¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Gosseau le Mar 12 Mar 2019 - 23:55

Československá republika

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 640px-10

Un phrare démocratique en Europe centrale en danger ?


................Prague est le cœur d’une démocratie exemplaire, qui fait figure d’un îlot de paix au cœur d’une Europe centrale troublée par des contestations internes en tout genre, des suites de la crise économique qui perdure depuis 1929. La Tchécoslovaquie qui a hérité d’au moins 56 % du potentiel industriel de la défunte monarchie austro-hongroise est la locomotive industrielle de l’Europe centrale et de l’Est, épaulée par une monnaie forte et stable qu’est la couronne tchécoslovaque qui est reconnue sur tout le continent. Véritable dragon industriel, le made in Czechoslovakia est une référence dans le monde entier. Les fleurons de l’industrie sont les industries de consommation : textile, verre (cristal), porcelaine, confection, chaussures ; les industries mécaniques (automobile, matériel ferroviaire, armement) ; l’industrie lourde (Skoda, les blindages, la sidérurgie, les cimenteries) ; l’agro-alimentaire avec la bière, le sucre, les alcools ; les secteurs miniers et sidérurgiques ; l’électromécanique (centrales électriques) et la chimie qui sont en expansion. L’économie tchécoslovaque est donc l’une, si ce n’est la plus solide la région, ce qui constitue un atout pour la stabilité politique du pays.

................Politiquement, d’ailleurs, la démocratie est le mot d’ordre, avec un gouvernement qui repose sur une coalition dont découle un système de concertation entre états-majors des partis (la Pětka, le groupe des Cinq, qui peut être cela dit composé de moins ou de plus de 5 différentes formations politiques), assurant une importante alternance politique. Malgré la crise économique, la démocratie est toujours debout et repose sur certains piliers. Mais c’est dans ce contexte, que Radola Gajda ancien général de l’armée tchécoslovaque et fondateur du parti de la Communauté National Fasciste qui souhaite modeler la Tchécoslovaquie selon le modèle de l’Italie mussolinienne, lança une tentative de coup d’état le 3 mars en se mutinant avec l’aide de 70 hommes qui ont tenté de prendre d’assaut les bâtiments gouvernementaux de la ville de Brno, capitale de la province de Moravie-Silésie. Cette mutinerie fut un échec retentissant, avec l’intervention d’une centaine de militaires qui ont abattu 11 mutins, blessés 18 autres et arrêtant les autres, dont Radola Gajda. Dans le fond, cette mutinerie est assez faible en conséquence pour le régime en place, l’extrême-droite n’a que peu d’appui en Tchécoslovaquie, n’étant que bruyante pour finalement peu d’ancrage territorial. Cet échec aura au moins le mérite d’enterrer pour de bon le mouvement politique de Radola Gajda.

................Le vrai danger pour la République Tchécoslovaque réside en réalité dans l’état de santé devenu fragile du président Tomáš Garrigue Masaryk. Véritable père fondateur de la Tchécoslovaquie, il incarne surtout la double appartenance aux élites Tchèques et Slovaques de part ses origines familiales, c’est aussi un modèle d’intellectuel porté au pouvoir auquel une véritable révérence est manifestée. Dans son rôle de Président, il joue un rôle d’arbitre important, au point que certains évoquent une « dictature du respect ». Il possède autour de lui un groupe de fidèles qu’on nomme « le Château » particulièrement puissant dans la sphère médiatique et politique, qui traverse les partis. Des doutes sur l’avenir s’installent alors depuis qu’il apparaît avec une santé de plus en plus fragile, avec des sorties publiques qui se font rarissimes. Les spéculations les plus folles ont lieu autour de la nature de sa maladie, qui reste pour l’heure inconnu de la population, qui s’inquiète pour le futur du pays, qui pourrait peut-être devoir faire bientôt sans lui, qui a déjà un âge très avancé avec ses 83 ans.

Photographie de Tomáš Garrigue Masaryk, père fondateur et président de la République Tchécoslovaque:
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 374px-Tom%C3%A1%C5%A1_Garrigue_Masaryk_1925

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Lesser10
Gosseau
Gosseau
Administrateur
Administrateur

Messages : 3851
Date d'inscription : 22/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Alaminsk le Jeu 14 Mar 2019 - 21:11

Československá republika

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 640px-10

Coopération européenne face à la crise et au fascisme


................En ce mois de juillet 1933, le Président de la République Tomáš Garrigue Masaryk a annoncé dans la presse et par les canaux diplomatiques son soutien total à un renforcement de la coopération avec la Roumanie et la Yougoslavie. Le père fondateur de la nation tchécoslovaque, dont le prestige et la sagesse rayonnent au-delà des frontières nationales, est favorable à une intensification des liens diplomatiques, économiques et militaires avec les partenaires de la Petite Entente face au danger fasciste que représentent l'Italie, l'Autriche et l'Allemagne : ces trois nations voisines ont décidé de trahir leurs peuples respectifs pour établir des dictatures nationalistes dont les velléités pourraient déborder chez nous. Une rencontre à Bucarest serait un bon point de départ à des discussions plus intenses entre nos États, d'autant que les amis français et britanniques ont réaffirmé publiquement leur appui : la Tchécoslovaquie étant la troisième puissance industrielle d'Europe et l'une des plus innovantes, sa place est centrale dans les échanges en Europe orientale. Concernant la question commerciale, la Tchécoslovaquie espère compter très prochainement sur un abaissement général des droits de douane entre les pays de la Petite Entente, c'est-à-dire la Roumanie et la Yougoslavie, mais aussi avec la France et le Royaume-Uni en tant que proches alliés et amis : c'est une proposition qui est faite, face aux affres de la crise économique mondiale. La Grèce est d'ailleurs un partenaire favorable pour Prague, et un projet de coopération économique avec la Petite Entente, voire son intégration dans l'alliance, serait un signe extrêmement favorable pour la Tchécoslovaque. En ce qui concerne Paris plus spécifiquement, l'administration tchécoslovaque a annoncé respecter le bloc or, par décence et alliance. En outre, les représentants en Europe de l'Iran furent contactés par le gouvernement tchécoslovaque : la recherche d'investisseurs nous intéresse, et des discussions pourraient s'ouvrir, la Tchécoslovaquie étant la troisième puissance industrielle d'Europe, l'une des plus innovantes et l'un des premiers exportateurs d'armement. Enfin, face aux totalitarismes naissant dans les pays germanophones, Prague conseille à tous ses ressortissants de prendre toutes les mesures nécessaires pour veiller à leur sécurité et à préparer leur retour au pays sous les plus brefs délais ; toutes les représentations officielles sont pour l'instant fermées jusqu'à nouvel ordre, sauf bien sûr les ambassades dont le personnel est diminué au minimum.

Exercice de l'armée tchécoslovaque dans les Sudètes :
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 FOTO_PANEL_02

La pire année pour l'économie tchécoslovaque depuis sa naissance


................Depuis la propagation en Europe de la crise économique de 1929, la situation est difficile sur le Vieux Continent et d'autant plus pour la Tchécoslovaquie. Démocratie libérale disposant d'une énorme puissance industrielle mais aussi d'un secteur agricole important en Slovaquie, alors que sa population ne dépasse pas les 15 millions d'individus, l'économie de la République repose sur ses exportations pour soutenir la machine en interne. Lorsque les nations frontalières ont été touchées par la crise, nations qui sont aussi les premiers partenaires commerciaux des entreprises tchécoslovaques, les carnets de commande du secteur privé ont chuté de manière différée, ce qui explique pourquoi la Tchécoslovaquie est l'un des derniers pays d'Europe à connaître des difficultés économiques critiques. En ce mois de juillet 1933, la situation n'a jamais été aussi catastrophique : le chômage est de 6.6%, les dépenses publiques montent à plus du double des recettes, la balance commerciale est déficitaire et la richesse nationale s'est contractée de 4.23% par rapport à l'année précédente. Si le commerce est la question centrale, le terrain monétaire n'est pas pour autant périphérique. La Tchécoslovaquie a la monnaie la plus forte du monde occidental, fait issu des volontés de stabilisation des échanges, de prestige et de fidélité au bloc or piloté par la France ; cependant, beaucoup de pays européens ont décidé d'arrêter la convertibilité de leur monnaie en or et de les dévaluer, rendant les produits tchécoslovaques de moins en moins compétitifs. Ainsi, malgré sa position de troisième puissance industrielle florissante (en temps normal) et de grande innovatrice, la Tchécoslovaquie est dans une situation précaire. Pour le gouvernement de centre-gauche, la question ne se pose pas : il faut faire confiance à l'autorégulation du marché tout en stabilisant les comptes publics, malgré la spirale déflationniste et la contraction du secteur industriel. Le ministre des Finances, Karel Trapl, réussit à faire adopter au Parlement, après des semaines de tractations politiques, un programme orthodoxe de stabilisation économique. Le but est de, en attendant l'autorégulation du marché, stabiliser les comptes de l’État : gel du salaire des fonctionnaires, diminution de la masse de fonctionnaires (sur près d'un million, 50 000 départs immédiats puis 50 000 autres l'année prochaine), prélèvement obligatoire de 10% du salaire des fonctionnaires, augmentation générale de l'impôt de 5% sauf pour la tranche la plus élevée qui passe à 40%, augmentation des taxes foncières et des taxes sur les entreprises et augmentation générale de 5% des taxes indirecte sur la consommation. Les fonds dégagés par ces mesures permettront de soutenir les programmes sociaux en attendant la baisse du chômage et de rembourser la dette. Sa validation par le Parlement tient du miracle, mais aussi du soutien du président Masaryk (libéral convaincu qui sut faire pencher la balance) et d'une alliance provisoire avec la droite qui soutint le programme si le gouvernement intégrait une complexification du droit d'exercer une activité syndicale, ce qui fut fait. Ce programme, dont les mesures doivent s'échelonner sur plusieurs mois, est rapidement rejeté par l'ensemble de la population, les journaux s'amusant à dire que « seuls les morts ne sont pas volés » (l'impôt sur les successions ne fut en effet pas touché) : elle descendit rapidement dans les rues pour protester. Pour la coalition du Premier ministre Jan Malypetr, la situation est aussi difficile : ce programme a provoqué la colère de l'aile socialiste révolutionnaire du Parti social-démocrate des Travailleurs tchécoslovaques, deuxième faction en nombre de sièges de l'alliance au pouvoir. Certains disent que le parti de gauche pourrait partiellement ou totalement se remettre avec le Parti communiste tchécoslovaque, si ce dernier n'était pas aussi réfractaire (selon les directives de Moscou). En cette fin de mois de juillet, le programme économique du gouvernement Malypetr est validé, même si la majorité de la population veut sa tête et que sa coalition risque de se briser : seul le soutien du président Masaryk peut faire tenir la République tchécoslovaque.

Une station essence à Prague, entre puissance industrielle et besoin constant en matières premières :
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 1933-skoda-film35mm0556-retus

Les troubles grandissent, la présidence chancelle


................La Tchécoslovaquie est une démocratie libérale dont le Parlement, disposant des principales prérogatives dans les affaires courantes, est morcelé en une multitude de partis politiques. La coalition au pouvoir, dirigée par le Premier ministre Jan Malypetr, réussit à faire valider par le corps législatif un programme de stabilisation économique extrêmement dur pour la population, sans perdre la confiance des députés. Comment expliquer ce miracle ? Par le soutien très affiché du Président de la République Tomáš Garrigue Masaryk : il est considéré comme le père fondateur de la nation tchécoslovaque, le seul capable de rassembler toutes les ethnies et tous les partis politiques (sauf les fascistes et les communistes) autour de sa personne, et ce du haut de ses 83 ans. Ainsi, malgré le régime parlementaire calqué sur la IIIe République française, le prestige de l'administration Masaryk et son soutien au gouvernement actuel (son poulain Edvard Beneš est ministre des Affaires étrangères) permet de garder un semblant de stabilité gouvernementale. Mais en cette chaleur abominable de mois de juillet, les mesures adoptées ont provoqué une colère extrême dans la population, qui a décidé de battre le pavé : le cabinet Malypetr n'a plus le soutien de la majorité de la population, sa place n'étant gardée que par l'assurance du chef de l’État. Cependant, au-delà des réactions au programme économique, d'autres dangers parcourent la République tchécoslovaque : du point de vue de l'opinion, le rejet de l'austérité augmente la popularité du Parti communiste tchécoslovaque, premier parti d'opposition au Parlement ; l'aile socialiste révolutionnaire du deuxième parti au pouvoir, le Parti social-démocrate des Travailleurs tchécoslovaques, pousse de plus en plus pour une sortie de coalition et une alliance avec le PCT ; la droite conservatrice et nationaliste, plutôt faible (sauf en Slovaquie), reprend du poil de la bête face au délitement du centre et au fiasco du fascisme. Mais le danger principal reste la santé du président Masaryk : dans son entourage, on sent que le père fondateur a jeté ses dernières forces dans la bataille budgétaire. Son heure semble approcher, dans un contexte d'instabilité parlementaire totale, de crise économique grave et de dangers fasciste et bolchévique.

Le morcellement de la Chambre des Députés élue en 1929 :
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 2019-010

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Lesser10
Alaminsk
Alaminsk
Grand Consul
Grand Consul

Messages : 2716
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 22
Localisation : Paris, France.

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Silvio007 le Ven 15 Mar 2019 - 1:22

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 15523211

Affaires internes

Les mois passent et les premiers résultats des réformes économiques se font sentir. Ainsi, si économiquement le pays se porte mieux, le chômage diminuant grâce à la création, pour le moment, de plus de 20 000 emplois, les entreprises peinent toujours à relancer massivement la production, la confiance du marché ayant été complètement étiolé par la crise, et les exportations ayant du mal à décoller, malgré les premiers signes positifs. Les infrastructures, quant à elles, sont en rénovation dans tout le pays, les députés flamands et wallons faisant extrêmement attention à ce qu'une région ne profite pas d'investissements plus importants que l'autre.  Ainsi, de nombreuses voies ferrées voient le jour, reliant à peu près toutes les grandes villes du pays à la capitale, Bruxelles, mais également à Anvers, afin de faciliter le transport de marchandises pour les exportations à l'étranger.
La Belgique prodite également de ces investissements massifs dans les infrastructures du pays pour accélérer la construction du fort d'Eben-Emael, lancé plus tôt en 1932.  Profitant de cette accélération, de nombreux officiers et généraux ont plaidé pour des amélioration du fort, pour augmenter la solidité des murs et des bunkers, mais surtout pour défendre son toit, qu'ils jugent comme étant un véritable talon d'Achille à la structure défensive. Ainsi, toute une série de mines, d'obstacles anti aériens, de barbelés, etc seront installés en quantité, tandis que la protection des casemates contre l'infanterie sera ré étudié pour fournir une protection optimale contre les attaques directes. De nombreux canons, de portée variable, et défense anti aérienne de pointe y seront disposés. Pour cela, un appel d'offre est émis afin de doter l'armée belge de canons récents, puissants, et capables d'assurer sa protection comme il se doit.

Au rayon militaire, le ministre de la Défense, Charles de Broqueville, décide de réformer le bataillon de chasseurs ardennais, unités d'élite de l'armée belge, représentant la crème de la crème. Leur entrainement spécialisé et très poussé doivent leur permettre d'exceller dans nombre de situation, et plus particulièrement aux combats dans les forêts. Mais dans le but de pouvoir intervenir rapidement le long de la frontière face à une offensive motorisée, le ministre fait répartir le régiment de chasseurs ardennais en trois détachements qui ont chacun leur garnison : à celle originelle d'Arlon s'ajoute Bastogne et Vielsalm. Il décide également de motoriser le régiment, ce dernier recevant ainsi des canons antichars automoteurs, des camionnettes pour ses mitrailleuses et camions pour ses mortiers et en remplacement des chevaux. Les effectifs et armements sont augmentés, un groupe d'artillerie motorisé est constitué, tout comme des bataillons cyclistes, l'unité s'adjoint aussi services et état-major. A cela vient s'ajouter un nouvel uniforme, inspiré des chasseurs alpins det de la cavalerie. Ils portent ainsi un bérêt, mais vert en référence à la forêt des Ardennes. Ainsi, le régiment de chasseurs Ardennais devient un Corps, comme le stipulera un Arrêté Royal émis peu après ces profondes réformes.

Toutefois, malgré les timides signes de relance économique, d'importantes manifestations éclatent dans la plupart des grandes villes du pays. Ces manifestations, surnommées "La Marche des Femmes" sont principalement constituées de femmes qui manifestent contre les récentes mesures à leur encontre, notamment la limitation à l'embauche de femmes dans l'administration et la suppression des allocations de chômage pour les femmes mariées. On dénombre plus de 2000 manifestants à Bruxelles devant le Parlement, tandis qu'une centaines d'autres manifestent dans les différentes villes belges, principalement côté wallon toutefois.

Au niveau des relations extérieures, la neutralité belge, ardamment voulue du côté neerlandophone, se heurte à la réticence de nombreux parlementaires francophones, très soucieux de ne pas froisser leurs amis français et indiquant que "l'amitié entre la France et la Belgique est éternelle, et ne peut être rompue comme ça", tandis que les neerlandophones voient là une véritable menace à leur langue et une ambition hégémonique de la partie francophone. La Chambre essaie actuellement de trouver un consensus pour apaiser les tensions internes.

Relations extérieures

Paul Hymans, Ministre des Affaires Etrangères, prend avec considération la demande française de revoir la neutralité belge et souhaiterait organiser une rencontre entre le Premier Ministre belge avec le Président de la République pour discuter plus posément de cet épineux problème et voir ce que les deux parties auraient à s'offrir pour pouvoir déboucher sur un consensus.

Un rapprochement avec les Pays-Bas semblerait également à l'ordre du jour, la Belgique manifestant, selon les quotidiens du pays, son envie d'accroitre la coopération économico-culturelle entre les deux pays et revoir à la baisse certains droits de douane afin de favoriser les échanges billatéraux. Partout il se murmurerait que ce serait pour satisfaire les exigences de la partie néerlandophone.

Concernant le Royaume-Uni, la Belgique aimerait également négocier un rabaissement des droits de douane frappant ses produits, mais espère également que cette première rappelera la garantie d'indépendance de la nation belge. Elle essaie également de vendre ses récentes réformes économiques et les améliorations de ses infrastructures pour favoriser les investissements anglais dans le territoire du Royaume.
avatar
Silvio007
Gratte-papier
Gratte-papier

Messages : 30
Date d'inscription : 07/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Bureau le Ven 15 Mar 2019 - 11:22

République de Chine
Evenement


 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown

Les nouvelles de la prise en otage du Chef de la Commission Militaire, le Généralissime Chang Kaï-Shek, s'est répandu parmi le gouvernement de la République. Le Président de la République, Lin Sen, a publiquement lors d'un meeting avec plusieurs leaders du KMT dénoncé la prise d'otage qui a lieu lors de moments difficiles pour la Chine.

Il a nommé les reponsables des "traîtres à la Chine", et de "dangereux terroristes". Le Généralissime, qui détient de facto les reines du pouvoir, ne s'est pas personnellement exprimé sur sa prise d'otage, et aucune déclaration n'a été faite.

Ju Zheng, le Président du Yuan Législatif (Organe suprême juridique de la République) a demandé en privé au gouvernement à ce que les perpétrateurs, des officiers aux soldats, soient amenés devant la justice et condamnés pour haute trahison envers la République.



Australie et Afrique du Sud
Evenement


 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown

C'est en Afrique du Sud que deux équipes de Rugby Union se sont affrontées. Les Springboks et les Wallabies, lors d'un tournoi de Rugby Union, se sont confrontés les uns aux autres. Les Wallabies australiens ont été victorieux, après un match très serré. Les constructions nationales de l'Afrique du Sud et de l'Australie progressent beaucoup, pour ces premiers matchs des équipes nationales de rugby, sport très populaire. Beaucoup d'australiens se sont exprimés dans les journaux locaux, et ont été fiers de leur équipe nationale. Similairement en Afrique du Sud, même si la défaite est amère, de nombreux fans ont été fiers de voir leur équipe nationale s'affirmer sur la scène internationale.


Bureau
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 969
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par GeorgeV le Ven 15 Mar 2019 - 18:12

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Banniz10

Afaceri interne

Le gouvernement Malaxa atteint une popularité auprès de la population jamais vu depuis la fin de la Grande Guerre. Les réformes mises en place ainsi, mais surtout, l’accord trouvé avec la France sont une victoire importante pour le gouvernement de Sa Majesté. L’accord économique prochain avec la Grèce et la Yougoslavie est vu aussi par Bucarest comme une priorité et une future grande victoire pour la Roumanie. Carol II n’hésite plus à prendre le crédit des victoires du gouvernement, ce qui a pour conséquence de bien froisser les relations entre le premier ministre et le roi. Les relations se sont tellement ternies au court des dernières semaines que Malaxa annonça la fin des mesures importantes qu’il souhaitait prendre jusqu’à l’élection d’un nouveau parlement.

Les menaces envers le chef du gouvernement et son cabinet est de plus en plus importantes par une légion d’extrêmes-droite de plus en plus vocale dans le pays. Dans ce contexte, le premier ministre n’a d’autre choix que de déclarer le mouvement illégal en Roumanie, les rendant inadmissibles aux élections générales de décembre au même titre que les communistes depuis déjà de nombreuses années « Les sympathisants de la légion de l’archange Michel sont dangereux pour notre humble démocratie et la stabilité du royaume. Des poursuites en justices seront entreprises envers ceux qui n’obéissent pas à la loi. Nous nous devons en tant que peuple nous rallier aux principes de notre nation, la liberté, la loi et le roi ». Aussitôt la loi signée par le roi, la police de Bucarest a mis en état d’arrestation Corneliu Zelea Codreanu, leader de la légion et « propagandiste de la haine » selon les mots du premier ministre qui n’hésite pas à le traiter d’assassin. En effet, les charges retenues contre lui impliquent l’assassinat du préfet de police de la ville de Iași quelques mois plus tôt pour avoir cassé une manifestation de la Légion dans la pauvre région moldave.

Afaceri Militare

L’armée de l’air ayant reçu les derniers modèles sortant de IAR, le modèle 15 est généralement décrit comme un modèle de chasseur décevant en comparaison au modèle P.11 de Pologne dont la Roumanie à reçu la licence à l’achat d’une centaine d’exemplaires construits en Pologne. En comparaison avec ses contemporains, le P.11 est certainement l’un des avions militaires légers les plus impressionnants pour le moment. IAR a donc reçu l’obligation de la part de l’armée de manufacturer le IAR P.11F en quantité suffisante (l’objectif de Bucarest est d’avoir 250 exemplaires d’ici la fin de 1934), tout en travaillant sur un modèle de chasseur totalement roumain respectant les critères. Afin d’aider au développement, Bucarest annonce la fusion de IAR, SET ainsi que ICAR, trois manufactures aéronautiques détenues en majorité par le gouvernement roumain dans un consortium se partageant main d’œuvre, ingénieurs (RandD) ainsi que production.
L’armée de terre reste aussi sur sa faim concernant la faible puissance de feu du Royaume, alors que l’objectif principal de l’armée est de procurer aux forces terrestres de l’artillerie lourde afin de défendre efficacement nos frontières « à défaut de pouvoir aligner des millions d’hommes, nous nous devons de remplacer ces soldats manquant par des balles et obus afin de mener la Roumanie à la victoire totale ».

L’allié Tchécoslovaque est contacté afin de faire une première commande de 100 Škoda 149 mm K1. L’allié français est aussi contacté afin d’avoir d’aller vers l’avant avec le partenariat entre Renault et Malaxa en produisant en Roumanie des chars FT-17. La Roumanie cherche en effet à avoir une quantité suffisante de chars légers. La production locale aiderait à diminuer les coûts ainsi que la nouvelle division mécanique de Malaxa, garantissant un succès pour les voitures civiles Malaxa.  

Nihil Sine Deo
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Mini_190303041152954592
GeorgeV
GeorgeV
Grand Consul
Grand Consul

Messages : 2255
Date d'inscription : 30/09/2011
Localisation : Québec, Québec, Canada

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Thalassin le Ven 15 Mar 2019 - 18:55

Union des Républiques Socialistes Soviétiques
Soïouz Sovietskikh Sotsialistitcheskikh Riespoublik

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Banniere_soviet

Politique étrangère

La victoire du NSDAP et l'emprise rapide de l'hydre national-socialiste sur l'Allemagne est un revers sérieux pour la diplomatie soviétique, dont l'un des buts premiers était d'assurer la paix sur le continent par une politique de main tendue avec l'extérieur, et notamment l'Allemagne, où l'accès au pouvoir d'Adolf Hitler marque notamment la fin de fait de la coopération militaire entamée entre Moscou et la République de Weimar dans les années précédentes. Il s'agit également d'un désaveu de taille pour la politique extérieure du Komintern de refus total et inconditionnel d'un accord avec les partis sociaux-démocrates, le KPD ayant en effet été totalement décapité par les arrestations totalement arbitraires du régime hitlérien et ses chiens de garde, notamment dans ses cadres dont son leader Ernst Thalmann. Les rafles ont également touché des camarades d'autres pays résidant en Allemagne, notamment des Bulgares. Ainsi, le camarade Gueorgui Dimitrov, accusé avec d'autres compatriotes de complicité dans l'affaire de l'incendie du Reichstag, a lors de son procès accusé directement et publiquement les dirigeants du NSDAP d'être à l'origine d'un complot, réaffirmant de manière brave devant le monde son attachement à l'Internationale Communiste et son opposition à la manipulation exercée par la peste brune pour s'arroger le pouvoir sur la République de Weimar. L'ensemble des agissements dictatoriaux de la chancellerie Hitler ont ainsi été dénoncés publiquement par le gouvernement soviétique comme "relevant d'un exercice purement autoritaire et antidémocratique du pouvoir par une clique fasciste", alors que Moscou fait pression en sous-main pour obtenir l'acquittement de Dimitrov et ses camarades, tout en réclamant d'un autre côté, sans vraiment y croire, la fin des persécutions contre le KPD et la libération de ses membres.

Cet échec retentissant, faisant suite à la défaite italienne une décennie plus tôt, est d'autant plus cinglant que le KPD avait réussi à s'organiser comme une force majeure du paysage politique de la république de Weimar, aussi selon Moscou le Komintern doit prendre les leçons de cette situation. Le PCUS, usant de son poids incontestable en matière de leadership du mouvement communiste international, étant le seul pays ayant achevé l'accès à la dictature du prolétariat (avec la Mongolie, insignifiante dans le concert international), a ainsi provoqué la réunion d'un congrès de l'Internationale Communiste pour décembre 1933, auxquels participeront les théoriciens les plus éminents du PCUS.

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown

D'un autre côté, s'il est un pays dont les relations avec l'Union Soviétique se réchauffent ces dernières années, c'est bien la République française, Paris ayant signé un pacte de non-agression avec le pays du socialisme triomphant en 1932, mais également au vu de l'engagement déterminé de Moscou sur la voie du pacifisme. Maxime Litvinov est ainsi en très bons termes avec son homologue français Louis Barthou, les deux étant résolument convaincus de la nécessité de mettre en oeuvre des politiques étrangères visant à assurer la paix sur le continent malgré les bellicismes des divers mouvements nationalistes et fascistes qui gangrènent la civilisation européenne. Un événement supplémentaire en faveur du rapprochement franco-soviétique est la visite d'Edouard Herriot, homme politique français parmi les plus respectés et influents en son pays, en République Soviétique d'Ukraine. Celui-ci, promené à travers un itinéraire défini au préalable par le parti, n'a absolument rien vu de la terrible famine qui saccage la terre d'Ukraine, et en est au contraire revenu épaté. "J’ai traversé l’Ukraine. Eh bien ! je vous affirme que je l’ai vue tel un jardin en plein rendement" déclarera-t-il à son retour sur le sol de France. Déterminé à continuer cette relation binationale fructueuse, le commissaire du peuple aux affaires étrangères a ainsi envoyé un télégramme secret à son homologue parisien afin de lui demander si la France était prête à soutenir l'adhésion de l'Union soviétique à la Société des Nations si celle-ci le demandait. Si Moscou a pendant longtemps vu cette organisation comme un organisme bourgeois œuvrant à la stabilisation du système capitaliste, la situation internationale désormais perçue nécessite l'intégration des pays révolutionnaires en son sein afin d'assurer la continuité d'une politique objective de paix pour tous les peuples.
Thalassin
Thalassin
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1270
Date d'inscription : 27/10/2013
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Jhe le Ven 15 Mar 2019 - 21:30

Deutsches Reich

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown



    Le vote de la loi des pleins pouvoir à la fin du mois de mars a permis la mise en marche inexorable de la mise au pas de l’Allemagne. La parenthèse démocratique de Weimar est désormais terminée et partout la reprise en main du pays se concrétise. Au mois de juillet, la mort de la démocratie est ainsi définitivement acté avec la promulgation d’une loi empêchant la création de tout nouveau parti politique et faisant du NSDAP le parti unique. Les partis de gauche, communistes et sociaux démocrates sont interdits, les autres partis de l’échiquier politique mettent fin eux même à leur jour et rallient le nouveau régime. Au fil des mois, les principaux partis disparaissent donc. Le DNVP, la droite nationale-popualire, partenaire de coalition d’Hitler prononce sa propre dissolution et ses militants rejoignent le parti nazi. Son chef, ministre des Finances du gouvernement est lui poussé à la démission. Début juillet le Zentrum met également fin à ses jours.

    Le peuple allemand, dans sa grande majorité, soutient le régime ou tout du moins ne s’y oppose pas. La remise en ordre du pays par un pouvoir fort qui proclame sa volonté de défendre les valeurs de l’Allemagne éternelle et ayant l’appui plus ou moins franc du vieux et respecté président Hindenburg séduit en effet de nombreux citoyens. Le gouvernement reste également cautionné par une partie de la droite conservatrice, Franz Von Papen est ainsi toujours membre du gouvernement en tant que vice chancelier. Bien que massives, les arrestations et l’arbitraire ne frappent eux pour l’instant que les milieux du militantisme politique de gauche et les intellectuels.

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 4620510_6_ed1a_adolf-hitler-a-nuremberg-en-septembre-1933_6f3f959d449f9ef472864221a238153b

    De nombreux prisonniers politique sont faits dans tout le pays, la grande majorité de ceux ci sont des militants de gauche sociaux démocrates et communistes. Un des objectifs prioritaires des forces de police et des milices nazies, ayant maintenant un rôle légal et officiel dans le maintien de l’ordre, est d’ailleurs l’élimination des réseaux de ces deux partis, notamment communistes. Plus de 25,000 personnes sont ainsi arrêtées en quelques mois en vertu des lois exceptionnelles votées par le Reichstag. Dans un premier temps, ceux ci sont internés avec les moyens du bord, dans les prisons classiques ou dans des lieux de détention sauvages tenus par les SA. En ce mois d’août, une mise en ordre est toutefois lancée. De véritables camps de détention se mettent ainsi en place dans tous le pays sous l’égide du gouvernement central et des autorités locales. A Kislau dans le Bade, à Bad Sulza en Thuringe, à Oranienburg dans la banlieue de Berlin et même au cœur de la capitale dans l’ancienne prison militaire de Colmubia. C’est dans ce dernier lieu qu’est emprisonné le leader du KPD, Thalmann et les leaders communistes.

    Le plus important de ce nouveau type de lieu de détention se trouve en Bavière, à Dachau, où 2,000 prisonniers sont d’ores et déjà détenus. Le gouvernement de Berlin entend bien faire de ce camp le prototype d’un nouveau système pénitentiaire. Pour ce faire, la garde du camp est transférée des SA aux SS, sous l’autorité du commandant Theodor Heicke qui est doté des pleins pouvoirs avec ordre d’y faire régner l’ordre et de mettre en place un système disciplinaire particulièrement strict pour briser toute résistance.

    Au niveau international, le chancelier Hitler ne réagit pas aux critiques émanant de l’étranger sur sa prise en main du pays. Le nouveau dirigeant allemand proclame par contre son désir de paix, ajoutant même que la stabilisation de l’Allemagne et l’élimination de la menace rouge pesant sur le pays était une chance pour l’Europe entière. Aucune suite n’est bien sûr donnée aux demandes soviétiques de libération de Thalmann et des milliers de prisonniers du KPD. Le procès des pyromanes communistes qui ont mis le feu au Reichstag s’ouvrira lui le mois prochain grâce à la fin imminente de l’enquête.

Un fâcheux incident s’est également produit à Berlin. Les mesures prises par Prague pour assurer la « sécurité » de ses ressortissants en Allemagne passe en effet très mal à Berlin. La Tchécoslovaquie conseille en effet à ses ressortissants de prendre des précautions dignes d’un pays en plein chaos et a réduit sa présence diplomatique. Visiblement en colère suite à ces mesures, un important groupe de SA a pris d’assaut spontanément l’ambassade tchécoslovaques à Berlin. Quelques pièces ont été saccagées et la croix gammée à brièvement flottée aux abords du bâtiment. Par chance aucune victime n’est à déplorer et les forces de l’ordre berlinoises sont intervenus vivement, après quelques minutes, pour rétablir l’ordre, l’ambassadeur a été assuré qu’un tel incident ne se reproduirait pas dans la civilisée Allemagne. Le gouvernement du Reich financera les réparations et renforcera la sécurité de l’ambassade.


Jhe
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 1020
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Alaminsk le Sam 16 Mar 2019 - 6:02

Československá republika

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 640px-10

Les innovations du complexe militaro-industriel


................Tandis que la Tchécoslovaquie tente de rétablir sa situation économique malgré un contexte politique tendu, le ministre de la Défense nationale Bohumír Bradáč présenta son rapport annuel à la Chambre des Députés en cette rentrée parlementaire de septembre 1933. Après avoir développé longuement sur l'état général des forces armées tchécoslovaques et rappelé que le portefeuille militaire est et restera sacralisé par le gouvernement actuel, il exposa au corps législatif les dernières évolutions en matière d'équipement. D'abord, concernant la branche terrestre, les entreprises Zbrojovka Brno et ČKD ont annoncé la poursuite du développement de la carabine Puška vz. 33 pour les forces de police, en remplacement du Mannlicher vz. 1895, de la chenillette Tančík vz. 33 et du tank LT vz. 34 pour l'Armée tchécoslovaque : leurs spécificités respectives seront présentées au gouvernement en 1934, date prévue de leur sortie, mais l'exécutif a déjà annoncé qu'il était intéressé par l'ensemble de ces équipements et en prévoit l'acquisition pour l'année prochaine (160 000, 70 et 50 unités respectivement, si le cabinet actuel survit jusque là). Au niveau de l'artillerie, l'entreprise Skoda a annoncé la sortie du canon de 15 cm hrubá houfnice vzor 37 : ce canon lourd, destiné à remplacer le vieil équipement similaire datant parfois de la Grande Guerre, est de conception moderne et adapté au transport motorisé. Une commande de 250 pièces fut validée par la Chambre des Députés, tandis que 100 unités sont vendues à la Roumanie avec joie. Enfin, concernant la composante aérienne des forces armées, l'entreprise Avia a annoncé le premier vol du chasseur Avia B-534. Ce monoplace extrêmement performant, pouvant aller jusqu'à 405 km/h dans un rayon de 600 kilomètres, est prévu pour 1935 : l'état-major, subjugué par ses performances, demande dès maintenant l'acquisition de 350 appareils dès qu'il sera disponible. Ainsi, malgré le marasme économique, le complexe militaro-industriel tchécoslovaque continue d'être le plus innovant d'Europe et les commandes publiques permettent de remplir un bon nombre de carnets de commandes.

Le chasseur Avia B-534 :
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Avia_B-534_IV._verze

Question allemande, fierté nationale et Petite Entente


................Il y a quelques semaines, le saccage de l'ambassade tchécoslovaque par des forces de la Sturmabteilung en Allemagne provoqua une colère phénoménale dans l'opinion publique tchécoslovaque. Alors que la population s'occupait à manifester et à critiquer le gouvernement depuis l'annonce du programme de stabilisation économique, la nouvelle du « scandale berlinois » comme le titrait la presse réussit là où aucun politique tchécoslovaque n'aurait pu : unir la quasi-totalité du peuple face à un adversaire commun et étranger. Le mois d'août se termina donc par des marches et des défilés patriotiques organisés dans les grandes villes du pays : les discours nationalistes et antifascistes, relayés par les médias, pullulaient dans toute la Tchécoslovaquie. Le gouvernement du Premier ministre Jan Malypetr, en grande difficulté depuis le mois de juillet, sentit rapidement le bon filon et prit la vague à son sommet : en collaboration avec l'association du Sokol, un grand slet national fut programmé le 10 septembre au stade de Strahov à Prague, rénové l'année passée. Le Sokol est un mouvement gymnastique nationaliste tchèque fondé en 1862. Influencé par la Grèce antique et le Turnverein allemand, ce mouvement mêlant activités sportives et culturelles avec le patriotisme est indissociable de la renaissance nationale tchèque de la fin du XIXe siècle et, plus généralement, de la montée du sentiment national slave. Il est étroitement lié à la fondation de l'État tchécoslovaque et à sa destinée, mêlant dès 1918 les Slovaques. La puissance de ce mouvement patriotique se manifeste le plus lors des slety, ces rassemblements sportifs de masse dont celui du 10 septembre 1933 réunit près de 300 000 participants : regroupant jeunes, vieux, socialistes, conservateurs, nationalistes, pauvres, riches, Tchèques, Slovaques et même des Polonais, cet événement devait représenter pour le gouvernement le point d'orgue de la fierté nationale retrouvée face à l'humiliation subie à Berlin. Les grands absents furent les communistes du PCT, dont l'avis sur ce mouvement est ambigu et qui de toute manière est mobilisé à la réunion du congrès de l'Internationale communiste de décembre. Après plusieurs jours de manifestations grandioses et un défilé militaire, le seul personnage ayant la stature pour clôturer cette réunion historique était bien entendu le Président de la République, Tomáš Garrigue Masaryk. Mais c'était une toute autre histoire au Château, le siège du chef de l’État où se rassemblent ses plus vieux compagnons. Du haut de ses 83 ans et malgré la chaleur écrasante, le père fondateur de la République tchécoslovaque avait encore les idées claires et était convaincu du pacifisme régnant en Europe, mais aussi des dangers du totalitarisme allemand : pour lui, la situation a dégénéré avec Berlin à cause des paramilitaires nazis et le gouvernement tchécoslovaque, en exacerbant le nationalisme des foules, n'arrange rien ; il fallait impérativement calmer la situation et garder des relations neutres avec l'Allemagne, se résumant officiellement à l'ambassade. C'est ainsi que lors de son discours de clôture, le président Masaryk rendit un vibrant hommage à la nation tchécoslovaque, insistant sur ses réussites malgré l'adversité. La foule, écoutant religieusement le père fondateur, se fendait de quelques « Hourra ! » approbateurs jusqu'au jugement final. Pour le chef de l’État, le « scandale berlinois » était terminé : l'Allemagne s'était excusée, elle allait financer les réparations et la sécurité allait être renforcée, aussi bien par la police allemande que par la sécurité tchécoslovaque. La paix devait être retrouvée avec les Germains, malgré le totalitarisme ambiant : les peuples voisins avaient fait leur choix, il fallait le respecter ; la nature de l'Homme fera tendre les citoyens du monde vers la démocratie et la liberté, avec ou sans le consentement de leurs gouvernements. Enfin, la Tchécoslovaquie doit augmenter ses forces vives, aussi bien économiques que militaires, et compter sur le concert des nations et la Petite Entente : un sommet réunissant la Tchécoslovaquie, la Roumanie, la Yougoslavie mais aussi la Grèce est officiellement demandé, pour garantir la stabilité en Europe. Le public cria de joie à l'évocation des alliés et amis, le président Masaryk en profitant pour terminer son discours. Alors que l'hymne national retentissait avec ferveur dans le stade de Strahov, le chef de l’État fut rapidement raccompagné à sa voiture qui prit la direction du Château. Quelque chose n'allait pas.

Le slet national de 1933 clôturé par le président Masaryk :
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Bundesarchiv_Bild_102-13621A%2C_Prag%2C_Stadion%2C_Sokolfest

Tomáš Garrigue Masaryk est mort


................Le Président de la République fut lessivé par son discours, à tel point qu'il faillit s'effondrer devant les yeux des journalistes et des 300 000 spectateurs ; heureusement, sa fille Alice l'épaula et ordonna son évacuation. Chaleur écrasante, ambiance survoltée, poids de la fonction ? Qu'importe la raison, les faits étaient là : quelques minutes après l'une des allocutions les plus importantes de l'histoire de la République, le chef de l’État fut foudroyé par une attaque cérébrale au siège du pouvoir exécutif à Prague. Pendant quatre jours, les meilleurs médecins du pays tentèrent de lui prodiguer les soins les plus adaptés face à cette situation : les dégâts étaient tellement importants qu'il ne parlait plus qu'anglais, avait uniquement l'usage de sa main gauche et réclamait sa femme Charlotte (décédée en 1923). Tandis que le Parlement et les journaux se demandaient pourquoi le président n'était plus présent sur la scène politique, quelques jours après un tel événement, la nouvelle tomba : le 14 septembre 1933, Tomáš Garrigue Masaryk s’éteignait à l'âge de 83 ans. Bientôt, les politiques l'apprirent, puis les médias, puis le peuple et enfin le monde. La Tchécoslovaquie perdait sa figure historique, stabilisatrice, la clé de voûte du système démocratique et libéral sans laquelle il pouvait s'effondrer.

Portrait officiel de Tomáš Garrigue Masaryk :
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Peters10

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Lesser10
Alaminsk
Alaminsk
Grand Consul
Grand Consul

Messages : 2716
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 22
Localisation : Paris, France.

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Shikkoku le Sam 16 Mar 2019 - 14:14


 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown

Affaires Civiles :

Décès de la Princesse Impériale Nobuko Asaka :

La Princesse Impériale Nobuko Asaka, née Nobuko, Princesse Fumi, de son nom complet Yasuhiko Ōhi Nobuko Naishinnō (鳩彦王妃允子内親王) est décédée à Tokyo des suites d'une maladie rénale.

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown

La Princesse Nobuko Asaka était la fille de l'Empereur Meiji et de la concubine Sachiko. Son mari le Prince Yasuhiko Asaka est commandant de la Garde Impériale de Tokyo. Il est lui-même descendant de l'Empereur Meiji à travers une ligne collatérale.

L'Empire entier est endeuillé par la mort de la Princesse à un âge encore très jeune. Elle n'était âgée que de 42 ans. Elle laisse derrière elle quatre enfants :

- La Princesse Kikuko Asaka, née en 1911.
- Le Prince Takahiko Asaka, né en 1912 et menant une carrière militaire comme son père.
- Le Prince Tadahito Asaka, né en 1914.
- La Princesse Kiyoko Asaka, née en 1919.


 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown
Cortège funéraire pour la princesse Nobuko Asaka

La procession funéraire a eu lieu à Tokyo durant l'automne 1933. Commençant par une cérémonie funéraire privée dirigée par l'Empereur sur les lieux du Palais Impérial de Tokyo, un cortège funéraire a ensuite parcouru le chemin séparant le palais du parc Shinuku Gyoen réservé à la famille impériale, où des dignitaires politiques et plusieurs membres des branches collatérales était présents. Sur le chemin, près de 200 000 personnes se sont massées dans un silence religieux. Enfin, le cortège s'est rendu au cimetière de Musashi, qui accueille les dépouilles des membres de la famille impériale et notamment celui de l'empereur Taishō (1912-1926).

Décès du commandant de l'armée du Kwantung le Gensui Nobuyoshi Mutō :

Le commandant de l'armée du Kwantung le Gensui Nobuyoshi Mutō, est décédé de la jaunisse à Changchun, capitale du Manchukuo. Suite à plusieurs crises graves et soudaines dans les dernières semaines, il a été hospitalisé à l'Hopital Militaire de Changchun, mais rien ne put être fait pour le sauver.

Après sa mort, l'Empereur l'éleva de façon postmortem au rang de baron, et lui décerna l'Ordre du Milan d'Or et l'Ordre du Soleil Levant. Sa dépouille fut rapatriée sur l'archipel nippon. Son sabre d'officier est lui exposé au Sanctuaire Yasukuni à Tokyo.

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown
Gensui Nobuyoshi Mutō

Il s'était illustré par son rôle d'ambassadeur tout d'abord, puis de leader militaire sur le continent. Il avait pris le commandement des troupes impériales lors de l'Opération Nekka, l'opération d'auto-défense contre la République de Chine qui vient de se terminer.

Affaires Militaires :

Mouvement anti-japonais en Mandchourie :

Les craintes du commandement impérial de l'Armée étaient justifiées. Cela fait quelques semaines que des groupuscules terroristes appellent à l'assassinat de civils et de militaires japonais dans les régions montagneuses séparant la Corée du reste de l'Eurasie Orientale.

Plusieurs terroristes appellent à la "libération" de la Corée et du peuple coréen du "joug japonais". Plusieurs organisations terroristes ont été listées par le Kenpeitai :

- Armée d'auto-défense du Jilin (coréens indépendantistes)
- Armée Salvatrice du Peuple Chinois (exilés et déserteurs chinois réfugiés dans les montagnes)
- Armée du Nord-Est Volontaire (indépendantistes du Manchukuo)
- Armée anti-japonaise du Nord-Est (indépendantistes chinois)

Des leaders comme Lao Pie-fang ont été identifiés. Le Kenpeitai, appuyé par les troupes de l'Armée Impériale et des auxiliaires de l'Armée du Manchukuo ont réunis près de 35 000 hommes pour lutter contre le terrorisme dans la région. Des campagnes de luttes, et d'extermination des guérillas communistes sont lancées dans la région. Les ordres sont simples : les terroristes doivent être neutralisés, s'ils ne peuvent être capturés, ils doivent être tués.

Nakajima E8N :

La Marine Impériale japonaise se dotera d'ici l'été1934 d'un nouvel aéronef hydravion de reconnaissance, produit par le groupe Nakajima.

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown
Nakajima E8N en vol de test au dessus de la Baie de Tokyo

L'appareil peut être lancé par catapulte depuis un porte-avion ou un porte-hydravion, puis il peut être repêché après un amerrissage grâce à des flotteurs rétractables. Il ne disposera que de deux mitrailleuses légères comme armement et d'une capacité supposé d'emport d'explosifs de l'ordre de 60kg. Il s'agit d'un appareil de reconnaissance d'une portée de 900km environ selon les estimations des ingénieurs mais sans avoir pour l'instant pu être testé en conditions réelles, l'appareil étant encore aux stades les plus basiques de sa conception et de ses tests de prototypes.
Shikkoku
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 6105
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Jhe le Sam 16 Mar 2019 - 23:00

Deutsches Reich

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown



Réorganisation des forces de police :

Après des mois de répression et d’emprisonnement sauvage des occupants par les milices nazies, SA et SS, et les forces de police locales, le gouvernement du Reich entend mettre en place un cadre légal de répression plus ordonné ainsi que mettre sur pied une police politique à part entière efficace et entièrement tournée vers la traque des opposants.

L’Allemagne reste, sur le papier du moins, un Etat fédéral divisé en länder disposant de leurs propres forces de police. En Prusse, de loin la plus grande des régions, la police est sous la direction d’Hermann Göring, ministre de l’Intérieur régional et désormais ministre-président. Franz Von Papen qui détenait cette fonction a en effet été évincé, même s’il reste vice chancelier et membre du gouvernement national. Le contrôle de la police prussienne, dans laquelle les nazis ont des relations et des hommes, est un atout essentiel pour la prise de pouvoir. Ses nombreux fichiers facilitent grandement les arrestations d’opposants, notamment les communistes.

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 419px-Bundesarchiv_Bild_102-16004%2C_Adolf_Hitler_mit_Hermann_G%C3%B6ring

Maintenant installés au pouvoir, Göring et Hitler ont décidé la mise en place d’une police secrète toute entière tournée vers la traque des opposants. C’est par décret que cette nouvelle organisation émanant de la police prussienne, la Gestapo, est mise en place. Celle ci pourra, en vertu des pouvoirs d’exception votés par le Reichstag, agir en toute liberté et hors de toute contrainte légale : tout citoyen allemand suspect pourra être arrêté. Les missions principales de cette nouvelle force de police seront la surveillance et la traque des opposants ainsi que la mise sur pied d’un réseau de surveillance de l’opinion publique et de délation. Un fidèle de Göring, le policier prussien Rudolf Diels, prend la tête de la Gestapo dont les activités restent pour l’instant cantonnées au länder prussien (un bureau de la Gestapo par district sera mis en place).

Une mise au pas de la police classique prussienne en Prusse est également menée. Une vingtaine de commissaires membres du NSDAP sont nommés tandis que 25,000 SA, 10,000 SS et 15,000 miliciens de du Stahlhelm sont devenus auxiliaires de police. Un armement systématique de la police par des revolvers est également ordonné tandis que des lois couvrant tout agent ou paramilitaire nazi en cas de crime commis dans l’exercice de ses fonctions ou pour « la sécurité de l’Etat » sont promulguées. Une loi d’amnistie des nazis condamnés avant 1933 est également publiée par le gouvernement.

Ailleurs en Allemagne, les forces de police sont peu à peu placés sous le contrôle de fidèles nazis, notamment d’un certain Heinrich Himmler qui dirige désormais, entre autres, les forces de police bavaroises. L’unification de toute les forces de police allemandes sous un commandement unique sera le prochain chantier important.


Jhe
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 1020
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par galx le Dim 17 Mar 2019 - 16:20

République Française:

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 640px-Flag_of_France.svg

Politique:

Spoiler:
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 640px-Francisme
Marcel Bucard en compagnie de membre du Parti Franciste.

Même pour les plus optimistes, cette fin d’année 1933 semble catastrophique d’un point de vue économique. Alors que les parlementaires s’affrontent en permanence sur la conduite à tenir, la richesse nationale continue de fondre comme neige au soleil. Malgré la baisse des prix conséquentes, la consommation reste toujours aussi faible ce qui renforce les difficultés des entreprises. Cette crise internationale met en échec les grandes théories économiques développées jusqu’ici. Il semblerait en effet qu’au regard des faits, le marché soit incapable de se réajuster par lui-même. Pire encore, la baisse des prix préconisés pour relancer l’activité produit tous les effets contraires. Cependant ce n’est pas parce que tous les chiffres vont dans le sens contraire qu’il faut abandonner ses théories. Le président du conseil lui-même a déclaré : « La nouvelle augmentation du chômage cette année n’est pas lié à l’inefficacité de la politique mené, elle est tout simplement la suite logique de la parasse excessive des gouvernements précédent quant à la rigueur ».

Dans cette optique, le ministre des finances Mr. George Bonnet a présenté devant le parlement un nouveau projet de réduction des dépenses publiques. Celle-ci met principalement l’accent sur une réduction du traitement des fonctionnaires. Selon ces défenseurs, il en effet impossible de maintenir le niveau actuel d’endettement tant pour des questions économiques que de prestiges internationales. Malheureusement pour le gouvernement, tout le monde n’est pas de cet avis. Sur les bancs socialistes, la mesure passe plutôt mal. A l’assemblée, c’est Léon Blum en personne qui monte à la tribune pour attaquer la politique du ministre des finances. Après des débats acharnés vient l’heure du vote. Suite aux refus des socialistes, la loi est refusée et le gouvernement se retrouve dans une position délicate. Le 24 octobre soit deux jours plus tard, Daladier privé de soutient sur son aile gauche présente sa démission. Immédiatement, les premières négociations entre les différents partis débutent afin de trouver une majorité. Le lendemain, Albert Sarraut devient officiellement président du conseil. Son projet de gouvernement obtient sans surprise le soutient des radicaux, de l’Alliance démocratique ainsi que de la Fédération Républicaine. Aux principaux ministères on retrouve des hommes politiques comme Daladier (ministre de la guerre), Chautemps (intérieur) ou Bonnet (toujours aux finances).

Pendant que les partis traditionnels se chamaillent à l’Assemblée, on observe un certain essor des mouvements dit fascistes. Encouragé par la situation politique en Allemagne ou en Italie et par l’instabilité parlementaire, ils parviennent à séduire une partie de la classe moyenne conservatrice. Dans ce contexte, Marcel Bucard un ancien héros de guerre et militant nationaliste a annoncé leur d’une cérémonie sous l’arc de triomphe sa volonté de « fonder un mouvement nationaliste révolutionnaire dont le but est de conquérir le pouvoir et de mettre fin à la course à l’abîme engager par les politiciens actuels ». Baptisé Parti Franciste, son mouvement est principalement issu de la Milice National Socialiste de Gustave Hervé. Il est par ailleurs fortement inspiré du voisin italien notamment en ce qui concerne l’uniforme (chemise bleue) ainsi que le salut. Selon les estimations, ils comptent environ 3500 membres actifs pour le moment. Dans la même veine, François Coty qui se fait appelé le « Duce français » a quant à lui fondé Solidarité Française. Appuyé par la position social de son dirigent (industriel et propriétaire du journal l’Ami du peuple) le mouvement revendique l’adhésion de 10 000 personnes depuis sa création. Comme pour le Parti Franciste, les membres de Solidarité française défilent au pas militaire, porte la chemise bleue et font le salut « romain ». Si genre d’organisation se multiplie en France, elle reste en marge et très minoritaire. En définitive pas de quoi inquiéter le gouvernement…
galx
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1950
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 22
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Utyi le Dim 17 Mar 2019 - 18:09

Royaume des Pays Bas


Le Wieringermeerpolder est en cette fin d'année sec et exploitable et l'Afsluitdijk est fermée, d'autres polders sont en cours d’aménagement dans la toute nouvelle IJsselmeer. Cela ne veut pas dire que le nombre d'emplois diminue: au contraire, les étendues de terres sec sont a construire, a urbaniser et a cultiver. Déjà 20.000 Néerlandais ont fait le choix d'aller travailler dans les terres reconquises. L'exploitation agricole sous serre devrait encore augmenter ce nombre, même après la fin de la construction des infrastructures dans l'IJsselmeer.
Par nature planifié, les villes comme la campagne alentour seront rectangulaires, et composé des bâtiments eux aussi rectangulaires de 5 a 10 étages produit en série inspiré du style moderne, pouvant a la fois servir de commerce, de logement ou de service publique (commissariat, caserne, hôpital, écoles etc), l'objectif est d'avoir un territoire viable, vivable et hautement productif.
En même temps, quelques milliers de Néerlandais sont partis dans les colonies en temps que travailleurs, avec pour objectif là aussi d’aménager le territoire quasi vierge.

Concernant la demande Belge de coopération économique et culturelle, le gouvernement accepte et n'y voit pas de problèmes

En politique, les partis protestants ont réussi a faire coalition avec leurs différents, pour s'opposer a la politique soit disant désastreuse du SDAP, eux préférant laisser le marché d'auto réguler et ne rien faire. Ils cherchent a se coaliser avec les partis de droite catholiques pour faire une motion de censure et faire chuter la gauche actuellement au gouvernement.

Des réformes ont eu lieux dans l'armée et la marine:
Tout d’abord, il y a eu une fusion entre les forces armées de métropoles et celle des Indes orientales, bien que les deux , par la distance géographique auront chacun a théâtre militaire, il s’agit plus d'une mesure symbolique visant a montrer que les colonies ne sont pas destiner a rester des territoire de seconde zone mais des territoires intégrants et essentiels du pays.

L’armée combinée est toujours de nature défensive, avec le plan Vesting Holland par exemple.
La marine elle est adapté a la mer peu profonde comme la mer du nord ou celle de java , c'est a dire avec une haute proportion de petit navires comme les frégates ou les destroyers, des navires mineurs et démineurs ayant des capacités anti air et anti sous marines, le danger des gros navires de surface étant réduit par la faible profondeur, et celles des mines et des sous marins décuplés, bien que cette efficacité les rendent plus vulnérable en même temps.
Les capacités anti air sont requises a cause des nombreuses iles qui peuvent servir de base aérienne très facilement.

Enfin, le niveau de vie des soldats est augmenté par des permissions plus nombreuses et des aménagement de leurs train de vie, car eux aussi  devant suivre la politique sociale du pays engagée par le SDAP.
Utyi
Utyi
Président
Président

Messages : 1533
Date d'inscription : 29/08/2011
Localisation : entre 180 O et 180 E , 90 S , 90 N

https://www.youtube.com/channel/UCQmNOW8QFnyWdcar_uEwOJw

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Bureau le Dim 17 Mar 2019 - 21:42

Grèce
Evenement

Le projet d'investissement grec dans le système de chemins de fer et de revitalisation des régions suscite un très grand enthousiasme de la part de nombreux particuliers et de nombreuses familles. La prime Tsaldaris intéresse un montant estimé à plusieurs milliers de familles, montant qui est prévu d'augmenter au cours des mois suivants. Tant que le gouvernement continuera de solliciter l'attention de ces familles voir d'autres potentielles couches de la population, le projet semble parti pour contribuer à son bon déroulement.

Turquie
Evenement

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Mustafa-kemal-ataturk

Ce 27 Octobre 1933 a réveillé la population Turque d'un frisson. Le président Atatürk, père de la modernisation et sécularisation du pays venait de décéder pendant la nuit d'une maladie qu'il n'avait révélé à personne. Les éloges et obsèques nationales se sont faites grandes et glorieuses en son honneur, mais un futur incertain se prépare pour le pays. Alors que İsmet İnönü assure par intérim la présidence grâce à son poste de premier ministre, certains débats s'élèvent au gouvernement pour savoir jusqu'où et comment les prochaines réformes doivent être menés. Ainsi, le projet de modernisation s'orientait vers la légalisation du suffrage universel féminin mais rien n'est moins sûr avec la mort du président, qui ajoute un doute quand à la légitimité ou l'extension d'une telle mesure. Les débats se dénombrent au sein du gouvernement, en espérant que la situation ne restera pas bloquée pour trop longtemps...
Bureau
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 969
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par VLAD le Dim 17 Mar 2019 - 23:33

Seconde République Espagnole

Segunda República Española
Fuerzas Armadas de la República Española

Maintenant deux ans que Azaña à purgé les rangs de l’armée par le biais de sa grande réforme militaire. Elle avait pour objectif de moderniser et de démocratiser l'armée espagnole et de mettre fin à l'interventionnisme militaire dans la vie politique. Une réforme qui ne fût pas au gout de certains officiers. Ce qui poussa des individus comme le tristement célèbre Sanjurjo, à tenter un misérable putsch en 1932. Sanjurjo était un général espagnol promut sous la dictature Primo de Rivera, il est aujourd’hui exilé à Lisbonne, mais reste un proche d’officiers encore en service comme Francisco Franco, vu par le chef du gouvernement comme « le plus dangereux des généraux ». Ce qui entraine inévitablement une défiance des pouvoirs civils, qui garde un œil et une attention toute particulière pour l’armée. Pour revaloriser les valeureux soldats et officiers, défendant la jeune république espagnole contre les infâmes révolutionnaires anarcho-communistes, le gouvernement est décidé à modernisation matériellement l’armée.

« On ne peut pas réformer l’armée, demander des sacrifices et ne pas revaloriser par la suite »

Pour ce faire, plusieurs achats sont passés à l’égard de notre grande sœur française : 50 FT-17 — dont 25 chars équipés de mitrailleuses Reibel MAC31, 15 chars avec un canon court de 37 mm Puteaux SA-18 et 10 char de commandement équipé d'une radio. Un matériel de soutien et de logistique destiné à l’armée de terre. La Tchécoslovaquie est elle aussi sollicité : 10 000 Fusils à verrou Vz. 24 et 200 mitrailleuse ZB vz. 30. Cet équipement est destiné à la Garde Civile, dont la mobilisation et le dévouement est total envers la République.
À Madrid sera organisé un événement en présence du Président Niceto Alcalá-Zamora, du Président du Conseil & ministre de la Guerre Manuel Azaña et du ministre de l’Intérieur Santiago Casares Quiroga pour distribuer symboliquement les nouvelles armes et des décorations aux soldats, aux officiers et au directeur général de la Garde, Sebastián Poza.

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 1552861231-eabrzbl
Gardes civils en uniforme
VLAD
VLAD
Modérateur
Modérateur

Messages : 945
Date d'inscription : 30/08/2012
Age : 74
Localisation : La Havane, Cuba

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Jhe le Lun 18 Mar 2019 - 22:10

Deutsches Reich

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown



Procès des incendiaires du Reichstage :

En ce mois de novembre 1933, le procès des incendiaires communistes du Reichstag se termine à Leipzig. Cinq accusés, Marinus van der Lubbe, arrêté sur place, le président du groupe communiste au parlement ainsi que trois communistes bulgares étaient sur le banc des accusés.

Durant tout le procès, Van der Lubbe a martelé avoir agi seul. Le pouvoir a toutefois décidé de clore rapidement ce procès qui commençait à devenir gênant. L'un des accusés bulgares, un certain Dimitrov, a en effet profité du procès pour se faire une tribune médiatique en accusant ouvertement le régime de manipulation et en se faisant remarquer par d'éloquentes saillies anti nazies.

Van der Lubbe est tout naturellement condamné à mort suite à ses aveux, confirmant la thèse gouvernementale martelée depuis février. Les autres accusés sont quand à eux acquittés et les Bulgares pourront quitter l'Allemagne. Si les dirigeants nazies auraient bien aimés « se faire » le trublion Dimitrov, le courant de sympathie mondial qui s'est développé pour sa figure interdit au régime de le condamner car cela mettrait sans doute le régime en difficulté sur le plan international.

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 220px-Georgi_Dimitrov_as_a_young_man
Le trublion Dimitrov

Van der Lubbe a été exécuté dans les jours suivant le verdict.

Lancement de persécutions antisémites :

Frustrés sur ce plan judiciaire, les Nazis tournent leur haine contre les Juifs allemands. Depuis leur arrivée au pouvoir Hitler esquisse en effet une politique antisémite. Depuis avril les non aryens (c'est à dire ayant au moins un grand parent juif) sont chassés de la fonction publique, et ce à tous les niveaux. Quelques exceptions sont malgré tout prévues, ceux qui étaient fonctionnaires avant 1914 ou qui ont combattus pendant la Grande Guerre peuvent ainsi conserver leurs fonctions. Les révoqués en ayant l'âge sont mis à la retraite avec pension s'ils ont travaillé plus de 10 ans dans la fonction publique.

Des quotas d'étudiants juifs dans les Universités ont également été mis en place dans l'année, tandis que leur activité dans les domaines juridiques et médicales est limitée. 8,000 avocats juifs sur 10,000 sont ainsi radiés du barreau tandis que les médecins juifs sont exclus du système d'assurance maladie. Dans le monde culturel également la persécution prend forme, les juifs sont ainsi exclus des postes de direction dans les rédactions. Aux côtés des ouvrages marxistes, les ouvrages d'auteurs juifs fournissent les gros bataillons de livres brûlés en public lors d'autodafé savamment mises en scène.

La violence physique directe reste toutefois limitée sur ordre du Parti qui ne veut pas mettre en péril l'image de l'Allemagne dans le monde pour l'instant et rassurer les milieux conservateurs ne voulant pas du désordre. Si quelques actions violentes sont menées par les SA elles restent limitées. Des opérations de boycott sont aussi lancées, principalement mis en place par les SA, mais leur succès reste très limité et aucun mouvement populaire antisémite virulent ne se déploie, même si la population ne s'oppose pas pour autant avec virulence aux persécutions. Cette forme d'action, qui perturbe de surcroit l'activité économique, est donc pour l'instant mise de côté.

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 368px-Antisemitisme_Duitsland_1933

L'Allemagne exige son droit à l'égalité militaire :

Dans un discours, le chancelier Hitler a pris à partie les grandes puissances de ce monde, notamment la France. Le nouveau chef suprême de l'Allemagne demande en effet la l'application du principe du principe d'égalité des droits en matière d'armement, reconnu par la SDN en décembre 1932, et ce dans les plus brefs délais. « La communauté internationale doit entériner le fait que les exigences du traité de Versailles sont maintenant caduques » a lancé le chancelier sous les applaudissements. Sans décision en ce sens, l'Allemagne quitter la SDN.


Jhe
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 1020
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par galx le Mar 19 Mar 2019 - 11:12

République Française:

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 640px-Flag_of_France.svg

Politique:

Spoiler:
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 491px-Alexandre_Stavisky_-_Police_Magazine_-_14_janvier_1934
Stavisky, fondateur du crédit municipal de Bayonne.

Malgré son statut de second parti de France, la SFIO du camarade Paul Faure est divisé en de multiples tendances parfois hostiles. A gauche, on retrouve l’Action socialiste qui s’oppose fermement aux politiques impérialistes ou de réarmement. Vient ensuite les partisans de la « Batailles socialistes » mené par Jean Zyromski et Bracke. Cette tendance exclue toute possibilité d’une alliance avec un gouvernement dit bourgeois. Enfin à l’extrême gauche il existe aussi un courant composé de communiste antistalinien souvent allié à la Bataille socialiste et qui défende un retour du marxisme-léninisme au cœur de la SFIO. Pour compliquer la chose, il existe aussi des factions plus à droite notamment les néo-socialistes qui refusent la révolution marxiste mais aussi le réformisme au coup par coup. Les néo-socialistes militent en faveur d’une planification étatique de l’économie. C’est d’ailleurs cette tendance qui pose le plus de problème en contestant systématiquement les décisions prise par la direction du parti. Lors du congrès organisé à Paris, Léon Blum s’en pris violemment à ces néo-socialistes qui selon-lui « mettait en péril la cohésion et la force du socialisme ». Finalement après des délibérations interminables et des discours fleuves propre aux marxistes, il fut décidé à une large majorité d’exclure les néo-socialistes de la SFIO. Les pariât ont dans la foulée annoncé la création de leur propre organisation baptisé « Parti Socialiste de France-Union Jean Jaurès » ou plus simplement PSdF. Malgré son faible poids en termes de militant, il comporte tout de même des personnalités relativement connu comme Pierre Renaudel, Marcel Déat, Adrien Maquet ou Gustave Fourment. Revitaliser par ce congrès, la SFIO allait pouvoir reprendre tranquillement son rôle d’opposition au parlement. Le 14 novembre, Léon Blum prononce un discours mémorable devant l’Assemblée dans lequel il dénonce fermement une éventuelle politique de réarmement et rejette le concept même de guerre préventive. Ce discours fut fortement applaudit à l’Assemblée par les pacifiste de tout bord.

Une dizaine de jour plus tard, la SFIO refuse de nouveau de voté un plan d’austérité budgétaire ce qui provoque la chute du gouvernement Sarrault. Il est remplacé à la présidence du conseil par Camille Chautemps (membre du parti radical). Derrière cette chaise musicale, la majorité est toujours la même (centre gauche-droite). Les radicaux sont largement majoritaire au sein même du gouvernement et obtienne les meilleurs postes. On retrouve par exemple ce bon vieux Daladier à la guerre, Paul-Boncour aux affaires étrangères, Chautemps à l’intérieur et Bonnet aux finances.

Le 22 décembre, George Bonnet présente une troisième version du plan d’austérité qui avait fait chuter les deux derniers gouvernements. Cette fois ci, le plan rencontre une plus faible opposition notamment à cause des divisions au sein des rangs socialistes. Il est finalement voté avec une très courte majorité ce qui permet à Chautemps de conserver la présidence du conseil. Le plan prévoit une baisse de 300 millions de francs des subventions aux collectivités locales, la création d’une taxe de 275 millions de francs sur le traitement des fonctionnaires, le rattachement des gains de la Loterie nationale au budget de l’Etat, le renforcement du contrôle fiscale sur les plus-values boursières ainsi que la révision des marchés de guerre.

Malgré cette réussite, la fin de l’année 1933 laisse présager un futur compliqué pour le gouvernement. En effet le 29 décembre, le directeur du crédit municipal de Bayonne est arrêté sur ordre du sous-préfet Joseph Antelme. Il est accusé de fraude et de mise en circulation de faux bons au porteur pour un montant total de 261 millions d’euros. Les premiers jours de l’enquête mette rapidement en évidence que le directeur du crédit municipal n’est qu’un simple exécutant pour le compte du fondateur : un certain Stavisky. Par ailleurs l’affaire semble impliquer de prêt ou de loin de nombreux hommes politique complice de l’escroquerie. Pour l’instant, l’affaire n’a pas encore fait grand bruit dans la presse mais si l’enquête se poursuit il est certain que cela pourrait mettre en grande difficulté un certain nombre de personnalité haut placé.

Affaires étrangères:

Spoiler:
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Joseph_Paul-Boncour_1923
Joseph Paul-Boncour, ministre des affaires étrangères du gouvernement Chautemps.

La France valide l'ensemble de la commande espagnol. Les FT-17 seront directement prélevé sur les stocks de l'Armée française et acheminé au plus vite vers Madrid.

Dans un communiqué publique, le Quai d'Orsay s'est dit inquiet des dernières demandes de l'Allemagne envers la communauté internationale. Pour la France, la question du réarmement n'est absolu pas à l’ordre du jour contenue du contexte internationale.
galx
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1950
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 22
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Mirage le Mar 19 Mar 2019 - 21:35

Union des Républiques Socialistes Soviétiques
Soïouz Sovietskikh Sotsialistitcheskikh Riespoublik

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Banniere_soviet

VIIe congrès de l’Internationale Communiste

Le grand congrès du Komintern qui avait été appelé pour ce mois de décembre 1933 a commencé en grande pompe avec l’accueil chaleureux du camarade bulgare Georgi Dimitrov tout juste rentré d’Allemagne et dont les péripéties au pays du national-socialisme ont passionné l’opinion publique soviétique. « Il ne reste qu'un homme en Allemagne, et cet homme est un Bulgare » disait on souvent. On venait de lui accorder la nationalité soviétique et beaucoup attendait de lui un regard sur la situation allemande. En réalité, le discours donné par le camarade bulgare fut bien plus long et fourni. En effet, Vyacheslav Molotov, président du Komintern, profita de l’ouverture du congrès pour annoncer sa démission de cette position. Il se murmure en effet qu’il souhaite se concentrer sur ses taches actuelles au sein de l’appareil gouvernemental soviétique afin de jouer dans le futur un rôle plus important dans celui-ci. Pour le remplacer, Dimitrov s’imposa bien évidemment, fort de son expérience acquise à sillonner l’Europe mais aussi de l’aura antifasciste acquise au procès Van der Lubbe, lui seul allait être capable de faire naviguer l’Internationale Communiste dans les eaux troubles des années 30, déjà souillées par le fascisme.


 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 312px-Joseph_Stalin_and_Georgi_Dimitrov%2C_1936


Comme prévu, l’essentiel du congrès fut porté sur la nécessité de changer de ligne après la traumatisante défaite allemande vécu en cette année 1933, des actes forts étaient nécessaires afin de répondre à ce désastre. Attribué à la stratégie, en place depuis 1928 et le VIe congrès, dite de la guerre de classe et du « social-fascisme » consistant à refuser toute coopération avec la sociale-démocratie et à pratiquer l’agitation insurrectionnaire. Dans toute les têtes reviens la doctrine développée par Marx puis par Lénine du « front unique » consistant à la collaboration des mouvements ouvriers révolutionnaires avec la bourgeoisie progressiste ainsi qu’avec les partis ouvriers réformistes sur des objectifs bien précis. Il s’agit là d’un virage à 180° de la politique du Komintern qui en fait douter certains mais qui est portée à bras le corps par un Dimitrov très motivé, multipliant interventions et discours en s’appuyant sur de nombreux exemples récoltés hors de Russie, en particulier en Allemagne. Les arguments sont convaincants, il en éclot une doctrine nouvelle, plus vaste que celle du « front unique » visant à faire face à une situation très critique qu’est la montée généralisée du fascisme dans le monde : le doctrine du « front populaire ».


 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unit%C3%A9Action


Instruction est donnée aux sections étrangères de l’Internationale Communiste de débuter un travail de rapprochement avec les gauches politiques de leurs pays respectifs afin de sortir de leur isolation, voir de la clandestinité quand, comme c’est le cas dans bien des pays, les partis communistes sont interdits. L’objectif est de construire dans un premier temps des fronts électoraux les plus larges possibles avec l’ensemble des partis progressistes et ouvriers locaux. En plus de donner un réel poids aux communistes dans la vie politique de ces pays, les échecs de ces dernières décennies ont fait apparaître une dure réalité, on ne réussi pas une révolution sans l’appui de la classe moyenne et de la paysannerie. L’objectif de cette stratégie est ainsi d’élargir la base électoral des partis communistes à ces classes sociales et de s’attirer leurs sympathies afin de préparer dans le futur un renouveau de la vague révolutionnaire qui s’est éteinte il y a 10 ans avec l’échec de la révolution allemande.
C’est un article signé par Dimitrov paru dans la Pravda et qui sera promptement traduit dans la plupart des canards communistes européens qui terminera d’officialiser l’adoption de cette nouvelle doctrine.
Mirage
Mirage
Chevalier de la Légion d'Honneur
Chevalier de la Légion d'Honneur

Messages : 1125
Date d'inscription : 18/03/2013
Age : 20
Localisation : La Ville Lumière

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Shikkoku le Mar 19 Mar 2019 - 23:27


 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown

Affaires civiles :

Naissance du prince impérial Akihito :

Le 23 décembre, au plus fort de l'hiver, l'impératrice a donné naissance au prince impérial Akihito. Le peuple japonais tout entier et ses amis fête la naissance de l'héritier du trône impérial.

Le prince Akihiti portant le drapeau de la marine impériale:
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown

L'impératrice Kōjun se porte bien. Après la naissance de trois filles depuis 1924, c'est le premier enfant mâle, et donc héritier autorisé par la loi dynastique japonaise qui interdit le trône aux membres dynastiques féminins. Preuve formidable de la supériorité de la dynastie Yamato, le jeune nourrisson est extrêmement bien portant et a réussi à saluer la foule quelques jours seulement après sa naissance, lors d'une apparition en public de l'impératrice et de son enfant devant quelques notables de l'Empire.

Afin d'attirer les bonnes augures sur la famille impériale et son nouveau membre, des rituels de kagura particulièrement fastes seront tenus pour l'Empereur cet hiver.

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown
Jeune fille prenant part au kagura


うすらひは
深山へかへる
花の如

Thin ice
like flowers returning
to deep mountains
Shikkoku
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 6105
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par galx le Jeu 21 Mar 2019 - 14:11

République Française:

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 640px-Flag_of_France.svg

Politique:

Spoiler:
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 640px-Affaire_Stavisky%2C_Une_du_quotidien_Le_Matin%2C_7_janvier_1934
Une du quotidien Le Matin sur l'Affaire Stavisky.

Ce début d’année 1934 est marqué par les rebondissements sans fin de ce qui s’appelle dorénavant l’affaire Stavisky. En effet après plusieurs interrogatoires Gustave Tisser, le directeur du crédit municipal de Bayonne arrêté fin décembre, a révélé l’implication du député radical Dominique-Joseph Garat. Le 7 janvier au matin, il est arrêté par les forces de l’ordre et incarcéré immédiatement à la prison de Bayonne. Dans la presse locale, l’affaire fait grand bruit et rapidement les rumeurs concernant un scandale politico-financier gagnent l’ensemble de la France. Pendant ce temps, la police est toujours à la recherche de Stavisky qui semble avoir disparu de la circulation. Le lendemain, les policiers se rendent à son chalet à Chamonix avec la ferme intention de l’interpellé. Malheureusement au moment où les agents entrent dans la résidence, des coups de feu retentissent. Quelques minutes plus tard, Stavisky est retrouvé mort de deux balles dans la tête. Malgré les deux coups de feu, l’hypothèse du suicide est retenue par les enquêteurs. Au même moment à la capitale, l’enquête est confiée à Albert Prince le chef de la section financière du parquet de Paris. L’investigation mené tambour battant permet de mettre en lumière l’étendu du réseau « d’amis » dont bénéficiait Stavisky. Le député Gaston Bonnaure (un radical socialiste) qui travaillait pour la SMIA dont Stavisky était le directeur est mis en cause dès le 8 janvier. Dans la foulée l’enquête remonte jusqu’au sénateur René Renoult et même jusqu’à l’actuel ministre des colonies Albert Dalimier. Face aux accusations, ce derniers choisit de démissionné de ses fonctions le 10 janvier. Les directeurs de journaux Dubarry et Aymard sont aussi mis en accusation de même que le procureur général Pressard qui aurait permis à Stavisky d’échappé à de précèdent procès.

Pendant ce temps, la presse déchaine les critiques vis-à-vis des politiques accusés de corruption. Le Canard enchaîné titre : « Stavisky se suicide d’un coup de revolver qui lui a été tiré à bout portant ». C’est à l’extrême droite que les critiques sont les plus violentes. Des journaux comme l’action française en profitent pour déverser leur anti-parlementarisme en accusant les politiques de voler la France. La mort suspecte du « beau Sacha » alimente toute les rumeurs. Le 10 janviers, Léon Daudet journaliste pour l’action française accuse directeur Camille Chautemps d’avoir ordonné l’élimination de Stavisky pour protéger son beau-frère. Dans son numéro du 9 janvier, le journal proclamait déjà : « Aujourd’hui, jour de rentrée du parlement, à l’heure de sortie de vos ateliers et de vos bureaux, nous vous engageons à venir en foule autour du Palais-Bourbon et aux cris de « A bas les voleurs, A bas les assassins ! » exiger la justice et l’honneur ». Le 9 au soir, 2000 personnes répondent présent à ce premier appelle de l’action française. Deux jours plus tard, les monarchistes sont rejoints par les Jeunesses patriotes et 4800 manifestants battent le pavé.

Tandis que les démonstrations de force s’enchaînent dans les rues de Paris, l’Assemblée poursuit ses débats sur les déboires de l’affaire Stavisky. Le 23 les parlementaires décident de maintenir leur confiance en Camille Chautemps à 367 voix contre 201. En réaction, la ligue des contribuables descend à son tour dans la rue. Le 27, les manifestants d’extrêmes droits sont rejoints par des militants communistes. Le même jour, le garde des sceaux est à son tour impliqué dans le scandale et démissionne. Isolé, Camille Chautemps jette l’éponge et renonce à la présidence du conseil. La République se retrouve ainsi sans gouvernement à l’heure où les mouvements contestataires gagnent de l’ampleur. Pour calmer le jeu, Daladier réussit à former un nouveau gouvernement à majorité radical et promet de faire toute la lumière sur l’affaire. En l’espace de seulement deux semaines, 2000 personnes ont été arrêté et une centaine d’agent ont été blessé. La situation est critique pour les radicaux qui sont fortement isolé. La droite compte bien profiter de l’évènement pour remplacer le cartel des gauches tandis que l’extrême droite y voit une opportunité pour en finir définitivement avec la gueuse.

galx
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1950
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 22
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Silvio007 le Jeu 21 Mar 2019 - 23:03

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 15523211

Affaires internes

En ce début d'année 1934, année d'élections fédérales en Belgique, les campagnes politiques se poursuivent et les différents politiciens font le tour de la Belgique, désireux d'afficher les meilleures prestations possibles. Alors que les résultats économiques affichent présents, avec une forte résorbtion du chômage ainsi qu'une solide relance économique, la dette belge se creuse d'avantage sous l'impulsion des nombreux investissements orchestré par l'état, et ce malgré les quelques politiques d'austérite, qui se sont vite révélées insuffisantes pour combler le déficit causés par ces nombreux chantiers. Mais le Gouvernement espère que la croissance du pays ainsi que le relancement de la production, des exportations et du niveau de vie général des belges apportera très bientôt une source de financement fraîche et solide. Ces solides résultats augmentent encore davantage la confiance qu'accorde le peuple au gouvernement en place, tandis que le parti ouvrier belge peine à faire valoir ses réussites sociales, dont tous les crédits des majeurs succès sont accapérés par le gouvernement de coalition. Selon les récents sondages, le parti ouvrier belge serait en recul de plus de 10%, perdant entre 7 à 10 sièges, majoritairement récupérés par le parti communiste qui affiche une croissance galopante, galvanisé par l'internationale communiste qui a eu lieu récemment, ainsi que la marche des femmes pour les droits sociaux et la radicalisation de certains membres du parti ouvrier, désireux d'obtenir toujours d'avantage de concessions de la part du gouvernement, quittant ainsi leur parti pour rejoindre celui communiste, grattent ainsi 5 à 8 sièges à la Chambre des représentants, tandis que le reste se retrouve partagé entre le parti libéral et le parti catholique, gagnant encore quelques pourcents dans les sondages.

Dans cet objectif de relance économique et pour combler le déficit "naturellement" par l'augmentation de la production nationale, l'Etat belge a récemment décidé d'augmenter encore d'avantage sa production et son extraction de minéraux et de matières premières de sa colonie congolaise, alors que les premières vagues de quelques milliers de congolais sont arrivés en Belgique, pour fournir de la main d'oeuvre à très bas coûts aux sociétés. Cette extraction renforcée devrait encore réduire d'avantage les coûts des sociétés belges pour leurs matières premières, mais également fournir un bon nombre de revenus via l'exportation direct de ces nombreux matériaux.

Concernant les fortifications belges, les travaux pour la rénovation et la construction de nouveaux forts dans et autour de la ceinture fortifiée de Liège ralentissent et semblent être au point mort pour le moment, les débats sur la neutralité belge faisant toujours rage au sein du gouvernement suite aux réticences de l'allié français, qui ne semble toutefois plus donner de nouvelles, et l'Etat belge est soucieux de ne pas froisser son voisin Allemand durant ce temps, ni n'afficher le moindre acte hostile. Par contre, les travaux ont repris dans la zone d'Anvers, qui se voit complètement transformée par d'importants travaux de rénovations de la ceinture fortifiée. Ainsi, un réarmement de la totalité des vieux canons a lieu, et seront remplacés par des mitrailleuses légères et lourdes. Des tourelles anciennes seront remplacées par des abris élémentaires (bunkers semi-circulaires blindés). huit abris élémentaires seront construits par fort. La protection locale en béton armée, elle, se verra considérablement renforcée. La ventilation se verra revue et considérablement améliorée également, et des casemates complètement étanches au gaz seront installées. Le tout sera épaulé par une logistique accrue, et plusieurs entrepôts fortifiées seront installés pour revoir grandement à la hausse les stocks de munitions, carburant, obus, etc. En outre, la défense sera renforcée avec un fossé anti-char, passant de Berendrecht vers le canal Albert à Massenhoven. Le fossé anti-char formera un cercle autour d'Anvers, à une distance de 15 km du centre-ville. Sa longueur sera de 33 km. Le fossé anti-char comportera 15 écluses destinées à régler le niveau d'eau, défendues par des bunkers Ainsi quinze bunkers seront construits, un par écluse. Ces bunkers seront armés, pour chacun, de 6 mitrailleuses lourdes et légères.
Les forts autour de la ville de Namur subiront une rénovation et amélioration équivalente à ceux de la ville d'Anvers, tandis que des députés néerlandophone, pronant la neutralité, ont émis, sous avis d'experts, des projets de fortification près de la frontière française également. Le gouvernement fédéral n'a, pour le moment, pas prêté la moindre attention à ces plans, indiquant seulement "qu'ils sont à l'étude".


Relations extérieures

Paul Hymans, Ministre des Affaires Etrangères, indique prendre en considération la demande allemande du droit à l'égalité militaire, indiquant que cette question sera débattue dans le pays afin de savoir si la Belgique votera pour ou contre à la SDN.

Elle regarde aussi avec inquiétude la situation politique de son voisin et ami français, espérant que la situation se résolvera rapidement.
avatar
Silvio007
Gratte-papier
Gratte-papier

Messages : 30
Date d'inscription : 07/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Utyi le Ven 22 Mar 2019 - 22:07

Royaume des Pays Bas

Politique:
Après deux mois de chaos, le parlement des pays bas a été totalement polarisé.
En cause la volonté du KPN de s’allier au SDAP, presque immédiatement après la fin du congres de décembre en URSS. Bine sur, cette action a succiter des doutes parmi le SDAP: le KPN est il un pion de Moscou, ou bien a t il pris un peux d'autonomie après ce congrès ?
Mais finalement, le SDAP a été pousser a chercher une grande coalition, avec a la fois le KPN et le VBD , car a droite, les partis religieux ont eux aussi réagit et ont fusionner sous un partit conservateur et chrétien général, le Katholieke Nationaal Verlossing Partij . Ces deux grandes coalitions se font face , d'ailleurs le KNVP, a ce février poser un motion de censure pour faire chuter le SDAP et "sauver la nation et la religion" , en comptant sur les partis d’extrême droite type VNH et une defection du VBD .
Utyi
Utyi
Président
Président

Messages : 1533
Date d'inscription : 29/08/2011
Localisation : entre 180 O et 180 E , 90 S , 90 N

https://www.youtube.com/channel/UCQmNOW8QFnyWdcar_uEwOJw

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par galx le Sam 23 Mar 2019 - 12:13

[quote]
République Française:

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 640px-Flag_of_France.svg

Politique:

Spoiler:
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Ob_46c81d_6-fevrier-1934-2w
Dessin publié dans l'Action Française suite à la journée du 6 février 1934.

Alors que la situation semble s’envenimer de jour en jour, le gouvernement dirigé par Daladier a décidé de réagir fermement pour tenter de rétablir l’ordre. Pour ce faire, le président du conseil a appliqué une série de mutations-promotions-sanctions pour éloigner les différentes personnalités éclaboussé par l’affaire Stavisky. Le 3 février, la nouvelle se répand dans Paris : le préfet de police Jean Chiappe serait muté au Maroc. Cette nouvelle provoque une forte colère parmi les ligues d’extrême droite pour lesquelles le préfet avait une grande indulgence. En revanche à gauche on se félicite de la mutation d’un homme qui réprimait fermement les manifestations socialistes ou communiste depuis 7 ans. Malheureusement, la droite utilise cet évènement pour dénoncer un marchandage avec la SFIO qui livrerait la France aux communistes et aux juifs. Au sein de la plèbe, les rumeurs vont bon train. Le bruit court que le général Weygand, proche de l’action française, sera la prochaine victime de cette série de mutation. Dès le 3 février, l’ensemble des ligues (Croix-de-feu, Action française, Camelots du Roi, Solidarité Française, Jeunesses Patriotes) manifestent dans les rues de paris pour dénoncer la corruption de la République et la crise économique. Le lendemain, les débats à la chambre sont extrêmement houleux et termine à plusieurs reprises en un flot ininterrompu d’invective. Le gouvernement présidé par Daladier peine à se faire entendre et semble de plus en plus isolé. Selon la presse, la démission semble être la seule issue possible pour Daladier.

Le même jour, les premiers appels à manifester pour le 6 février sont placardé un peu partout dans la capitale. Les revendications et les lieux de rendez-vous divergent en fonction des organisations mais toutes se rejoignent sur leur haine du parlementarisme ainsi que du communisme. Les jeunesses patriotes dénoncent la purge anticléricale et antipatriote qui s’annoncerait dans l’armée tandis que les phalanges universitaires appellent à réagir face à la révolution communiste en cours. Les ligues insistent généralement sur le péril révolutionnaire qui guette la France. Les communistes, les radicaux, les socialistes, les juifs sont accusés de vouloir livrer la France à l’envahisseur. Les organisateurs bénéficient aussi du soutien de nombreux médias (souvent possédé par des industriels bien à droite) notamment La liberté, L’Ami du Peuple, L’Intransigeant, L’Echos de Paris qui relaient sans vergogne l’appel à manifester. Ils appuient aussi les rumeurs concernant le déploiement de militaire autour du Palais Bourbon ainsi que la concentration de force blindés aux Sud de Paris. Ces rumeurs complètement fausse (oui faudrait être fou pour envoyer les militaires) font en tout cas monter la tension d’un cran.

Le jour j, entre 35 000 et 50 000 personnes sont présentent devant le Palais Bourbon. La journée débute dans le calme place de la Concorde mais déjà certain veulent tenter le coup de force contre la gueuse. A l’hôtel de ville, un gouvernement provisoire clandestin est déjà prêt au cas où les manifestants parviendraient à renverser Daladier. Malheureusement pour les royalistes et les jeunesses patriotes, une des ligues refusent le coup de force. A l’appel du colonel de la Rocque, les Croix-de-feux se dispersent rapidement ce qui rend impossible le coup de force rêvé par les autres ligues. Après la dispersion, les manifestants retournent place de la Concorde où la situation commence à dégénérer. Plusieurs milliers de militants armés tentent de forcer le passage vers le Palais Bourbon. Les affrontements avec les forces de l’ordre sont d’une extrême violence et ces derniers subissent même des tirs de revolver. A plusieurs endroits, les gendarmes sont obligés d’ouvrir le feu pour se défendre. Les combats se poursuivent ainsi toute la nuit provoquant de nombreux dégâts matériels. Au petit matin, Paris ressemble à un champ de bataille. Au milieu des autobus calciné et des débuts de barricades, des cadavres jonchent le sol. Dans les rangs des forces de l’ordre, on dénombre un mort et 1664 blessés dont trois par balles. Chez les manifestants, le bilan est plus incertain. Les premières estimations parlent d’une quinzaine de mort et de 600 ou 700 blessés.

Durant la nuit, Daladier a pris toute une série de mesure pour rétablir au plus vite l’ordre publique. Cependant le lendemain matin, il apprend que ces consignes ne sont pas véritablement respectées par la police et la justice. De plus de nombreux ministres viennent lui présenter leur démission dans la journée. Finalement face à la pression de la rue, le président du conseil choisit de jeter l’éponge en milieu d’après-midi. Albert Lebrun décide dans la foulée de nommer le très populaire Gaston Doumergue à la tête d’un gouvernement d’union nationale. En vérité il s’agit plutôt d’un gouvernement regroupement la droite parlementaire qu’un véritable gouvernement d’union nationale. La SFIO et le PC qui représentent à eux seul 30% des électeurs en sont bien entendu exclu. On y retrouve de nombreuse personnalité de droite notamment Philippe Pétain à la guerre, Pierre Laval aux affaires étrangères et aux colonies ou Henry Chéron à la justice. Les ligues semblent se satisfaire de ce compromis puisqu’en réalité ce « gouvernement d’union nationale » s’engage à réaliser plus ou moins leur programme politique. En effet, Gaston Doumergue a annoncé sa volonté de réformer les institutions afin de mettre fin à l’instabilité parlementaire qui caractérise la République depuis les années 1930.

Cependant, la gauche a elle aussi décidé de réagir face à ce coup de force de la droite parlementaire et fascisante. Le 9 février jour de l’investiture de Doumergue, le Parti Communiste organise une grande contre-manifestation. Depuis les élections législatives de 1932, Maurice Thorez tentent de sortir son parti de la ligne sectaire anciennement dicté par Moscou. Cette politique semblent porter ces fruits puisque la démonstration du 9 février est un succès pour les communistes et ceux malgré les neufs morts liés à la répression. Grace à ce succès des manifestations unitaires sont prévue pour le 12 février à l’appel des partis de gauche et des syndicats. Pour la première fois depuis longtemps, SFIO et PC marche ensemble pour la défense de la République et la lutte contre le fascisme. Le 5 mars ce rapprochement se concrétise avec la création du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes qui regroupent au sien d’une même organisation des militants socialistes et communistes.

La journée de 6 février 1934 a permis à la droite de reprendre la direction de la France qu’elle avait perdue depuis la victoire du cartel des gauches en 1932. Cependant, ce coup de force a surtout polarisé la vie politique française entre les partisans de l’anticommunisme et de l’antifascisme.
galx
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1950
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 22
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Bureau le Sam 23 Mar 2019 - 12:32

Philippines
Evenement

Comme prévu par le Philippines Independence Act, les Philippines ont acquis leur indépendance officielle des Etats-Unis en ce début d'année 1934. Une ambiance de liesse règne à Manila et dans les grandes villes de l'archipel. Les Philippines, après des siècles de colonisation, sont enfin indépendantes !

L'influence américaine se laisse cependant encore beaucoup sentir, notamment par la présence de plusieurs bases militaires américaines sur le sol philippin.
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown


Turquie
Evenement

De grandes violences secouent le pays. Après la mort du père de la nation, Mustafa Kemal Ataturk, le nouveau chef de la République est İsmet İnönü. Vétéran de la guerre tout comme son prédécesseur, il jouit d'une certaine aura dans le public turc. Cependant, une attaque contre des policiers turcs dans la ville d'Antalya qui fit 2 morts parmi les forces de l'ordre a été revendiqué par un groupuscule terroriste d'extrême-droite nommé "Kara kurtlar" (Les Loups Noirs) ou KK. Nihal Atsız, un écrivain d'extrême-droite, raciste et panturaniste, connu des sphères intellectuelles extrémistes comme des services de renseignement turcs, a été arrêté. En l'absence de preuve de sa participation à l'organisation des attaques, il fut cependant relâché sur ordre officieux du Président de la République.


Italie
Evenement

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown

Les élections générales de mars 1934, ont sans surprise, reconduit le Parti Fasciste Italien, dirigé d'une main de fer par Benito Mussoloni, comme force majeure du Royaume.

Sur les 400 sièges de l'Assemblée, 400 furent remportés par le Parti Fasciste, avec une participation de près de 12 millions d'italiens selon les chiffres du gouvernement. Ce n'est évidemment pas une surprise pour les observateurs étrangers, le pays ne disposant que d'un seul parti politique légal et autorisé à concourir dans les élections.



Bureau
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 969
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Shikkoku le Sam 23 Mar 2019 - 12:52


 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown

Affaires militaires :

Plan Maru 2 :

Le Plan Maru 2, ou Cercle 2, continue sa progression. Il consiste à organiser la production navale militaire de l'Empire du Japon à travers une panification stricte et ordonnée. Depuis 1931, Maru 2 occupe les chantiers navals de la Marine Impériale Japonaise. L'objectif est d'arriver à produire les 39 nouveaux navires validés par la Diète Impériale. Les croiseurs de classe Mogami sont particulièrement centraux dans le plan Maru 2, et les premières modèles devraient sortir des cales sèches pour les tests en mer dans le courant de l'année, pour une entrée en service en 1935.

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown

Une réorganisation des flottes impériales devrait avoir lieu dans le courant de l'année 1934 pour intégrer les nouveaux navires produits, notamment les destroyers produits en 1933 et aptes à rentrer en service actuellement.

Affaires civiles :


Engouement pour l'Allemagne :

L'Allemagne d'Hitler, qui occupe une place importante des journaux japonais, crée un véritable engouement dans le pays. Le public japonais suit avec attention la politique européenne qui semble évoluer rapidement ces dernières années.

De nombreux disques d'enregistrement de musique de parade nazie sont vendus dans les rues de Tokyo, et s'arrachent comme des petits pains.

Couverture de vinyle de musique nazie:
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown

Si l'attrait pour la "pop-culture" allemande et les parades militaires est présent dans la jeunesse et chez de nombreux officiers de second-rang, l'Etat-Major Impérial continue à être sceptique face à l'Allemagne et à son soutien à la République de Chine. Cette dernière, toujours plus nébuleuse et agressive envers les intérêts japonais, continue en effet de recevoir un soutien logistique et officier allemand dans son armée.
Shikkoku
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 6105
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Bureau le Sam 23 Mar 2019 - 13:11

République de Chine - République Islamique du Turkestan Oriental - Union Soviétique
Evenement

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown

Liberté ! Islam ! Unité !

C'est sous ces cris que Hoja Niyaz Haji, un leader du nationalisme turcique de longue date a proclamé la naissance de la République Islamique du Turkestan Oriental (RITO) en mars 1934 à Kashgar. Avec un gouvernement composé principalement d'Ouïghours, mais aussi de Kyrgyrz, de Khazakhs et de chinois musulmans, une déclaration d'indépendance fut publiée et diffusée dans le monde entier. S'y trouvent les neufs points suivants :

1. Mettre fin à la dictature chinoise sur les terres du Turkestan.
2. Etablir une République Islamique du Turkestan, libre, souveraine et basée sur l'égalité de toutes les nationalités.
3. Promouvoir l'essor économique du Turkestan et de son peuple, notamment sur le plan agraire et de l'élevage.
4. Faire de l'Islam la religion officielle de la République, tout en respectant le droit des minorités religieuses.
5. Développer la culture et la santé dans la région, pour améliorer la vie des citoyens.
6. Etablir des relations cordiales et respectueuses avec les grandes démocraties, notamment la France, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l'Union Soviétique, la République de Chine et la Turquie.
7. Etablir une Armée Nationale du Turkestan formée de soldats de toute religion et de toute nationalité, pour défendre l'intégrité de la République.
8. La Banque Nationale du Turkestan, les Services de Communication, les Chemins de Fer, les Forêts et toutes les ressources minérales appartiennent à l'Etat.
9. Lutter contre l'individualisme, la corruption et le détournement d'argent public parmi les agents du gouvernement de la République.

La nouvelle République a envoyé des émissaires en Afghanistan, en Inde, et en Union Soviétique pour s'assurer de la reconnaissance de la nation turkestani. L'Afghanistan et l'Empire britannique se sont montrés neutres et peu intéressés par cette aventure.

Une Armée Nationale Turkestani a été formée sous les ordres du leader Timur Beg qui a déjà mené les troupes musulmanes dans la rébellion de Turpan en 1932. Elle compte déjà près de 25 000 soldats d'infanterie et 10 000 cavaliers.

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown

Cartes des zones sous contrôle de la République Islamique du Turkestan Oriental:
 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Unknown


Bureau
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 969
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

 ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933] - Page 3 Empty Re: ¤ TOPIC OFFICIEL ¤ [V1933]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum