productrice de marijuana par des proches du parti Libéral du Canada.
Pour terminer cette année en beauté, l’histoire d’inconduite sexuel de Justin Trudeau envers une journaliste a pris une importance inégalée alors que le Premier ministre doit s’expliqué dans un communiqué officiel à la population. Celui-ci nie bien entendu les faits, mais la jeune journaliste n’hésite pas à entacher l’image jusqu’à maintenant parfaite du Premier ministre en accordant de multiples entrevues aux médias.

Affaires étrangères



Le gouvernement canadien s'inquiète bien entendu de la reprise intensive des violences en Syrie et réitère sa volonté de paix dans la région. La ministre des affaires étrangères Chrystia Freeland à fait savoir que le Canada s'engage à ne pas intervenir de façon armée dans le conflit, bien que nous sommes moralement et diplomatiquement avec nos alliées de l'OTAN dans ce dossier.

Concernant l'OTAN et la volonté américaine de faire appliqué à la lettre le 2% des dépenses gouvernementales dans les forces armées, le Canada affirme qu'il s'agirai là d'une grave erreur de l'administration américaine puisque augementé de façon aussi drastique le budget à la défense équivaudrait coupé dans des mesures sociales essentiels aux canadiennes et canadiens. Nous restons bien entendu ouvert à une solution à moyen terme concernant le sous-financement de nos forces armées et nous sommes confiant que le Canada et les États-Unis trouveront une solution afin de continuer notre grande collaboration militaire.

Ad Mare Usque Ad Mare

avatar
GeorgeV
Grand Consul
Grand Consul

Messages : 2215
Date d'inscription : 30/09/2011
Localisation : Québec, Québec, Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Sam 7 Juil 2018 - 10:38

Réponse de l'Inde au Pakistan :


La République d'Inde accepte une rencontre avec le Pakistan voisin, et annonce d'ors et déjà que la Ministère des Affaires Etrangères Sushma Swaraj se tient disposée à rencontrer une délégation diplomatique pakistanaise à Islamabad.


Sushma Swaraj, chef du cabinet des affaires étrangères de la République d'Inde.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Sam 7 Juil 2018 - 15:29

Union européenne
Brève
Conséquence

Les traditionnelles fêtes chrétiennes de fin d’année furent assez mouvementées pour les gouvernements des pays à la fois membres de l’Union européenne et de l’OTAN. En effet, les récents tweets du président Donald J. Trump concernant la présence militaire américaine sur le Vieux Continent ont surpris dirigeants européens, et pis encore, ont fragilisé encore un peu plus l’unité européenne. De nombreux chefs d’Etat ou de gouvernement ont fait part de leur étonnement à l’ultimatum américain alors qu’en décembre 2017, un accord européen avait été conclu pour porter, dans l’ensemble des pays-membres de l’Union, à 2% du PIB la part des dépenses militaires d’ici 2025, sachant qu’à l’exception de la France qui dépense déjà 1,8% et du Royaume-Uni qui est à 2%, la majorité des pays européens est aux alentours de 1%.

A Berlin, principal pays visé par ce nouvel ultimatum américain, la déclaration passe très mal. Le chancelier fédéral Jens Spahn a dénoncé « un acharnement du président Trump contre l’Allemagne ». Cette nouvelle menace est prise très au sérieux, et pointe directement la fragilité de la défense allemande, laquelle repose encore essentiellement sur la présence militaire américaine sur place depuis la fin de la seconde guerre mondiale. « L’Allemagne a déjà prévu d’accroître ses dépenses militaires à 2% du PIB d’ici 2025. Elle tiendra ses engagements pris auprès de ses partenaires européens », affirma le chef du gouvernement. Le pays espère ainsi temporiser, alors qu’il prend conscience de sa vulnérabilité face aux américains. Une option s’offre à lui : soit il renforce véritablement ses forces armées, ce qui lui est difficile au regard de son histoire, soit il s’engage davantage en faveur de l’Europe de la défense.

Si l’AFD prône assez logiquement la première solution, mais également quelques voix au sein du FDP, le gouvernement Spahn décide de promouvoir assez nettement la défense européenne en appelant ses partenaires à « se rencontrer prochainement pour approfondir les récentes avancées et notamment pour véritablement aboutir à cette coopération structurée permanente (CSP) mentionnée en décembre 2017. » Cet appel divise en réalité l’Union européenne. En effet, si en France, le président Macron prône cette solution, mais également le premier-ministre polonais – lequel s’écarte ainsi du groupe de Visegrad –, ou encore le chef du gouvernement espagnol, les pays d’Europe centrale et de l’est préfèrent quant à eux s’en tenir à l’actuelle forme de l’Europe de la défense et annoncent d’ores et déjà qu’ils augmenteront plus rapidement que prévu leurs investissements dans le militaire. Le Danemark, l’Irlande, Malte et le Portugal suivent également cette deuxième ligne.

L’Union européenne se retrouve ainsi profondément divisée entre d’une part un bloc non-négligeable économiquement et politiquement, conduit par Berlin et Paris, en faveur de l’Europe de la défense, tandis qu’en face de lui, les pays scandinaves, les PECO et les Etats périphériques de l’ouest semblent préférer une hausse plus rapide des dépenses militaires pour conserver la présence américaine sur le continent européen. La position italienne à ce sujet reste encore assez floue, cela parce que d’une part, tant le M5S que la Ligue du Nord ne sont pas spécialement favorables à l’OTAN, mais également parce que d’autre part, ils ne sont pas non plus de fervents partisans de l’Union européenne. A ce titre, Rome s’est contentée d’affirmer qu’elle tiendra ses engagements pris et augmentera d’ici 2025 son budget militaire à 2% du PIB elle aussi.

Cette profonde fracture européenne sur la question de la défense commune vient se rajouter à celle des sanctions américaines sur les entreprises européennes commerçant avec l’Iran. En effet, si l’Union avait unanimement dénoncé l’extraterritorialité de la loi américaine, Washington cherchant ainsi à contraindre son partenaire européen de quitter le marché iranien, cette unité tend elle aussi à se rompre avec les dernières propositions du président Trump. Nombre de pays n’entretiennent en réalité que peu ou prou de relations commerciales avec Téhéran et craignent de nouvelles taxes américaines. Ainsi, certaines dissonances tendent à apparaître à Bruxelles en faveur d’un « deal » avec Trump et prônent de lâcher totalement l’Iran en échange d’une baisse des taxes, voire la levée totale.

L’Allemagne, dont la position est dans ce dossier déterminante car elle est la principale cible de ces attaques, rejette quant à elle fermement toute possibilité d’abandonner le marché iranien, tout comme elle rejette les taxes américaines. Berlin va même plus loin en refusant d’augmenter son SMIC ou encore de réduire volontairement ses excédents commerciaux, et demande plutôt à ses partenaires européens d’engager une réévaluation de l’euro pour essayer de satisfaire Trump, et serait prête à engager plusieurs investissements non-négligeables pour favoriser la consommation intérieure allemande. Cependant, concernant l’euro, plusieurs pays-membres de la zone euro, principalement l’Espagne et l’Italie, ont fait savoir qu’ils refusaient une réévaluation, laquelle leur nuirait, ce qui n’aide évidemment pas à régler ce problème.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Sam 7 Juil 2018 - 19:33

Pakistan
Brève
Evénement

Une vague d'attentats a touché le Pakistan au début du mois de janvier. Alors que la situation tendait à se calmer progressivement avec les différents groupuscules terroristes dans la région, dont Daesh et les talibans, plusieurs explosions ont retenti dans les villes d'Islamabad, Peshawar et Quetta, entraînant la mort de près de 167 personnes et faisant près de trois cent blessés. Pour l'heure actuelle, aucune revendication n'a été faite, mais ces attaques ravivent un sentiment de terreur au sein de la population, et ne sont pas sans troubler les investisseurs non plus, qui craignent un regain de violence dans le pays. Le gouvernement pakistanais a dès lors tout intérêt à trouver un moyen rapide pour mettre fin au terrorisme dans son pays s'il veut pouvoir se développer rapidement comme il l'entend.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Dim 8 Juil 2018 - 0:02


L'année 2019 débute. Le jour de pause de la mi-2019 aura lieu le samedi 14 juin 2018. Merci de vous référer au calendrier pour plus de détails (rappel : un mois = un jour). Bon jeu !



Dernière édition par Bureau le Dim 8 Juil 2018 - 0:02, édité 1 fois
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 552
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Dim 8 Juil 2018 - 0:02


République française





Affaires étrangères


................Le ministre de l’Europe et des affaires étrangères a fait savoir que « au regard de la conjoncture économique actuelle, une réévaluation de l’euro ne semble ni envisageable ni bénéfique pour l’Union européenne, même en incluant une éventuelle levée des taxes américaines », rejoignant ainsi la position de ses voisins latins. Même si Paris affirme être « pleinement engagé dans la lutte contre ces taxes illicites, ce n’est pas une raison pour céder à toutes les exigences allemandes », d’autant plus que le gouvernement a plutôt mal apprécié le rejet du projet de budget de la zone euro défendu par le nouveau gouvernement d’outre-Rhin, alors qu’Angela Merkel l’avait accepté, après d’âpres négociations. Par ailleurs, la simple décision de suspendre les sanctions contre les entreprises continuant d’avoir des relations économiques avec l’Iran est qualifiée de « progrès mais pas de satisfaction en ce qu’elle fait toujours peser une menace de levée de cette suspension, entraînant de facto le retour des sanctions. » La division plus que visible de l’Union européenne met en danger sa force de négociation, et les Etats-Unis semblent pleinement en jouer. Pour l’Elysée, l’Allemagne doit consentir à quelques légers efforts concernant son SMIC et ses investissements pour essayer d’obtenir une réduction des taxes, et non leur levée totale, une solution médiane pouvant être trouvée entre les deux parties comme exigé, selon l’entourage proche du président.

................Quant aux récentes pressions de Donald J. Trump via Twitter, la France a tenu à rappeler qu’en décembre 2017, elle s’était déjà engagée auprès de ses partenaires européens à porter ses dépenses militaires à 2% de sa richesse nationale d’ici 2022, et qu’elle tiendrait cette engagement, comme le prouve la loi de programmation militaire votée l’année passée et qui prévoit notamment l’augmentation dudit budget de plus d’un milliard d’euros chaque année, permettant ainsi d’atteindre cette barre symbolique des 2%. Pour Emmanuel Macron, les déclarations controversées du président américain « montrent que le lien longuement tissé entre l’Amérique du nord et l’Europe tend progressivement à se distendre jusqu’à menacer de rompre », et il affirme en outre que « la structure même de l’OTAN pourrait venir à être dépassée dans les années à venir au regard des choix des dirigeants américains. » Pour le chef de l’Etat, « l’Union doit aller plus en avant dans le projet d’une défense européenne collective pour remplacer à terme l’OTAN, et celle-ci doit prendre la forme d’interventions communes ainsi que de projets militaires communs. » Ainsi, le président de la République invite les Etats-membres de l’Union européenne à s’engager plus activement dans la coopération structurée permanente européenne afin de dépasser le cadre de l’OTAN, notamment par la constitution de grands groupes d’armement européens.

................Concernant la Syrie et l’incident secret s’étant produit dans la région d’Alep, le président français a quasi-immédiatement contacté son homologue russe afin de trouver une solution permettant d’éviter la survenance d’un tel accident à l’avenir. Dans un communiqué secret adressé au maître du Kremlin, Emmanuel Macron a demandé à ce « qu’aucune zone d’interdiction de survol à des appareils militaires occidentaux, ou au moins français, ne soit posée », estimant qu’il s’agissait là de la meilleure manière pour empêcher des incidents de ce genre, en contrepartie bien évidemment que la coalition internationale en fasse de même à l’égard des russes. Pour l’Elysée, ce regrettable incident n’entache, pour l’instant, en rien les relations franco-russes, tant qu’une solution est rapidement trouvée pour qu’il ne se reproduise pas. Paris compte sur la bonne volonté de Moscou pour y parvenir, le chef de l’Etat proposant « de s’informer mutuellement des opérations militaires aériennes organisées à l’avenir des deux côtés pour empêcher qu’un avion français ou russe soit abattu, ou que des troupes au sol non-syriennes ou non-rebelles ne soient accidentellement bombardées. » Les interventions françaises tendent de toute façon à se raréfier, la défaite de l’Etat islamique étant quasiment acquise, raison pour laquelle la France s’était engagée dans la guerre en Syrie, tandis que celle des rebelles n’est plus qu’une question de mois.


avatar
Sirda
Président
Président

Messages : 1617
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Jhe le Dim 8 Juil 2018 - 10:34




Affaires étrangères :

Le 1er janvier au matin n’a pas fait exception à la règle et dès les aurores une nouvelle série de tweets présidentiels est apparu sur le compte de Donald Trump. Après avoir souhaité une bonne année à ses concitoyens, le chef de l’exécutif a ainsi vertement attaqué, une nouvelle fois l’Allemagne et son chancelier Jens Spahn. Refusant tout compromis, le gouvernement allemand a en effet non pas rejeté l’injonction trumpienne d’une hausse des dépenses militaires (même si l'horizon 2025 reste lointain pour Trump) mais à au contraire prôné une intégration militaire européenne plus poussée, critiquant part là les Etats Unis. L’Iran et le commerce restent également des sujets de friction majeurs. Malgré tout, la Maison Blanche a lancée une invitation au chancelier Spahn, celui ci est donc convié à se rendre aux Etats Unis dans le courant de l’année afin d’échanger en face à face avec Donald Trump et essayer de trouver un accord.

Parallèlement, l’Administration américaine a annoncée l’engagement de poursuites judiciaires contre plusieurs groupes allemands, au premier rang desquels Volkswagen, pour commerce illégal en dollar avec l’Iran. Le constructeur automobile s’expose désormais à plusieurs milliards de dollars d’amendes qui lui seront sans doute infligé dès les prochains mois par la justice américaine.

« Si aucun progrès n’est fait d’ici au mois de juin les sanctions seront appliquée avec la plus grande fermeté et les Etats Unis prendront les mesures appropriées contre les pays européens lui faisant du mal ! » a conclu le président.

Donald Trump a par contre tenu à féliciter les pays « réalistes » de l’Union ayant répondu favorablement à ses demandes concernant l’OTAN. Les experts juridiques de la Maison Blanche travaillent en ce moment même d’arrache pied pour tenter de trouver des failles dans le droit européen et les traités qui permettraient aux USA de favoriser des relations bilatérales avec les pays « fidèles » (abaissement des tarifs douaniers ciblés etc).

Concernant le Canada, le président Trump a fait savoir au Premier Ministre Trudeau que « tout pouvait être négocié » entre Washington et Ottawa. L’Administration américaine a toutefois fait savoir implicitement dans ses déclarations que tout accord sur la défense canadienne ou encore sur une possible levée des taxes infligées au Canada sur l’acier et l’aluminium serait conditionné à une renégociation de l’ALENA, thème cher au président Trump qui compte bien en faire un des ses cheval de bataille pour 2019.




Dernière édition par Jhe le Dim 8 Juil 2018 - 23:04, édité 1 fois
avatar
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 979
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par GeorgeV le Dim 8 Juil 2018 - 15:59



Canada

Affaires intérieures



Le gouvernement fédéral annonça le nouveau budget 2019, en continuité avec les budgets libéraux précédents. Aucunes surprises cependant dans ce budget de fin de mandat, voir davantage orthodoxe que ce que la population canadienne c’était habitué au court des 4 dernières années. En outre, le budget fédéral est encore une fois déficitaire, mais moins qu’anticipée. Les libéraux tentent ainsi de couper l’herbe sous le pied aux conservateurs d’Andrew Scheer qui ont le vent dans les voiles d’un océan à l’autre et qui mise énormément sur l’équilibre budgétaire et la nécessité pour le Canada de rembourser sa dette. Ainsi, l’équipe de Justin Trudeau tente de se recentrer et de paraître pour une alternative économique fiable, citant notamment la réussite des provinces de l’Est soit l’Ontario, le Québec et les maritimes alors que dans les faits, la croissance économique de ces provinces a peu à voir avec le gouvernement fédéral ou des mesures prises par celui-ci.

Alors que le gouvernement Trudeau tente de se sortir la tête de l’eau, la crise migratoire que le Canada subit depuis l’élection de Donald Trump aux États-Unis a connu un pic sans précédent en plein hiver rude canadien. Commençant par les haïtiens, ensuite les salvadoriens, aujourd’hui il s’agit de migrants venant d’Afrique noire, surtout du Niger et du Nigeria qui se ruent aux frontières entre l’État de New-York et du Québec alors que les services frontaliers canadiens et la gendarmerie royale est déjà déborder par la situation des trois dernières années. Selon les services de renseignements du Canada en collaboration avec le ministère de l’immigration, le modus operandi afin d’entrer illégalement au Canada commence à être bien connu de là par des trafiquants et des réseaux de passeurs au niveau mondiale. Effectivement, ces derniers prennent un vol pour une ville frontalière canadienne (Plattsburgh par exemple), prennent simplement un taxi jusqu’à la frontière et attendent de se faire appréhender par les services frontaliers. Il s’agit là d’une situation gênante pour l’administration Trudeau puisque l’inefficacité du gouvernement dans cette affaire est clairement en train de devenir un problème de sécurité national.

Affaires étrangères



Le gouvernement canadien est prêt à rencontré le gouvernement américain afin de finir les renégociations de l’ALENA. En effet, il est temps de finir celles-ci qui durent depuis près de deux ans. Nous sommes par ailleurs totalement en accord avec la nécessite de venir en un accord trilatérale intéressante pour chacun de nos pays.

Ad Mare Usque Ad Mare

avatar
GeorgeV
Grand Consul
Grand Consul

Messages : 2215
Date d'inscription : 30/09/2011
Localisation : Québec, Québec, Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Dim 8 Juil 2018 - 18:18


République française





Affaires intérieures


................En marge d’un déplacement en province, le chef de l’Etat a indiqué, un brin provocateur comme il en a l’habitude, qu’il ne cédera « rien à ces corporatistes qui prennent le devoir qu’ils ont envers les administrés comme une chose anecdotique, et qui pensent qu’au contraire, ce sont les français qui leur sont redevables. Certains syndicalistes se comportent comme des parasites : ils n’ont jamais travaillé ailleurs que dans la centrale de la CGT, vivent sur le dos des honnêtes fonctionnaires dévoués à leur tâche, et bloquent le pays pour conserver leurs avantages, telle la vieille aristocratie déclinante lors de la Révolution. » La déclaration ne manqua évidemment pas de faire mouche puisque le soir même, les députés de la France Insoumise défilaient sur les plateaux télévisés pour dire à qui veut bien l’entendre qu’Emmanuel Macron est un horrible libéral arrogant et méprisant, et tutti quanti. Un proche du président de renchérir en affirmant que « les syndicats des travailleurs, à l’exception notable de la CFDT dont nous saluons le bon sens, ne sont clairement pas dans une optique d’une part de dialogue social et d’autre part de respect de la démocratie. Le président avait annoncé ces mesures dans son programme sur la base duquel il a été élu. Il les applique avec le soutien populaire, et c’est normal. » Les propos de la Macronie, bien que globalement vrais, passent très mal auprès de l’opposition de gauche et des syndicats.

................Pour autant, le gouvernement n’en démord pas. Le premier-ministre Edouard Philippe a annoncé que « aucune concession ne saurait être possible sur ce dossier, car il en va de l’avenir financier de la République », phrase rapidement critiquée par Jean-Luc Mélenchon pour son côté très eschatologique, mais confirmée par de nombreux ministres. Pour le gouvernement, il n’est en effet par question de céder, et notamment sur la question du non-remplacement des fonctionnaires, mesure déjà mise en œuvre par Nicolas Sarkozy qui avait permis de réduire de 200'000 le nombre d’employés de l’Etat. A l’Elysée, l’on sait pertinemment que la mesure risque de mal passer auprès de la fonction publique, mais le président mise tout sur le soutien de l’électorat de droite. En effet, lui avait seulement promis de réduire de 120'000 le nombre de fonctionnaires. Porter le nombre à 200'000 permet de se rapprocher des promesses de campagne des différents candidats à la primaire de la droite, et appliquer la mesure de François Fillon concernant la hausse non-rémunérée du temps de travail confirme la volonté présidentielle de totalement briser l’électorat visé et d’en récupérer une bonne partie, surtout à l’approche des élections européennes, où LREM caracole toujours en tête avec 30% d’intentions de vote. L’exécutif attend désormais l’épreuve de la rue, confiant en ses chances, puisque toutes les mobilisations du quinquennat ont été un cuisant échec.

................Dans les médias réputés être macronistes, l’on estime déjà que les mobilisations ne devraient pas être très fortes. Quelques sondages commandés à la va-vite montrent déjà qu’une majorité de Français soutiennent les mesures gouvernementales, ce qui est conforme avec un précédent sondage de 2017 dans lequel la majorité des Français approuvait la baisse des dépenses publiques. Le Canard Enchaîné dévoile quant à lui quelques passages du rapport CAP 22 dans lequel il est suggéré l’idée « de mettre fin au statut à vie des fonctionnaires, à l’exception de ceux travaillent dans les fonctions régaliennes de l’Etat, cela au profit d’une contractualisation généralisée, y compris pour les actuels fonctionnaires », à savoir les armées, la diplomatie, les finances, la justice et la sécurité intérieure. Bien qu’il ne s’agisse que de recommandations d’experts, cette fuite volontaire de l’Elysée reprend la stratégie des ordonnances sur la réforme du code du travail, à savoir divulguer des idées très provocatrices – mais néanmoins révélatrices d’une mentalité dans l’exécutif – pour pouvoir imposer, en échange de leur abandon, les mesures impérativement voulues. En attendant, Edouard Philippe s’est déclaré « prêt à recevoir les représentants syndicaux pour négocier ». Reste donc à voir pour le moment si la grève va être effectivement déclarée ou non, si les syndicats vont s’asseoir à la table des négociations, ou si l’exécutif pourra passer sa réforme.



avatar
Sirda
Président
Président

Messages : 1617
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Skorm123 le Dim 8 Juil 2018 - 19:09







اسلامی جمہوریۂ پاکستان


République Islamique du Pakistan
 



Le terrorisme au Pakistan



En ce début d’année 2019, le Pakistan est encore touché par le terroriste. Difficile pour le pays de lutter face à cette menace qui dure depuis près de 17 ans au Pakistan, depuis la chute du régime taliban en Afghanistan fin 2001. En effet, les économistes du Pakistan Economic Survey (PES) estiment que l’Etat pakistanais a perdu plus 129 milliards USD depuis le début de la guerre contre le terrorisme, pour un pays si pauvre que le Pakistan cela est une perte énorme. « Lutter contre le terrorisme a toujours été une priorité des précédents régimes, mais comment peut-on expliquer que Ben Laden, l’homme le plus recherché du monde, fut retrouvé au Pakistan après plusieurs années de traque ? » aurait commenté le premier ministre Shehbaz Sharif. Par cette phrase, il accuse ainsi directement le pays de ne pas réellement lutté contre le terrorisme, et beaucoup de personnes au Pakistan accusent l’armée qui trouve là encore une légitimité, contre les terroristes, mais la majorité soutient encore cette institution qu’ils ne savent pas aussi corrompus.

Contrairement à ce qu’on peut penser, le Pakistan a la plupart des informations concernant les terroristes, mais ceux-ci sont souvent baignés dans un flot d’information, ou non communiqués aux instances dirigeantes. De plus, le Pakistan dispose d’un réseau d’agence de renseignement important et dans ces agences de renseignements, il y a beaucoup de domaine d’activités. Le premier ministre S. Sharif souhaite donc mettre en place un service de renseignement commun ou les informations seraient rassemblées sans aucun esprit de concurrence. D’ailleurs, après plusieurs heures avec les principaux dirigeants des nombreux services de renseignement pakistanais, le premier ministre a affirmé que ces attentats étaient un nouvel échec pour les services de renseignement, et a indiqué que les principaux responsables devront démissionner dans les prochaines heures, avec l’accord du président du Pakistan, Mamnnoon Hussain. Si les problèmes de communications entre les services et l’inefficacité de ceux-ci ne sont pas réglés, de nouvelles « purges » seront effectuées à l’avenir pour trouver de nouvelles personnes plus compétentes. Il faut réussir à unir les informations pour trouver les terroristes, puis ensuite prendre des décisions pour stopper ces projets d’attentats et le service en commun devrait être essentiel.




avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1336
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Duurn le Lun 9 Juil 2018 - 6:17


Affaires Intérieures

En ce début d'année 2019, soit un peu plus d'un an après l'annonce de la fin du conflit avec l'Etat Islamique sur le sol Irakien, on constate effectivement une large diminution de la présence de l'EI sur le territoire national. Le retrait des forces djihadistes restantes dans le désert de la Jazira et leur réorganisation en cellules dormantes reste cependant une menace permanente pour les populations locales, notamment pour les villages isolés et les habitants vivant de l'élevage et de l'agriculture. Alors que les actions revendiquées ou identifiées comme provenant de soldats de l'EI sont exceptionnelles, les forces fédérales de police continuent de recevoir un nombre conséquent de signalements de personnes enlevées pour des demandes de rançon et il arrive également de retrouver des corps de personnes vraisemblablement sommairement exécutées en retrait des zones habitées. Les enquêtes de police arrivent la plupart du temps du temps à la même conclusion, celle de raids daeshi.
En conséquence, afin de répondre aux appels à l'aide des populations qui sont persécutées depuis plusieurs années maintenant par la menace djihadiste, le gouvernement irakien a annoncé plusieurs mesures : tout d'abord, des armes à feu (fusils d'assaut, armes de poing) seront mises à disposition des différentes tribus du désert afin de leur permettre d'assurer eux-même leur défense dans un premier temps alors qu'elles avaient été désarmées par les troupes américaines lors de leurs interventions puis par l'Etat Islamique lorsque celui-ci était au contrôle de la région. Afin d'empêcher tout trafic, la distribution d'armes se fera au compte goutte et sera sévèrement encadrée par des officiers supérieurs de l'armée régulière qui dispensera par la même occasion des séances de formation à l'usage des armes confiées. Chaque arme sera remise en échange d'un dossier nominatif qui permettra de venir par le futur désarmer les tribus une fois la situation jugée stabilisée par Bagdad. Il est à noter que seules les tribus les plus isolées se verront armées directement par le gouvernement. Dans un second temps, Bagdad souhaite mettre en place des mesures préventives au retour d'une influence djihadiste stable sur la région désertique de l'ouest du pays, notamment en suivant de près la situation en Syrie. A cet effet, un dispositif conséquent de plusieurs centaines de militaires réguliers et policiers fédéraux sera mis en place dans la ville d'Al-Qa'im et sa région afin d'endiguer l'arrivée sur le sol Irakien de djihadistes de l'EI par la ville syrienne d'Abu Kamal. De nombreuses patrouilles auront pour mission de quadriller la ville et ses alentours afin de se tenir informée le mieux possible des cellules djihadistes présentes sur place et de leur organisation, et de les éliminer en arrêtant directement les têtes pensantes identifiées ainsi que les réseaux de passeurs. Le contrôle des frontières est largement renforcée, et plus largement la surveillance du gouvernorat d'Al-Anbar, avec un contrôle accru des zones désertiques afin de localiser les regroupements djihadistes locaux.

En parallèle à ces mesures anti-djihadistes, le cabinet du premier ministre al-Abadi tient à coeur une stabilisation de la vie politique du pays sur le long terme. Le dernier principal conflit mettant en danger la sécurité du territoire national est celui l'opposant aux Kurdes qui ont profité de la guerre contre l'EI et de l'affaiblissement de l'armée régulière afin de consolider leurs positions dans le nord du pays et d’accroitre leur autonomie vis à vis de Bagdad. Même si ces acquis, notamment la riche région de Kirkouk, ont depuis été récupérés par Bagdad et que la situation a basculée vers un statu-quo, Al-Abadi tient à mettre les choses à plat et définir clairement la position de la région Kurde au sein de l'Irak post-guerre. A ce titre, alors que les avis divergent en interne entre partisans d'un pouvoir centralisé fort et militants à un Kurdistan indépendant, le Premier Ministre a formellement invité son homologue de la région autonome Nêçîrvan Barzanî à Bagdad afin de discuter en détail du rôle à jouer du Kurdistan dans la reconstruction et le développement de l'Irak et de sa région.

Affaires internationales

Bagdad suit avec attention le déroulement de la guerre en Syrie, et s'inquiète d'éventuels retombées néfastes pour le pays, comme un franchissement des frontières des différents groupuscules islamistes (daeshi notamment) acculés par l'armée de Bachar al-Assad sous soutien russe.

En outre, les Etats-Unis d'Amérique ont été contactés afin de fournir à l'armée régulière Irakienne une flotte de drone de surveillance et possiblement de combat dans le but de mener à bien le dispositif de repérage des bastions daeshi isolés ainsi que la sécurisation des frontières.


avatar
Duurn
Officier de la Légion d'Honneur
Officier de la Légion d'Honneur

Messages : 2572
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21
Localisation : Caen

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Skorm123 le Lun 9 Juil 2018 - 17:15







اسلامی جمہوریۂ پاکستان


République Islamique du Pakistan
 



Type 08, nouveau blindé au centre des divisions Pakistanais

SAA

Avec plus de 3000 APC de type M113, le Pakistan dispose d’un blindé vieillissant et très loin d’être moderne. Le Type 08 est un blindé chinois APC à 8 roues. Il fut négocié avec la Chine durant la dernière rencontre afin de produire en licence sur le sol Pakistanais ce blindé visant à remplacer les M113. Ainsi, c’est en ce début d’année 2019 que le Pakistan présente la version pakistanaise du Type 08 en prototype. Etant donné que la base avec le Type 08 est similaire, il n’a pas fallu longtemps pour produire ce blindé, de le présenter du moins en prototype ainsi que ses nombreuses versions. Car oui, c’est un blindé moderne, polyvalent et modulable, et permettra à l’armée pakistanaise d’avoir une seule plate-forme pour remplacer plusieurs autres blindés, comme le M113 et ses différentes versions mais également quelques véhicules d’ingénieurs, ou d’artillerie et ainsi économiser des frais d'entretiens.

Afin de correspondre aux nombreux besoins de l’armée pakistanaise, plusieurs versions sont donc prévues.
-Une version APC sera donc le fer de lance de l’armée, équipé d’une mitrailleuse de 12.7mm ainsi que de 2 missiles HJ-8 anti-char, que l’armée pakistanaise possède en masse, on estime que plus de 2000 APC seront produits.
-une version IFV équipé d’un canon contrôlé de l’intérieur de 30mm
-une version de reconnaissance avec une électronique plus avancée
-une version mortier de 120mm
-une version d’artillerie de 155mm
-une version anti-aérienne avec un canon de 35mm
-une version de combat avec un canon de 105mm
- deux véhicules de commandement avec une communication développé, l’un sera à hauteur du régiment, et l’autre du bataillon.
-une version avec pont mobile
-une version d’ingénieur
-une version dépanneuse pour les différents blindés en panne.
On estime à environ 3 500 le nombre d’APC qui composeront l’armée pakistanaise de ces multiples versions, pour la version APC, la majorité sera construit au Pakistan, mais pour les versions spécifiques, certaines technologies jugées sensible par la Chine seront produits en Chine puis assemblée au Pakistan. Avec ce véhicule, le pays change un peu de doctrine, préférant la roue à la chenille jugée trop couteuse pour les théâtres d’opérations, notamment dans zones frontalières avec l’Afghanistan, à cet effet le Type 08 sera très mobile, capable de monter des chemins de terres à plus de 50 degrés grâce à un moteur de 440 chevaux mais avec un poids assez faible de 16 tonnes pour la version de base. De plus, le produit est déjà très peu couteux, mais avec la version pakistanaise qui sera produite en masse, on estime que le prix diminuera au fur et à mesure par l’économie d’échelle.




avatar
Skorm123
Boulet Indiscipliné
Boulet Indiscipliné

Messages : 1336
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Topic officiel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 15  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum