[✓] Ukraine / Україна

Aller en bas

[✓] Ukraine / Україна

Message par Prishayev le Sam 12 Jan 2019 - 8:09






Ukraine

Україна




Aperçu :

Forme de l'Etat : République Parlementaire.
Président : Leonid Koutchma (Indépendant).
Premier Ministre : En transition.

Capitale : Kiev.
Langue officielle : Ukrainien.
Langues régionales : Russe, Hongrois et Roumain.
Population : 48.68 millions d'habitants.



  • Récapitulatif historique :



    Le premier témoignage de l’existence de la « Rus’ de Kiev » date de la conquête Scandinave de la région par la dynastie des Riourikides. Cependant, son habitation et sa relative prospérité est attestée par l’installation des proto-russes des deux côtés du Dniepr à l’emplacement de ce qui advient, avec cette conquête postérieure, l’épicentre du commerce et du pouvoir slave oriental. C’est sous Vladimir 1er dit le « Beau Soleil » que la monarchie des Rus’ se christianise dans le rite romain oriental et met en place un dense système d’alliances matrimoniales remontant de Novgorod et descendant à Kertch. Ses conquêtes sur les peuples de la steppe, bien souvent éphémères, témoignent pourtant d’un Etat vivace en lutte perpétuelle avec de nouveaux arrivants, en commençant par les Petchenègues et finissant avec les Mongols. La Rus’ de Kiev, magnifique par ses construction, centre commercial de la « Route des Varègues » et épicentre du pouvoir Kiévien est pillé par les Mongols et les Tatars de Crimée. Berceau de la civilisation slave orientale, Kiev réapparaît réellement au sein de l’Hetmanat cosaque et n’y tient guère de rôle majeur, mais le fait est que les Ruthènes forment désormais une entité les groupant, mais sous tutelle de la Pologne-Lituanie et de la Moscovie. Peu à peu absorbé par l’Empire Russe naissant, l’Ukraine prospère sous l’autorité des russes. Pôle industriel et agricole majeur, l’Ukraine est le ventre sur lequel tourne successivement deux industrialisations : Impériale de 1860 à 1910 et soviétique de 1930 à 1960. Elle supporte le gros des prélèvements financiers des autorités soviétiques au profit des plans quinquennaux et subit la famine entre 1931 et 1933. L’indépendance, acquise à la chute de l’URSS, permet de proclamer l’aboutissement de la construction politique de l’Ukraine avec pour capitale, comme sous l’ère soviétique, Kiev.






Ще не вмерла Україна !




  • Données économiques :

    Macro-économie :

    PIB (01/01/2002) : 40,400 milliards de dollars.
    Inflation : 6.5%.
    Epargne : 23.43% du PIB.
    Douanes (moyennes) : 7.5%.
    Balance commerciale (en % du PIB) : 1.63%.
    Population sous le seuil de pauvreté : 85%.
    Main d'oeuvre : 22.7393 millions de personnes.
    Chômage : 10.95%.

    Secteurs :

    Agriculture : 20.85% de la population active.
    Industrie : 28.47% de la population active.
    Services : 50.68% de la population active.

    Finances de l'Etat :

    Revenus de l’Etat : 10,40 milliards de dollars.
    Dépenses de l’Etat : 12,84 milliards de dollars.
    Croissance économique (31/12/2001) : 6%.
    Déficit Publique : 2,44 milliards de dollars.
    Taux d’endettement en % du PIB (01/01/2002) : 44.70%.
    Dette publique (01/01/2002) : 18,053 milliards de PIB.
    Échéance moyenne de la dette Ukrainienne : 20.08 ans.





    Impôts et taxes

    Recettes fiscales : 12.06%.
    Taxes sur les biens et services : 10.52%.
    Taxes sur les exportations : 0.03%.




Forces Armées Ukrainiennes :


Effectifs : 450 000 hommes.
Réservistes : 2 000 000 hommes.
Modèle de recrutement : Service militaire de deux ans.
Chef d'Etat-Major : Petro Shuliak (Général).
Ministre de la Défense : Volodymyr Shkidchenko (Général).




Equipement disponible :

Chars de Combat:
T-80UD : 273.
T-64BM : 400.
T-64BV : 1200.
T-64B : 600.
T-72B : 201.
T-72A : 402.

Véhicules de Combat d'Infanterie:
BMP-3 : 4.
BMP-2K : 267.
BMP-2D : 1200.
BMP-1K : 300.
BRM-1 : 200.
BMP-1P : 2000.
BMD-2K : 10.
BMD-2 : 68.
BMD-1K : 5
BMD-1 : 56.

Véhicules de Transport de Troupes et de Reconnaissance:
BTR-80K : 50.
BTR-80 : 400.
BTR-70K : 300.
BTR-70V : 900.
BTR-70 - Obr. 1986 : 600.
BTR-60PBK : 220.
BRDM-2 : 500.
BRDM-1 : 460.
BTR-D : 15.
MT-LB : 7000.

Artillerie Sol-Sol:
OTR-21 : 90.
9K52 : 50.
BM-30 : 75
BM-27 : 139.
BM-21 : 450.
2S19 : 63.
2S3 : 501.
2S1 : 640.
2S7 : 99.
2S5 : 24.
2S9 : 67.
2A65 : 185.
2A36 : 287.
D-20 : 224.
D-30 : 443.
2A45-A : 30.
T-12 : 500.
D-48 : 45.
D-44 : 326.

Artillerie Sol-Air:
S-300V1 : 12 à 48.
TOR : 6.
9K33 : 125.
9K35 : 150.
9K31 : 48.
2K22 : 70.
ZSU-23-4 : 300.
S-60 : 400.
ZU-23-2 : 1000.

Hélicoptères de Combat et de Transport:

Mil-Mi-24VP : 200.
Mil-Mi-24V : 50.
Mil-Mi-2 : 30.
Mil-Mi-8 : 270.
Mil-Mi-26 : 36.

Avions de Supériorité Aérienne:
MIG-29A : 220.
SU-27S : 40.
MIG-25PD : 15.
MIG-23MLD : 80.
MIG-21SMT : 240.

Avions d'Attaque au Sol:
TU-16 : 30.
TU-22 : 60.
TU-22M : 36.
SU-24 : 222.
SU-17 : 30.
YAK-38 : 35.

Avions d'Entrainement:
L-39 : 550.

Avions de Transport:
AN-26 : 40.
IL-76 : 100.



Dernière édition par Prishayev le Sam 9 Fév 2019 - 11:36, édité 23 fois
Prishayev
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 570
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] Ukraine / Україна

Message par Bureau le Sam 2 Fév 2019 - 17:48

Validé.
Bureau
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 777
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] Ukraine / Україна

Message par Prishayev le Sam 2 Fév 2019 - 21:03






Ukraine

Україна


Suite de l'Affaire des Cassettes




L'Ukraine sans Koutchma ?


La pluie s’abat sans discontinuer sur le parvis de la Rada. Le temps, morose, colle aux aboiements sans vie de rues balayées par le tumulte d’un vent du nord. La pluie ne cesse de tomber et se déverse inlassablement sur une foule en colère qui manifeste ses plus profondes craintes à l’égard du Président Koutchma et plus encore, elle déplore comme une majorité de la population du pays que l’Ukraine soit tombée dans une bassesse sans bornes. La source de cette manifestation, c’est « l’affaire des cassettes ». Enregistré à plusieurs reprises, Léonid Koutchma, Président de la République Ukrainienne, premier parmi les Ukrainiens, a fait enlever un journaliste investiguant sur sa corruption hors norme. Mais ce n’est pas tout, il a livré, selon ces cassettes, des armes aux terroristes du globe, des systèmes sophistiqués et améliorés issus du si proche, et pourtant si obscure, temps de l’Union Soviétique. Le système Kolchuga est sans conteste le produit le plus performant en matière de radar passif en Europe de l’Est. Il est si efficace qu’il est impossible à cibler du fait de son système passif et n’est autre qu’un lègue des derniers pionniers de la science soviétique. Si précieux, ce système demeure en développement, toujours amélioré, jamais vendu jusqu’alors puisque clef de voûte de la défense anti-aérienne ukrainienne. Mais … Koutchma l’a vendu, il l’a même bradé, il l’a fourni à l’Irak au même titre que des milliers d’armes de diverses provenances malgré les sanctions ciblant ce pays, dont des armes censées équiper des conscrits dont les soldes, elles même, sont toujours détournées. C’est un marchand du temple installé sur le trône des Saints de Kiev, une ordure qui ne vaut pas sa balle pour être abattue. Au nom de « l'Ukraine sans Koutchma ! », la population de la capitale marche, beuglant et rameutant avec elle des dizaines puis des centaines de milliers de citoyens mais aussi de jeunes … beaucoup sont des déclassés, des chômeurs, des pauvres, des croyants ou des nationalistes ukrainiens qui n’hésitent pas à brandir le fait de haute trahison de leur président et celui de crime envers son peuple pour exiger la démission de Koutchma.

La Militsia, débordée, plie sous la vague humaine qui se déchaîne à Kiev. Les rues, sans dessus-dessous, voient des hordes de policiers dépités rejoindre des manifestants, des conscrits également qui conservent leurs casquettes, leurs uniformes et parfois leurs fusils d’assaut. Cette masse finit de se compacter et s’écraser sur les milices des oligarques et du Berkut qui frappe et parfois tire sans sommation dans les rues. Les actes de violence, de part et d’autre, sont filmés, mais la censure l’empêche d’être communiqué à l’antenne. Pourtant, la mobilisation, qui s’était affaiblie jusqu’à s’éteindre en mai, s’est reconstituée autour d’une volonté apparemment sans faille des principaux partis d’opposition d’obtenir justice. On dénombre, à Kiev, pas moins de 49 morts et 214 blessés, officiellement il n’y a pas de violence à Kiev autrement que parmi les manifestants, officieusement, le pays déjà au courant que l’ignominie a un nom, elle ne tient pas de Satan, mais de Koutchma ...




Prishayev
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 570
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] Ukraine / Україна

Message par Prishayev le Dim 3 Fév 2019 - 13:31






Ukraine

Україна


Octobre Rouge à Kiev




La lutte continue !


Les heurts se succèdent, avec des hauts et des bas, mais les manifestations du 14 septembre 2001 ont été violemment réprimées et s’achèvent par la déroute de l’opposition sur terrain. L’état de siège, déclaré et maintenu durant deux semaines à Kiev, permet à Koutchma de faire arrêter près de 1720 personnes, de nombreux morts et d’innombrables bastonnades postérieures aux actions ciblent des députés communistes qui s’étaient servis de leur immunité pour créer des brèches dans les rangs des Berkut ou encore d’humbles citoyens roués de coups pour avoir été reconnus aux actions de septembre. Le mois d’octobre voit donc une campagne d’épuration dans les rangs de la majorité, des renvois de la Rada d’opposants trop zélés et de disparitions, sonnant le crépuscule d’un mouvement.

Malgré les violences des milices, une marche de l’Eglise Orthodoxe fait irruption sur la place de l’indépendance. Des cierges aux mains, la population marche aux sons des chants puis, c’est le silence pendant d’intenses minutes durant lesquelles l’Ukraine de Kiev, barricadée derrière ses fenêtres, peut apercevoir cette marche funèbre portant le cercueil contenant le corps d’un jeune, lynché par le Berkut, roué de coups et tué sous les yeux de ses parents. Installé à tout jamais dans un cimetière de la périphérie de la ville, le corps devient un lieu de pèlerinage et de recueillement pour près de vingt mille personnes entre le 2 et le 3 Octobre.
Koutchma, inamovible, tient une victoire à la Pyrrhus. S’il tient l’Etat et les milices, les sondages le créditent de 11% d’intentions de vote s’il devait se représenter le 18 Octobre. Une si maigre victoire qu’elle contestée par tout le monde, après tout, n’y a-t-il pas un « Front Populaire » qui se met en place entre les principales personnalités de l’opposition pour emporter les législatives qui débuterons en Janvier 2002 ? Dans le sang d’Octobre, c’est l’Ukraine qui se fracture et attend, dans l’ombre d’un Etat despotique et corrompu, son heure.


Contrat Ukraino-Coréen de 2001


L’Ukraine produisait, au zénith de la « Guerre Froide », des milliers de chars et de transports de troupes par an, fournissant aux forces de l’Union Soviétique les meilleurs chars de leur temps. Pourtant, depuis maintenant dix ans, l’Union Soviétique a disparue et la crise concomitante à la dissolution de l’URSS adjointe aux libéralisations ont ravagées le secteur secondaire de l’économie Ukrainienne dont l’industrie publique de la guerre. L’industrie de la défense, demeure. Mais dans quel état ? La production de 1991 faisait état de 800 T-80UD flambants neufs dédiés à la Garde Soviétique, l’élite suprême des forces armées soviétiques. Entre 1992 et 2001, dix T-80UD sortent des chaînes pour l’Etat Ukrainien et seulement la moitié des T-80UD dédiés au Pakistan sortent des usines, le reste ayant été fait sur les stocks de pièces disponibles. L ‘effondrement de la production a entraîné la crise du secteur et désorganisation des filières suite aux fermetures en chaînes d’entreprises abandonnées par l’Etat Ukrainien de Koutchma dans le cadre de l’abattement des subventions, contre 365 millions de dollars du FMI ! L’Etat Ukrainien se targue de posséder un complexe militaro-industriel de premier ordre, les militaires et les travailleurs ukrainiens, eux, attendent le pieds ferme la première commande sérieuse de la décennie ! Pourtant, l’usine a été admirablement dirigée, son directeur ayant essayé de conserver un maximum d’employés, directement dans l’usine ou au moins dans les environs. Il a conservé les outils de production et trouvé des substituts pour assurer un caractère opérationnel à l’usine. Rachetant les chaînes de production en crise, il a assuré sa survie et sa centralisation dans le complexe KMDB. Les T-80, fantomatiques, gisent par centaines d’épaves désossées dans la cour de l’usine, les moteurs et les tourelles démontés et attendant depuis des années leur utilisation …




Moteur 6TD-2 (diesel) d'une puissance de 1200 chevaux.


C’est dans ce cadre qu’interviennent les négociations Ukraino-Coréennes pour fournir le 6TD-2 en série à l’industrie Coréenne afin qu’elle l’installe temporairement sur le futur K2. Le moteur 6TD-3 de 1500 chevaux, alors en développement, entre rapidement dans les discussions. Manquant terriblement de fonds propres, le complexe KMDB obtient un prêt substantiel afin de constituer un site d’essai contemporain pour tester le prototype, mais aussi des chaînes de production à l’outillage coréen le plus récent afin de mettre en production successivement ces deux moteurs (le 6TD-2 et le 6TD-3) et au plus tôt. Compacte et véloce, le 6DT fait dire aux ingénieurs ukrainiens que « finalement, l’URSS, ce n’était pas si mal ! ». Le contrat ukrainien, longuement étudié, est finalement approuvé par les protagonistes. Les livraisons ukrainiennes du 6TD-2 se feront dès 2001. Au total et par an, 650 moteurs seront livrés et expédiés à raison de 50 exemplaires en 2001, 59 en 2002, 98 en 2003, 142 en 2004. Puis 160 en 2005 et 141 en 2006. Dans le même temps, entrera en production le 6TD-3 qui prendra progressivement la relève du 6DT-2, produit à 75 exemplaires en 2005, sa production culminera en 2006 à 95 exemplaires pour finalement tomber à 80 exemplaires en 2007 et 50 exemplaires en 2008.

La partie coréenne, de son côté, aura accès à la licence du 6TD-2 et de la production de pièces détachées dans le cadre de l’équipement de ses K2, le tout pour 350 moteurs. Le K2, finalement pourvu du 6TD-3, sera équipé pout moitié de moteurs de ce type produit en Corée, soit 300 moteurs sur 600 exemplaires destinés aux K2. La licence du 6TD-3, accordée à la partie coréenne, sera productible pour 450 exemplaires. Le renouvellement de la licence sera négociable et prolongeable.




Prishayev
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 570
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] Ukraine / Україна

Message par Prishayev le Mar 5 Fév 2019 - 10:22






Ukraine

Україна


Le baroud d'honneur de Koutchma


Conscient de son impopularité extrême et désireux de racheter ses actes aux yeux de ses concitoyens, Leonid Koutchma prépare le budget de l’an 2002. Hélas, les recettes ne sont pas celles espérées, moins d’argent que prévu rentre dans les caisses et sa politique libérale n’a jusqu’ici donné aucun dividende à l’Etat, seulement aux oligarques et bureaucrates montant du pays qui ont la haute main sur de nombreuses entreprises publiques et privés. Pour encrer son pouvoir dans le cœur des Ukrainiens, au moins dans ceux qui comptent, il s’appuie sur deux leviers clefs : l’armée et l’Industrie d’Etat. Il fait assumer par l’Etat la dette de KMDB, héritage des années noires, les terribles années quatre-vingt-dix. Son directeur, Mikhail Borisyuk Demyanovich, est l’indéboulonnable docteur des sciences techniques du complexes KMDB. Celui-ci, après d’effroyables efforts, voit enfin l’Etat passer commande ferme de T-84 « Oplot » et investir dans son usine. Ainsi, 120 millions de dollars sont investis pour rénover KMDB en modernisant ses chaînes et restaurant ce qui doit l’être. Lourdement modernisé par rapport à sa version « U » de 1994 et intégralement pourvu pour armée ukrainienne d’électronique nationale, le T-84 dit « Oplot » est le dernier né de la glorieuse série des T-80 soviétiques. Un total de 45 T-84 « Oplot » sont commandés en Décembre 2001, de quoi équiper un bataillon. A un coût unitaire de 4.4 millions de dollars, le T-84 « Oplot » coûtera la bagatelle de 198 millions de dollars à l’Etat pour l’année 2002. La production en série du char sert à promouvoir les filières ukrainiennes qui se doivent de fournir les équipements du « Oplot ». Il en va de même pour l’étude d’une copie améliorée du BMP-3 dont dispose l’Ukraine, projet confié à KMDB.




Volodymyr Stelmakh devant les caméras, annonçant son renvoi.


Koutchma tente, plus généralement, de doper le budget en berne. Pour ce faire, il exige de la Banque Centrale d’Ukraine l’impression de monnaie. Risque certain d’inflation et contraire aux directives prescrites par les mandats de la Banque, le directeur de l’établissement Volodymyr Stelmakh refuse de s’exécuter et provoque un véritable bras de fer avec l’exécutif. N’y tenant plus, Koutchma se résout à congédier son directeur de la Banque Centrale le 6 Janvier, trop tard pour endiguer la poussée dans les sondages des partis d’opposition, trop tard pour acheter le cœur des ses concitoyens. Au demeurant, il peut faire quelques promesses démagogiques, sachant que si son parti emporte l’élection, il pourra en réaliser quelques-unes et maintenir les autres dans un froid sibérien, qui, faut-il le dire, s’abat déjà sur l’Ukraine ? En tout cas, son remplaçant, l'économiste Serhiy Tihipko, entame une baisse du taux directeur de 19% à 15.5%, mais demeure toujours extrêmement haut ! Des émissions de monnaie étant en cours, le gouvernement devrait disposer de quelques ressource supplémentaires dans le budget 2002.




Prishayev
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 570
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] Ukraine / Україна

Message par Prishayev le Ven 8 Fév 2019 - 0:35






Ukraine

Україна


La fin d'une époque



Petro Symonenko, premier secrétaire du Parti Communiste Ukrainien.


L’annonce de la campagne des législatives se déroulant de Janvier à Mars de cette année débute par un rassemblant adjoint à un discours de Koutchma devant ses partisans, à Lviv. Témoin de son impopularité dans la capitale, il s’est extirpé de cette dernière pour faire campagne en province et notamment dans l’Ouest profondément ukrainien. Il s’appuie sur une vieille méthode, déjà éprouvée : séparer l’électorat sur des bases ethniques pour mieux diviser l’opposition. A son discours de Lviv, il regarde, narquois la télévision et son auditoire après avoir interrogé, rhétoriquement, l’assemblée par « Qui est plus Ukrainien que moi ? ». Le coup d’envoi de Lviv voit le personnage mener tambour battant sa campagne dans l’Ouest, il active ses réseaux et bénéficie des largesses des oligarques du gaz qui dominent son mouvement politique, le considérant à raison comme leur marionnette. De l’autre et lendemain même du discours de Lviv, les représentants des principaux partis d’opposition confirment leur unité durant la campagne et ceci devant la télévision publique et les commentaires emplis de doutes voir de mépris de la part des commentateurs à leur sujet. Les principaux partis de gauche et d’opposition, à savoir le Parti Communiste, le Parti Socialiste et le Parti Social-Démocrate Unifié. L’entente entre les deux derniers partis n’a pas été facile, ces derniers se sont opposés durant bien des années. Néanmoins, le calcul est vite fait : unis ils peuvent prétendre, ni plus, ni moins, que gouverner l’Ukraine. Il y aussi le Parti de la Justice, essentiellement composé de vétérans de l’Afghanistan et d’anciens soldats, déterminés à faire valoir leurs droits et par nostalgie bien d’entre eux demeurent encrés dans le socialisme paternaliste soviétique.

Les votants, nombreux, sont d’autant plus intéressés par la campagne que pour la première fois deux tendances, deux mondes, s’affrontent, toutes deux s’opposent et Koutchma étant donné entre 9% et 13% entre le 9 Janvier de le 12 Février 2002 il est question de déterminer qui le remplacera, de fait, à la tête de l’Etat Ukrainien. Le reléguant au rang de potiche, rôle auquel il aurait dû se cantonner depuis le début selon certains. La campagne nationaliste de Koutchma et la parution son programme démagogique puisque fait d’une augmentation des rémunérations des (nombreux) fonctionnaires ukrainiens, impossible à financer, attise la surenchère. Mais que proposer ? Le programme commun tarde à paraître, il n’est disponible que le 20 Janvier. Derrière les murs d’une ancienne usine soviétique devenue propriété du gouvernement ukrainien et en grève, s’est tenu un dialogue intense et des négociations farouches entre les partis membres du « Front Populaire ».

La ligne qui fait consensus est une réforme agraire, permettant de répartir les terres non pas en lopins familiaux et en vastes espaces improductifs d’Etat mais bel et bien en libres coopératives et moyennes propriétés intégrées au marché mais régulées et protégées par l’Etat. En outre, il est question de fixer le « Que faire ? » de l’immense parc industriel vieillissant que détient l’Etat. L’industrie redémarre déjà, l’Etat doit lui donner les moyens d’être plus efficiente tout lui accordant une plus large liberté, le choix de promouvoir les coopératives industrielles en découle naturellement. Ainsi, c’est par une forme socialisation des moyens de production que l’Etat pourra dégager par la revente aux travailleurs de ses entreprises, souvent mal administrées, les ressources nécessaires à la restauration d’un système bancaire d’avantage public et permettre un fort interventionnisme afin de rééquiper, moderniser et réformer l’économie industrielle du pays. Nationaliser les ressources naturelles, dont le gaz et le pétrole aux mains d’acteurs privés enrichis, souvent d’anciens bureaucrates ou de véritables magnats comme Yulia Tymoshenko ayant fait fortune dans le chao des années quatre-vingt-dix. Les impôts et taxes, si basses, sont revues largement à la hausse avec une volonté très nette de créer un impôt progressif sur le revenu (une dizaine de tranches), un impôt sur les grandes fortunes (2%) tandis que la TVA devrait être abaissée à 21.5% (contre 23%) et la lutte contre la fraude des entreprises à la TVA, immense, largement battue en brèche par une plus large et volontariste lutte contre la corruption qui devient rapidement un cheval de bataille pour le « Front Populaire » tout comme le Parti Mère Patrie de Yulia Tymoshenko ou encore le Parti de Viktor Yushchenko. Pour conclure, le programme annonce une politique nataliste et de larges aides aux plus démunis, dont les retraités dont la retraite le suit plus depuis longtemps l’inflation. Difficile de croire qu’il s’agit d’un consensus, pourtant c’est bien la gauche ukrainienne qui en ressort vivifiée : « L’unité ! » est le mot d’ordre d’une campagne qui se veut le renouveau du socialisme en Ukraine au cri de : « Pour le programme, tout le programme et rien que le programme ! ».

Le 25 Janvier, la marche des syndicats de Donetsk déborde dans la violence avec la charge de la Militisa, le 3 Février il est encore question de troubles à Kharkov et à Dniepropetrovsk, grèves et manifestations s’intensifient à mesure que fluctuent les résultats des sondages, les actions d’éclat et les discours des politiciens ukrainiens de tout bord. Tymoshenko et Yushchenko mettent en avant, de leur côté, l’idée d’une Ukraine sans la Russie, alignée sur l’Occident et d’une ferme lutte contre la corruption autant que l’étatisme, Koutchma, peu à peu isolé, sombre dans le ridicule à fréquenter des bars branchés sous les yeux bienveillants des caméras ou à faire perquisitionner ou interner des opposants, dont trois rédacteurs du Parti Communiste le 19 Février. Ce qui mène, au soir du 20 Février, à une grève de 680 000 personnes dont une majorité d’ouvriers dans les centres industriels de l’Est, notamment de Donetsk. Refoulant la Militsia, les ouvriers et mineurs finissent par atteindre les 930 000 grévistes et sans doute le million de chômeurs et soutiens divers les appuyant. Le 1er mars, tardivement, les rédacteurs du journal « Nova Derzhava » sont libérés, le mouvement s’éteint-il ? Nullement ! La contestation grandit, le pouvoir semblant dans l’incapacité de réprimer une poussée des socialistes et communistes, pas même d’arrêter les députés communistes qui infiltrent la Militsia et la maintiennent à bonne distance des grévistes. La peur du rouge, profitant aux libéraux, permet de douter au soir du dépouillement des chances de victoire absolue du « Front Populaire » …  A la surprise de bien des Ukrainiens qui doutaient, l’unité fait la force.



Front Populaire (coalition gouvernementale) :

Parti Communiste : 125 sièges.
Parti Socialiste : 55 sièges.
Parti d'Afghanistan (Vétérans) : 27 sièges.
Parti Social-Démocrate Unifié : 34.

Opposition :

Bloc Libéral : 102 sièges.
Bloc Koutchma : 43 sièges.
Nationalistes divers : 38 sièges.


Au soir du 31 mars c’est une vague rouge qui déferle dans les urnes : 29.5% des voix s’expriment pour le Parti Communiste mené par Petro Symonenko, faisant de son parti le premier parti d’Ukraine. Il est secondé par le Bloc Ukrainien de Yushchenko allié au Bloc de Tymoshenko qui ensemble recueillent 24% des voix. Le troisième Parti n’est autre que le Parti Socialiste d’Oleksandr Moroz, fermement arrimé au succès communiste avec 13% des voix et suivi de près par le Parti Social-Démocrate Unifié de Viktor Medvedchuk qui obtient 8% des voix. Les partis de second ordre, dont celui des vétérans, atteignent 6.5% et apportent leur poids au « Front Populaire ». Malgré les bourrages d’urnes, malgré la répression, malgré les accès aux cash des magnats et aux salons télévisés, Koutchma n’affiche qu’un score de 10%. Au total, le « Front Populaire » atteint 57% des votants ! La droite nationaliste et les indépendants couvrent le reste du champ, soit 10% … La victoire du « Front Populaire » appelle à la formation d’un gouvernement par les parlementaires et « approuvé » par Koutchma. Ce dernier, dépité, assiste impuissant à son isolement absolu qui, même en privé, s’exprime par le retrait rapide des soutiens qui le portaient autrefois.


Luc 1 : 51-52 – Il a déployé la force de son bras ; Il a dispersé ceux qui avaient dans le cœur des pensées orgueilleuses. Il a renversé les puissants de leurs trônes, et il a élevé les humbles.




Prishayev
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 570
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] Ukraine / Україна

Message par Prishayev le Sam 9 Fév 2019 - 17:09






Ukraine

Україна


Scandale à Kiev


A la Rada, une scène se tient, devant les caméras, dans le brouhaha de députés récemment élus et enfiévrés par les révélations du journal « Vcherniye Vesti ». Montant au pupitre, le chef du groupe du Parti Socialiste et représentant en cet instant du « Front Populaire Ukrainien » exulte : « Jadis, nous exportions aux peuples épris de liberté et de justice nos armes pour les protéger de la tyrannie. Aujourd’hui nous exportons, pour le compte d’oligarques et de dictateurs, des armes dont la vocation est de refuser le jugement de la Loi internationale ! ». Ravagé, le Président de la République alors présent écoute un jugement lapidaire de la part du Premier Secrétaire du Parti Communiste Ukrainien : « Incurie et corruption se lient à l’Etat Ukrainien comme une plaie et depuis bien trop longtemps ! Cette plaie héritée des années troubles a accouché d’un marchand de tapis ! Et le voici ! Monsieur Koutchma répondra de ses actes devant la Justice ! ». Concluant par un vote de destitution, les députés votent et en masse la mise à bas du Président. Koutchma n’est plus le chef de l’Etat, mais un condamné en sursis qui se voit dans les heures qui suivent perquisitionné par la police de Kiev. Il n’est pas la seule victime de la volonté implacable de ses opposants. Des oligarques touchant au secteur de l’énergie alors concerné par les accords secrets conclus par Koutchma avec l’Irak mais aussi des magnats de l’industrie de la défense se voient saisis, dépouillés par l’Etat et par la Loi de leurs entreprises. Leurs comptes bloqués, ils se retrouvent accusés par la Justice et mis en examen. Plus qu’une affaire touchant Koutchma et ses proches, le contenu de l’accord touche des bureaucrates, des militaires, des industriels et des politiciens à tous les degrés de la chaîne clientéliste qui dirige l’Etat Ukrainien depuis une décennie. L’affaire devient un véritable thriller qui annonce déjà un remaniement généralisé de l’Etat Ukrainien par la coalition gouvernementale.

Le nouveau Premier Ministre Ukrainien, Petro Symonenko, galvanisé, obtient du parlement la nationalisation, alors que leurs actions sont au plus bas, des entreprises de l’énergie concernées et des entreprises privées de l’armement trempant dans les magouilles de Koutchma. Dans les jours qui suivent, un organe indépendant de lutte contre la corruption est approuvé et constitué par le parlement et le Premier Ministre tandis que l’annonce de nouvelles élections présidentielles est faite. Elles se tiendront du 1er Août 2002 au 31 Octobre de cette année. La transition sera assurée par le Premier Ministre. Dans la foulée d’une réelle volonté de lutter contre la corruption, l’Industrie de la défense (désormais monopole public) voit ses responsables alors accusés être licenciés dans les règles et des enquêtes indépendantes lancées à leur encontre. Les comptes épluchés et évidement l’accord ratifié par Koutchma invalidé par le gouvernement et le parlement ukrainien.



Une campagne, un candidat, un programme !


L’organisme de lutte contre la corruption prend forme sur la base de personnes validées par le S.B.U (services secrets ukrainiens) et jugés pour leur casier judiciaire vierge et leurs compétences d’investigateurs et de juristes. Une campagne électorale débute et chaque semaine porte son cortège de corrompus impliqués à divers degrés dans les affaires touchant Koutchma. Véritable tremplin, la campagne met l’accent sur l’honnêteté, la droiture, le mérite … tant de notions bafouées et depuis si longtemps !




Prishayev
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 570
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] Ukraine / Україна

Message par Prishayev le Dim 10 Fév 2019 - 18:36






Ukraine

Україна


Le Socialisme à visage humain ?




La récolte du blé en Ukraine ?



  • Automobile et utilitaires : En ce 12 Avril 2002, les choses se précisent. Parmi les entreprises nationalisées figurent le groupe Bogdan, saisit à peu de frais des mains du magnat Petro Porochenko. Tête de l’industrie automobile, l’entreprise produit la majorité des voitures du pays, soit une trentaine de milliers de voitures sur cinquante-mille. Le gouvernement annonce en disposer à titre transitoire. Le groupe est démembré en vertu de l’idéologie du « Front Populaire ». Son site de production d’automobiles et de cars de divers types ayant lieu à Tcherkassy, c’est sous le nom de « Coopérative Industrielle de Tcherkassy » que s’enregistre le 18 Avril le site qui devient de fait l’entreprise la plus vaste d’Ukraine à disposer du statut de coopérative de production. Elle est pourvue d’un capital à 25% public et repose ses salariés qui, en contrepartie d’une dette sur 30 ans à l’adresse de l’Etat, deviennent actionnaires d’une majorité des parts de l’entreprise. Ouverte à de petits portes monnaies, les actions de l’entreprise coopérative de Tcherkassy sont composées de 10% de parts possédées par des particuliers. L’Etat annonce également un accord avec les membres de cette SCOP, pourvu d’un capital destiné à constituer les fonds propres de l’entreprise de 30 millions de dollars USD, il est aussi question d’un investissement de 100 millions de dollars USD de l’Etat et de 200 millions de dollars USD de prêts pour augmenter et moderniser la production sous supervision de l’Etat lui-même. La mise en place de cette modernisation de l’outil de production et de l’extension de ses capacités de production va porter, de 2002 à 2005, à 200 000 véhicules par le volume produit par le complexe dont 15 000 électriques. Il en va de même pour les bus et les trams produits à Lutsk dont l’usine devient, sur le modèle de Tcherkassy, une SCOP. Munie d’un fond de 15 millions de dollars USD, ses capacités de production sont modernisées par un investissement de l’Etat-actionnaire Ukrainien et des prêts accordés à l’usine, pour respectivement 50 millions de dollars USD et 100 millions de dollars USD. La production devrait atteindre 10 000 utilitaires, progressivement, de 2002 à 2005.



  • Défense : Après la récente commande de la Thaïlande portant sur 200 chars T-84 « Oplot », le gouvernement Ukrainien considère avec intérêt le complexe KMDB. En effet, en assurant la production de 200 chars à l’exportation en plus de 45 chars déjà commandés, son carnet de commandes est pratiquement bouclé pour trois années. Son succès lui vaut la création d’une inspection permanente de la production, un contrôle qualité et une attention particulière à ses comptes. Il en ressort que la modernisation entamée sous Koutchma doublée d’une augmentation de la production n’est guère suffisante pour assumer à la fois les besoins nationaux d’armement et les besoins étrangers. Aussi, l’Etat fait crédit à KMDB de 120 millions de dollars afin de réhabiliter les bâtiments annexes et les transformer en ateliers et afin de remplacer les chaînes en phase de décomposition qui n’ont pu être sauvées. De nombreuses actions sont distribuées aux salariés, gage d’intéressement à la production et à la qualité des « Oplot ». Le calendrier de livraison priorise l’exportation avec 23 chars livrés à la Thaïlande dès 2002, 51 en 2003, 74 en 2004 et 52 en 2005. Pendant ce temps, en 2002 seuls 12 chars seront livrés à l’arme Ukrainienne, ils seront 18 en 2003 et 25 en 2004. Le maximum des capacités de KMDB atteints, il est question de lui assurer des commandes régulières de la part de l’armée.

    Le T-64UBM (fictif) est ni plus ni moins qu’une mise à niveau du T-64BM avec les composants du « Oplot ». Sa motorisation est un 6TD-1 de 1000 chevaux, lui permettant d’atteindre 87 km/h sur route, tandis que sa transmission est elle aussi changée pour un système automatique et performant à cinq rapports avant et cinq rapports arrière. Il dispose notamment d’une électronique (calquée sur l’Oplot) totalement Ukrainienne. La protection est accrue par l’installation l’application réactive Nozh et le système Varta analogue au système Shtora. Une protection active Zaslon est disponible pour les chars à l’exportation. Armé d’un KBA-3 de 125mm et deux armes KT de 12.7mm, le blindé est capable de tirer des missiles via son canon d’une portée de 5km. Un total de 135 T-64 UBM sont commandés, soit 203 millions de dollars USD dépensés, le gros du blindé étant déjà disponible il s’agit avant tout d’une modernisation qui stimulera les fournisseurs d’électronique nationaux et assurera à l’armée un régiment de chars pour ainsi dire neufs d’ici la fin de l’année 2005. Son coût est de 1,50 millions de dollars USD sur base d’un T-64BM, ce qui en fait un char efficace et bon marché.




  • Agriculture : L’agriculture Ukrainienne est exportatrice net, grenier à blé de l’ex URSS elle a vu sa production fondre sous les coups de la crise des années quatre-vingt-dix et son organisation a été revue dans ces années sombres au profit de quelques agriculteurs dont la propriété s’étend péniblement à un lopin familial … le reste de la terre est propriété de l’Etat soit environ les trois quarts de la surface cultivée et l’essentiel des terres arables du pays. La réforme agraire de 2002 vise à dégager autant des finances pour l’Etat lui-même que de diminuer la corruption liée au système de location et d’imposition des agriculteurs privés exploitant les terres de l’Etat. C’est aussi et surtout une volonté idéologique : la terre doit devenir la propriété de ceux qui la travaillent. Ainsi, entre le 1er Juin et le 31 Décembre de cette année tous les travailleurs agricoles pourront emprunter à l’Etat au travers de ses banques les sommes nécessaires au rachat collectif de terres publiques. La surface minimale d’un projet de rachat est fixée à 100 hectares, plus les surfaces rachetées atteignent le plafond de 400 hectares. La création de coopératives agricoles, base de la nouvelle agriculture ukrainienne, est encadrée par l’Etat et accompagnée par la vente à prix cassé des outils de production qui jusqu’ici étaient l’apanage de l’Etat et de ses ex-MTS soviétiques. La volonté d’être compétitif sur le marché mondial est la priorité du gouvernement ukrainien qui veut forger une agriculture performante. Pour ce faire, il ouvre le « Crédit Agricole » (Ukrainien), public à ses débuts, l’établissement bancaire sera transformé à terme en coopérative et ses actions se bornerons (selon sa charte et selon la volonté d’un Etat-actionnaire) à développer la production agricole et de l’industrie agro-alimentaire. Dans le cadre d’un renforcement de l’agriculture ukrainienne, les agronomes et les vétérinaires se voient exemptés d’impôt sur le revenu et de nouvelles écoles dédiées à ces métiers (au nombre de cinq à travers le pays) seront ouvertes au public sous deux ans, des cours à distance étant disponible.

    Pour assurer le financement du projet, évalué à quelque 4 milliards de dollars USD sur deux ans, l’Etat requiert et obtient de la République de Corée via sa banque d’investissement public KEXIM un prêt d’un montant de 2.5 milliards de dollars USD. La banque assure ainsi les arrières d’un accord d’importation de denrées alimentaires ukrainiennes. En effet, un accord a été ratifié entre les deux pays pour assurer les approvisionnements Coréens en aliments. Il stipule que l’Ukraine devra vendre à la Corée à des prix fixés par une commission d’experts agricoles et de diplomates ukrainiens et coréens des denrées alimentaires. Cette commission fixera un prix plafond et un prix planché, tous les ans, et selon les cours du marché. Limitant ainsi la fluctuation des prix des denrées alimentaires venant en Corée et assurant aux agriculteurs ukrainiens une rémunération à la fois garantie et des débouchés également garantis. L’inflation sera également prise en compte dans les deux pays respectifs. La banque KEXIM ayant de son côté accordé 300 millions de dollars USD de prêts à l’Etat Ukrainien pour rénover le port commercial d’Odessa, c’est donc vers ce port que se tourneront les exportateurs ukrainiens.



  • Ferroviaire : La rénovation du réseau ferroviaire est ébauchée, l’Etat Ukrainien et sa société des chemins de fer viennent de signer avec l’Etat Français et Alstom un important accord sur l’avenir du réseau. La première chose à signaler c’est que la société ukrainienne des chemins de fer planifie un achat de 500 locomotives électriques contemporaines, diverses locomotives ont été sélectionnées, selon les besoins du pays dont les BB-36000 (dédiées au fret). Ainsi, 300 machines seraient produites en Ukraine, sous licence, tandis que 200 seraient produites en France par Alstom. La production des locomotives les plus modernes exige des infrastructures remises à niveau et parfois intégralement reconstruites. Ce plan ferroviaire vise le passage à l’écartement 1435 à l’intérieur du pays, la construction de sites d’échange aux frontières des Etats de la CEI dotés d’un écartement de 1524 avec des machines roulantes ukrainiennes plus anciennes (soviétiques) adaptées aux transports vers ces pays aux infrastructures désuètes et ne permettant pas de grandes vitesses. Le plan ferroviaire avance également la nécessité de miser sur le train pour assurer un transport rapide et efficient en Ukraine dans le cadre d’une reprise vigoureuse de l’économie nationale. Ainsi, les gares, les sites de stockage et les ateliers de maintenance et de production seront rénovés et modernisés. Le personnel sera réduit pour correspondre à de nouvelles réalités : la numérisation et l’application des technologies les plus récentes permettent l’économie du personnel pléthorique à disposition de la société des chemins de fer ukrainiens. La dépense est estimée à 10.5 milliards de dollars sur 7 ans. L’emprunt étant risqué pour d’aussi gros projets, l’Etat Ukrainien pourra requérir aux emprunts privés français garantis par l’Etat Français pour assurer la réalisation de son programme ferroviaire. Préalablement, pour amortir le coût de l’opération, la société ouvrira son capital de 33% en 2003 aux investisseurs privés soit une rentrée fraîche de 750 millions de dollars, de quoi moderniser ses outils de production et de maintenance et numériser ses administrations régionales et bien sur son siège.





Prishayev
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 570
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] Ukraine / Україна

Message par Prishayev le Lun 11 Fév 2019 - 6:51






Ukraine

Україна


Réformer, toujours réformer !





  • Impôts et Taxes : La réforme de l’impôt sur revenu est un des points angulaires du programme du « Front Populaire » et c’est au milieu du moins de mai que se présente la première Loi devant le parlement traitant de ce sujet. L’impôt en Ukraine est foncièrement injuste, il repose sur un impôt par catégorie, les salariés payent 18% de leurs revenus même s’ils touchent dix fois plus que le revenu minimum. Au-delà, il n’existe rien de tangible pour assurer la répartition de l’impôt entre les différentes classes sociales du pays. Des taux inférieurs s’appliquent aux fonctionnaires (notamment les militaires à 1.5%) et surtout de 5% pour les étrangers résident en Ukraine ! Pays de cocagne, l’Ukraine doit muter avec à sa disposition un système d’impôt par répartition, plus juste, plus efficace, plus rentable. Pour ce faire, la réforme prévue et proposée doit établir un impôt progressif de neuf tranches allant de 4% pour les plus modestes à 36% pour les aisés. Cet impôt doit permettre de ramener vers les caisses de l’Etat 3 milliards de dollars USD par an, soit un impôt sur le revenu dégageant, pertes et coûts compris, à 6 milliards de dollars USD. L’impôt sur le revenu représente encore près de la moitié des revenus de l’Etat, faute d’une consommation intérieure suffisante pour satisfaire la perception d’une TVA trop haute. Une réforme à la baisse sur les produits de première nécessité de la TVA est envisagée avec sérieux par le gouvernement tandis que la Loi de l’IR passe après de longs débats, souvent stériles, avec l’opposition libérale.



  • Salaire minimum : Le salaire minimum ukrainien ne parvient pas à rattraper l’augmentation de l’inflation, il n’est pas non plus assez haut pour garantir une vie décente à ceux qui travaillent. Ce constat alarmant exige du gouvernement des ukrainiens une réponse adaptée. Le mois de mai est celui du travail et donc, selon la proposition devant le parlement du Premier Ministre Petro Symonenko, une prime sera octroyée par toutes les entreprises, égale au salaire mensuel de chacun le jour de Noel d’année. Seront exemptées partiellement les petites et très petites entreprises dont le bilan ne permet pas cette annone, cette charge sera transférée à l’Etat. Au demeurant, elles sont peu nombreuses dans un pays basé sur les complexes industriels. Par ailleurs, le salaire minimum mensuel alors à 90 dollars USD est réévalué à 106 dollars USD soit une augmentation de récupération 18% et l’augmentation du SMIC sera indexée sur l’inflation année après année.



  • Défense : Le service militaire universel masculin, hérité de l’Union Soviétique, largement impopulaire pour l’inégalité des conscrits est un autre point abordé par le gouvernement pour répondre aux besoins des plus pauvres. En effet, ces derniers sont ceux qui servent dans l’armée, les plus aisés y échappent avec une facilité déconcertante ! Le fait est que le conscrit n’est pratiquement pas rémunéré et très mal logé dans infrastructures désuètes, obligé de travailler au noir hors de la caserne et d’abandonner à mi-temps le métier des armes. L’armée se meurt de l’intérieur. Face à la pléthore de personnels levés par le service militaire et constatant son échec final après son heure de gloire dans les années soixante, la conscription est réformée. Le « service » est abandonné, pas aboli. Il est remplacé par une conscription par tirage au sort sur la masse masculine jugée physiquement et mentalement apte à servir dans les forces armées, ce tirage au sort doublé d’une sélection doit aussi largement élever le niveau des conscrits. L’exemption ne peut être délivrée que par l’inspection centrale, les recruteurs perdent leurs attributions à ce niveau qui sont souvent (pour ne pas dire systématiquement) l’objet de corruption. Le total de conscrits est fixé par la commission parlementaire faisant le partage entre les ambitions des diverses branches de l’armée et les nécessités budgétaires et gouvernementales. De 370 000 conscrits, l’armée va lester 50 000 postes en 2003 et potentiellement 35 000 en 2004, essentiellement des dernières catégories de l’armée, c'est-à-dire ces postes dédiés à la mobilisation rapide des divisions de réserve et aux régiments fantomatiques mais aussi des administrations. L’économie de forces et la mutation du modèle de conscription aura lieu en Janvier 2003.





Prishayev
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 570
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] Ukraine / Україна

Message par Prishayev le Mar 12 Fév 2019 - 13:48






Ukraine

Україна


Le fantôme d'un géant



  • Chantiers navals et ports : Socialiser l’outil de production est un travail de longue haleine, à peine entamé. Les chantiers navals et les ports constituent des cibles de choix du fait de l’accord conclu avec la République de Corée le mois précédent. Si total de 300 millions de dollars ont été débloqués et alloués à la reconstruction du port d’Odessa, le gouvernement n’a pas l’intention de laisser le chantier dans le domaine public. Corrompues jusqu’à l’os, les autorités de la ville se sont longtemps servies du port comme d’une plaque tournante de trafics aussi illégaux que lucratifs. Pour y mettre un terme, depuis des semaines, le SBU enquête sur les autorités du port et la Militsia d’Odessa. Un grand coup est organisé début Juin avec l’arrestation du maire d’Odessa, le chef de la Militsia de la ville, une centaine de personnes du secteur public travaillant dans le port et de nombreux mafieux. Cette épuration de la ville est filmée et abondamment relayée par les télévisions et journaux comme le plus haut fait de lutte anti-corruption depuis la chute de l’Union. La conséquence directe de cette arrestation est la saisie de centaines de fusils et pistolets, de grenades, de munitions diverses, de drogues et d’esclaves dans divers entrepôts de la zone « grise » de la ville. La mairie d’Odessa et ses pontes voient, lors de l’élection de Juin, le triomphe du Parti Communiste qui s’empare du siège de la mairie de cette grande ville aux côtés des socialistes qui entrent au conseil municipal. Le maire nouveau maire annonce, triomphant « La lutte continue ! ». Le port est confié à ses travailleurs permanents, ceux-ci recevant les actions de la société publique gérant l’infrastructure. Ils élisent un conseil soutenu par un groupe d’experts nationaux et étrangers dans le but de faire redémarrer sur des bases nouvelles la société et l’Etat efface à son endroit les dettes de la société. Il ne s’en dégage pourtant pas complétement puisqu’il demeure actionnaire de 20% de cette SCOP.




    Un vieux souvenir ...


    Un autre port craint d’avantage pour son avenir : Mykolaïv et l’ex 61ème Communard (société publique) de la même cité sur le fleuve Bug. Autrefois chargé des constructions à fort tonnage de l’URSS, le chantier « Kommunara » accueillait un dense commerce et concentrait les compétences les plus diverses pour assurer l’achèvement des porte-avions de l’Union Soviétique. Aujourd’hui, le chantier de Mykolaïv sort du marasme dans un triste état : s’il concentre encore des compétences, le chantier, comme soufflé par la crise consécutive à la chute de l’URSS, manque cruellement de commandes. Pour le relancer, l’Etat décide de prospecter à l’étranger, auprès de la Russie et de la Chine. Affichant une capacité encore réelle à bâtir un porte-avions, l’Ukraine propose à la Fédération de Russie un rétrofit du « Kouznetsov » afin de lui attribuer la propulsion nucléaire sur base de quatre réacteurs nucléaires, de remettre à niveau l’équipement électronique (dans leur ensemble, câblage compris) et de faire une maintenance générale et profonde du navire. Ce projet peut s’étendre à un retrait du système d’arme Granit au profit d’une extension conséquente du parc d’avion embarquables ou alternativement par une mise à niveau du système d’arme par un autre, le système Kalibr. A la Chine mais aussi à la Russie (si le Kouznetsov est abandonné), l’Ukraine offre la possibilité de reprendre en commun la construction du porte-avions Oulianovsk dont les constructeurs ne sont autre que les chantiers de Mykolaïv. Presque équivalent à la classe Nimitz américaine dans sa variante de 1991, la classe Oulianovsk dispose d’une valeur suffisante pour en faire un joyau dont le gel de sa construction en novembre 1991 et sa destruction en 1992 n’a pas entamé fondamentale ses capacités. Mis à niveau par des KN-3 modernisés et pouvant emporter 68 aéronefs, il serait un outil de projection parfait. Bien plus adapté que la classe Kouznetsov, sous-calibrée et inadaptée à ses mandats. Le développement de cette classe Oulianovsk modernisée prendrait 18 mois, après quoi il serait lancé en calle et sa construction s’achèverait selon un calendrier définit avec son ou ses acquisiteurs.





Prishayev
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 570
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] Ukraine / Україна

Message par Prishayev le Jeu 14 Fév 2019 - 12:40






Ukraine

Україна


Verte Ukraine !




Vue sur le parc ...



  • Agriculture et environnement : La réforme agraire débute. La revente des terres cultivées s’opère déjà, l’espace placé en vente (exclusivement au profit de nationaux ou de membres de la C.E.I) atteint, à raison de 1500 dollars l’hectare et pour une taille de 26 650 000 hectares de terres cultivées sur 41 000 000 d’hectares cultivés une somme de départ estimée à 35 000 000 000 dollars USD. Ce « magot », richesse de l’Etat, sous exploité et vecteur d’une immense corruption, va entrer dans le domaine coopératif et privé au fur et à mesure. Le « Crédit Agricole » Ukrainien, fondé durant l’été 2002, coûte (pour être capitalisé) la bagatelle de 300 millions de dollars USD à l’Etat (via le prêt Coréen). Les gains de la vente de cette fraction majoritaire des terres publique s’estiment à 4 milliards de dollars USD, des acheteurs de toute la CEI et notamment de Russie se sont déplacés pour payer à prix content les terres ukrainiennes. Les agriculteurs ukrainiens obtiennent ainsi la terre, le fruit de la terre et la socialisation de leurs propriétés afin de réunir les parcelles et économiser les coûts via l’augmentation de l’échelle des cultures. Ce succès de la réforme agraire ukrainienne transforme le lien qui liait l’agriculteur et l’Etat, il n’est plus fait de liens clientélistes et de corruption de masse mais bien d’un attachement au « Front Populaire » ainsi qu’à sa figure principale, Petro Symonenko, grand gagnant dans les sondages de cette réforme ! Les MTS, héritage soviétique, sont progressivement dépouillés, réduits puis clos. Leurs machines agricoles et leurs spécialistes sont répartis dans les exploitations socialisées nouvellement créés dans l’agriculture. Cet effort considérable pour décentraliser et réorganiser l’agriculture devrait permettre à l’agriculture ukrainienne de redémarrer et d’entreprendre, sous des auspices favorables, un retour durable sur le marché mondial.

    D’un autre côté, un fond dédié à la rénovation des canaux d’irrigation et des terres irriguées est constitué, 120 millions de dollars USD seront alloués chaque année pour réassurer les terres jouxtant les quatre fleuve (Don, Dniepr, Dniestr et Bug) principaux d’Ukraine qui se verront partiellement reboisées, l’espace ne manquant guère, afin de sécuriser et assurer l’arrêt de l’érosion des terres. La préservation d’un environnement toujours plus maîtrisé, pour ne pas dire ravagé, est un enjeu de taille. Le gouvernement Ukrainien a par ailleurs décidé de constituer une « zone » protégée, véritable réserve naturelle avec pour épicentre le parc national de Pripiat-Stokhid. Le parc dispose actuellement de moins de 87 000 hectares. Pour pallier à sa faible surface, le gouvernement engagera des moyens conséquents (95 millions de dollars USD) dans son extension. Les terres environnantes, qu’elles soient des forets (généralement publiques) ou des terres agricoles ont été exclues de la réforme agraire et seront expropriées par l’Etat, les villes seront désertées. Le parc, d’abord espace se voulant être un « faire valoir » pour les autorités ukrainiennes, devient par la force des choses l’image d’un traumatisme : Tchernobyl et l’environnement dévastés par l’inconscience de l’humanité. Le parc actuel rejoindra le parc Shatskyi et abordera les environs de Kovel. D’une superficie de 512 000 hectares ce grand parc dit de « Kovel » abritera une flore et une faune très diverse y compris le cheval de Przewalski, le loup y sera réintroduit et le contrôle ainsi que l’analyse scientifique seront au cœur de ce projet. La seconde zone, autour de la première, est une zone dite « sensible », l’agriculture ne pourra pas y être intensive mais uniquement biologique, les véhicules seront soumis à des taxes mensuelles en fonction de leurs rejets polluants hormis les tracteurs agricoles. L’usage des pesticides et engrais dans les jardins étant strictement interdit. Cette zone de sécurité de 35km de profondeur autour du site vise à lui garantir un maximum de stabilité et une grande prospérité.



  • Energie : Dans toute l’Ukraine, des experts dont des géologues ont été dépêchés. En Crimée et dans le bassin industriel de Donetsk, les spécialistes sondant le sol, et détectent ce qu’ils désiraient trouver. L’Ukraine possède trois zones à fort potentiel pour l’installation de centrales géothermiques, à savoir la Crimée (au nord de Simferopol), dans le Donbass (au nord de Donetsk) et enfin en Transcarpathie. Plus généralement, la Crimée, l’Ouest Ukrainien et le Donbass bénéficient de terres chaudes, à 5km de profondeur, atteignant généralement une chaleur comprise 180 à 240 degrés. Pour les mettre en exploitation, aucun fond n’est disponible. Aussi le gouvernement se contente de faire établir une étude sur les performances de la géothermie dans chacune de ses régions, espérant des jours meilleurs pour les exploiter.





Prishayev
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 570
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] Ukraine / Україна

Message par Prishayev Hier à 12:49






Ukraine

Україна


L'agriculture de demain




Sergey Grinevetsky, Gouverneur d'Odessa.



  • Agriculture et Régions : L’effort du gouvernement pour pourvoir l’Etat de plus de moyens permet d’apercevoir un possible excédent financier dès le troisième trimestre de cette année, permettant de largement dépasser les prévisions budgétaires et d’engager un programme de montée en gamme de l’agriculture ukrainienne au travers d’une conversion par incitation puis par la loi à la culture biologique et par une campagne de promotion du BIO et des circuits équitables. Cette volonté de la part du gouvernement part d’un constat alarmant : les terres noires s’érodent et l’érosion est un problème croissant pour les agriculteurs du pays. Il est aussi question d’embrasser une stratégie sur ce marché croissant du BIO qui ne cesse d’être déséquilibré par une offre insuffisante, et ce malgré l’explosion de la surface consacrée au BIO à travers le monde. L’Etat octroi à l’Oblast d’Odessa, détenteur d’une écrasante proportion de terres noires sur sa surface agricole utile une commission de contrôle et un budget de 280 millions de dollars USD dédié à la mise en place d’une agriculture BIO et coopérative. D’une chaîne de l’industrie-agro-alimentaire aux standards européens et destinée au marché mondial comme national. Un budget de 190 millions de dollars USD sera accordé à l’Oblast pour rénover ses hôpitaux, ses hospices et ses maternités.

    L’Oblast dispose de Sergey Grinevetsky, ancien soutien de Koutchma et désormais membre du Parti Socialiste Ukrainien. L’homme doit compter sur le PC autant que celui-ci doit compter sur cet impressionnant personnage, l’académicien bardé de décorations et de prix est doublé d’une bête politique. Il a rénové autant qu’il a pu sa région et valorisé son industrie agro-alimentaire ainsi que son agriculture. Il est temps de lui rendre justice et ce dernier est rencontré par le Premier Ministre, vu à la télévision et entre sur scène comme un possible Ministre. Son premier mandat réside dans le transfert des propriétés terriens publiques aux coopérateurs, la création d’établissements bancaires (mutuelles et crédits agricoles) à l’adresse des paysans, à la restauration des liens avec l’Europe au travers d’accords sur l’industrie-agro-alimentaire. Le gouverneur ne se laisse pas démonter par ces mandats et engage dès le mois d’août 2002 un programme local de prévention à l’encontre des aliments non biologiques, ce programme durera jusqu’en 2005. Il organise une réunion avec les acheteurs de terres dans son Oblast et passe des heures à échanger avec à ses côtés des scientifiques, agronomes et promoteurs européens de l’agriculture biologique. L’attraction de la conscience sied à certains, mais le gouverneur va plus loin : il accepte de financer l’acquisition de machines agricoles, d’outillages, mais aussi annonce la rénovation des routes de campagne, des petites routes et chemins de terre ou de gravier. Il assure également qu’une forte allocation ainsi qu’une prime seront accordées pour soutenir le départ des jeunes des villes côtières, au fort chômage et à l’insalubrité évidente, vers les campagnes pour restaurer son vivier de main d’œuvre. Le modem puis l’ADSL et la 3G seront systématiquement installées dans chaque village par un câblage souterrain sécurisé, les antennes wifi seront financées par l’Oblast même si ce sont les municipalités qui en bénéficieront.

    Cette volonté modernisatrice est aussi un calcul, le gouverneur sait que son succès pourrait faire plus qu’une étincelle et il n’hésite pas à voguer, de groupes de réunion en groupes de travail et ainsi de suite jusqu’à convaincre son monde que le BIO est plus qu’une cause, c’est un gagne-pain qui peut rapporter gros. L’Etat annonce de son côté des prix planchés pour les produits BIO, obligeant les enseignes, sur le modèle de la République de Corée, à acheter les produits (cette fois BIO) en priorité et de mutualiser leur prix dans l’augmentation générale des prix des magasins Les agronomes, eux introduisent en Ukraine la rotation des cultures biologiques et fondent un centre d’analyse et d’agronomie à Odessa, l’enjeu est de taille ! Ils recrutent à tour de bras et sélectionnent en laboratoire les semences, testent inlassablement lesdites semences et des plants et revendent ces derniers à l’agriculture de l’Oblast. L’objectif final du gouvernement est d’atteindre 12% de production biologique, essentiellement à Odessa.





Prishayev
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 570
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 23
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [✓] Ukraine / Україна

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum