Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

[En construction] Protectorat Psykhon

Aller en bas

[En construction] Protectorat Psykhon

Message par Uriel le Ven 2 Nov 2018 - 3:32



PROTECTORAT PSYKHON





HISTOIRE:
Pré-histoire:
Suite à la fédéralisation des communautés humaines en une seule entité politique dans les années 2130 et la prise de pouvoir de la Commission Scientifique pour l’Humanité, les unités de recherche du monde entier, des plus développées aux plus arriérées, entrèrent dans une ère nouvelle de partage du savoir. Le congrès de technocrates un temps à la tête de l’humanité, avec ses défauts, s’efforça tout particulièrement de faciliter le progrès de la connaissance dans tous les domaines possibles, et un flot de fonds, primes, bourses, se déversa sur des laboratoires en fin de vie. Mais là où l’industrie lourde, civile ou militaire, y trouva son compte, les sciences sociales furent rapidement mises de côté : l’homme puisait des ressources neuves dans les sols, l’homme visait le ciel plus haut que jamais, l’homme n’avait pas besoin de se comprendre lui-même.

La Fondation eut à ce sujet peu d’impact : ses membres, surnommés (péjorativement) les « archivistes » par leurs confrères restés sur Terre, demeuraient à leurs yeux dans une conception productiviste du progrès. Leur science était une science de vaisseaux, de foreuses, de machines limitées, d’automates manuels aux programmes sommaires ; la science délocalisée car trop utile pour le projet expansionniste des Terriens, mais pleinement attachée à un projet politique non-assumé. Tout ceci resta au stade du ressentiment cependant, d’autant que les chercheurs terriens étaient désormais peu nombreux à ne pas avoir été séduits par l’aventure Fondation.

Commission Psykhon : l’installation (2302 - 2312):
C’est en 2302, une décennie après la découverte d’une race extra-terrestre intelligente, qu’une mission d’exploration fut lancée par la Commission Psykhon. Constituée de chercheurs de domaines variés, elle avait pour but l’établissement d’une colonie de spécialistes de la conscience qui pourraient y étudier en autonomie partielle, sans restrictions de sujets et dans un respect moins codifié de l’éthique, les comportements des espèces dites « intelligentes », mais aussi les intelligences dites « artificielles », à l’étude encore limitée.

Havre de recherche, s’y re-développèrent des sujets d’étude enterrés depuis plusieurs années, comme l’histoire : loin de la Terre, la Terre fascinait, et avec elle le patrimoine de l’humanité que celle-ci, obnubilée par sa quête d’au-delà, avait oublié. L’histoire des autres espèces et la capacité de mener des expéditions en divers systèmes, fit aussi naître toutes sortes de disciplines neuves, où Deng Shikoku avait fait office de visionnaire par son anthropologie comparée. La frontière déjà sévèrement attaquée, entre étude du comportement animal et du comportement humain, se garnissait de nuances supplémentaires.

Projet Psykhon : l’âge d’or (2312 - 2350):
La Commission Psykhon fut renommée Projet Psykhon, quand fut inscrit dans le Traité d’Indépendance et de Coopération Mutuelle marquant la fin de la guerre entre Terre et Mars que celui-ci était l’entreprise d’une communauté autonome dans ses lignes scientifiques, politiques, financières. Les deux entités s’engageaient ainsi à laisser Psykhon tranquille, à en garantir militairement la sécurité extérieure, et à laisser leurs portes ouvertes à tout scientifique désireux de s’y installer. Ce fut une période dorée de recherches, découvertes, publications, où la population du Projet grandit, un cycle mis en place (de reproduction par les scientifiques de scientifiques en devenir, en leur transmettant leur passion et ambition), un système politique stabilisé. Furent élaborées cartographies cérébrales, prothèses neuronales, schèmes comportementaux comparés, jusqu’à des prototypes de pensée artificielle « profonde ».

Projet Psykhon : l’embargo (2350 - 2366):
En 2350 le Projet Psykhon connut un coup dur dont il se releva difficilement. Plusieurs unités avaient organisé non seulement le rapt de spécimens d’espèces intelligentes ; mais aussi d’enfants humains de colonies terriennes et martiennes, en vue de mener sur eux diverses expériences. L’affaire mettait au jour une atteinte directe et terrifiante à la population des deux États humains ; la sévère et répandue absence d’éthique dans des corps de chercheurs évoluant dans un entre-soi qui les avait persuadé d’une supériorité leur octroyant de fait des droits supplémentaires sur les autres populations ; la présence de corps expéditionnaires recrutés parmi des mercenaires redoutés. Les financements, partenariats, furent coupés par Terre & Mars. La protection militaire de même.


Laboratoires divers (dans le vaste complexe souterrain de Télékion).

Le Projet survécut quelques temps ; mais en absence d’importations et de protections, connut toutes sortes de difficultés. Le plein investissement dans la recherche avait fait oublier à sa population certaines nécessités de la vie : les sources d’énergie manquaient, les denrées avec, les données ne transitaient plus depuis les systèmes voisins, les expéditions n’étaient plus financées, plusieurs équipes de recherche furent dissoutes. Les criminels de l’espace en profitèrent notamment lors du terrible sac de Lixos en 2358. Ce fut une importante leçon pour Psykhon qui depuis, dans son ensemble, se décida à atteindre au moins une autonomie dans les domaines les plus vitaux en vue de ne plus jamais connaître une telle période de précarité.

Protectorat Psykhon (2366 - 2400):
En 2366, alors que Psykhon demeurait ainsi paralysé et allait de crise en crise, Mars envoya un ultimatum à la communauté demandant la totale annexion du système, sa position étant stratégique dans la course à l’expansion coloniale. Le Directoire envoya une délégation auprès des Nations Unies, qui acceptèrent de venir menacer Mars en cas de tentative d’intrusion hostile dans l’espace stellaire de Psykhon. La dissuasion fit le reste. La Terre reprit un allié, contre la garantie de la fin des « expéditions scientifiques » et, de manière générale, de la sécurisation des intérêts terriens dans le système de Psykhon ; la relation fut en un sens officialisée par l’adoption du nom de « Protectorat Psykhon » en 2384. Depuis, Psykhon se repose et se reconstruit, a reconstitué divers projets (travaillant notamment, en plus de nombreuses études parallèles, sur un programme de prévision des futurs possibles, voire du seul futur nécessaire, capable de concurrencer le projet psycho-historique de la Fondation) et veille à ne pas se faire écraser par des puissances belliqueuses, le tout sur la base de l’aimable protection terrienne.


Vue depuis le ciel de Numos.


GÉOGRAPHIE:
Système:

Emplacement.

Le Protectorat se trouve dans le système GJ 1221 (coordonnées : -7 / -2).

Planètes:
Numos : planète tellurique habitable, le climat y est continental voire polaire. C’est sur Numos que les premiers colons humains sont arrivés en 2302. La surface habitable et climatiquement accueillante ne représente qu’une faible partie de la surface totale de la planète, le reste étant dit « zone froide ». Elle est entourée de 3 satellites (Lathos-I, Lathos-II, Lathos-III), dont 1 habitable et habité (Lathos-I).


Un centre de recherche dans la zone froide de Numos (Unité 113).

Gnosos : planète tellurique habitable. N’est pas encore pleinement colonisée.

Sophos : planète tellurique non-habitable en l’état. N’est pas encore terra-formée.

Mazad : planète gazeuse entourée d’une cinquantaine de satellites dont certains sont habitables. Aucun n’est pleinement colonisé.

Grandes villes:
Agonèn : capitale du Protectorat et chef-lieu de Numos. Y sont situés les sièges politiques, les ambassades, les plus hautes institutions du Protectorat, ainsi que les habitations des Diplômés de Dixième Niveau.

Télékion : ville située à une soixantaine de kilomètres au sud de la capitale, elle est la plus peuplée. C’est là que se sont implantés les premiers colons. Construite dans la terre et la glace, elle est le coeur battant du Protectorat : ses soubassements sont solides, ses souterrains indénombrables, son sommet protégé par différentes couches énergétiques. La plupart des unités de recherche y sont basées.

Lixos : ville située sur le satellite habité Lathos-I, dont elle est le chef-lieu. Bien plus ensoleillée, elle est le lieu privilégié par les nouveaux arrivants et les habitants à la recherche de résidences secondaires agréables.

Éinaï : ville située dans la zone froide de Numos, elle est notamment reconnue pour ses installations médicales de pointe (d’où son surnom « d’hôpital de l’espace ») et ses expérimentations peu orthodoxes.

Iko : ville-usine où sont concentrées les unités de recherche pour la conception robotique.


Télékion.


Lixos.


Éinaï.

Population:
Le Protectorat est majoritairement humain. Il est peuplé d’environ 300 millions d’habitants (dont environ 45 millions de cyborgs, et 10 millions d’aliens), un chiffre bien plus élevé par rapport à la Fondation s’expliquant par sa proximité et ouverture (initiale du moins) avec des zones humaines démographiquement denses.

Environ 50% de la population totale du Protectorat habite Télékion ; 30% à Lixos et Éinaï. Le reste de la population est disséminé dans des villes de moindre envergure ou constitue des unités de recherche autonomes présentes sur le reste du territoire ; quelques unes sont basées sur Gnosos et des satellites de Mazad pour y étudier faune, flore, sol, ou simplement prendre de la distance par rapport à la planète-mère ; quelques unes sont basées en dehors du système, dans des mondes étrangers. Les unités basées à l’étranger, dites « expéditions », ne visent quasi-exclusivement que la recherche (hormis l’Unité 434, cf. « Forces armées »).

La population cyborg et alien représente environ 20% des Diplômés de Troisième Niveau. Toutes les espèces sont acceptées sous réserve d’obtention du Diplôme de Troisième Niveau. Cependant, un échec triple à un même Diplôme (dont le passage est obligatoire) mène à l’expulsion. Des cas exceptionnels de non-contribution à la recherche du Projet peuvent aussi valoir, après plusieurs avertissements, un renvoi précipité. Le Diplôme de Troisième Niveau fait aussi office de « passeport de citoyenneté » et de « passeport de conscience ». Il permet d’élire les représentants de la Haute Délégation ; et atteste d’un niveau de conscience qui approche celui de l’homme. Sont en cela à noter la présence d’un millier de robots (de Troisième Niveau ou supérieur) dans le Projet (qui ne sont donc pas de la main d’oeuvre, ni des programmes complexes ou aidant à la gestion de la communauté, mais des « personnes » individuelles distinctes). La quantité de robots « non-conscients » est indénombrable (car élevé et en constante expansion).

Les robots-citoyens ont pour obligation de se donner un aspect extérieur biologique (humain ou autre) à l’aide de prothèses, d’une peau artificielle, d’un visage fixe et identifiable, etc. ; les robots qui ne disposent pas de ce titre ont pour obligation de conserver un aspect « mécanique » les distinguant clairement de leurs congénères disposant d’un Diplôme de Troisième Niveau.


Robot médical méditant sur le sens du sacrifice.


POLITIQUE:
Gouvernement:

L’une des membres de l’actuel Directoire (mandat 2398 - 2406).

Psykhon est un État oligarchique souverain placé sous la protection des Nations Unies Terriennes. Le Directoire est la plus haute instance politique du Protectorat. Il est composé de 3 Directeurs, élus par la Haute Délégation tous les 8 ans. La Haute Délégation est une assemblée (dont, selon ses statuts, l’autorité est toujours déléguée pour une durée indéterminée par la Commission Scientifique pour l’Humanité) composée de 120 Haut Délégués, élus pour 8 ans parmi les plusieurs milliers de Doyens responsables des unités de recherche disséminées un peu partout sur la planète et au-delà. L’élection de la Haute Délégation se fait par la partie de la population détentrice d’un Diplôme de Troisième Niveau. Le Directoire gère, en concertation évidente avec les Hauts Délégués et les Doyens, toutes les affaires intérieures du Protectorat. Le Directoire a autorité sur l’ensemble de l’organisation du Protectorat ; cependant la tradition veut qu’il délègue la gestion des relations étrangères, des relations aux I.A., et des armées, à 3 Recteurs, chaque Directeur nommant un Recteur.

Les enfants sont placés à la naissance dans des Unités de Recherches de Premier Niveau, où ils sont dès le plus jeune âge familiarisés avec la recherche lors de cours de méthodologie, de logique, de rédaction. À 10 ans, ils passent le Diplôme de Premier Niveau qui leur ouvre la porte des Unités de Deuxième Niveau. Ils commencent alors à se spécialiser progressivement, jusqu’à la rédaction d’une Thèse de Deuxième Niveau, 15 ans, dont la validation permet l’obtention d’un Diplôme de Deuxième Niveau. De nouveau pour le Troisième Niveau, qui culmine avec une Thèse de Troisième Niveau soutenue à 20 ans, devant comporter une idée originale dans le champ étudié ou le compte-rendu d’une expérimentation personnelle (les arrivants de plus de 20 ans tentent d’emblée d’obtenir ce Diplôme). Le Cinquième Niveau ouvre les portes de l’enseignement. Le Dixième Niveau est le point culminant d’une carrière scientifique. Les Doyens ont au minimum obtenu un Diplôme de Huitième Niveau. Tout ce qui ne concerne pas la recherche est automatisé ou importé. Défense comprise.

Traits éthiques & Civics:
Le Protectorat est égalitaire (tout individu obtenant ses Diplômes peut parvenir aux rangs les plus élevés et aux postes les plus éminents) ; pacifiste (ne cherchant pas à s’étendre au-delà de son seul système) ; en un sens xénophobe (les populations étrangères au Protectorat étant souvent considérées comme intellectuellement inférieures). Il peut aussi être caractérisé de technocratie, fonctionnant selon une bureaucratie « efficace » : tous les citoyens sont recensés, fichés, traités par le Protectorat. Hors des Unités de Recherche et de l’administration académique, point de salut.

Législation:
Législation des autres races :
L’expression « autres races » désigne toutes les races différentes de votre race dominante.
Apartheid entre les cyborgs et les humains : Non
Droit à la propriété des autres races : Oui
Droit au travail des autres races : Oui
Droit de vote des autres races : Oui (conditionné)
Esclavagisme : Non
Métissage avec les autres races : Oui
Racisme d’Etat : Non

Libertés générales :
Grèves : Non
Liberté de culte : Oui
Liberté de déplacement intérieur : Oui
Liberté d'expression : Oui
Liberté de possession d’un vaisseau spatial : Oui

Réglementation des mœurs :
Adultère : Non
Avortement : Oui
Cyborg : Oui
Eugénisme : Oui
Euthanasie : Oui
Homosexualité : Oui
Polygamie : Non
Prostitution : Non

Réglementation sécuritaire :
Alcool : Oui
Armes à feu : Non 
Communautarisme : Non
Drogues : Non
Peine de mort : Non
Tabac : Oui


Des aliens immigrés parfaitement intégrés.


SCIENCE & ÉCONOMIE:
Technologies:
Colonisation :
/
Économie :
- Agriculture : Agriculture primitive
- Civil : Grand Bond en Avant
Militaire :
- Spatial : In the Navy
- Terrestre : Service militaire minimum
Théorie :
Simulation de combat

Finances:
Crédits : + 250 (01/2400)

Ressources:
Duranium (construction standard) : + 600 (01/2400)
Sorium (carburant non-raffiné) : + 35 (01/2400)
Neutronium (construction renforcée) : + 50 (01/2400)
Corbomite (électronique, munitions, boucliers) : + 190 (01/2400)
Boronide (énergie) : + 60 (01/2400)
Corundium (cristaux énergétiques) : + 75 (01/2400)
Mercassium (recherche) : + 4 (01/2400)


Mine de Corbomite.


FORCES ARMÉES:
Forces terrestres:
Description : Les forces terrestres sont entièrement robotisées, de l’infanterie aux équipements lourds. Le Protectorat n’a jusqu’ici fait appel à des mercenaires (humains ou autres) que pour les missions extérieures et locales ; une seule fois pour des missions de défense, de 2358 à 2363, après que les raids incessants des pillards aient culminé lors du sac de Lixos.
Commandement : I.A. Thanos & Recteur des Armées
Effectifs :
Équipements :
Placements :


Robot de combat.

Forces maritimes:
Y sont comprises toutes les unités pouvant évoluer en milieu aquatique, même amphibies.
Description : Les forces maritimes du Protectorat consistent essentiellement en des unités de patrouille des plateformes d’extraction situées dans les zones aquatiques ; et en des unités d’exploration et d’étude des fonds marins, pour la recherche en biologie ou géologie, valant pour elles-mêmes ou dans le cadre de prospections.
Commandement : I.A. Hydro & Recteur des Armées
Effectifs :
Équipements :
Placements :

Forces aériennes:
Y sont comprises les unités aériennes légères habituellement pilotées en atmosphère.
Description :
Commandement : I.A. Ranos & Recteur des Armées
Effectifs :
- Navettes (cf. « Forces spatiales ») :
NI :
NII :
NIII :
NIV :
NV :
Équipements :
Placements :

Forces spatiales:
Description : Les forces spatiales du Protectorat ont un rôle d’abord utilitaire ou défensif : les compagnies spatiales privées étant vues d’un mauvais oeil, la flotte des forces spatiales constitue quasiment l’ensemble des vaisseaux circulant dans le système. Un réseau de stations orbitales protège Numos et ses satellites. Les amirautés et capitaineries des grands vaisseaux sont humaines, le reste est robotisé.
Commandement : I.A. Hélos & Recteur des Armées
Effectifs :
Liste des équipements conçus :
- Navettes :
Navette I - Chasseur Arkon (F230) : entre l’avion et l’hélicoptère, employé en basse altitude (surface)
Navette II - Chasseur Artémis (F120) : chasseur rapide (surface & espace)
Navette III - Navette Lykon (S10) : très maniable, notamment employée pour la reconnaissance et le transport (surface & espace)
Navette IV - Corvette Vulton (C50) : engin lourd employé comme noyau des escadres (surface & espace)
Navette V - Corvette Édéné (C320) : longue et rapide, employée comme bombardier (surface & espace)
- Frégates :
Frégate I - Frégate Sulphos (R30) frégate davantage défensive aux munitions énergétiques, aussi employée comme porte-vaisseaux (espace)
Frégate II - Frégate Monos (R60) : frégate offensive et plus rapide, faite pour évoluer seule et mener des manoeuvres délicates (espace)
- Destroyers :
Destroyer I - Destroyer Hadon (D20) : destroyer léger étalé en longueur pour diminuer la surface vulnérable, centre du commandement d’une flotte, armé et défendu lourdement mais peu rapide (espace)
Destroyer II - Station Diros (T10) : station spatiale placée en orbite autour d’une planète ou à un emplacement stratégique dans un système ; elle a un rôle évident de défense militaire (c’est-à-dire de détection, de mise en alerte et de contre-attaque), mais aussi de coordination des forces (entre défense en surface et défense orbitale) (espace)
- Croiseurs :
/
- Cuirassés :
/
Équipements :
- Navettes :
NI :
NII :
NIII :
NIV :
NV :
- Frégates :
FI :
FII :
- Destroyers :
DI :
DII :
- Croiseurs :
- Cuirassés :
Placements :

Renseignement & forces spéciales:
Description : L’Unité 434 est officiellement une unité de recherche, servant de prête-nom au Directoire pour les missions difficiles du Protectorat et pour le recrutement de mercenaires.
Commandement : Directoire
Effectifs :
Équipements :
Placements :

Sécurité intérieure:
Description : La sécurité intérieure est elle aussi entièrement robotisée.
Commandement : I.A. Hipol
Effectifs :
Équipements :
Placements :


DIPLOMATIE & GUERRE:
Le Protectorat n’a connu aucun conflit depuis sa fondation. Sa diplomatie est cordiale avec la Terre, ambiguë avec Mars, relativement indifférente pour le moment avec les autres entités politiques que contient l’univers.



Uriel
Gratte-papier
Gratte-papier

Messages : 41
Date d'inscription : 13/04/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum