¤ V2018 ¤ Revue de Presse

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Revue de Presse

Message par Bureau le Sam 11 Aoû - 15:05

Moyen-Orient
Brève
Evénement

L’été s’annonce très chaud au Moyen-Orient. En effet, le 4 juillet 2021, les gouvernements américain, israélien et saoudien ont lancé l’opération militaire « Wooden Leg », véritable croisade chrétiano-judéo-sunnite contre le grand ennemi chiite qu’est l’Iran, qui s’est déroulée en deux parties. Première partie, l’Etat hébreu, aidé logistiquement par les Etats-Unis, a procédé à un bombardement de plusieurs bases iraniennes en Syrie, et malgré la destruction de deux appareils ainsi que l’endommagement d’un troisième, est parvenu à réduire la présence militaire iranienne dans le sud-ouest syrien en détruisant les bases d’Izra, Yarmouk et Zeinab, endommageant légèrement celle d’Al-Dumayr mais ne parvenant pas à atteindre celle de Shibani. Cette offensive aérienne massive a permis de détourner l’Œil iranien vers l’ouest tandis que la véritable menace provenait des régions méridionales au Mordor persano-chiite.

Concentré sur ses pertes en Syrie, l’Iran manqua ainsi de vigilance alors que débutait la seconde phase de l’opération « Wooden Leg » : la destruction des principales facilités nucléaires iraniennes par l’aviation américano-israélienne, et ce depuis des bases aériennes saoudiennes ainsi que des porte-avions américains déployés dans le Golfe. Si une escadrille israélienne ne parvint pas à décoller à cause d’une violente tempête de sable, laissant intact le réacteur à eau lourde d’Arak, ce ne sont pas moins de cent cinquante appareils qui pénètrent dans l’espace aérien iranien, saturant la défense anti-aérienne avec des avions de guerre électronique, et parvenant à détruire les installations nucléaires de Fordow – où la montagne s’est effondrée sur elle-même sous la violence des bombardements –, d’Ispahan et de Natanz. Ces frappes ont totalement anéanti la capacité de production d’armes nucléaires de l’Iran pour les prochaines années à venir.

Néanmoins, ces frappes ne sont pas restées sans réaction iranienne. En effet, le nouveau président de la République islamique a annoncé la mise sous blocus immédiate du détroit d’Ormuz, par lequel transite une partie considérable du pétrole et du gaz, menaçant ainsi la planète d’une récession économique mondialisée dans les mois à venir si le détroit n’est pas très rapidement débloqué ; cela en y déployant 3 sous-marins de classe Kilo, 21 sous-marins de poche de classe Ghadir, 2 frégates de classe Moudge, 3 destroyers de classe Khalije Fars, ainsi que plusieurs dizaines de navires en tout genre, qui arraisonnent tout bâtiment civil traversant le détroit, lequel est par ailleurs miné pour empêcher tout passage. Par ailleurs, les batteries côtières iraniennes contribuent elles aussi à assurer ce blocus, notamment avec les missiles Qader, Persian Gulf et Raad, qui constituent une véritable menace pour l’US Navy.

Hamid Baghaei a ainsi promis aux coalisés de « faire pleuvoir le feu et la fureur divine d’Allah le miséricordieux » sur les coalisés alors que le Guide Suprême a appelé tous les frères chiites à se lever et combattre la coalition américano-israélo-saoudienne, en rappelant que Qom, ville sacrée dans le chiisme, a été directement menacée par le bombardement du site de Fordow, situé à quelques kilomètres de ce lieu saint. L’Iran fait ainsi appel à tous ses alliés chiites, et notamment les milices islamistes telles que le Hezbollah, Liwa Fatemiyoun ou encore Harakat Hezbollah al-Nujaba, pour combattre les ennemis de Téhéran – bien qu’aucun de ces groupes ne semble avoir répondu favorablement à leur appel actuellement. Autre déclaration iranienne, celle de la poursuite du programme nucléaire iranien coûte que coûte, Baghaei affirmant que l’ancienne Perse avait déjà produit trois bombes nucléaires avant la destruction des facilités nucléaires par les américains et les israéliens.

Si en Irak, au Liban et en Syrie, les principales milices chiites alliées à la République islamique d’Iran semblent assez sceptiques et refusent pour l’instant de s’engager dans un conflit ouvert contre Israël et les Etats-Unis principalement, les fidèles combattants houthis du Yémen sont quant à eux davantage enclins à combattre au moins l’Arabie Saoudite. Ainsi, ce sont plusieurs centaines de roquettes qui ont été tirées depuis le Yémen du nord par les houthis mais également des missiles balistiques à destination de Riyad par les iraniens mais aussi Djeddah et plusieurs bases militaires dans le sud-ouest de l’Arabie Saoudite pour punir MBS de son engagement dans le conflit aux côtés des américains. Ces différents tirs ont causé quelques dégâts légers, principalement matériels, mais aussi quelques morts civils et militaires, tandis que des menaces pèsent également sur le détroit de Bab-el-Mandeb.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Revue de Presse

Message par Bureau le Sam 11 Aoû - 17:38

Mer de Chine méridionale
Brève
Evénement

De récentes explorations scientifiques en Mer de Chine méridionale ont permis d'obtenir des renseignements plus précis sur les réserves de pétrole et de gaz qui se trouveraient dans cette vaste zone à l'origine de nombreuses tensions diplomatiques et militaires entre les principaux pays limitrophes. Ainsi, il est désormais établi que la région compte au moins des ressources pétrolières équivalentes à 21 milliards de barils et 9 trillons de mètres cubes de gaz, réparties notamment autour des îles Paracels et Spratleys, mais également éparpillées au large des côtes vietnamiennes, philippines ou encore chinoises, sachant que certains experts affirment que ces quantités prouvées pourraient probablement être doublées voire triplées dans la décennie à venir. Quasi-exclusivement offshores, ces ressources ne manqueront pas d'attiser les convoitises et de relancer les tensions entre les différents pays qui ont dans leurs eaux une véritable manne financière de plusieurs milliers de milliards de dollars.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Revue de Presse

Message par Bureau le Dim 12 Aoû - 15:10

Russie
Brève
Evénement

Les lancements des projets Energia-II (lanceur-lourd) et Buran-II (navette spatiale) depuis Baïkonour ont été un succès aussi bien pour l'image du président Poutine envers un public russe qui est toujours fier de voir les prouesses d'ingénierie spatiale de Roskosmos, mais aussi à l'étranger.

L'envers du décor n'est cependant pas si brillant. Les budgets de Roskosmos sont à sec, et de nombreux sacrifices ont du être faits pour permettre ces lancements. Dmitry Rogozin, le directeur de Roskosmos depuis 2018, a silencieusement présenté sa démission au président de la Fédération de Russie, malgré les succès des derniers jours.

Dimitri Rogozin, ex-directeur de Roskosmos

Selon lui, il manquerait près de 7 milliards de dollars d'investissement dans le projet Energia-II, et il s'agit d'un miracle si le premier vol expérimental a été un succès. Ne pouvant pas assurer la sécurité de la mission dans les conditions actuelles, il a préféré démissionner.

Note : Pour le prochain lancement expérimental de Energia-II, le joueur russe devra demander une simulation de réussite [section information]
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Revue de Presse

Message par Bureau le Dim 12 Aoû - 18:14

Moyen-Orient
Brève
Conséquence

Deux semaines après le bombardement des installations nucléaires iraniennes, la situation reste toujours plus qu'explosive au Moyen-Orient, aucun des deux camps n'ayant pour l'instant fait un pas vers l'autre pour tenter de calmer le jeu et éviter une escalade de la violence, voire l'éclatement d'une véritable guerre régionale qui pourrait avoir des conséquences irrémédiables sur l'économie mondiale et le peu de stabilité encore existant au Moyen-Orient. Téhéran a rejeté avec véhémence la résolution du Conseil de Sécurité lui sommant de lever le blocus du détroit d'Ormuz, estimant que ledit organe s'était « déshonoré en ne condamnant pas une atteinte manifeste à la paix internationale doublée d'un crime d'agression lâche. » Pour l'exécutif iranien, le seul moyen de lever totalement le blocus est soit la confrontation militaire, soit le départ immédiat de toute les unités américaines de la région, le démantèlement de leurs bases, la levée des sanctions économiques et financières frappant le pays et la réparation des dégâts causés à l'Iran lors des frappes.

Durant ce court laps de temps, le cours du pétrole s'est littéralement envolé pour atteindre un niveau d'avant-crise de 92$ le baril, alors qu'il dépassait à peine les 70 dollars l'année passée. Le coup est évidemment plus que rude pour les économies largement dépendantes de l'importation de pétrole, tandis que les pays qui en exportent sont pour l'instant largement bénéficiaires de cette crise, la Russie et le Venezuela en tête, même si dans les mois à venir, la hausse continue du prix du pétrole pourrait entraîner une chute de la consommation mondiale, et par la même occasion une crise économique violente. Face à cette perspective, mais aussi sur demande du gouvernement russe, que les dirigeants iraniens en veulent surtout pas froisser, icelui étant le seul véritable allié puissant qu'il possède dans cette affaire, Téhéran a décidé de rouvrir le détroit d'Ormuz aux pétroliers et méthaniers des pays du Golfe à l'exception des bahreïnien, émiriens et saoudiens. Si la décision ne fait pas baisser le cours du pétrole, elle permet néanmoins de le figer à ce prix. Quoi qu'il en soit, selon les estimations, l'impact de cette crise - si elle se fige en l'état - devrait être pour l'instant une baisse de la croissance d'environ 0,5% pour les pays développés en moyenne par rapport aux estimations de début d'année.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Revue de Presse

Message par Bureau Hier à 13:05

Ukraine
Brève
Evénement

L'Ukraine, récemment visée par une offensive russe majeure, est traumatisée par la violence du choc. Le centre-ville de Dnipro et la ville de Marioupol ont été tous les deux visés par l'armée russe lors d'une opération aérienne massive et rapide, causant la perte de plusieurs centaines de citoyens ukrainiens, dont plus de "300 civils" selon les sources ukrainiennes. Des manifestations spontanées de soutien au gouvernement ont été organisées, et ont pris un caractère russophobe très accentué très rapidement.

Une femme tenant un panneau peignant Vladimir Poutine en vampire assoiffé de sang, Kiev

L'été 2021 et la reprise de combats d'envergure en Ukraine a également fait plonger l'économie du pays, avec une prévision de récession importante pour l'année 2021, qui pourrait se poursuivre en 2022 selon des experts.

La Présidente Tymochenko elle, a violemment dénoncée l'agression russe qui s'ajoute à l'invasion officielle du Donbass, région séparatiste. Elle en appelle à la communauté internationale et à l'Occident pour agir contre la menace que représente la Russie pour le peuple ukrainien.


Lituanie, Estonie, Lettonie
Brève
Evénement

Les nouvelles de l'attaque aérienne massive contre l'Ukraine font froid dans le dos dans les Pays baltes. Ceux-ci savent en effet qu'ils seraient les premiers sur la ligne de front en cas d'escalade militaire avec la Russie, et l'Estonie notamment possède une forte minorité russophone difficilement intégrée dans le pays.

En réaction à l'offensive russe, ces trois pays ont demandé aux Etats-Unis, à la France, au Royaume-Uni, à l'Allemagne et à la Pologne de déployer plus de troupes sur leurs territoires.
Ces trois derniers, et notamment le Royaume-Uni, soucieux de renforcer son leadership alors qu'il est en dégringolade depuis le Brexit et les difficultés politico-économiques qu'il a suscité, ont immédiatement accepté. 280 soldats allemands, 310 soldats britanniques et 290 soldats polonais ont pris la route de la Baltique pour renforcer les missions de coopération otanaises dans la région.

Troupes britanniques arrivant à Riga de nuit, deux jours après l'attaque en Ukraine



union Européenne
Brève
Evénement

Plusieurs manifestations de soutien à l'Ukraine ont eu lieu à Varsovie, Bucarest, Berlin mais aussi, bien que plus petites, à Paris et Londres. Dans les hautes sphères du pouvoir technocratique de l'UE, c'est aussi un soutien clair envers Kiev qui s'est annoncé. Lors d'une session du parlement européen à Strasbourg, plusieurs députés l'ont interrompue pour proclamer leur soutien inconditionnelle à la présidente Tymochenko et au peuple ukrainien.

Des députés européens brandissant des drapeaux ukrainiens en pleine séance

L'opinion européenne vis-à-vis de la Russie chute, et si peu d'européens avaient déjà un peu de vue positif de la politique de Vladimir Poutine, ceux qui ont un "point de vue positif" en Allemagne sont passés de 20% en 2017 à 7% en 2021, 29% en 2017 pour l'Autriche à 12% actuellement, et même dans des bastions de la popularité poutiennienne en Europe comme la Roumanie, qui affichait un soutien de 65% en 2017 à Poutine, celui-ci n'est plus vu positivement que par 24% des roumains.

Succès militaire donc pour la Russie, mais catastrophe diplomatique.

avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Revue de Presse

Message par Bureau Hier à 13:20

Europe, Caucase et OTAN
Brève
Evénement

Des rapports indiquent d'importants mouvements de troupes russes aux frontières de la Fédération avec l'Europe, notamment de la Finlande, des Pays baltes, de la Biélorussie, de l'Ukraine, mais aussi dans le Caucase. Les forces armées nationales baltes, finnoises, norvégiennes, roumaines, polonaises, géorgiennes et britanniques entrent en état d'alerte, pour l'instant non communiqué au public dans le cas britannique, et se préparent à une potentielle poursuite des offensives russes en Europe.


Une réunion d'urgence de l'OTAN à Bruxelles a été demandé par son Secrétaire Général, réunissant les chefs d'Etat-Major de l'Alliance afin de décider de la marche à suivre. Il n'est pas impossible que face à ce qui ressemble à une élévation du niveau de préparation à un conflit majeur russe, l'OTAN décide de mobiliser à son tour ses forces, entrant dans une spirale semblable à l'incident Able Archer 83 il y a de cela presque 40 ans.


avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Revue de Presse

Message par Bureau Hier à 20:28

Royaume-Uni
Brève
Evénement

C'est l'horreur qui frappe encore une fois le Royaume-Uni, qui n'a décidément pas beaucoup de chance. En plein coeur de Londres, alors que celui-ci sortait d'un bar avec des amis, le Membre du Parlement britannique représentant Belfast, Unioniste, Henry Guinness, a été tué à l'arme blanche. Victime de 4 coups de couteaux dans le thorax, il est mort en quelques minutes sur les pavés des rues londoniennes.


Après l'assassinat de Jo Cox en 2016 sur fond de toile de Brexit, c'est le deuxième personnage politique tué au 21ème siècle dans le pays. C'est un véritable déchirement qui se produit dans les Îles Britanniques entre l'Irlande et le Royaume-Uni. L'attaque n'a pas été revendiquée, mais des groupes sousterrains républicains irlandais sont fortement soupçonnés.


Japon
Brève
Evénement

Le 28 août 2021, l'ancien Empereur du Japon, ayant abdiqué le 30 avril 2019, est décédé chez lui dans son lit, au Palais Impérial de Tokyo. Akihito, âgé de 88 ans, est vraisemblablement mort paisiblement. C'est une tristesse nationale qui s'empare du Japon devant la mort de son ancien Empereur. L'actuel Empereur, fils du défunt, Naruhito a tenu à ce qu'un deuil national ait lieu en l'honneur de son père, respectant ainsi le protocole.

Dernière photo en date d'Akihito, décédé en 2021

Le symbole impérial reste populaire au Japon, et c'est sans aucun doute que la mort d'Akihito impactera la société japonaise.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Revue de Presse

Message par Bureau Hier à 20:38

République arabe de Syrie
Brève
Conséquence

Entré en vigueur l'année passée, le Pacte de Damas refait parler de lui à Damas. En effet, le président fraîchement réélu à la quasi-unanimité des voix en 2021, a vivement condamné la présence de troupes turques dans la régions spéciale d'Al-Bab, sous souveraineté syrienne, alors qu'au terme de l'accord passé, toutes les troupes non-autorisées par la Syrie devaient quitter le territoire national syrien. Face à cette situation intolérable pour Damas, Bachar Al-Assad a posé un ultimatum à Recep Tayyip Erdoğan en lui intimant l'ordre de « retirer ses troupes illégalement déployées sur le sol syrien avant la fin de l'année. » Le chef d'Etat controversé mais maintenu au pouvoir par la force des armes s'en est pris au gouvernement de la région, accusé de tolérer le maintien de ces forces, en menace qu'en cas de refus de départ des troupes turques, icelui perdra toutes ses prérogatives et son autonomie au profit d'un retour de la gestion de l'Etat central syrien. En attendant, l'armée syrienne procède à des exercices dans la région, tandis que les différentes milices chiites restent à la disposition de Damas si besoin est.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Revue de Presse

Message par Bureau Hier à 21:04

Asie du sud-est
Brève
Evènement


La saison des catastrophes naturelles a commencé en Asie du sud-est. Comme chaque année, des typhons viennent s'abattre sur de nombreux pays, ravageant les littoraux et causant de nombreux morts. Depuis plusieurs années, iceux sont devenus de plus en plus fréquents et surtout de plus en plus violents. 2021 n'a pas dérogé à la triste règle de la loi de Mère Nature, et l'Asie du sud-est a violemment été touché par un super-typhon de catégorie 5 nommé Nina par les métrologues philippins, l'un des plus dévastateurs que la région ait connue, bien que moins puissant que le typhon Tip. Formé au large de l'archipel philippin, le typhon, d'un diamètre de 1500 km, prit rapidement de la puissance jusqu'à atteindre la catégorie 5 pour frapper les côtes avec des rafales de vent supérieures à 300 km/h, dévastant tout sur son passage dans les Etats de la Vallée de Cagayan, faisant près de 7'500 morts, au moins 1'000 de disparus et plusieurs dizaines de milliers de blessés - et au moins 300'000 déportés, contraints à boire de l'eau non potable. Le total des dégâts est estimé à près de 5 milliards de dollars dans le pays.

Fidèles à leur tradition de bouclier de l'Asie face aux cataclysmes naturels bien malgré elles, l'ouragan, après avoir percuté les côtes philippines, remonta vers le nord pour longer les côtes taïwanaises, y faisant plusieurs centaines de morts et de blessés et causant plusieurs centaines de millions de dollars de dégâts, avant de foncer sur le sud du Japon, qu'il atteignit en moins de trois jours, frappant en premier lieu l'archipel Ryūkyū, causant des dégâts à la base militaire américaine d'Okinawa et immobilisant plusieurs navires de guerre le temps des réparations, avant de remonter vers l'île de Kyūshū, avec une puissance de catégorie 3, où il disparut après avoir causé la mort de 90 personnes, la disparition de 74 autres et là encore quelques dizaines de millions de dollars. Considéré comme l'un des plus puissants typhons de la région des dernières années, Nina pourrait être suivi d'un ou plusieurs autres typhons dans les semaines à venir, un cyclone de catégorie 3 étant d'ores et déjà en formation dans le sud du Pacifique, et devrait toucher l'Indonésie, la Papouasie Nouvelle-Guinée, et, selon les experts, rétrograder jusqu'à disparaître au sud des Philippines.
avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Revue de Presse

Message par Bureau Aujourd'hui à 10:37

Royaume-Uni
Brève
Evénement

Le Royaume-Uni connaît une nouvelle annus horibilis. Alors que la violence semble resurgir de façon pérenne autour de la question nord-irlandaise (suite au Brexit et au rétablissement d’une frontière inter-irlandaise), une série de deuils frappe durement la famille royale, un des derniers pôles de stabilité dans un pays chamboulé de toutes part depuis le Brexit.

En janvier 2021 le pays a tout d’abord appris la mort du prince consort Philip Mountbatten alors âgé de 99 ans. L’état de santé de l’époux de la reine était déjà précaire depuis plusieurs années mais celui ci s’est dégradé au long de l’année 2020, au cours de laquelle celui ci n’est que très peu apparu en public, avant de se détériorer irrémédiablement au cours de l’hiver 2020-2021. Le prince est mort paisiblement dans son sommeil au château de Windsor a indiqué le Palais. Le décès de cette éminente figure de la famille royale, au premier plan depuis son mariage en 1947 avec la princesse puis reine Elizabeth a profondément affectée le peuple britannique qui voit disparaître l’un des derniers représentants, avec la souveraine et quelques autres éminents personnages très âgés, d’une époque marquée par la Seconde Guerre Mondiale et les derniers avatars de la grandeur britannique. La mort du prince consort a provoqué un deuil national de plusieurs jours au Royaume Uni et dans les Royaumes du Commonwealth tandis que les hommages officiels aussi bien que populaires se sont multipliés. Bien entendu l’époux de la reine a eu droit à de somptueuses et solennelles funérailles dans la cathédrale Saint Paul de Londres en présence de la souveraine de 95 ans vêtue de noir, visiblement très affectée, de la famille royale et de nombreux dignitaires nationaux et internationaux. Le pays a ainsi connu un rare moment d’unité nationale. Philip Mountbatten repose désormais dans la chapelle Saint Georges.

Quelques mois plus tard un nouveau deuil, beaucoup moins attendu et beaucoup plus tragique a frappé la famille royale britannique. Le 15 juillet 2021 le prince de Galles, Charles, héritier du trône britannique depuis 1952 est décédé à l’âge de 73 ans dans un accident d’hélicoptère lors d’une visite officielle au Canada. C’est un nouveau choc terrible pour le pays, fin prêt pour la succession au trône depuis des décennies, le prince de Galles ne deviendra en effet jamais roi et le fréquent trait d’humour affirmant qu’il mourrait avant sa mère s’est finalement transformé en macabre prophétie. Après avoir reçu tous les hommes dus à son rang au Canada, monarchie du Commonwealth, la dépouille du prince de Galles a regagnée Londres. Un nouveau deuil national a été proclamé et les obsèques de l’héritier ont été célébrées à la cathédrale Saint Paul au son d’un God Save the Queen plus solennel que jamais. L’émotion populaire est par contre resté très limitée au-delà des réactions protocolaires, Charles était en effet notoirement impopulaire. A 95 ans la Reine poursuit donc son règne malgré ces deuils et n’abdiquera vraisemblablement pas avant sa mort même si le nouveau prince de Galles, William âgé de 39 ans, et son épouse assurent maintenant l’essentiel des obligations de la très âgée souveraine. Pour beaucoup d’observateurs cette mort du prince Charles pourrait paradoxalement être favorable à la monarchie de Windsor puisque le futur roi William et sa femme sont très populaires dans les différents royaumes du Commonwealth ce qui pourrait permettre d’éviter l’apparition de Républiques australiennes ou canadiennes à la mort de la reine.


Dernière photographie du prince de Galles vivant lors de sa visite au Canada et peu avant de monter en hélicoptère.

Le futur roi visiblement très affecté par la mort de son père.

avatar
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 330
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V2018 ¤ Revue de Presse

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum