¤ V1963 ¤ Topic officiel

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Mer 28 Aoû 2019 - 19:20

Sahel
Brève
Evénement

La rébellion touareg continue de déstabiliser la région du Sahel. Débutée en 1961, les miliciens touaregs ne cessent d’harceler les troupes maliennes, qui, pourtant mieux équipées grâce à l’aide soviétique, ne parviennent pas à se débarrasser des innombrables chefs tribaux nomades, lesquels se sont emparés d’une partie non-négligeable du territoire septentrional du Mali, au point désormais de menacer plusieurs grandes villes maliennes de l’Azawad, notamment Gao. Ainsi, si le Mali n’obtient pas rapidement une aide internationale, il pourrait bien continuer à perdre du terrain face aux nomades qui, depuis l’indépendance, réclament leur propre territoire dans la région sahélienne. Forte de ses succès initiaux, la rébellion touareg s’est par ailleurs étendue vers le Niger voisin, dont une majeure partie du territoire occidental est lui aussi peuplé de touaregs et d’autres tribus nomades, dont certaines se sont ralliés à la cause des sécessionnistes dans l’optique de se séparer de leur Etat imposé par la France lors de la colonisation, et par conséquent lors de la décolonisation. Pour l’instant, ni l’Algérie ni la Libye ne sont menacés par cette rébellion, mais les deux pays comportant des tribus touaregs, il n’est pas impossible qu’elle s’y étende, si le Mali et le Niger ne parviennent pas à la stopper.
Bureau
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 1503
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Mer 28 Aoû 2019 - 19:36

Congo-Léopoldville
Brève
Evénement

La situation politique au Congo-Léopoldville, qui se remet péniblement depuis un an d’une violente guerre civile, n’est toujours pas des plus stables. En effet, alors que s’est tenu du 25 juin au 10 juillet un référendum visant à réformer en profondeur la constitution congolaise au profit d’une forme plus fédérale, par ailleurs accepté « démocratiquement » par le peuple, la rébellion Simba, dans l’est du pays, mené par Antoine Gizenga et Pierre Mulele depuis Stanleyville, continue de diviser le pays. En effet, toute la partie orientale du pays est désormais tenue par la République populaire du Congo, d’obédience plutôt marxiste, et le gouvernement légitime peine à reprendre la main sur le pays. Fort de ce constat, et de son échec, le premier-ministre Cyrille Adoula a appelé l’ancien dirigeant du Katanga Moïse Tshombe à prendre le commandement du pays afin de mettre un terme, avec l’aide internationale si possible, à ce conflit qui dure depuis l’indépendance du pays. Dès le 10 juillet, Tshombe a ainsi formé un gouvernement de salut public, et appelle l’Occident à lui venir en aide pour vaincre définitivement les rebelles communistes.
Bureau
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 1503
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Jeu 29 Aoû 2019 - 0:01

NOUS SOMMES EN JUILLET 1964
Bureau
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 1503
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Jeu 29 Aoû 2019 - 0:23


République française


¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 640px-Flag_of_France_with_RF.svg


Affaires étrangères


................La récente annonce de la nationalisation des propriétés étrangères, et plus particulièrement celles des citoyens français expatriés, par la République de Tunisie a provoqué l’ire du Général de Gaulle et du gouvernement français lors du Conseil des ministres. Toutefois, de cette colère, et des mots qui furent échangés, il ne resta publiquement que peu de choses lors de la déclaration du Ministre des Affaires étrangères en réaction à cette décision « inique », laquelle vise, selon ses mots, « une fois de plus à créer des tensions entre Tunis et Paris, trois ans après la crise de Bizerte. » A ce titre, et en dépit des promesses du chef de l’Etat, ladite base n’a toujours pas été évacuée par les français, qui entendent désormais s’en servir comme moyen de pression sur le président Bourguiba. En effet, selon Couve de Murville, « la base navale de Bizerte ne sera désormais rétrocédée à la Tunisie que si le gouvernement tunisien cesse sa politique profondément discriminatoire à l’égard des nationaux français résidant sur place, soit en les indemnisant intégralement du préjudice subi par la nationalisation de leurs terres – indemnisation devant prendre en compte la valeur réelle de leurs biens, ainsi que le manque à gagner sur les cinq prochaines années –, soit en leur restituant la propriété de leurs terres. » Outre le maintien de la présence militaire française à Bizerte, bien que la base n’ait plus aucune utilité stratégique pour la France, Paris menace Tunis de mesures de rétorsions si, sous huit jours, le gouvernement tunisien ne met pas en œuvre l’une des deux solutions proposées par la France. De surcroît, le temps qu’une réponse favorable soit accordée par Tunis, l’ensemble des techniciens français jusqu’alors généreusement mis à disposition de la Tunisie sont mis au chômage technique et regroupés au sein de l’ambassade et des consulats, tandis que des directives adressées aux expatriées préconisent un retour au pays, temporaire pour le moment, le temps que les tensions se clament avec Tunis et que le gouvernement revienne à la raison en les indemnisant ou en leur restituant leurs biens. De même, toutes les aides financières actuellement versées à la Tunisie, ainsi que les dédommagements pour l’exploitation de la base navale de Bizerte, sont suspendues jusqu’à nouvel ordre, de sorte à exercer une pression financière sur la nation arabe. En attendant, la Royale, et notamment les marins déployés dans l’ancien protectorat français, se tiennent prêts à ce qu’une nouvelle crise diplomatique et militaire n’éclate entre les deux Etats, et se préparent à l’éventualité d’une attaque contre l’installation militaire française ; tandis qu’à Toulon, la flotte de la Méditerranée, le Clémenceau en tête, commence des exercices navals au large de la Tunisie, au cas où la situation viendrait à dégénérer – ce que ne souhaite bien évidemment pas le gouvernement français.

................S’agissant des demandes d’accords commerciaux et culturels formulées par la nouvelle République arabe unie, par ailleurs toujours reconnue par la République française, l’ambassadeur de France au Caire a fait savoir que Paris acceptait les deux propositions arabes. Toutefois, au regard des montants demandés en charbon et dans une volonté de renforcer les liens de la France avec les autres Etats-membres de la Communauté Economique Européenne, Son Excellence a indiqué à son homologue arabe que les lieux de production du charbon pourraient peut-être se situer également dans la République fédérale allemande et dans le Royaume de Belgique. Ainsi, est proposé aux autorités desdits pays un partage de la production de charbon comme suit : 60% pour la France, 30% pour l’Allemagne et 10% pour la Belgique, chaque Etat conservant ses bénéfices. Un tel accord, s’il paraît généreux, est en réalité mû par la conscience du gouvernement que la France, seule, ne saurait assurer cette production, alors même que la production de charbon française devrait croître de plusieurs millions de tonnes pour respecter l’accord – tandis que le gouvernement prévoit une baisse de la consommation intérieure de charbon au profit des hydrocarbures et du nucléaire. Quant à l’installation de lycées français, le gouvernement a d’ores et déjà annoncé que les quatre établissements, situés dans les villes mentionnées par le gouvernement arabe, sont acceptés et seront construits par la France, avec un financement conjoint, Paris acceptant toutes les conditions, tandis qu’une école de commerce sera également installée, et des partenariats mis en place pour faciliter les échanges. En guise de remerciement, Paris a d’ailleurs annoncé la construction d’un Musée de la Méditerranée à Marseille, lequel accueillera des collections permanentes ou temporaires des nombreuses civilisations qui peuplèrent le pourtour méditerranéen de l’Antiquité à nos jours, et invite ainsi la République arabe unie à proposer des œuvres d’arts de toutes les époques afin de remplir lesdites collections le moment venu, de sorte à rendre accessible les cultures antiques et contemporaines de la région. L’ambassadeur français au Caire a également fait savoir que la France serait intéressée par la fourniture de pétrole et de gaz par la République arabe unie, notamment en provenance des champs d’hydrocarbures irakiens, mais aussi les récents champs égyptiens, à hauteur de 100'000 barils par jour, un partenariat économique et financier étant là aussi envisageable entre les entreprises françaises spécialisées dans ce domaine avec les entreprises arabes exploitant les ressources susmentionnées. Tournant la page de l’isolement diplomatique vis-à-vis du monde arabe lié à la guerre d’Algérie, la France entend ainsi nouer de solides relations avec la République arabe unie, nouvelle puissance régionale.


Affaires européennes


................Contrairement aux idées reçues d’une certaine europhobie du Général de Gaulle, et de sa prétendue hostilité au projet européen, le gouvernement français, deux ans après l’échec du Plan Fouchet pour la Communauté européenne, relance ses partenaires européens par l’intermédiaire de Maurice Schumann, éminent gaulliste et fervent européen, afin de faire avancer la construction européenne. En effet, de Gaulle, s’il est un farouche opposant au fédéralisme européen, conçoit toutefois l'Europe comme une organisation internationale, chargée entre autres de conserver son autonomie face aux deux superpuissances que sont à cette époque les États-Unis et l'Union soviétique, et est plutôt favorable à une confédération européenne dans laquelle chaque Etat conserverait sa souveraineté. Ainsi, le diplomate français a proposé à ses partenaires européens un nouveau plan, sobrement surnommé le Plan Schumann, visant à profondément réorganiser le fonctionnement des institutions européennes, afin de leur donner une tournure beaucoup plus confédérale au système, sans toutefois négliger les attentes des partenaires européens, notamment s’agissant de la Commission européenne, grand sujet de discorde entre la France et les Cinq. Bien que le projet soit foncièrement plus confédérale, selon les mots du diplomate, « entre la confédération et la fédération, il n’y a qu’un con en moins. » Un message subliminal adressé au Général de Gaulle, peut-être ? Qui sait. Quoi qu’il en soit, plusieurs éléments supranationaux sont également proposés pour séduire les partenaires, parfois assez surprenants venant de la part de la France, certes. Aussi, la Communauté européenne, telle qu’envisagée par le Général de Gaulle et ses conseillers, prendrait la forme suivante :
  • Fusion des traités créant les Communauté européenne du charbon et de l'acier, Communauté économique européenne et Communauté européenne de l'énergie atomique.
  • Les institutions des première et troisième communautés sont dissoutes et fondues au sein de celles de la deuxième.
  • Un Sénat est institué au sein de la Communauté européenne, nouveau nom de la confédération. Il est composé d’une part d’un « Conseil européen », constitué d’un ministre permanent par Etat-membre désigné (vote à l’unanimité) et d’autre part par la Commission européenne, composée de hauts fonctionnaires. Il est présidé par le Président de la Communauté européenne, nommé pour un an, avec présidence tournante (chaque année, un nouvel Etat propose aux cinq autres l’un de ses nationaux pour la présidence, désignation à l’unanimité). Un Conseil des chefs d’Etat / gouvernement se tiendra 3 fois par an, en remplacement des ministres.
  • Les 7 ministres et le Président prennent les décisions (règlements, directives, etc.) à l’unanimité. La Commission les applique.
  • Le commissaire européen à l’industrie sera en charge des compétences de la CECA.
  • Le commissaire européen à la recherche sera en charge des compétences de la CEEA.
  • Une alliance défensive est instituée dans le cadre de la Communauté européenne. Dès lors qu’un Etat-membre est attaqué, les autres doivent le défendre. Etablissement d’un état-major commun, composé d’un représentant de chaque Etat, coordonnant les opérations militaires européennes.
  • La culture et les sciences deviennent de nouveaux domaines de compétence de la Communauté, avec des commissaires chargés de mettre en œuvre les politiques décidées dans ces domaines.
  • L’assemblée parlementaire, organe consultatif, désigne les commissaires, qui sont acceptés ou refusés par les Six. Elle doit approuver le budget de la Communauté.
  • La France partage sa force de frappe nucléaire avec ses partenaires européens. En échange de financements du programme nucléaire français, les Six pourront refuser / approuver l’utilisation de l’arme nucléaire dans le cadre d’un conflit concernant la Communauté. Des armes nucléaires pourront être déployées sur leur territoire s’ils le souhaitent.
  • Relance du programme nucléaire civil européen, avec le choix de la filière de l’uranium enrichi prôné par l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas.
  • Etablissement à terme d’une union monétaire entre les Six, avec un commissaire chargé de la politique monétaire de la Communauté.

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Armoiries_r%C3%A9publique_fran%C3%A7aise
Sirda
Sirda
Modérateur
Modérateur

Messages : 1910
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Gosseau le Jeu 29 Aoû 2019 - 10:36

United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 DFA0O0l

Une construction européenne sans Londres ?

………
Si tout le monde n'était pas d'accord sur le niveau d'intégration que devait prendre Londres, tout le monde était d'accord sur un point, il était temps de retenter sa chance pour rentrer dans la Communauté économique européenne. Dans un esprit plutôt proche d'une orientation confédérale ? Et sans Londres ? Le général, est-il décrépi par l'âge ou mal-baisé ?Harold Wilson, fumant sa petite pipe matinale habituelle, n'en revenait pas lorsqu'il fut prévenu du nouveau projet fou du sénile général français, le vieux Charles souhaiterait en effet faire avancer la construction européenne ? Par contre, il était clair que le gouvernement britannique devait agir et saisir l'opportunité qui s'offre à elle. Une réunion d'urgence des plus grands pontes du cabinet fut convoqué par Harold Wilson dans le plus grand secret afin de discuter de la question européenne et de l'orientation que veut impulser la France. Si tout le monde n'était pas d'accord sur le niveau d'intégration que devait prendre Londres, tout le monde était d'accord sur un point, il était temps de retenter sa chance pour rentrer dans la Communauté économique européenne. Tout s'accéléra dès la fin de la réunion, en à peine deux semaines, le gouvernement recevait le soutien bi-partisan de la Chambre des communes donnant le pouvoir au cabinet pour envoyer sa candidature au président de la CEE, Walter Hallstein.

Candidature du Royaume-Uni pour l'adhésion à la CEE auprès de son président a écrit:Monsieur le Président,

J'ai l'honneur, au nom du gouvernement de Sa Majesté du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, d'informer Son Excellence que le Royaume-Uni demande par la présente à devenir un membre de la Communauté économique européenne selon les conditions de l'article 237 du traité établissant la Communauté économique européenne.

Veuillez accepter, Monsieur le Président, l'assurance de ma plus haute considération.

Harold Wilson

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Harold_3017483b
Harold Wilson fumant une bonne pipe comme à son habitude

S'ensuit le branle-bas de combat des représentations diplomatiques britanniques dans l'ensemble des pays membre de la CEE à l'exception notable de la France, le Premier ministre sachant qu'il aura affaire personnellement à son homologue sur cette question. Concernant les autres pays (Belgique, Pays-Bas, etc), les canaux diplomatiques s'activent et remettent en avant les grands points de la candidature britannique qui avaient fait le succès de celles-ci auprès des mêmes pays lors de la précédente tentative en 1961, mais aussi que Londres souhaite rejoindre au plus vite ensuite la Communauté européenne du charbon et de l'acier et la Communauté européenne de l'énergie atomique et prendre part à la Politique agricole commune. Plus concrètement, est aussi rappellé le rôle majeur de Londres dans l'Organisation du traité de l'Atlantique nord, qui est l'axe majeur de la défense de l'Europe face au danger communiste, ainsi que la puissance nucléaire que possède Londres, notamment la bombe H, plus grand atout pour raser de la carte n'importe quelle ville rouge de la carte dont Londres est totalement ouverte à une réflexion quand à son utilisation commune si jamais elle pouvait être intégrer les communautés européennes comme elle le souhaite. Enfin, les communications se terminent toutes avec une proposition de visite d'Harold Wilson avec tous ses homologues membres de la CEE un par un (y compris la France, en dernière) afin de pouvoir discuter plus concrètement et personnellement avec chacun d'eux des arguments britanniques. Autour de l'ambitieux Harold Wilson, en privé quelques petites voix s'élèvent et font état de l'objectif du Premier ministre, la construction européenne se fera avec Londres, ou elle ne se fera pas.


¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 248px-Royal_Coat_of_Arms_of_the_United_Kingdom.svg
Gosseau
Gosseau
Chef de Département des Nations Unies
Chef de Département des Nations Unies

Messages : 3908
Date d'inscription : 22/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Shikkoku le Jeu 29 Aoû 2019 - 15:32

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown


Affaires intérieures :

Rapport du Pentagone sur le Vietnam, rendu au Congrès :

Le Secrétaire à la Défense, Robert McNamara, s'est rendu en ce chaud mois de juillet devant le Congrès Américain pour participer à une audience de contrôle et d'information du public. L'objectif de sa présence au Capitole est simple : informer les membres du Congrès de la situation générale au Vietnam.

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown
McNamara s'adressant au Congrès, juillet 1964

Le rapport a commencé par une mise à jour du nombre d'américains tués au Vietnam depuis le début du conflit. McNamara a annoncé que 399 américains sont morts, 17 sont portés disparus, et 987 ont été blessés.

Il a annoncé au Congrès que la situation était sous contrôle, et que les troupes de l'ARVN fournissaient un effort considérable pour débarrasser les campagnes sud-vietnamiennes de l'oppression Vietcong. Les manoeuvres en cours dans le Golfe du Tonkin n'ont pas été commentées, et lorsqu'un sénateur a posé une question sur le sujet, le Secrétaire à la Défense a été extrêmement évasif, citant des "évolutions permanentes d'une situation relativement complexe".

McNamara fut accueilli à sa sortie du Congrès par quelques centaines de militants pacifistes, demandant un retrait immédiat et total des troupes américaines au Vietnam.

Affaires extérieures :

Communiqué à la France :

Le Président Kennedy salue l'initiative française, et annonce qu'une plus forte intégration économique de l'Europe libre ne peut qu'être bénéfique aux européens tout comme aux américains. La stabilité apportée par un tel projet serait un véritable boost et prouve que l'Europe d'après-guerre peut lutter contre les dissensions nationalites pour arriver à construire la paix.

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown

Sur le volet militaire du projet français, les Etats-Unis se montrent plus circonspects. La redondance d'une défense européenne avec celle de l'OTAN semble coûteuse et peu amène à empêcher une agression contre le Monde Libre. La capacité militaire de la France, et des Etats européens sans l'appui américain, ne pourrait empêcher une attaque ennemie, sans même parler de la repousser et de passer à l'offensive en défense du Monde Libre. Il a donc été communiqué à la France que malgré son soutien au projet, les Etats-Unis ne diminueront pas d'un seul homme et d'un seul missile leur présence militaire en Europe.

Communiqué au Royaume-Uni :

Washington propose à Londres la signature d'un traité coopératif, et d'une autorisation de vente d'armes Polaris au Royaume-Uni de la part des Etats-Unis d'Amérique. La récente déconfiture de l'initiative américaine de limiter la prolifération nucléaire a montré ses limites : les forces soviétiques ne sont pas intéressées par un travail collaboratif planétaire pour assurer la sécurité de l'humanité.

Les Etats-Unis proposent la signature du traité suivant :

Polaris Sales Agreement - 1964

I. Le Gouvernement des Etats-Unis d'Amérique fournira, et le Gouvernement du Royaume-Uni achètera, des missiles Polaris (sans ogive nucléaire), l'équipement nécessaire à leur bon fonctionnement et leur entretien, en accord avec ce traité.

II. Cet accord sera entendu comme scellant la volonté américano-britannique de doter les sous-marins de la Royal Navy d'une force de dissuasion nucléaire à l'échelle planétaire, tel qu'exprimé par l'Accord de Nassau en 1962.

III. Des attachés techniques et militaires affectés au Programme Polaris seront dépêchés à Washington et Londres, dont la mission sera de coordonner la mise en place de l'accord sur les plans techniques, militaires, et politiques.

IV. Les missiles et équipement sont définis comme suit :

- Missiles Polaris (sans ogive)
- Système de lancement et système de contrôle post-lancement
- Système de fire-control
- Systèmes de navigations des navires armés
- Tout équipement d'entretien, pièces de rechange, pièces spécialisées, etc... nécessaires au fonctionnement du missile et de son système

V. Le Gouvernement du Royaume-Uni fournira les sous-marins dans lesquels seront installés les missiles par des équipes d'ingénieures binationales. Il fournira également les ogives nucléaires.

VI. Le Gouvernement des Etats-Unis d'Amérique s'engage à fournir missiles et pièces sur le même standard de qualité que celles armant l'US NAVY. Ces missiles et pièces seront vendus au même prix qu'ils sont vendus à l'US NAVY.

VII. Le Gouvernement du Royaume-Uni ne tiendra pas pour responsable le Gouvernement des Etats-Unis en cas de dommage civil ou militaire, financier ou humain, occasionné par le programme Polaris. Il en notifiera cependant immédiatement les Etats-Unis.

VIII. L'usage de missiles Polaris par la Royal Navy ne dépendra pas du ressort du Gouvernement des Etats-Unis, et ceux-ci feront partie intégrante de la force de dissuasion nucléaire autonome britannique.

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown
Un missile Polaris tiré lors d'un test

Communiqué à la Grèce :

La commande grecque est validée.

Communiqué [TOP SECRET] à l'Arabie Saoudite :

Les Etats-Unis d'Amérique pressent le gouvernement saoudien d'appliquer une pression militaire sur les forces républicaines du Yémen. La vente d'arme américaine a été approuvée, les armes livrées, il est désormais temps pour l'Arabie Saoudite de fournir un appui militaire sérieux et convaincant dans la Guerre du Yémen, afin d'autoriser des ventes d'armement plus développées à l'Arabie.
Shikkoku
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 6281
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Jeu 29 Aoû 2019 - 18:59


République française


¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 640px-Flag_of_France_with_RF.svg


Affaires européennes


................Dans un bref communiqué adressé à l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique en France, le Quai d’Orsay a fait savoir que Paris « appréciait grandement », selon les termes utilisés, le soutien étasunien au projet confédéral français pour la Communauté européenne. En effet, le Général de Gaulle est plus que conscient du fort sentiment atlantiste qui transcende nombre de gouvernements européens libres, iceux se sentant naturellement plus en sécurité avec la présence militaire américaine – ce qui, en soi, est tout à fait logique au regard des forces déployées par Washington D.C sur le Vieux Continent et la capacité militaire globale, notamment nucléaire, d’icelle. S’agissant plus particulièrement du volet militaire du Plan Schumann, a été notifié dans ce communiqué à l’allié américain qu’aucun retrait de soldat ou de missile nucléaire étasunien n’était pour l’instant à l’ordre du jour, et que le projet français ne le prévoyait pas à court terme, ni même à moyen terme. En effet, si le plan français prévoit, à terme, l’autonomie militaire totale pour l’Europe libre, c’est-à-dire la capacité à assurer elle-même sa défense face aux menaces qui l’entourent ou peuvent peser sur elle, à commencer par l’Union soviétique, Paris n’entend pas pour autant désarmer l’Europe du jour au lendemain et la laisser sans protection, sinon le maigre arsenal nucléaire français. Ainsi, les Etats-Unis peuvent être rassurés : leurs troupes seront maintenues sur le sol européen jusqu’à ce que l’Europe soit elle-même capable de se défendre. Evidemment, au fur et à mesure que l’Europe développera sa défense, les troupes américaines pourront tout aussi progressivement commencer à quitter le sol européen, mais pas avant. De ce fait, le retrait progressif des troupes américaines ne se fera que parallèlement au développement de la défense militaire et nucléaire européenne, ce qui, au bas mot, devrait prendre une vingtaine d’années selon les experts français, ce qui laisse de la marge aux américains. Naturellement, il est attendu de la part des américains un plein soutien sur ce point-là, pour que la transition se fasse en douceur – sachant qu’elle devrait commencer d’ici cinq à dix ans. S’agissant de la nouvelle candidature de ces perfides chiens du Royaume-Uni, si affamés qu’ils sont prêts à se jeter sur la moindre poussière d’os, le Général de Gaulle a fait savoir que, selon lui, « les conditions qui, jadis, me firent refuser l’entrée de l’Angleterre, ne sont toujours pas réunies pour qu’aujourd’hui, je l’accepte. » Aussi, la France coupe court à toute nouvelle tentative britannique d’intégrer la Communauté en faisant savoir d’emblée qu’elle y mettra son veto. Cette position ne devrait guère choquer les alliés européens, sachant qu’eux-mêmes avaient constaté en 63 que le Royaume-Uni n’était pas adapté au Marché commun – même si la France avait endossé le rôle du méchant qui refuse ouvertement.


¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Armoiries_r%C3%A9publique_fran%C3%A7aise
Sirda
Sirda
Modérateur
Modérateur

Messages : 1910
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Alaminsk le Jeu 29 Aoû 2019 - 19:01

República Portuguesa

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 1515855605-640px-flag-of-portugal-svg

Vers une ouverture de la péninsule Ibérique ?


................En ce mois de juillet 1964, cela fait maintenant 32 ans que le centième président du Conseil, António de Oliveira Salazar, est au pouvoir. Après avoir connu et combattu la montée du fascisme dans les années 1930, aidé les Alliés pendant la Seconde Guerre Mondiale et résisté aux sirènes du socialisme depuis 1945, le chef du gouvernement se trouve actuellement dans une situation particulière sur la scène internationale. Officiellement, le Portugal est un régime républicain sacralisant les valeurs du travail, de la famille et de la patrie (par l'influence du conservatisme, du catholicisme et de l'armée). La démocratie peut s'exercer mais elle ne constitue pas l'une des pierres angulaires de l'idéologie salazariste. Les idées de gauche et le libéralisme sont pourchassés, tout comme les mouvements ultramarins allant à l'encontre du lusotropicalisme (c'est-à-dire une société lusophone multiculturelle, multiraciale et pluricontinentale). Cet anticommunisme sans exercice immédiat de la démocratie se retrouve seulement en Espagne dans le monde occidental, nation amie de Lisbonne depuis plusieurs siècles. Mais à la différence de Madrid, pour l'instant totalement isolée, le Portugal fait partie du concert des nations depuis la fin de la guerre : il appartient à l'OCDE, l'ONU, l'OTAN et l'AELE. Des alliances traditionnelles sont entretenues avec les Britanniques et les Américains en plus du voisin ibérique.

................Cette situation assez stable est perturbée par plusieurs facteurs depuis 1961. D'abord, les indépendances des anciennes colonies anglo-françaises et la perte de Goa ont ouvert la boîte de Pandore en Afrique : une guérilla marxiste s'est installée dans le nord et le sud de la Guinée, la frontière entre le Congo et l'Angola est parsemée de bandes armées et le Mozambique est sur le point de déraper. La réaction légitime du gouvernement salazariste n'a pas empêché certaines nations à demander l'établissement d'un blocus sur le Portugal aux Nations Unies, demandes qui ne furent jamais confirmées par le Conseil de sécurité. Ensuite, l'intensification des relations entre les différents pays européens s'accentue : alors que le Portugal a rejoint l'AELE (dominée par le Royaume-Uni) en 1960, la candidature de Londres à la nouvelle CEE orchestrée par la France ferait perdre tout intérêt à l'association économique qui lui fait concurrence. Enfin, alors que Lisbonne pouvait compter sur Madrid en tant qu'allié conservateur antilibéral et anticommuniste, l’État espagnol décida de lancer une grande politique d'ouverture financière et commerciale pilotée par Mariano Navarro Rubio depuis 1963. Ce dernier, économiste de formation comme Salazar, gagne en influence et pourrait devenir le successeur d'un Franco adoré par le président du Conseil portugais. L'évolution espagnole est regardée d'un œil soucieux depuis Lisbonne. Ssi les nouvelles perspectives économiques sont admirables et font des émules au Portugal, l'administration salazariste craint que ce soit la porte ouverte à la démocratisation désinhibée et donc au bolchévisme.

................Pour calmer la situation en Afrique et retrouver une place claire au sein du bloc de l'Ouest, le Portugal doit changer sa politique étrangère. La priorité selon Salazar est créer des alliances sur plusieurs échelons au sein des organisations internationales, le premier étant le plus intense et le dernier le plus souple. Au premier stade donc, le Portugal souhaite renforcer les liens avec l'État espagnol en organisant une rencontre à Saint-Jacques-de-Compostelle. Le but est de revoir totalement les relations bilatérales en réactivant le pacte ibérique de mars 1939 : au-delà de la réaffirmation de notre amitié, les sujets économique, militaire et diplomatique seraient abordés en priorité (tout comme la situation au Maghreb et en Afrique). Si un véritable tandem luso-espagnol peut être constitué, alors une politique européenne claire pourrait être décidée à deux. Deux groupes tendent les bras au Portugal : d'un côté l'alliance historique avec le monde anglo-saxon malheureusement progressiste représenté par Kennedy et Wilson, de l'autre la Communauté européenne conservatrice et potentiellement confédérale pilotée par De Gaulle, Moro et Erhard. D'après Salazar, l'alliance avec Londres est à sauvegarder à tout prix, sans pour autant renier les racines latines de la péninsule Ibérique : une entrevue est donc demandée avec les représentants de la République française pour discuter de politique européenne, défense et commerce. Au-delà de l'Europe, l'avant-dernier échelon concerne bien entendu l'OTAN dont l'appartenance portugaise est réassurée. Enfin, d'autres alliés ont été trouvés en dehors de l'organisation militaire du bloc de l'Ouest : l'Afrique du Sud et le Brésil notamment.

................Enfin, des canaux diplomatiques ont été envoyés à Moïse Tshombe du Congo-Léopoldville et Hendrik Verwoerd de la République d'Afrique du Sud pour discuter de la situation en Afrique australe : le spectre marxiste plane sur le continent noir et le Portugal est toujours mobilisé pour le combattre. Les troubles en Angola et au Mozambique trouvent aussi leurs origines dans les territoires voisins ; pour lutter face aux rouges, il faut donc voir au-delà des frontières politiques. Il est proposé à Moïse Tshombe et Hendrik Verwoerd de laisser aux forces armées de chaque nation le droit de passer les frontières dans le but de poursuivre les forces marxistes agissant en Angola, au Congo et en Namibie. Un renforcement de la coopération des forces de police et de renseignement est aussi proposé, tout comme la possibilité pour le Portugal de fournir des équipements militaires aux deux gouvernements à leur demande. En échange, le Portugal s'engage auprès du Congo-Léopoldville à soutenir sa cause auprès de l'OTAN, envoyer des officiers militaires et de la PIDE épauler l'armée congolaise et si nécessaire amorcer le déploiement des forces aériennes portugaises au Congo. Pour l'Afrique du Sud, les tentatives d'isolement imposé au Cap par les Nations Unies pourraient avoir lieu dans les prochaines années : la signature d'accords économiques et diplomatiques garantissant les liens bilatéraux est proposée en contrepartie, malgré les décisions passées ou futures de la communauté internationale. Ces liens pourraient s'étoffer plus tard par une libéralisation du commerce et une politique militaire conjointe en Afrique australe, couplé à la Rhodésie du Sud de Ian Smith.

Salazar et Franco en 1949 :
¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Franco10

Donner un second souffle au miracle économique malgré les troubles


................L'économie portugaise est organisée selon un régime corporatiste, aussi bien en métropole que dans les territoires ultramarins. Ce système apparenté au fascisme par ses détracteurs est en réalité proche des chaebol coréens et des zaibatsu japonais. Plusieurs grands conglomérats organisent en effet les structures productives du Portugal, entreprises étroitement contrôlées par l'administration publique par le biais des permis, des douanes et des taxes. Ces groupes, surnommés les « sept magnifiques », sont soutenus et coopèrent avec les petites et moyennes entreprises familiales qui pullulent sur le territoire. Ce système particulier en Europe est la clé d'un fort développement économique que connaît la patrie depuis les années 1950 (Lisbonne devenant la vitrine de cette croissance), et qui pourrait s'accélérer dans les années 1960. Cette croissance vient de la politique interventionniste et dirigiste menée par Salazar depuis 1932 : son objectif final est de faire passer le modèle exportateur de matières brutes depuis le XVIe siècle à une nation industrialisée et portée par le dynamisme du secteur tertiaire. La métropole concentre ainsi les industries et les services tandis que les territoires ultramarins d'Afrique servent à fournir les matières premières, tout en connaissant une industrialisation contrôlée (le Timor et Macao ne représentent à l'heure actuelle pas de réel intérêt pour le gouvernement). En 1964, l'accélération de l'économie mondiale bénéficie largement au Portugal malgré les troubles : la Companhia União Fabril est le premier conglomérat de la péninsule Ibérique et parmi les cinq premiers d'Europe, la croissance du produit intérieur brut est de 7,79% et le chômage est limité à 2,5%. Mais ce modèle qui fut la solution salvatrice pour le Portugal depuis vingt ans a besoin de renouvellement.

................En effet, la stratégie économique de Salazar repose sur un développement par substitution aux importations, dirigé par l’État. Si elle fut efficace pendant des années, ce système commence à s'essouffler : l'économie portugaise est résolument fermée aux économies extérieures et les neuf millions d'habitants en métropole (23 en comptant les territoires ultramarines) ne sont pas assez pour consommer l'ensemble de la production, d'où une stagnation économique qui plane sur le Portugal. Les troubles dans les territoires ultramarins et une ouverture sur le monde pourraient être la solution pour passer définitivement à la « quatrième phase » du développement par substitution aux importations. De plus, la libéralisation entreprise par l’État espagnol fait des émules parmi la nouvelle génération d'administrateurs, d'économistes et de gestionnaires portugais bien gênés par le dirigisme de l'Estado Novo. La fin de cette politique restreignant les libertés économiques, prônée par des centaines de jeunes hommes issus de l'élite, pose un certain nombre de questions : faut-il autoriser la concurrence face aux conglomérats ? Ou même entre eux ? Autoriser les syndicats ? Créer un revenu minimum ? Sortir les femmes de leurs foyers pour les mettre à l'usine ? Déréguler les finances et la législation ? Combattre la corruption ? Ces quelques questions teintées de libéralisme (sans abandonner l'interventionnisme de l’État) sont posées au sein de l'administration salazariste et sont notamment portées par un homme, Marcelo Caetano. Juriste de formation, âgé de 58 ans (75 pour Salazar !), il fut considéré comme le politicien le plus proche du président du Conseil de 1955 à 1958. Ce successeur potentiel fut pourtant écarté du gouvernement pour ses volontés de « réformes dans la continuité », avant d'être obligé de démissionner de son dernier poste important (neuvième recteur de l'université de Lisbonne) suite à la crise académique de 1962. Deux ans plus tard, une part importante des ministères et de leurs dirigeants voient en Caetano le futur dirigeant du Portugal, craint par Salazar dès les années 1950. Le président du Conseil, voyant que la jeune élite et la nouvelle classe moyenne souhaitent une évolution, n'a pas d'autre choix que de préparer des réformes dans un nouveau plan de développement prévu pour les années 1965, 1966 et 1967. Même si la portée et les paramètres de cette planification ne sont pour l'instant connus que de Salazar, quatre questions centrales subsistent : est-ce que Marcelo Caetano en sera le maître, symbolisant son retour en grâce à Lisbonne ? Est-ce que la libéralisation du régime sera strictement économique ou des mesures sociales seront entreprises ? Quelle sera la place de l'Europe dans cette nouvelle période pour le Portugal ? Comment inclure la gestion des troubles dans les territoires ultramarins et les oppositions portugaises à l'Estado Novo ? Le président du Conseil dispose encore de quelques semaines pour se décider, la rentrée politique officielle s'effectuant en septembre.

Métro de Lisbonne :
¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 1516105474-bmgmd6h

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 1515855607-200px-coat-of-arms-of-portugal-svg
Alaminsk
Alaminsk
Grand Consul
Grand Consul

Messages : 2736
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 23
Localisation : Paris, France.

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Jhe le Jeu 29 Aoû 2019 - 23:15

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown

Transfert des cendres de Vladimir Zeev Jabotinsky sur le mont Herzl :

Au début du mois de juillet 1964, une importante cérémonie marque l'actualité israélienne. Après l'acceptation par les autorités américaines de la demande du gouvernement Eshkol, les restes de Zeev Jabotinsky, important militant sioniste décédé en 1940 aux USA (figure de l'aile droite du mouvement dite sionisme révisionniste), et de son épouse, ont en effet été transférés au mont Herzl.

Un important hommage a été rendu à cette grande figure du sionisme lors d'une cérémonie à laquelle a assisté le Président israélien ainsi que le chef du gouvernement, artisan de ce retour au pays des cendres de Jabotinsky. Conformément à ses dernières volontés, celui-ci repose donc désormais au cœur de l'Etat juif, aux côtés de Theodor Herzl, fondateur du sionisme politique moderne.

Sans surprise, David Ben Gourion n'a pas paru aux cérémonies. L'ex-homme fort d'Israël fut en effet longtemps l'ennemi juré de Jabotinsky et n'a de ce fait jamais rien entrepris pour que les dernières volontés de son adversaire ne se réalisent. De ce fait, le transfert des cendres de Jabotinsky est clairement un moyen pour le nouveau Premier Ministre, Levi Eshkol de faire valoir sa différence vis à vis de son illustre prédécesseur qui, bien que retiré, reste une figure tutélaire en Israël.

Affaires étrangères :

Les nuages s’amoncellent autour d'Israël. En effet, la République Arabe Unie semble se renforcer de jour en jour sous la conduite du charismatique président Nasser et la Syrie semble sur le point de renforcer ce nouvel attelage qui menace au plus haut point la sécurité du jeune Etat juif.

Pis pour le gouvernement, certains États occidentaux, traditionnels alliés d'Israël, semblent faire les yeux doux au Caire, à l'image de la France gaullienne.

Au vu de cette situation, le Premier Ministre Eshkol entend bien faire entendre la voix de son pays, mettre en garde les Occidentaux contre la menace que peut représenter la RAU et sa proximité avec l'Union Soviétique dans un contexte où la puissance rouge semble bien décidé à fermement prendre pied en Afrique du Nord (la dangereuse implication soviétique dans le conflit maroco-tunisien le montrant bien).

Afin de s'entretenir de ces questions et de bien d'autres, les ambassades israéliennes à Paris et à Londres sont chargées de sonder les gouvernements français et britanniques en vue d'une possible visite du chef du gouvernement hébreu dans ces deux pays majeurs.

Une missive est également transmise au gouvernement ouest-allemand : désireuses de tourner la page du passé et de renforcer son réseau diplomatique, les autorités de l’État juif proposent en effet à la RFA l'ouverture de discussions discrètes en vue d'évoquer une potentielle ouverture de relations diplomatiques officielles entre Israël et l'Allemagne fédérale, ou tout du moins d’œuvrer à un rapprochement entre les deux pays (dont le contentieux historique n'est pas à rappeler et a donné lieu dès 1952 à des accords de réparation).

Enfin, désireux de mettre l'accent sur les relations avec le fidèle allié américain, qui a envoyé ces derniers temps nombre de signaux positifs en direction d'Israël (le dernier en date étant l'acceptation du transfert des cendres de Jabotinsky), le gouvernement hébreu a officiellement invité le Président John F. Kennedy a effectuer une visite en Terre Sainte dans les mois à venir. Une telle visite serait également le moyen de montrer aux voisins arabes d'Israël que le phare du Moyen-Orient, loin d'être isolé, bénéficie d'un soutien clair de la première puissance mondiale et de son Administration.

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Golda-meir-402039_960_720
Golda Meir, ministre des Affaires étrangères, lors d'une rencontre avec le président Kennedy, 1964

Jhe
Jhe
Administrateur
Administrateur

Messages : 1050
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Jeu 29 Aoû 2019 - 23:52

Pays de la CEE
Sur demande de Gosseau

L'ensemble des pays de la CEE contactés par la diplomatie britannique acceptent la venue du Premier Ministre britannique sur leur sol. Celui-ci pourra conférer à sa guise avec les chefs de gouvernements des pays visités. Si la question des liens entre le Royaume-Uni et la CEE pourra bien entendu être évoquée et mise à l'ordre du jour durant ces visites, il ne sera malheureusement pas possible d'évoquer concrètement une possible intégration de la Grande Bretagne du fait du veto français qui a d'ores et déjà clos la discussion...

http://www.chacunsonpays.com/t8831p125-v1963-topic-officiel#116938



Dernière édition par Bureau le Jeu 29 Aoû 2019 - 23:57, édité 1 fois
Bureau
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 1503
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Jeu 29 Aoû 2019 - 23:54

Tunsie
Sur demande de Sirda

La Tunisie, par la voix de son président Habib Bourguiba, a catégoriquement rejeté les exigences françaises d’indemnisations : la Tunisie est désormais un État souverain et ne se pliera pas aux exigences néocoloniales françaises (celles-ci étant visiblement une excuse pour garder la main sur port de Bizerte que le Général de Gaulle avait promis d'évacuer). Dans cette affaire, a poursuivi le président tunisien, la République ne fait que montrer une nouvelle fois la brutalité de sa diplomatie et sa volonté de maintenir, envers et contre tout, quelques débris colonialistes visiblement chères au vieillissant de Gaulle. Quoi que fasse la France, la Tunisie en tirera les conséquences et appelle la communauté internationale à faire de même.

http://www.chacunsonpays.com/t8831p125-v1963-topic-officiel#116930

Allemagne & Belgique
Sur demande de Sirda

Les deux pays acceptent la proposition française dans le cadre du contrat arabo-français pour la livraison de charbon à la RAU.

http://www.chacunsonpays.com/t8831p125-v1963-topic-officiel#116930

Bureau
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 1503
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Pierremenez le Jeu 29 Aoû 2019 - 23:57

État Espagnol
 
¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Espagn13

●Economie●

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 838_capture

Depuis la mise en place des réformes économiques du ministre Navarro Rubio, l’Espagne connu un excédent en augmentation de 40% de sa balance des paiements par rapport à l’année précédente. Cette constations amena à formuler que ce phénomène tenait en grande part aux rentrées de devises des revenus du tourisme. Ces derniers furent considérables depuis les années 60. En effet bénéficiant de ses attraits considérables en termes de climat et de merveilles naturelles. Ainsi l’Espagne avait vu défiler prêt de 11 millions de touristes en 1963 ayant dépensés un panier moyen de 75 dollars. Afin de maintenir cette manne financière, Navarro décida de mettre en place une organisation méthodique des régions touristiques : d'abord les Baléares, puis la Costa Brava, la Costa del Sol andalouse, et la Costa Blanca. Un très gros effort hôtelier fut lancé pour accueillir dans les meilleures conditions ces hôtes désirés. Par conséquent, L’État Espagnol investira massivement dans cette capacité d’accueil via le fonds de cohésions économiques et les dépôts des livrets. Afin de coordonner et allouer ces dotations, les ressources seront directement affectées au ministère de l’information et du tourisme dirigé par Manuel Fragas.
Outre cette action étatique et afin d’atteindre pour 1967 les 200 000 chambres d’hôtels et les 500 camping le gouvernement promulgue par ordonnancel’autorisation de créer des sociétés de gestions pouvant commercialiser des parts de « pierre papier ». Ce produit financier aura une valeur vénale unitaire pouvant s’apprécier avec une rémunération annuelle des investisseurs par des taux d’intérêts. Elles pourront faire appel publiquement à l'épargne mais il convient au préalable de « montrer patte blanche Ces entités seront donc très largement contrôlées et devront répondre à des critères précis :

• Capital sociale de 2 millions de pesetas minimum.
• Parts sociales d'un montant minimum de 200 pesetas.
• Un bulletin de souscription et une note d'informations en adéquation avec la réglementation, puis les faire valider par la Banque d’Espagne.

Outre la capacité d’accueil, un gros effort doit être fait en faveur des transports. Un Plan de 13 ans a été élaboré en cette année 1964-1977 pour la construction de routes nouvelles et la modernisation de celles actuellement en service. Le ministre de l’économie Rubio ambitionna notamment la construction de 3000 km d'autoroutes. Pour les voies ferrées, le gouvernement souhaita accès ses effort sur l'achèvement des chantiers en cours (le Santander-Mediterráneo, les raccords Miranda de Ebro- Trespadernè, Vitoria-Izarra, et le Baeza-Utiel) , soit 2 760 kilomètres. Pour le matériel roulant, seront construits 6 000 wagons neufs, 150 locomotives Diesel, 20 motrices électriques et 30 autorails. Au niveau aéroportuaire la construction de nouveaux aéroports comme celui de Grenade fut à l’ordre du jour.

En plus de ces moyens déployés, le gouvernement espagnol espère faire la différence grâce à l'attitude d'accueil amical, des zones touristiques, ainsi que les très sévères instructions édictées par les services officiels en vue d'un contrôle des plus stricts des prix demandés afin d’éviter d’éventuel attrape touriste.

En conclusion Navarro Rubio déclara « La première phase du plan de stabilisation avait pour fondamental objet la stabilité interne et externe de l'économie par le moyen de saines finances, l'équilibre de la balance des paiements, la confiance en la monnaie nationale. Cet objectif est d’ores et déjà atteint, il nous faut désormais progresser montrer aux espagnols que le pays se développe et donc à donner un sens. »

●Affaire Coloniale●

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 1920px-Hawk_surface-to-air_missile_battery

Les troupes de Melilla accueillir avec joie les victoires marocaines sur le front nord de la Guerre des Sables, pour autant leurs vigilances ne descendirent pas. La réception de nouveaux matériels notamment la premières batteries MIM-23 Hawk furent un soulagement pour les hommes qui défendaient cette enclave. Les opérateurs fraîchement formés sur ces batteries activèrent immédiatement les radars d’acquisitions et de recherches. Le PC de contrôle était prêt à lancer les missiles des 6 lanceur triples, l’ensemble étant alimenté par des groupes électrogènes. Bientôt 3 batteries de ce type seront affectées à Melilla, et 2 autres à Ceuta.

Du côté de la formation et du recrutement de la Division Halcon, qui reussit d’ores et déjà à aligner 1400 volontaires commença à faire débuter l’instruction militaires encadré par des sous-officiers de la légion. D’ici septembre 1964, ce premier contingent sera confié à l’armée royale marocaine, sous commandement du colonel José Enrique Varela. Ces troupes furent équipées CETME Modelo B/C et d’uniformes camouflage désert de la Fuerzas Armadas Españolas. Seule particularité par rapport au soldat de l’armée régulière un casque avec le drapeau espagnol modélisé sur l’un des côté et l’écusson marocain incrusté sur les épaules de la chemise veste.
●Affaire Extérieure●

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 5df8e2c7-4e65-488a-b79b-f54667bba438

Le Caudillo se dit heureux de rencontrer ses frères ibériques portugais très prochainement à Saint Jacques de Compostelle. Cette visite diplomatique de Salazar donnera selon Franco un nouveau cadre à la relation si particulière, et si forte entre l’Espagne et le Portugal.
« Je suis fière d’être l’hôte d’un si grand événement. Le Portugal partage avec nous espagnol, une vision du monde commune, notamment par notre long passé colonial en Amérique du Sud. Contrairement à d’autres puissances colonisatrices notre culture imprégné malgré nous de Al Andalus, nous permet d’avoir une approche d’assimilation des peuples plus aiguë. Le Portugal n’est pas seulement un pays de la péninsule Ibérique, mais aussi un immense pays africain qui se doit par la même occasion de veiller à la sécurité de ce continent. »
¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 250px-COA_Spain_1945_1977.svg
Pierremenez
Pierremenez
Haut Commissaire
Haut Commissaire

Messages : 73
Date d'inscription : 16/08/2019

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Mirage le Ven 30 Aoû 2019 - 1:56

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Banniere_URSS


Économie

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 BRM2718-Fulfill-Partys-Commission-1957_lowres.jpg?u=https%3A%2F%2Fbostonraremaps.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2017%2F09%2FBRM2718-Fulfill-Partys-Commission-1957_lowres

Le plan septennal Krouchtchev qui devait théoriquement aller de 1959 à 1965 est désormais officiellement révoqué, son annulation avait déjà été évoqué par la nouvelle direction soviétique dès son arrivée au pouvoir, Kossyguine n’avait en effet pas caché que le plan n’était de son point de vue pas adapté aux nouveaux besoins de l’économie soviétique et avait rapidement énuméré lors de diverses occasions de nombreux changements radicaux qui devaient advenir au plus vite. C’est pour cette raison qu’il a été décidé d’abroger le plan actuel dès ce mois d'août 1964 afin d’entamer au plus vite les nombreuses réformes qui doivent relancer l’économie soviétique après le ralentissement des dernières années. Le nouveau plan quinquennal est donc lancé en ce mois de juillet et est prévu pour se terminer en février 1969 avec des objectifs se voulant à la fois ambitieux et réalistes.

Si la majorité des grandes réformes de Kossyguine ont été menées afin de créer de la croissance intensive à l’opposer de l’ancien modèle soviétique de croissance extensive, celle-ci n’est pas non plus abandonnée puisque le président du conseil des ministres pense que de grands progrès peuvent être faits dans l’industrie de biens de consommations. Bien que ce tournant ait provoqué l’ire des milieux militaires inquiets pour le développement du complexe militaro-industriel, un général ayant déclaré en privé qu’il était « aberrant de vouloir produire des épluches légumes avec des usines d’une telle qualité », le réformateur soviétique ne changera pas pour autant de cap. L’industrie légère soviétique devrait connaître une croissance inédite durant les cinq années à venir aidée par des investissements très lourds. Par ailleurs, ces nouvelles usines devraient apparaître dans des régions aujourd’hui sous-développés par rapport à d’autres puisque le développement du tissu industriel de Moscou, Léningrad, Kiev et Karkhiv sera interdit durant le déroulement du plan. Cette décision fait suite à plusieurs constats, le premier étant le manque de bras chronique des régions citées qui peinent désormais à tourner à plein effectif, bien que la hausse de productivité par tête prévue par le plan devrait régler ce problème. Le second vient des hausses de productivité attendues dans l’agriculture qui devrait entraîner un renouveau de l’exode rural dans plusieurs régions, entraînant la croissance rapide de certaines villes qui pourront ainsi offrir du travail à leurs nouveaux habitants. Finalement, l’objectif est de poursuivre toujours plus loin la décentralisation amorcée et d’inclure l’ensemble des peuples de la grande Union au sein de son économie. Grâce à cela et parallèlement aux investissements menés dans le tourisme, Kossyguine espère offrir d’ici 10 années maximum aux citoyens soviétiques tout le confort que l’époque permette.

Le deuxième gros effort du plan sera menée dans la construction immobilière et la rénovation d’anciens immeubles. Il est en effet bien trop fréquent de voir en URSS des étages entier partageant la même salle de bain. Ce secteur verra donc de lourds investissements menés afin de mettre aux normes des années 1960 un maximum d’immeubles mais aussi d’en construire un nombre important dans l’objectif d’accueillir ceux venant des campagnes.
Un nombre toujours important de ressources seront bien sur allouées à l’agriculture ainsi qu’à l’industrie lourde qui restent deux secteurs capitaux pour l'économie soviétique. Malgré tout, Kossyguine estime que ceux-ci ont principalement besoin de réformes structurelles qu’il aura détaillé au cours des mois précédents et non pas d'investissements. Celui-ci souhaite en effet en finir définitivement avec cette culture très présente chez les conservateurs du Parti de régler chaque problème avec une investissement financier.
Mirage
Mirage
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1152
Date d'inscription : 18/03/2013
Age : 20
Localisation : La Ville Lumière

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Alaminsk le Ven 30 Aoû 2019 - 20:13

República Portuguesa

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 1515855605-640px-flag-of-portugal-svg

Ultimes négociations avec le FRELIMO


................Depuis les années 1950, des troubles provoqués par des bandes armées anarchistes minent la stabilité des principaux territoires ultramarins du Portugal : la Guinée (ou Guinée-Bissau), l'Afrique occidentale (ou Angola) et l'Afrique orientale (ou Mozambique). Les autres provinces d'outremer - les Açores, Madère, le Cap-Vert, São-Tomé-et-Principe, le Timor et Macao - connaissent parfois des mouvements séditieux mais il n'y a pas de lutte armée relevée en ces joyaux de la République. En Guinée-Bissau, la situation est différente depuis 1959 : le « Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) » d'obédience marxiste mène une grande entreprise de guérilla dans le nord-ouest et le sud du territoire. En Angola, le « Front national de libération de l'Angola (FNLA) » se lança dans plusieurs opérations de déstabilisation du nord du territoire de mars à octobre 1961. Après une campagne de pacification menée par le commandant-en-chef Silva Freire et la mort de 30 000 personnes, la région fut tranquilisée. Depuis le climat est tendu et l'opposition à la présence européenne s'est fracturée : le FNLA conservateur et agissant dans le nord combat aussi le « Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA) » marxiste plutôt basé à l'Est. Même si les sabotages se sont calmés, les crimes et les incivilités perdurent en Angola où des zones de non-droit sont à déplorer. D'un point de vue politique, la situation est globalement à l'avantage de Lisbonne : le conflit n'a pas encore impliqué l'intervention de grandes puissances étrangères, les populations locales (blanches, métis et noires) sont plutôt acquises à la métropole et les forces armées continuent leurs réformes pour adapter leur structure à la contre-guérilla. Malgré cela, l'ennemi se réorganise. Le PAIGC s'arme de plus en plus et continue de perturber la Guinée et le renseignement indique un retour en force du FNLA et du MPLA dans moins de 48 mois, même si Jonas Savimbi pourrait lancer un mouvement séditieux affaiblissant le FNLA (sans parler du « Front de libération de l'enclave de Cabinda (FLEC) »).

................L'intensification des sabotages et des attentats en Guinée et l'offensive sans doute prochaine des mouvements angolais ne sont pourtant pas la priorité des administrateurs lisboètes. Sans évoquer le côté militaire de la guerre ultramarine, la priorité politique est d'éviter l'ouverture d'un troisième front, au Mozambique. En effet, le « Front de libération du Mozambique (FRELIMO) » fut créé en juin 1962 par le marxiste Eduardo Mondlane : c'est une coalition d'une multitude de groupes indépendantistes qui restent tout de même dominés par les rouges. Depuis plusieurs mois, le haut-commissaire de la République Manuel Maria Sarmento Rodrigues est en négociations avec Mondlane pour éviter le déclenchement d'un conflit armé. Les autorités lusophones proposent ainsi l'adoption d'un plan de dix ans de développement économique, la libéralisation de la société au Mozambique et l'amnistie pour les insurgés ; en contre-partie, ces derniers doivent rendre leurs armes aux forces armées portugaises, fournir les listes de leurs membres dans les territoires lusophones et à l'étranger et réintégrer pacifiquement la vie politique, économique et sociale de l'Afrique orientale.

Un soldat portugais en Guinée :
¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Aldeia72s

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 1515855607-200px-coat-of-arms-of-portugal-svg
Alaminsk
Alaminsk
Grand Consul
Grand Consul

Messages : 2736
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 23
Localisation : Paris, France.

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Askeladd le Ven 30 Aoû 2019 - 21:54


République arabe unie - Al-jumhūriyya al-ʿarabiyya al-muttaḥida

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Syrie-11

Affaires extérieures

La guerre du Yémen du Nord

Missive officielle de la République arabe unie à l'intention du roi Mohammed Al-Badr, de l'Arabie saoudite, du Royaume-Uni et des Etats-Unis d'Amérique

La République arabe unie, face aux proportions grandissantes du conflit au Yémen du Nord, aux pertes humaines, militaires comme civiles, à la souffrance des populations locales, à la dégradation définitive et irréparable du patrimoine culturel et historique qui fait la richesse de ce pays, appelle solennellement à une cessation des combats et à l'ouverture de négociations pour parvenir à trouver une solution diplomatique durable à la guerre qui fait rage sur le territoire yéménite.

Méprise a été commise : là où a été perçue, de la part de la République arabe d'Egypte, l'intention de renverser un roi, il n'y avait en réalité rien de plus que le désir sincère et légitime de l'Egypte d'apporter, non pas la chute d'un monarque, mais la naissance de la démocratie. L'intervention égyptienne n'a jamais été dictée par la volonté de péricliter la monarchie séculaire yéménite, ni même en vérité de faire tomber la tête d'un roi, mais par l'unique dessein de faire entendre les voies de la démocratie, malheureusement jusqu'alors demeurées sourdes par l'étouffement maladroit du pouvoir.
La République arabe d'Egypte n'est pas sans faute. Ses intentions étaient louables, elle refusera de le renier ; cependant, elle s'est laissée entraîner par sa croyance forte en la République. Elle a oublié, dans sa trop grande confiance, que tous n'étaient pas comme les égyptiens, ni même comme les irakiens, et qu'il y avait au Yémen du Nord bon nombre de citoyens yéménites qui continuaient aujourd'hui encore de croire en la majesté du roi et la légitimité de la monarchie.
Quelle est donc la solution ? Pour la République arabe unie, elle n'est plus dans les armes ; elle n'est plus dans le sang, qui imbibe déjà la terre nourricière des yéménites. Cette guerre intestine, qui ravage le Yémen du Nord, voit s'opposer des voisins, des amis, des citoyens qui aiment tous leur pays. Est-il juste, ou même honnête, d'entretenir cette lutte ? Non. L'intérêt, sans qu'il soit nécessaire d'y réfléchir longuement, est nul, il n'existe pas, il est chimérique et mensonger. Pourtant, c'est un fait, il existe des dissensions. Ces dissensions sont vicieuses et horribles, malgré leur sincérité, car elles poussent les mêmes amoureux de la patrie à se la déchirer parce qu'ils ne la conçoivent pas de la même manière. Or le résultat n'est pas présent : la monarchie ne s'applique plus, la république ne s'applique pas. Demain, il en sera de même, car la lutte se poursuivra inlassablement, jusqu'à l'épuisement, le déchirement irrémédiable et irréparable.
La République arabe unie, qui se refuse d'avoir ainsi participé à cette guerre dans le bien du peuple du Yémen du Nord pour ne voir finalement que des corps, des cendres, des larmes et des rancunes vouées à être immémoriales, propose un compromis, de nature à satisfaire chacune des parties présentes, en apportant la paix et la satisfaction partagée. Sont ainsi invités à cette conférence : le roi Mohammed al-Badr, chef d'Etat institutionnel du Yémen du Nord, et l'Arabie saoudite, belligérant officiel en la faveur du monarque, en leur qualité commune de parties aux accords ; les Etats-Unis d'Amérique et le Royaume-Uni, en la qualité commune d'entités étatiques consultatives, en raison de leur soutien diplomatique officiel à la monarchie. Les représentants de ces Etats, et bien évidemment le monarque yéménite, sont ainsi invités au Caire pour une conférence pour la paix au Yémen du Nord, de façon à mettre un terme à cette guerre qui n'a que trop durée.  
Askeladd
Askeladd
Gratte-papier
Gratte-papier

Messages : 27
Date d'inscription : 17/07/2019

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Shikkoku le Sam 31 Aoû 2019 - 17:33

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown

Communiqué à la République Arabe Unie :

Les Etats-Unis d'Amérique saluent l'initiative du Caire de régler pacifiquement le conflit au Yémen. Le Vice-Président Johnson s'envolera au plus vite pour Le Caire afin de participer à la conférence, preuve de l'importance que porte Washington à la question yéménite.

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown
Le Vice-Président des Etats-Unis d'Amérique
Les Etats-Unis espèrent de tout coeur que le Royaume-Uni participera lui aussi au sommet, et poussent tout le Monde Libre à faire preuve de sagesse au Yémen. La guerre civile peut être réglée pacifiquement, par une solution qui pourrait "satisfaire moyennement tout le monde, mais ne porter préjudice à personne", selon les mots du Vice-Président.

Communiqué à Israël :

Le Président Kennedy, quoi qu'en campagne électorale, se rendra sous peu en Israël pour participer aux cérémonies. Une visite de Jérusalem et des lieux saints est également vivement attendue par le Président.

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown
Shikkoku
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 6281
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Sam 31 Aoû 2019 - 17:50

République Arabe Unie et Israël
Brève
Evénement

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown
¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown

Note : Opération secrète israélienne, chances de succès : 65 Jet de dé : 55 SUCCES

Dans le ciel de Cisjordanie, une scène singulière vient de se produire sous les yeux des paysans arabes. Un Mig-21 de l'armée de l'air de la République Arabe Unie, ayant décollé depuis une base militaire de l'ouest de l'Irak en mission de patrouille, vient de survoler les champs cisjordaniens. Il a été rejoint par deux Mirage III israéliens, et entra en formation avec eux. Escorté ainsi, il se posa quelques dizaines de minutes plus tard à l'aéroport militaire de Hatzor, en Israël.

Munir Redfa, un jeune assyrien irakien pilote de chasse, a en effet fait défection en cette soirée du 11 septembre 1964. Contacté il y a plus d'un an par les autorités israéliennes le jeune homme avait soigneusement préparé sa défection accompagné de son Mig-21, en échange d'une extradition de lui-même et de sa famille en Israël pour y commencer une nouvelle vie. Quelques jours plus tard, il retrouva sa femme et ses deux enfants, ainsi que son père, à Tel-Aviv.

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown
Le Mig-21 saisi par Israël

L'avion aurait apparemment survolé la Jordanie, les autorités jordaniennes ayant contacté leurs homologues irakiens en leur signalant cet appareil volant visiblement seul et sur un chemin peu emprunté. Celles-ci ont mis trop de temps à réagir, par rigidité, mais aussi par incompétence, pour se rendre compte de ce qu'il se passait tandis que Munir Redfa volait déjà vers Israël à 1200 km/h.

Israël est désormais en position d'un Mig-21 entièrement fonctionnel et non abîmé, ce qui pourra se trouver très utile pour les agents de Tzahal.

Bureau
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 1503
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Shikkoku le Dim 1 Sep 2019 - 0:19

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown


Campagne électorale de 1964 :

Barry Goldwater, nominé par la Convention Républicaine :

C'est confirmé, Barry Goldwater, actuel sénateur de l'Arizona, a été nommé par la Convention du GOP comme candidat pour les élections présidentielles. Ce n'est une surprise pour personne, le second, Rockeffeler, ayant recueilli à peine 30% des voix contre 55% pour Goldwater, le reste étant partagé entre 4 candidats mineurs.

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown
Barry Goldwater en campagne dans l'Ohio

Les termes de la campagne de Goldwater sont clairs : conservatisme, liberté, et militarisme abusif. Goldwater surprend le public américain, pour qui la Crise de 1962 est encore très présente dans les esprits par sa volonté claire et nette de faire usage de l'arme atomique dans la défense de la liberté, sans jamais préciser clairement quelles conditions en justifieraient l'emploi.

Un président en campagne :

John F. Kennedy, Président depuis 1960, est en campagne. Les sondages le donnent largement vainqueur face à Goldwater, et notamment de par deux facteurs :

- Le vote d'abstentionnistes effrayés par le candidat républicain, qui sembleraient nombreux à se rallier derrière Kennedy, un candidat consensuel et qui a su gérer plusieurs crises avec l'Union Soviétique sans que l'arme nucléaire ne soit employée.
- Le vote de la minorité noire, qui quoi que divisée, semble sortir d'une torpeur abstentionniste pour voter démocrate. Les mesures récentes sont en effet un véritable boost pour la popularité du candidat démocrate, même s'il n'est pas arrivé aussi loin qu'il le souhaitait, et que le Civil Rights Act reste dans les placards, bloqué par le Congrès.

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown
Kennedy en campagne en Californie

Le programme Kennedy est lui tout aussi clair : tout d'abord passer encore plus de réformes sociales et civiques en interne. Le Civil Rights Act et l'abolition de la ségrégation à l'échelle fédérale est le fer de lance du programme Kennedy. Sur le plan international, Kennedy promet de grandes conférences pacifiques, notamment au Yémen, informant la presse américaine que des pourparlers de paix étaient en cours pour mettre fin à la guerre civil yéménite.

Fait important, le Vice-Président Lyndon Johnson a été écarté, et c'est Edmund Muskie qui sera son running mate pour les élections. Le Sénateur du Maine, connu pour ses positions de protection de l'environnement et en faveur des droits civiques, semble un candidat plus approprié pour la vice-présidence que Johnson.

Affaires Intérieures :


Emeutes de Philadelphie :

Les quartiers nords de Philadelphie, où la population noire est prédominante, se sont enflammés en cet été 1964. Après plusieurs mois de tensions suite à des violences policières gratuites envers la population noire, la mort d'un jeune sans-abris noir abattu par la police en pleine rue après avoir tenté de s'enfuir lors d'un contrôle a plongé la ville dans l'anarchie.

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown
Emeutes de 1964 à Philadelphie

Pendant deux jours, des groupes criminels ont procédé à des pillages organisés de commerces, et la dégradation de bâtiments publics notamment de librairies de quartier. Si personne n'a été tué (à part le sans-abris initial), on dénombre 350 blessés, et 750 magasins pillés, dont une trentaine totalement détruits par les flammes. Fait notable, Nation of Islam a été très engagé dans la politique des émeutes, et plusieurs membres de Nation of Islam se sont vocalement opposés à des pasteurs baptistes noirs appelant à la paix.

Mise en service de 6 Blackbirds :

6 SR-71 Blackbirds sont entrés en service officiel au sein de l'armée de l'air, dont 2 au sein du Strategic Command, la branche responsable du combat nucléaire américain. Cet avion de reconnaissance démultipliera les capacités américaines, de par ses capacités extraordinaires. Capable de voler à 24 km d'altitude, et ce à la vitesse de 3500 km/h, l'appareil est virtuellement indétectable et surtout complètement impossible de l'intercepter pour tout appareil de combat existant à l'heure actuelle. La haute altitude et la vitesse élevée du SR-71 ont demandé des années de travail aux ingénieurs américains, en collaboration avec la NASA.
Spécifications techniques:

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown
Plans d'ingénieurs de l'appareil
Shikkoku
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 6281
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Dim 1 Sep 2019 - 0:55

Italie, Belgique, Luxembourg, RFA et Pays-Bas
Sur demande de Sirda

Les 5 membres de la construction européenne ont été surpris par la proposition gaulliste, arrivée totalement sans signe avant-coureur. Les réponses des chancelleries concernées ne se firent pas attendre :

La chancellerie allemande déclare être très intéressée par le programme, même si plus de précisions doivent être données sur le cadré monétaire de la monnaie unique, qui inquiète beaucoup de responsables des finances allemands, et sur les conditions légales du déploiement d'une armée allemande toujours fortement restreinte.

Les Pays-Bas ont été les plus négatifs face à la proposition, jugeant le plan français très peu démocratique, et regrettant amèrement que la France ne semble pas juger qu'une assemblée élue directement par le peuple soit nécessaire au fonctionnement de cette nouvelle communauté. La démocratie néerlandaise est précieuse pour son peuple, et celle-ci ne peut pas être mise en danger, a déclaré le gouvernement néerlandais.

La Belgique s'est prononcé très en faveur du projet français, tout comme le Luxembourg.

L'Italie s'est elle aussi proposé en faveur du projet, mais estime que des précisions doivent être données quant aux institutions, le Ministère des Affaires Etrangères italien estimant que le projet est extrêmement lourd et n'est pas très précis, et que si l'Italie était sur le principe très intéressée, elle ne pourra pas se prononcer tant que les lignes ne seront pas plus clairement définies.

http://www.chacunsonpays.com/t8883-demandes-pnj-de-la-france

Congo Leopoldville
Sur demande de Alaminsk

Le Congo-Leopoldville, si intéressé par une coopération accrue, n'autorise pas l'armée portugaise à pénétrer les frontières congolaises. Il s'agit là d'une question de souveraineté nationale, et le Congo ne peut se laisser sans-mot-dire occuper par une puissance étrangère.

http://www.chacunsonpays.com/t8884-demandes-pnj-du-portugal#116953

Afrique du Sud
Sur demande de Alaminsk

L'Afrique du Sud est très intéressée par le proposition portugaise, et propose au Portugal une coopération accrue en matière de militaire, et surtout une augmentation drastique des échanges commerciaux entre le Portugal et l'Afrique du Sud intéresse au plus haut point l'Afrique du Sud, toujours sur le fil du rasoir de sanctions de l'ONU, même si celles-ci n'ont pas encore été appliquées.

http://www.chacunsonpays.com/t8884-demandes-pnj-du-portugal#116981

FRELIMO
Sur demande de Alaminsk

Le FRELIMO refuse catégoriquement la proposition portugaise, et annonce qu'il est impossible de traiter avec le gouvernement colonial fasciste de Lisbonne, qui occupe le Mozambique et réduit son peuple en esclavage depuis des siècles.

http://www.chacunsonpays.com/t8884-demandes-pnj-du-portugal#116981

Kurdistan Irakien
Sur demande de Askeladd

Les représentants du Kurdistan irakien sont extrêmement intéressés par la proposition, et l'acceptent intégralement. Ils demandent cependant qu'une milice de 8 000 miliciens kurdes soit maintenue au Kurdistan, sous commandement de l'autorité autonome du Kurdistan irakien pour mener des opérations de maintien de l'ordre. Si le gouvernement du Caire accepte ces propositions, alors l'accord sera signé.

http://www.chacunsonpays.com/t8869-demandes-pnj-de-la-rau#116979


Royaume du Yémen
Sur demande de Askeladd

Sa Majesté Mohammed al-Badr accepte l'invitation, et se rendra au Caire le plus rapidement possible pour participer à la négociation de paix.

http://www.chacunsonpays.com/t8869-demandes-pnj-de-la-rau#116984
Bureau
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 1503
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par galx le Dim 1 Sep 2019 - 18:06

République du Vietnam

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 640px-Flag_of_South_Vietnam.svg

Affaires Internes:

Spoiler:
¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 16vietnamWeb-articleLarge
Manifestants Bouddhistes dans les rues de Saigon

Depuis la chute de Diem, la situation au Sud Vietnam est très chaotique. Politiquement, les militaires règnent sur le pays mais les rivalités entre généraux ont provoqué une instabilité croissante. En septembre, les généraux Path et Duc, renvoyé respectivement du poste de ministre de l’intérieur et de commandant du IV Corps, ont tenté de renverser la junte. Malgré le soutient de quelques régiments, les deux officiers ont échoués notamment à cause du ralliement du Maréchal Nguyen Cao Ky (commandant des forces aériennes) au gouvernement « légitime ». Quelques jours plus tard, une révolte de « montagnards » éclatait dans la province de Darlac. Les indigènes ont réussi à prendre le contrôle de 4 bases de l’ARVN avant que des négociations ainsi que des concessions du gouvernement ne les encouragent à déposer les armes.

Pour tenter de stabiliser une situation dramatique, les militaires n’eurent pas le choix que de créer un semblant d’autorité civil appelé « Haut Conseil National ». Minh a été chargé d’en nommer les 17 membres mais le Général Khanh avait déjà pris soin de diluer au maximum les responsabilité du conseil (avec l’aide des américains) afin d’empêcher toute prise de pouvoir par son rival. Malgré cela, le Haut Conseil National s’est réuni en cette fin d’année pour désigner le futur chef d’état du sud Vietnam. Après plusieurs jours de délibération interne, le nom de Phan Khac Suu était sur toutes les lèvres. Il venait en effet d’être désigné au poste le plus haut de l’appareil d’état vietnamien… Dans la foulée, Tran Van Huong fut nommé premier ministre. Pour les généraux, ces deux hommes représentant l’avantage d’être issue de la société civile. Officiellement donc, le Sud-Vietnam était dirigé par un gouvernement civil. Cependant en coulisse, le Général Khanh et ses subordonnés conservaient la majorité des ficelles politiques.

Loin de calmer la situation, la nomination du gouvernement civil a coïncidé avec le début de nouvelles manifestations bouddhistes. Le premier ministre, droit dans ses botes, a accusé le leader de la contestation – le moine Thich Tri Quang d’être au service des communistes. Dans le même temps, le gouvernement a déployé les unités de l’ARVN dans les rues de Saigon pour disperser les manifestants. Comme d’habitude, la situation a dégénéré en affrontement plus ou moins violent. On a dénombré au moins une trentaine de blessé ainsi que deux morts (selon le bilan officiel). Les décès sont du à des tirs provenant de l’ARVN selon les journalistes occidentaux présent sur place. Malgré cela, le gouvernement ne semble pas décider à infléchir sa position.

Pour ajouter au bazar ambiant, les vietcongs ont redoublés d’activité ces dernières semaines. Si la réussite des ultimes opérations de ratissages a permis de gagner du temps, l’augmentation croissante de l’organisation et de la puissance de feu du FNL fait craindre une désorganisation rapide sur le plan militaire. Au sommet de l’ARVN, on est conscient que la victoire passera obligatoirement par un soutient accru de l’allié américain. Pour le moment, plusieurs généraux sud vietnamiens ont reçu l’ordre de rédiger un rapport concernant les besoins de l’ARVN ainsi que sur l’aide étasunienne nécessaire pour éradiquer définitivement la menace communiste. Cette tâche leur a été confié dans l’optique d’une future rencontre avec les autorités américaines concernant la situation militaire au Sud-Vietnam.
galx
galx
Président
Président

Messages : 1963
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 22
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Utyi le Lun 2 Sep 2019 - 19:11

République socialiste tchécoslovaque
Les élans réformistes du PCT ont été fortement modérées par de l'autocensure, le régime soviétique étant certes réformiste mais étant bien moins enclin a la détente que avec Khrouchtchev.
Ainsi beaucoup de reformes ont été seulement implémentées partiellement : les citoyens sont libres de se déplacer à l’exception de l'ouest, la liberté d'expression, de réunion et de presse sont certes réintroduites mais les journalistes sont toujours surveillés par les services secrets et la police, qui sont passés d'une surveillance systématique de la population à une surveillance ciblée vers les éléments osant parler.
La remise en question du pouvoir du PCT par des autres partis ou des syndicats reste hors de question.
La promesse de rendre le PCT moins rigide et autocratique, en tolérant plus de déviance dans les échelons inférieurs et chez les membres, reste encore a mettre en œuvre.
Utyi
Utyi
Président
Président

Messages : 1616
Date d'inscription : 29/08/2011
Localisation : entre 180 O et 180 E , 90 S , 90 N

https://www.youtube.com/channel/UCQmNOW8QFnyWdcar_uEwOJw

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Pierremenez le Lun 2 Sep 2019 - 20:24

État Espagnol
 
¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Espagn13

●Affaires Intérieures●

Agriculture

Campagne Espagnole:

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 1314662-Pays_basque
La société espagnole commença à connaitre de profond changement sociétal depuis une décennie qui fut encore plus accéléré par à la politique économique libéral de Rubio. Les campagnes espagnoles se transformèrent à cause de l’afflux de capitaux qui permirent une intensification de la motorisation et la mécanisation de l’agriculture. Cela affecta directement l'élevage des équidés et des bovins, et permit à maint endroit l'abandon des jachères, il eut une densification de l’exode rurale dans les provinces de l’Estrémadure, Léon, Asturie et Galice. Ainsi la concentration de la population dans les bourgades moyenne de Gijon, Vigo, La Corogne, Badajoz et Caceres explosèrent.
Le bilan de cette modernisation fut impressionnant, même si bien des entraves subsistent selon le ministère de l’agriculture Cirilo Cánovas García : dimension des parcelles et des exploitations, productions marginales, et zones arides.
Pour trouver un remède à ces mots, il fut décidé de mettre en œuvre plusieurs mesures profonde afin de poursuivre la modernisation de l’agriculture espagnol. L’une passa par une politique extensive du domaine cultivable avec la viabilisation de terrains jusqu’alors non utilisé.

Par conséquent, la priorité fut donnée aux secteurs atlantiques qui dut subir année après année le fléau de la sécheresse. Ainsi de prime abord on ne s'étonna donc pas que les projets d'irrigation aient été en priorité amorcé sur ces régions. Le travail effectué jusqu’à lors avec de moyens limités avaient donné satisfaction, il fut donc décidé d’intensifier les surfaces irriguées. Des projets d’irrigations sous initiative gouvernementale et sous initiative privée avec pour objectif des travaux portant sur un million d'ha couvrant une superficie analogue en 1966 et in fine un objectif de trois millions d'ha irrigués d’ici 1970 dans les régions atlantiques. Cette politique d’aménagement se portera sur plusieurs volets l’irrigation via pompage des nappes phréatiques, par barrages et bassins d’eaux pluviales. Elle sera couplée par un reboisement intensif, notamment dans les zones où s'édifient des barrages.
Cette extension de l'irrigation par le pompage électrique d'eaux souterraines et par les travaux hydrauliques provoquera selon l’État Espagnol une modification de la rotation des cultures et par la même occasion : extension du maïs, développement du tournesol, et augmentation des rendements.
Outre ces travaux, le développement du pays (rapidité des transports, techniques de stockage américaine et amélioration de la conservation) permit l’essor de la production horticole destinée à l'exportation mais aussi à une population urbaine dont les habitudes alimentaires se modifièrent rapidement se rapprochant en quantité et en diversité de celles des autres pays européens.

De même que l'irrigation apparaît comme un remède quasi universel, l'état des structures foncières fut volontiers tenu pour responsable de certains maux. Les difficultés actuelles viendraient, selon le ministre Cirilo Cánovas García à la fois des latifundia persistants dans certaines zones, et du morcellement extrême de la propriété dans d'autres. En effet cette forme de propriété s’avéra plus ou moins critiquable. La grande propriété peut être, en effet, en zone non irriguée, la seule formule permettant culture et élevage extensifs, donnant quelque bénéfice tant au propriétaire qu'aux exploitants. Mais souvent la grande propriété apparut simplement comme un placement pour mettre à l'abri des capitaux, sans aucune idée d'exploitation rationnelle du domaine. Bien plus que d’éventuel manque d'argent pour mettre en valeur ces énormes surfaces. Cette non-utilisation ou cette sous-utilisation feront l’objet de mesures gouvernementales variées allant d’incitation fiscales à des primes d’activité, en passant par des aides à l’investissements dans les industries agroalimentaires. Cette nouvelle politique faisait table race aux politique dites socialistes des « lois de colonisation agricole » de 1949.
Aux griefs sur la taille des propriétés s'ajouta celui sur le statut des exploitants. Si dans l'ensemble, deux-tiers de la terre environ étaient cultivés par les propriétaires, la proportion des tenanciers pouvait dépasser 60 % dans certaines régions. La législation précédente avait essayé de protéger au maximum le petit tenancier, rendant son éviction quasi impossible. C'est à cette perte pratique de la propriété qu’était t imputée souvent l'indifférence des propriétaires vis-à-vis de leur terre, ceux-ci préférant parfois même la laisser improductive plutôt que de la louer. Cette loi va être abrogé, afin de redonner du sens à la définition de propriété privée.

Cependant l’État Espagnol se rendait bien compte que les petits tenanciers comme les petits propriétaires avaient un niveau de vie médiocre. Selon les estimations plus d'un million de travailleurs occasionnels, de journaliers embauchés seulement pour la récolte, vivent au hasard d'un travail temporaire médiocrement rétribué. Pour résoudre cet aspect-là du monde rural, le gouvernement voulu faciliter l’établissement de coopérative agricole en facilitant la création de ces structures en terme administratif, et en accompagnant ses dernières financières par le biais de Instituto de Credito Oficial. Cette concentration permettra d’augmenter sensiblement l’assise financière des petits propriétaires agricoles.
Concernant les travailleurs occasionnels, l’industrialisation et les projets d’infrastructures amorcé par le gouvernement alla forcément créer une substitution de ce genre d’emplois. Le taux de croissance élevés faisant de l'Espagne petit à petit une puissance industrielle pourvoyeuse de travailleurs non qualifiés.

Énergie

Centrale Nucléaire de Zorita:
¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Nuclear_power_station_in_Almonacid_de_Zorita_%28Spain%29

Après les travaux du Groupe de Recherches Atomiques, l’État Espagnol promulgua la loi sur l’Énergie Nucléaire dotant d’un cadre légal précis pour l’exploitation de l’atome. Il fut donc décidé de fournir les autorisations préalables à l’entreprise "Union Électrique de Madrid" pour la construction de ce qui sera la première centrale nucléaire espagnole celle Almonacid de Zorita dans la province de Guadalajara. Cette centrale sera la première du réseaux espagnols, elle sera dotée d'un réacteur du type à eau pressurisée, fournit par la société américaine Westinghouse. La construction débutera en mars 1965, sa puissance nominale sera de 150 MW.
¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 250px-COA_Spain_1945_1977.svg
Pierremenez
Pierremenez
Haut Commissaire
Haut Commissaire

Messages : 73
Date d'inscription : 16/08/2019

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Bureau le Lun 2 Sep 2019 - 23:15

Maghreb
Brève
Evénement

Plus d’un an après l’éclatement de la guerre des sables, la situation s’enlise de plus en plus. En effet, après avoir repris ses territoires perdus, le Maroc tenta une offensive dans le nord de l’Algérie, l’objectif étant d’atteindre la ville portuaire de Mers-el-Kébir, à proximité d’Oran. Malgré une armée plus expérimentée et mieux entraînée, les soldats de Sa Majesté échouèrent à percer les lignes algériennes à la frontière, solidement consolidées, et subirent de très lourdes pertes puisque plus de 350 marocains perdirent la vie lors de sanglants affrontements, lesquels tournèrent très largement en faveur des algériens. Iceux, après la retraite marocaine, tentèrent à leur tour une contre-offensive dans l’espoir de fouler à nouveau le sol marocain, ce qui fut réussi – bien qu’aucune ville majeure n’ait été prise, les troupes d’Hassan II ayant réussi à infliger de très lourdes pertes à l’armée nationale de libération, laquelle, malgré une victoire tactique, pleure 250 morts et a cessé toute avancée à la frontière septentrionale avec son voisin ennemi.

C’est dans le sud que la situation bouge en réalité le plus, bien qu’elle semble finalement toujours revenir au même point. En effet, les troupes marocaines, simultanément à leur offensive ratée du nord, tentèrent de percer les lignes algériennes dans le sud, ce qui fut réussi avec un insolent succès puisque la ville de Colomb-Béchar fut reprise, tandis que plus au sud, le drapeau royal flottait sur les minarets de Timmoudi. Face à cette victorieuse percée marocaine, les algériens ne tardèrent pas à leur tour de lancer une contre-offensive, laquelle fut bien plus mitigée – quoi que victorieuse, mais pas suffisamment pour récupérer les territoires récemment conquis par le Maroc. Si Timmoudi est à nouveau administrée par Alger, Colomb-Béchar repasse quant à elle sous administration marocaine, ce qui permet au Maroc, bien que ce mois de novembre soit militairement mitigé pour lui, de se targuer d’une grande victoire militaire – du moins symboliquement – sur son ennemi algérien.
Bureau
Bureau
Vox Bureauli

Messages : 1503
Date d'inscription : 15/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Sirda le Mar 3 Sep 2019 - 14:27


République française


¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 640px-Flag_of_France_with_RF.svg


Affaires européennes


................A la suite des différentes réactions des cinq autres Etats-membres de la Communauté économique européenne, Maurice Schumann a tenu à répondre à chaque point soulevé, avant de présenter une première mouture du traité. S’agissant des remarques de l’Allemagne, le diplomate a détaillé que cette union monétaire prendrait, à terme, la forme d’une monnaie commune aux Six, laquelle pourrait être mise en œuvre d’ici une décennie, et qu’en attendant, la politique actuellement engagée de convergence des monnaies nationales devra être maintenue pour permettre une transition sans accroc. Cette nouvelle monnaie sera gérée par une banque centrale, soumise à l’autorité de la confédération, constituée des gouverneurs des actuelles banques centrales nationales. Quant au déploiement des forces allemandes, icelui pourrait être autorisé dans le cadre des opérations communes menées par l’Europe, notamment en cas d’agression d’un des Etats-membres ou des opérations extérieures européennes, par exemple dans le cadre de l’OTAN ou de l’ONU. Evidemment, ces opérations communes étant décidées à l’unanimité par les Six, le refus allemand d’engager ses troupes ferait qu’elles ne pourraient être déployées à l’étranger. Concernant les remarques néerlandaises, l’ambassadeur français a répondu que la démocratie était tout aussi importante aux yeux des français, mais qu’au regard de la complexité d’une telle confédération, l’élection au suffrage universel des parlementaires européens semblait, pour l’instant, difficilement réalisable. Toutefois, l’élection du Parlement sera inscrite dans le traité, bien que sa mise en œuvre doive être décidée ultérieurement, avec une date butoir si cela peut rassurer Amsterdam. Enfin, les précisions sur les institutions demandées par l’Italie sont faites dans la présentation du traité.


Traité portant établissement de la Confédération européenne


Préambule

Son Excellence le Président de la République Fédérale d’Allemagne, Sa Majesté le Roi des Belges, Son Excellence le Président de la République française, Son Excellence le Président de la République italienne, Son Altesse Royale la Grande-Duchesse de Luxembourg, Sa Majesté la Reine des Pays-Bas ;

S’inspirant des héritages culturels, chrétiens et humanistes de l’Europe à partir desquels se sont développées les valeurs universelles que constituent les droits inviolables et inaliénables de la personne humaine, ainsi que la liberté, la démocratie, l’égalité et l’Etat de droit ;

Convaincus que l’Europe, désormais réunie au terme d’expériences douloureuses, entend avancer sur la voie de la civilisation, du progrès et de la prospérité, pour le bien de tous ses habitants, y compris les plus fragiles et les plus démunis ; qu’elle veut demeurer un continent ouvert à la culture, au savoir et au progrès social ; et qu’elle souhaite approfondir le caractère démocratique et transparent de sa vie publique, et œuvrer pour la paix, la justice et la solidarité dans le monde ;

Persuadés que les peuples d’Europe, tout en restant fiers de leur identité et de leur histoire nationale, sont résolus à dépasser leurs anciennes divisions et, unis d’une manière sans cesse plus étroite, à forger leur destin commun ;

Assurés que, « Unie dans la diversité », l’Europe leur offre les meilleures chances de poursuivre, dans le respect des droits de chacun et dans la conscience de leurs responsabilités à l’égard des générations futures, la grande aventure qui en fait un espace privilégié de l’espérance humaine ;

Sont convenus des stipulations qui suivent :


Partie I – Définition et objectifs de la Confédération


Article I-1 – Etablissement de la Confédération

Inspiré par la volonté des citoyens et des Etats d’Europe de bâtir leur avenir commun, le présent traité établit la Confédération européenne, dans laquelle les Etats-membres mettent communément en œuvre des compétences nationales pour atteindre leurs objectifs communs.

La Confédération européenne regroupe et remplace la Communauté européenne du charbon et de l’acier mise en place par le Traité de Paris de 1951, la Communauté économique européenne mise en place par le Traité de Rome de 1957, et la Communauté européenne de l’énergie atomique mise en place par le Traité Euratom de 1957. L’exercice des compétences jusqu’alors attribué aux institutions propres de chacune des communautés susmentionnées est désormais attribué à la Confédération, à travers ses institutions.

Elle est ouverte à tous les Etats européens qui respectent ses valeurs et qui s’engagent à les promouvoir en commun.

Article I-2 – Les valeurs de la Confédération

La Confédération est fondée sur les valeurs du respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, de l’Etat de droit, ainsi que de respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux Etats-membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l’égalité.

Article I-3 – Les objectifs de la Confédération

La Confédération a pour but de promouvoir la paix, ses valeurs et le bien-être de ses peuples. Pour ce faire, elle offre à ses citoyens un espace de liberté, de sécurité et de justice sans frontières intérieures, et un marché intérieur où la concurrence est libre et non faussée.

Elle œuvre pour le développement de l’Europe fondé sur une croissance économique équilibrée et sur la stabilité des prix, une économie sociale de marché hautement compétitive, qui tend au plein emploi et au progrès social, et un niveau élevé de protection sociale ; ainsi que sur la cohésion économique, sociale et territoriale entre ses Etats-membres. Elle promeut le progrès scientifique et technique.

Elle respecte la richesse de sa diversité culturelle et linguistique, et veille à la sauvegarde et au développement du patrimoine culturel européen.

Dans ses relations avec le reste du monde, la Confédération affirme et promeut ses valeurs et ses intérêts. Elle contribue à la paix, à la sécurité, au développement de la planète, à la solidarité et au respect mutuel entre les peuples, au commerce libre et équitable, à l’élimination de la pauvreté et à la protection des droits de l’Homme, ainsi qu’au strict respect du droit international.

Article I-4 – Relations entre la Confédération et les Etats-membres

La Confédération respecte l’égalité et la souveraineté des Etats-membres, ainsi que leur identité nationale, inhérente à leurs structures fondamentales politiques et constitutionnelles. Elle respecte les fonctions essentielles de l’Etat, notamment celles qui ont pour objet d’assurer son intégrité territoriale, de maintenir l’ordre public et de sauvegarder la sécurité nationale ; lesquelles lui permette de se soustraire au respect du droit confédéral pour une période temporaire.

Le présent Traité et les normes juridiques contraignantes adoptées par la Confédération, dans l’exercice des compétences qui sont attribuées à celle-ci, priment sur le droit des Etats-membres à l’exception du droit constitutionnel.

Article I-5 – Personnalité juridique

La Confédération a la personnalité juridique.

Article I-6 – Symboles de la Confédération

Le drapeau de la Confédération européenne représente un cercle de douze étoiles d’or sur fond bleu.

L’hymne de la Confédération est tiré de l’Ode à la joie de la Neuvième symphonie de Ludwig van Beethoven.

La devise de la Confédération est « Unie dans la diversité ».


Partie II – Les compétences de la Confédération


Article II-1 – Principes fondamentaux

Le principe d'attribution régit la délimitation des compétences de la Confédération. Les principes de subsidiarité et de proportionnalité régissent l'exercice de ces compétences.

En vertu du principe d'attribution, la Confédération agit dans les limites des compétences que les États membres lui ont attribuées dans le traité pour atteindre les objectifs qu'elle établit. Toute compétence non attribuée à la Confédération dans le présent traité appartient aux États membres.

En vertu du principe de subsidiarité, dans les domaines qui ne relèvent pas de sa compétence exclusive, la Confédération intervient seulement si, et dans la mesure où, les objectifs de l'action envisagée ne peuvent pas être atteints de manière suffisante par les États membres, tant au niveau central qu'au niveau régional et local, mais peuvent l'être mieux, en raison des dimensions ou des effets de l'action envisagée, au niveau de la Confédération.

Les institutions de la Confédération appliquent le principe de subsidiarité conformément au protocole sur l'application des principes de subsidiarité et de proportionnalité. Les parlements nationaux veillent au respect de ce principe conformément à la procédure prévue.

En vertu du principe de proportionnalité, le contenu et la forme de l'action de la Confédération n'excèdent pas ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs du traité.

Titre I – Les compétences exclusives

Article II-2 – Les compétences exclusives

La Confédération dispose d’une compétence exclusive dans les domaines suivants :
a) L’union douanière ;
b) L’établissement de règles de concurrence nécessaires au fonctionnement du marché intérieur ;
c) La politique monétaire ;
d) La politique agricole commune ;
e) La politique commerciale commune ;
f) Le marché intérieur ;
g) La production d’acier et de charbon ;
h) La politique énergétique nucléaire.

Article II-3 – L’union douanière, le marché commun et la politique commerciale commune

L’union douanière consiste en l’élimination progressive et intégrale des droits de douane et mesures ou taxes d’effets équivalents entre les Etats-membres. Nul Etat-membre ne saurait ainsi imposer des capitaux, produits ou services provenant d’autres Etats-membres.

Nul traité portant modification des tarifications commerciales ou douanières entre un Etat-membre ou un Etat-tiers ne peut être signé. Il échoit à la Confédération la compétence de conclure de tels accords, entre tous les Etats-membres et les Etats-tiers concernés.

La Confédération connaît des règles de concurrence nécessaires au fonctionnement du marché intérieur, qu’elle édicte par accord des Etats-membres.

Article II-4 – La politique monétaire

Les Etats-membres de la Confédération s’engagent à établir une union monétaire, consistant en une monnaie unique commune à eux, d’ici dix ans. Durant la période transitoire, ils poursuivent leur politique de convergence de leur monnaie nationale, jusqu’à l’adoption et l’entrée en vigueur officielle et définitive de la monnaie commune.

Une banque centrale européenne est établie pour la mise en œuvre de la politique monétaire commune. Elle est constituée du gouverneur de chaque banque centrale nationale, et met en œuvre les décisions prises par la Confédération dans ce domaine. Elle sera supervisée par le commissaire européen aux finances.

Article II-5 – La production d’acier et de charbon

Les stipulations du Traité de Paris de 1951 portant création de la Communauté européenne du charbon et de l’acier sont reprises.

Le commissaire européen à l’industrie mettra en œuvre la politique édictée par les Etats-membres.

Article II-6 – La politique énergétique nucléaire

Les stipulations du Traité EURATOM de 1957 portant création de la Communauté européenne de l’énergie atomique sont reprises.

Le commissaire européen à l’énergie mettra en œuvre la politique édictée par les Etats-membres.

Titre II – Les compétences partagées

Article II-7 – Définition des compétences partagées

Les compétences communes désignent les compétences qui peuvent être mises en œuvre communément par les Etats-membres de la Confédération. Les Etats s’entendent pour définir des politiques communes dans ces domaines, mais peuvent continuer de les mettre en œuvre individuellement selon leurs objectifs. Les compétences partagées entre la Confédération et les Etats-membres s’appliquent aux principaux domaines suivants :
a) Les affaires étrangères ;
b) La défense, y compris la force de dissuasion nucléaire ;
c) Les affaires culturelles ;
d) L’éducation ;
e) L’énergie ;
f) La politique sociale ;
g) La cohésion économique, sociale et territoriale ;
h) Les transports ;
i) La recherche spatiale.

Article II-8 – La politique étrangère commune

La compétence de la Confédération en matière de politique étrangère commune couvre tous les domaines de la politique étrangère. Elle est exercée par accord unanime entre les Etats-membres.

Elle implique la définition d’une position commune aux Etats-membres sur les questions de politique étrangère, notamment vis-à-vis de certains sujets internationaux, et leur obligation de se conformer à cette position lorsqu’elle est adoptée. Toutefois, la politique étrangère commune n’interdit pas, en l’absence de position commune, l’adoption par chaque Etat d’une position individuelle ainsi que de mener individuellement des négociations ou des relations avec d’autres Etats non-membres de la Confédération, y compris la signature d’accords – à l’exception de ceux portant établissement d’accords commerciaux incluant la baisse des tarifs douaniers.

Article II-9 – La politique de défense commune

La compétence de la Confédération en matière de politique de défense commune couvre tous les domaines de la défense. Elle est exercée par accord unanime des Etats-membres.

Est instituée une alliance militaire défensive entre l’ensemble des Etats-membres, laquelle implique l’assistance militaire et technique automatique à tout Etat-membre qui serait attaqué par une tierce puissance. Nulle limitation juridique d’autorisation de déploiement de troupes à l’étranger ne peut être arguée par un Etat-membre pour se soustraire à cette obligation conventionnelle de défendre l’Etat-membre de la Confédération attaqué.

Un état-major commun européen est institué entre les Etats-membres de la Confédération, sans toutefois remplacer les états-majors nationaux. Il coordonne les actions militaires communes lors des agressions à l’encontre des Etats-membres, mais aussi les déploiements à l’étranger dans le cadre d’actions militaires communes décidées à l’unanimité des Etats-membres.

Les Etats-membres promeuvent la coopération technique et le développement d’armements communs aux différences forces armées de la Confédération. Dans le cas où des armes seraient conçues et développées par des entreprises communes aux Etats-membres, leur exportation devra être validée par la Confédération. Lorsque les armes sont exclusivement conçues et développées par une entreprise nationale, l’Etat de nationalité conserve sa compétence pour l’approbation de leur vente à l’étranger.

Article II-10 – La force de frappe nucléaire commune

Les Etats-membres coopèrent dans le domaine nucléaire militaire et établissent entre eux un partenariat financier, militaire et technique visant à permettre leur protection par une force de frappe nucléaire commune.

La République française, unique puissance nucléaire de la Confédération au jour de la signature du présent traité, consent à mettre à disposition aux Etats-membres de la Confédération une partie de son arsenal nucléaire et des moyens nécessaires à sa mise en œuvre, en échange d’un financement de son programme nucléaire et dudit matériel, notamment les coûts de fabrication et d’entretien, par les autres Etats-membres. Pour ce faire, la République française devra signifier à ses partenaires tous les aéronefs, missiles, navires, submersibles et véhicules parmi son matériel militaire qu’elle met à la disposition de la Confédération, et lesquels elle conserve pour son usage propre.

L’emploi de la force de frappe nucléaire commune ne peut résulter que d’un accord unanime aux membres de la Confédération. Toutefois, la République française conserve son droit souverain à employer sa force de frappe nucléaire propre depuis ses équipements militaires qui ne sont pas financés dans le cadre de la Confédération.

Les Etats-membres peuvent accepter ou refuser le déploiement sur leur sol du matériel nécessaire à la mise en œuvre de la force de frappe nucléaire commune mis à la disposition de la Confédération.


Partie III – Les institutions de la Confédération


Article III-1 – Du Président de la Confédération

La présidence de la Confédération est exercée à tour de rôle par chaque Etat-membre pour une durée d’un an selon l’ordre suivant des Etats-membres : Belgique, Allemagne, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas. Elle sera exercée pendant un an par le pays qui en aura la charge au jour de la signature du Traité.

Le Président est désigné par l’Etat à qui revient la présidence pour l’année. La personne désignée doit être validée par les autres Etats-membres.

Le Président réunit et préside le Conseil européen, définit avec ce dernier la politique mise en œuvre par la Confédération dans le cadre des domaines exclusifs ou partagés et représente celle-ci à l’international.

Article III-2 – Le Sénat de la Confédération

Le Sénat de la Confédération est un organe exécutif et législatif. Il est composé du Conseil européen et de la Commission européenne.

Le Conseil européen est formé par les représentants des Etats-membres. Chaque gouvernement y délègue un représentant. Il adopte à la majorité qualifiée des deux tiers des règlements dans les domaines de compétences exclusives de la Confédération, à l’exception de ceux relevant de la monnaie et de la politique commerciale qui doivent être pris à l’unanimité ; et à l’unanimité des règlements dans les domaines de compétences partagées.

La Commission européenne est composée de hauts fonctionnaires provenant de l’ensemble des Etats-membres. Elle met en œuvre les règlements votés par le Conseil européen et applique les politiques décidées au niveau confédéral. Pour ce faire, elle peut adopter des directives et des recommandations, les premières s’imposant aux Etats-membres à moins qu’elles ne soient déclarées contraires aux règlements ou au présent Traité par le Conseil européen.

Article III-3 – L’assemblée parlementaire

L’assemblée parlementaire est composée de représentants de chaque Parlement national, respectant les équilibres politiques dégagés lors des élections nationales. Elle est une instance consultative devant obligatoirement être saisie lors des projets de règlement portant sur le budget de la Confédération ou les domaines exclusifs d’icelle, et de manière facultative pour toute question relevant des domaines partagés.

L’élection au suffrage universel direct de l’assemblée parlementaire peut être décidée à l’unanimité par les Etats-membres. Cette décision peut être prise dans un délai de vingt ans après l’entrée en vigueur du présent traité.

Article III-4 – La Cour de Justice de la Confédération Européenne

La Cour de Justice tranche les litiges entre les Etats-membres avec la Confédération, ou entre eux. Elle connaît des contentieux relatifs à l’application du droit communautaire ou des conflits juridiques entre des normes nationales et des normes communautaires.

Elle est constituée d’autant de membres qu’il y a d’Etats dans la Confédération.


¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Armoiries_r%C3%A9publique_fran%C3%A7aise
Sirda
Sirda
Modérateur
Modérateur

Messages : 1910
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Shikkoku le Mar 3 Sep 2019 - 17:14

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown

Le Président Kennedy réélu pour un second mandat, Congrès Démocrate :

C'est sans surprise que les Américains apprirent la nouvelle, le Président était réélu, et ce avec une immense marge.

Kennedy a en effet rassemblé près de 64,1% des suffrages, contre 35,9% pour Goldwater. Le duo présidentiel pour 1964-68 sera donc formé par Kennedy et Muskie.

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown

Le Président a donné un discours d'investiture plein d'espoirs pour la poursuite de la conquête des Droits Civiques, et a promis un plus grand approfondissement des réformes, coûte que coûte.

" We need to make America what it ought to be : a shining beacon spreading light and hope throughout the world." -Le Président Kennedy, novembre 1964.

Le Vice-Président Muskie a lui salué la foule présente en grand nombre devant la Maison Blanche et le Capitole de Washington D.C. pour cette victoire historique sur le parti républicain. En effet près de 750 000 personnes étaient présentes pour l'inauguration, hors personnes invitées. Parmi elles, on comptait de nombreux pasteurs de la communauté noire de Washington.

Concernant les chambres du Congrès, la victoire du parti démocrate est totale :

Au Sénat, sous la direction de Mike Mansfield, les sénateurs républicains remportent deux sièges de plus (le Nouveau-Mexique), portant leur nombre total de sénateurs à 68, contre 32 sénateurs républicains. A la House of Representatives, McCormick mène la charge et remporte 37 sièges de plus qu'en 1962, écrasant les républicains qui ne remportent que 140 sièges.

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Unknown
Carte des élections de la House of Representatives, 1964

Les seules élections qui furent un succès pour les Républicains sont les élections des Gouverneurs, où le Washington, le Wisconsin et le Massachusetts quittent le giron démocrate pour passer rouge.


En bref, les élections de 1964 portent au pouvoir un président galvanisé par les foules, face à un candidat haï par la majorité des américains. Les espoirs sont hauts pour le second mandat du Président Kennedy, qui n'a pas su arriver à faire passer toutes ses réformes civiques. De bons espoirs reposent sur les nouveaux sénateurs démocrates et sur les nouveaux représentants de la chambre pour amender suffisamment les textes pour qu'ils puissent passer cette fois-ci.

Le Président lui même s'est exprimé sur la question, et a solennellement promis à tous les Américains, peu importe leur race, leur religion ou leur appartenance communautaire quelconque, que l'Amérique de demain serait construite difficilement mais sera établie à la fin de son mandat, et sera scellée dans le marbre pour ne jamais plus tomber.

"The American Dream, for which millions have come to this blessed country, millions have fought at home and overseas, and thousands have died, shall never again be corrupted." - Kennedy, Novembre 1964
Shikkoku
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 6281
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://www.chacunsonpays.com

Revenir en haut Aller en bas

¤ V1963 ¤ Topic officiel - Page 6 Empty Re: ¤ V1963 ¤ Topic officiel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum